Films traitant des LGBTI et pas déprimants ?

photo de l'auteur Avatea
Avatea
Homme de 27 ans
Paris

18 remerciements
Pour en avoir visionné un bon paquet, j'ai remarqué que les films traitant au premier plan de thématiques associées aux LGBTI développent souvent une vision parfois très négative des LGBTI. Parfois au point de donner raison (probablement de façon accidentelle) aux Églises évangélistes en faisant d'une orientation sexuelle ou du choix d'une identité de genre une prison, une fatalité au nom de l'Art. Je ne parle pas de la discrimination représentée, des comportements de personnages ou de groupes sociaux qui ajouteraient de l'adversité dans le parcours des personnages LGBTI représentés. Non, c'est plus une fatalité interne, qui grève les actions des personnages, une sorte de complaisance morbide que rend bien la littérature genetienne (de Jean Genet) où la figure de l'homosexuel se superpose à celle du voleur, du gitan, tous ayant cette position particulière de marginal qui les place au devant d'une société qui tourne en vase clos dans sa belle comédie humaine. Cette condition condamne toute vie des homosexuels à être une vallée de larmes, marquée par la violence, la trahison, le suicide, le meurtre... puisque ces personnes sont condamnées à rester des marginaux et à rester des stigmatisés. Hors de question qu'il soit question d'amour, de famille, d'une vie autre que celle clandestine des personnages genetiens. Là où je veux en venir, c'est que les films LGBTI tendent à reproduire ces figures voire les glorifient, et évitent de s'en justifier en invoquant le sacro saint argument d'un autotelisme de la visée artistique qui transcenderait l'axiologie (système de valeurs jugées positives ou négatives) de la narration : en gros parce que le réalisateur et le scénariste voulaient faire quelque chose de beau, de pas soumis aux bassesses de l'idéologie. 

Sauf que voilà, au bout d'un moment quand on grandit avec en tête des schémas pareils retransmis par ces œuvres où il est souvent question d'amour impossible, de mort, de non dit, de suicide... On finit par ne plus avoir envie de regarder de films LGBTI parce que c'est souvent la même chose. Ça va finir comme une tragédie racinienne 7 fois sur 10.

D'où ma question : connaissez-vous des films LGBTI qui, sans virer dans la parodie ou l'humour (surtout si c'est pour reproduire des stéréotypes et les exhiber), traitent de façon originale cette thématique sans tomber dans le mélodrame ? Où on retrouve moins d'absurde (au sens où Camus pourrait l'entendre) et plus d'espérance ?

Merci et bonne journée :-)


photo de l'auteur veluma
Veluma
Femme de 43 ans
Grenoble, Isère, France

9 remerciements
quel différence avec ce post?
https://betolerant.fr/forum/9774/cinema-lgbt-et-parcours-positifs

photo de l'auteur AlexLiLAngel21
AlexLiLAngel21
Homme de 22 ans
Dijon
Je me disais justement la même chose, un beau film de ce genre qui ne fini pas mal ou qui n'est pas bourré de cul et de stéréotypes n'existe pas à ma connaissance :/

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bien le bonjour divinité du soleil et de la lune  au moral un peu voilé !
Ce post est-il une forme de compte rendu indirect de la conférence sur Genet dont tu nous avais parlé ici même ? Il est assez rare de parler de "littérature genétienne" spontanément dans une conversation ^^...

Autant j'adore le roman Querelle de Brest de Genet et son adaptation crépusculaire Querelle (sous titré  "un pacte avec le diable" pour rster dans ta thématique évangélique) de Fassbinder autant je m'abstiens de les conseiller à froid sans connaître la personne, car d'évidence ce ne sont pas eux qu'il faut aller voir pour trouver du réconfort et des happy end ( du réconfort et de la joie, selon les termes de mon roman homo qui se finit bien Confort et joie de Jim Grimsley), mais quand je veux une exploration sincère et inspirée et investie et dangereuse de la psyché et de ses jeux avec le désir et les images c'est là que je vais.
Depuis les nécessaires drames (situation de honte et d'exclusion pdt lgtps) les choses ont bien changé dans les représentations et les comédies légères sont nombreuses.
Et puis l'art, les livres, les films ne sont pas là que pour nous rassurer : la sérénité n'arrive souvent qu'après la traversée consentie des zones d'ombres, et à ce jeu ces créateurs sont maîtres...
L'amour c'est parfois compliqué,et comme le chante joyeusement Jeanne Moreau  sur des paroles d'Oscar wilde "each man kills the things he loves", mais à la fin, comme dans la dernière scène du film, devant ce désordre absolu pourquoi ne pas rire aux éclats ? On n'est pas obligé,après tout, de se laisser affecter par l'illogique de la vie !

