POEME - Tu es toujours là

avatar contributeur de PetitToaster
PetitToaster
15/10/2020 à 09:56

Tu es là, quand il doit partir,

Tu es là, jamais très loin de moi,

Tu es là, toujours prêt à jaillir,

Toujours là, même quand je ne le veux pas.

Tu me serres contre toi, sans me demander,

Alors que je préfère, être contre l'être aimé,

Tu me tiens ferme, quand je veux m'en aller,

Comme en otage, ne veux-tu pas me laisser ?

S'il te pait, j'aimerais te voir partir,

S'il te plait, encore plus loin de moi,

S'il te plait, de toi, j'aimerais en finir,

Pour toujours, ne plus sentir ton poids.

Ta présence est devenue une habitude,

Tu es néfaste et tu empêches ma plénitude,

Je ne veux plus te voir, plus te sentir, Solitude.

avatar ancien membre
Ancien membre
15/10/2020 à 13:57

En te lisant j'avais pensé à un autre dernier mot. Partage en d'autres si tu en as.

Connais tu: Ma solitude de Georges Moustaki ? Un beau texte aussi surtout quand il est chanté par Reggiani. Quoique un peu désuet, les mots restent percutants.

avatar contributeur de PetitToaster
PetitToaster
15/10/2020 à 14:00

Merci Llaho. A quel mot avais-tu pensé ? Oui j'en ai d'autres, je vais en faire d'autres postes :)

Je ne connais pas Ma solitude de Georges Moustaki (peut être car pas mon époque). Je vais écouter ^^

Bien à toi,

Dylan.

avatar ancien membre
Ancien membre
15/10/2020 à 14:06

ahaha ce mot je le garde pour moi, il est bien trop révélateur. Oui Moustaki c'est pas de ton époque mais pas de la mienne non plus hein.

Papy.

avatar contributeur de PetitToaster
PetitToaster
15/10/2020 à 14:32

Pas de soucis si tu veux garder ce mot "secret". Je suis juste curieux ^^

avatar ancien membre
Ancien membre
15/10/2020 à 19:17

fort bien composé ce poème PetitToaster; comme la plus vraie posiésie s'enracine dans le vécu quotidien, je t'en livre un aussi...

Où es tu, toi qui pourrait me ravir,

Où es tu, toujours si loin de moi,

Où es tu, jamais que par désir

Jamais là, même quand je tend vers toi.

Tu me sert de combat, sans réalité,

Alors que je diffère, de me sentir aimer,

Tu me rend ferme, quand je veux t'étriller,

Comme un orage, veux tu me foudroyer ?

S’il te plaît, j’aimerais te voir venir,

S’il te plaît, enfin tout prêt de moi,

S’il te plaît, en toi, j’aimerais m’assouvir,

À jamais, en ressentir l’émoi.

Ton absence est advenu lassitude,

Tu es l’audace, et repêche ma solitude,

Je voudrais tant te voir, plus… te sentir, Plénitude.

avatar ancien membre
Ancien membre
15/10/2020 à 22:19

Deux très jolis poèmes.

P

Le premier, je pourrais le terminer par le prenom de mon mari...

Il est pervers narcissique, j'ai demandé le divorce...

Envoyé depuis l'application android
avatar contributeur de PetitToaster
PetitToaster
19/10/2020 à 15:31

Oula Muicolore! Courage à toi



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2022, betolerant.fr