https://www.youtube.com/watch?v=DprNsG02pDI

https://www.youtube.com/watch?v=DprNsG02pDI

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de AlexLiLAngel21 : Je me disais justement la même chose, un beau film de ce genre qui ne fini pas mal ou qui n'est pas bourré de cul et de stéréotypes n'existe pas à ma connaissance :/


Holà camarade : moins de dépit et plus de curiosité s'il te plaît !
Je te l'accorde, les films intéressants ne sont pas toujours ceux qu'on trouve en bout de gondole, et il faut chercher un peu pour trouver les pépites derrière le tout venant des produits stéréotypés fabriqués à la chaîne.
Rejoins le fil de discussion justement exhumé par veluma, tu y trouveras des pistes,
et  pour commencer, pourquoi pas ceci ?


https://www.youtube.com/watch?v=l2ayxvxXW0k
Bonnes explorations et belles découvertes à toi !

PS : dans la catégorie des sorties récentes aussi enthousiasmantes que discrètes j'ajoute cette tonique et poignante virée à Cuba à mes suggestions chaleureuses :





https://www.youtube.com/watch?v=rQVsmkmRbdc

photo de l'auteur HearMe
HearMe
Homme de 21 ans
Paris
DAMN je tombe sur ce forum alors même que je viens de voir 120 Battements Par Minute, qui correspond un peu aux films que vous décriez, ce qui ne le rend pas moins touchant et percutant!! ^^
Mais du coup je vous propose un autre film, un peu + gai (hihihi...), " Boys ", c'est une jolie histoire d'amour entre 2 jeunes adolescents, ça se passe en plein été, ça réchauffe les coeurs, ça donne envie d'être amoureux!! *___*
C'est un film néerlandais, AUCUNE scène sexuelle, AUCUN cliché, avec le recul je le trouve même un peu niais... ^^'

https://www.youtube.com/watch?v=https://m.youtube.com/watch?v=2c-MwNHmZCM

photo de l'auteur Lanaawyn
Lanaawyn
Non binaire de 21 ans
Nîmes

3 remerciements
En complément, j'aimerai ajouter, pour les cinéphiles:

-Holding The Man (2016/AUS/Armfield). Ce film nous plonge dans les 70s. Il y retrace le coming-out, et 15 années d'engouement et d'épreuves au sein d'un couple gay. Tout cela imprégné de paysages, de couleurs propices au voyage... Dommage que l'intimité sexuelle soit dévoilée, sinon, c'est terre à terre et très bien joué.

-I Can't Think Straight (2008/UK/Sarif). Sûrement autobiographique, avec plus d'envolées oniriques et moins de désagréments que la réalité. On nous présente 2 belles trentenaires au sein de 2 familles religieuses en Palestine. Un film enivrant!

-The World Unseen (2007/UK/Sarif).
Ou l'art de mêler le contexte écrasant de l'Apartheid avec les relations amoureuses bisexuelles (et hétéros).

-Zenne (2011/Turquie/Alper et Binay).
3 hommes, 2 gays et un bi, mêlés entre un univers transformiste (des drag queen donc) et famille ultra-conservatrice, tout cela en Turquie, le dépaysement y est.

-Below Her Mouth (2017/Canada/Mullen).
La rencontre inattendue de 2 jeunes femmes, l'une affirmée et l'autre, croyant être hétéro, qui, par jeu dira t-on, se faufile au hasard dans un club lesbien, prise au piège dans sa propre introspection. Film léger mais trop porté sur les scènes de sexe.

-Floating! (2015/ALL/Kaiser). Un jeune couple lesbien fête son enterrement de vie de jeune fille, chacune avec ses amis. L'une a la charge de rencontrer voire concevoir un bébé avec un donneur. Un des rares films qui parlent, en surface, de GPA.

Culturellement parlant, Paris Is Burning (déjà mentionné par un membre) est à voir, je confirme.
Et je conseille vivement le film convivial Pride (2014/UK/Warchus) (quelqu'un l'a également mentionné), qui restera l'un des meilleurs selon moi!

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
en voici un que j'avais déjà vu mais dont je ne me rappelais plus.
C'est sympa et à voir.


https://www.youtube.com/watch?v=CwkpcwYvqTQ

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Voilà deux films dont un, tourné comme un doc pour ceux qui ne connaissent pas, n'est pas à ranger dans la catégorie "non déprimant" mais que je trouve assez incontournable.
"Tarnation" de Jonathan Caouette (2003 je crois)

fiction cette fois ci mais dans un autre registre...
"Shortbus" de John Cameron Mitchell (2006)

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit