Court Métrage


Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 2 ans


Cher Tous !

Voici un court métrage sur (entre autre) l'acceptation (ou sa non acceptation) de l'homosexualité réaliser par moi et l'équipe qui me suit.

Par ici les amis ! 

Au plaisir de lire vos retours !

Eolas.

Auteur : gaeyeregard
Gaeyeregard - 23 ans
De Paris
  il y a 2 ans


Je viens de finir de visionner le "court" métrage et c'est vraiment bien fait pour une petite production amateur. Vous avez du vous donner du mal. 

Et dis donc, c'est une sacrée équipe que tu as, entre les acteurs et ceux qui sont hors cadre :p. Vous êtes une troupe de théatre à la base ?  Tu te l'as joue aussi Tarantino en faisant une apparition dans le film ;-) (parce que je suppose que tu es le réalisateur, scénariste, monteur ?) 

Je ne suis pas trop fan de la diction tragédienne, j'étais un peu surpris au début mais ça colle avec l'idée du conte alors ça m'a pas trop dérangé. Bon par contre c'est pas très rigolo. 

SPOIL ON : c'est ce qui s'appelle se faire empoisonner par son frère. ^^ SPOIL OFF.

Et une dernière question, dans quelle forêt avez-vous tourné ça ? Rassure moi, les montagnes qu'on voit, c'est une prise montée qui vient d'ailleurs ? 

Le générique m'a vraiment fait rire (mise à part la petite faute d'orthographe :p). Ça redonne le sourire.

Les gens, si vous avez 45 minutes, regardez le travail de jeunes passionnés parce que ça vaut le coup. Aujourd'hui j'aurais vu 2 bons films, "Star wars : le retour de la force" et "Le conte  de Gaan" ! 

 11 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Ajabtar
Ajabtar - 44 ans
De Paris
  il y a 2 ans


Pas courant ce rythme lent de nos jours (j'aime bien). Très poétique aussi. Je vais vous faire un peu de pub. :)

Une critique néanmoins : vous auriez pu profiter du caractère fictif de cette société pour dégenrer la répartition des tâches, ou au moins la critiquer (lessive faite par les femmes).

 4 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 2 ans


Merci Gaeyeregard pour ce beau commentaire !
Il lui manque quelques minutes pour être moyen métrage ^^
Oui j'ai une belle équipe qui c'est regrouper autour d'un premier pojet et qui ne cesse de s'enrichir au fils du temps ! A la base nous sommes tous des pationée, d'ici et de là que j'ai réuni pour un premier projet (je ne connaissait pas certaine personne) ! Après avoir tourné ce court métrage et avoir lancé la préparation du prochain nous avons décidé de nous constituer en temps que Compagnie Amateur sous forme d'asso loi 1901 :)
En réalité je suis l'auteur des contes, je fais l'adaptation, j'écris le scénario, je réalise, dirige les acteurs, je les costumes (cré, couture et recup), accesoirise, je fait les reperage et je monte le film... Cette fois j'ai fais des apparition pour gonfler un peu les rangs dans les scènes de groupe :)

On tourne ça dans ma petite campagne Grenobloise, (St Joseph de Rivière pour être exact) alors si, les montagnes sont bien réel (chartreuse <3)  et si c'est la prise de l'accouchement c'est exactement la vue réel qu'on avait à l'endroit du tournage ; c'est ce que Dearbhail voyait en mettant au monde son fils ^^

Haha tant mieux, un peu de guetter après la tragédie ^^ Merde, je les traques pourtant et je ne suis pas le seul ; qu'elle est elle ?

En Tout cas, merci beaucoup !! :) 
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 2 ans


Ajabtar, cette critique existe belle et bien (mais très subtilement) dans la dernière phrase de la scène. Pour certaine personne, ça leur à sauté aux yeux ^^ 
Mais il y a des raisons à cela : la première est que le monde bien que fictif dans lequel évolue ce conte, ne se limite pas à cette histoire seulement et répons à certain code. Secondement c'est tout simplement un problème d'équipe, nous avons presque que des actrices, et étant donné que les hommes étaient occupé à des rôles qui ne leur permettaient pas cette activité... 

Auteur : Hoctave
Hoctave - 24 ans
De Paris/St Dizier
  il y a 2 ans


Bonjour,

Beaucoup de travail, d'organisation et de bonne idées. Sympathique à regarder surtout quand on se dit que le budget est minime.

Je vais donner mes conseils : L'importance des plans. Je pense qu'un certain nombre de plans peuvent sembler déroutant.
Par exemple au début "la chasse" : on suit le chasseur de son dos. C'est un procédé utilisé dans les films d'horreur celui-ci donne l'impression que c'est une proie car on ne peut pas se préparer à un éventuel danger venant de l'arrière, c'est censé être oppressant. Je pense qu'un plan qui suit le "chassé" est intéressant car ludique. "Va t-il le repérer à un moment ?" Sans oublier au moins un plan sur le regard du "chasseur" pour introduire l'idée de fascination.
(Information annexe, à cette distance il aurait entendu que quelqu'un le suit)

Distanciation des plans Symboliques/factuels : Le fait d'avoir qu'une seule caméra peut être la raison. Je pense qu'un jeu Proche/Loin est utile. Des plans très rapprochés peuvent suggérer le symbolique ce qui est bien venu dans ce genre d'univers, cela donne de la profondeur. Inversement certains plans pourraient prendre un peu de distance afin d'ancrer ton histoire dans un cadre clair et vivant. Pour que les spectateurs s'identifient à l'histoire il faut qu'ils entre dedans à un certain moment. (Il y a des moments où tu le fais)

Certains plans me paraissent un peu longs comme celui du mariage par exemple. Dans cette scène ce qui est important, à mon sens, est le contraste entre l’événement considéré comme joyeux et le sentiment du frère. La rupture entre le fait de célébrer la norme à travers les apparences et les codes (robes, danses, rituels) et de l'autre côté le refoulement du sentiment profond, sincère. J'aurais recentré la scène sur ça, plus facile à dire qu'à faire ...

Justement en parlant de codes, j'ai été surpris de l'utilisation de certains d'entre eux : la couleur rouge de la robe de mariage, je me suis directement dit "déjà consommé ?". Pareil pour le tissu rouge vers la fin pour recouvrir le corps, je trouvais que ça rappelait trop le sang mais bon c'est mon impression.

Dans la scène du dialogue pour préparer le supposé départ vers le Nord, on a pas d'indices (sauf le voix off) suggérant la maladie, la nouvelle de la mort devient alors légèrement abrupte arrivant juste après.

Je suis exhaustif dans mon descriptif néanmoins je trouve ce court métrage vraiment intéressant, "chapeau bien bas".

 10 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.

Auteur : Ajabtar
Ajabtar - 44 ans
De Paris
  il y a 2 ans


Eolas a écrit :
Eolas , garçon de 19 ans de Versailles Ajabtar, cette critique existe belle et bien (mais très subtilement) dans la dernière phrase de la scène. Pour certaine personne, ça leur à sauté aux yeux ^^


Ah, un 2e visionnage s'impose alors. :)

étant donné que les hommes étaient occupé à des rôles qui ne leur permettaient pas cette activité...


Tu veux dire que leurs rôles étaient trop bas dans l'échelle sociale pour s'adonner à la noble activité qu'est la lessive ? ;)
Ça aurait pu être un scénario : les hommes se rencontrant à la lessive, pendant que les femmes batifolaient en forêt en lisant de la poésie...

 4 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 2 ans


Ajabtar a écrit :
Ajabtar , garçon de 42 ans de Les Lilas Eolas a écrit : Eolas , garçon de 19 ans de Versailles Ajabtar, cette critique existe belle et bien (mais très subtilement) dans la dernière phrase de la scène. Pour certaine personne, ça leur à sauté aux yeux ^^ Ah, un 2e visionnage s'impose alors. étant donné que les hommes étaient occupé à des rôles qui ne leur permettaient pas cette activité... Tu veux dire que leurs rôles étaient trop bas dans l'échelle sociale pour s'adonner à la noble activité qu'est la lessive ? Ça aurait pu être un scénario : les hommes se rencontrant à la lessive, pendant que les femmes batifolaient en forêt en lisant de la poésie...


Non ce que je veux dire c'est qu'Alan était mort et que Gaan était trop occupé à pleurer dans son bout de forêt... Ils nous rester lus que des actrices femmes, tout simplement ^^
Mais après oui, ça aurait put être un couple lesbien, mais ce n'est pas ça dans le conte original, et il y as des raisons (généalogie, descendance, etc..)
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 2 ans


Hocatve, merci d'avoir pris le temps de rédiger ce commentaire ! Ce bien ce genre de chose qui vont nous faire avancer :)

Je voulais répondre point par point, mais je pense que ce n'est pas utile en fait.. sauf si ça t'intéresse de savoir pourquoi nous avons fait ces choix :)
En tout cas merci pour ce retour très enrichissant ! :)
Auteur : gaeyeregard
Gaeyeregard - 23 ans
De Paris
  il y a 2 ans


Eolas a écrit :
Eolas , garçon de 19 ans de Versailles Oui j'ai une belle équipe qui c'est regrouper autour d'un premier projet et qui ne cesse de s'enrichir au fils du temps ! A la base nous sommes tous des pationée, d'ici et de là que j'ai réuni pour un premier projet (je ne connaissait pas certaine personne) ! Après avoir tourné ce court métrage et avoir lancé la préparation du prochain nous avons décidé de nous constituer en temps que Compagnie Amateur sous forme d'asso loi 1901 En réalité je suis l'auteur des contes, je fais l'adaptation, j'écris le scénario, je réalise, dirige les acteurs, je les costumes (cré, couture et recup), accesoirise, je fait les reperage et je monte le film... Cette fois j'ai fais des apparition pour gonfler un peu les rangs dans les scènes de groupe


Rien que ça ^^. Il ne vous manque plus qu'un décorateur et vous avez un staff complet. 

Eolas a écrit :
? ? ?On tourne ça dans ma petite campagne Grenobloise, (St Joseph de Rivière pour être exact) alors si, les montagnes sont bien réel (chartreuse )  et si c'est la prise de l'accouchement c'est exactement la vue réel qu'on avait à l'endroit du tournage ; c'est ce que Dearbhail voyait en mettant au monde son fils ^^  


Il me semblait bien avoir reconnu les Alpes. 

Eolas a écrit :
Merde, je les traques pourtant et je ne suis pas le seul ; qu'elle est elle ? 


En fait il y en a deux : il manque un accent à scénario mais ça à la rigueur c'est pas grave. Il y a surtout une faute à "la femme aux préSentiments" (manque un s :p). Après, sans que ce soit grammaticalement incorrect j'aurais surement fait le choix du pluriel pour coiffure, prise de son, maquillages mais on peut dire "à la coiffure, au maquillage, à la prise de son" donc c'est correct. Je suis juste chiant XD. 

Hoctave a écrit :
Modérateur Hoctave , garçon de 22 ans de Paris  Par exemple au début "la chasse" : on suit le chasseur de son dos. C'est un procédé utilisé dans les films d'horreur celui-ci donne l'impression que c'est une proie car on ne peut pas se préparer à un éventuel danger venant de l'arrière, c'est censé être oppressant. Je pense qu'un plan qui suit le "chassé" est intéressant car ludique. "Va t-il le repérer à un moment ?" Sans oublier au moins un plan sur le regard du "chasseur" pour introduire l'idée de fascination. (Information annexe, à cette distance il aurait entendu que quelqu'un le suit)    


Dans la mesure où il s'agit d'un conte, je n'ai pas trop été gêné par le fait qu'il ne se rende pas compte qu'il était suivi. Le conte est souvent une métaphore, ici l'image ne fait qu'illustrer la voie off. J'ai bien aimé justement ce plan de dos sans avoir l'impression du danger parce que la musique ne s'accordait pas au danger. Et le jeu d'acteur suffit à comprendre qu'il ne le suit pas pour le manger :p. Après je ne suis pas spécialiste des plans au cinéma. 


Hoctave a écrit :
La rupture entre le fait de célébrer la norme à travers les apparences et les codes (robes, danses, rituels) et de l'autre côté le refoulement du sentiment profond, sincère. J'aurais recentré la scène sur ça, plus facile à dire qu'à faire ... Justement en parlant de codes, j'ai été surpris de l'utilisation de certains d'entre eux : la couleur rouge de la robe de mariage, je me suis directement dit "déjà consommé ?". Pareil pour le tissu rouge vers la fin pour recouvrir le corps, je trouvais que ça rappelait trop le sang mais bon c'est mon impression.  


J'ai bien aimé la représentation du mariage médiévale. Le conte est intemporel, mais on sait grâce aux costumes qu'il se passe dans une société patriarcale et traditionnelle. Je ne sais pas si il y a une symbolique du rouge, mais pour moi c'est juste la couleur la plus utilisée dans les mariages de l'ancien régime. Le drap pourpre sous lequel on passe est une tradition italienne qui remonte au VIe siècle et qui s'est étendue à toute l'Europe.  

Ce que je reproche surtout au mariage c'est le fait qu'Allan change de comportement. Au début on voit bien qu'il a le seum mais à la fin on le voit plusieurs fois rire et s'amuser pendant la fête. Aurait-il noyé son chagrin dans l'alcool ? :p

Hoctave a écrit :
? ? ?Dans la scène du dialogue pour préparer le supposé départ vers le Nord, on a pas d'indices (sauf le voix off) suggérant la maladie, la nouvelle de la mort devient alors légèrement abrupte arrivant juste après.  


Ça je suis tout à fait d'accord, la fin va trop vite. Dommage, vous auriez pu trouver les minutes qui vous manquaient pour faire un moyen métrage. Peut être n'aviez vous pas le temps. 

[/quote]
Ajabtar a écrit :
Ajabtar , garçon de 42 ans de Les Lilas Ah, un 2e visionnage s'impose alors. étant donné que les hommes étaient occupé à des rôles qui ne leur permettaient pas cette activité... Tu veux dire que leurs rôles étaient trop bas dans l'échelle sociale pour s'adonner à la noble activité qu'est la lessive ? Ça aurait pu être un scénario : les hommes se rencontrant à la lessive, pendant que les femmes batifolaient en forêt en lisant de la poésie...


Il me semble que si la société n'avait pas été patriarcale et traditionnelle, le message aurait été moins fort. Selon moi le "village" n'est pas tout rose dans le conte. C'est pourquoi je n'en veux pas trop au fait que ce soit les femmes qui fassent la lessive. Parfois un simple portrait suffit pour soulever l'indignation. La preuve, on a tous plus ou moins réagi au fait que c'était les femmes qui faisaient la lessive. J'avoue m'être fait la réflexion qu'elles faisaient souvent la lessive, et j'étais suis sûr que ça avait donné lieu à pas mal de remarques hors champ des caméras XD. Il m'a fallu le deuxième visionnage pour relevé l'ironie dans la voix de l'actrice qui dit que le linge ne va pas se laver tout seul :p. 

 11 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 2 ans


La vie est loin d'être rose pour eux, en effet, c'est très peu développé dans le court, mais c'est un village d'exilé ; ils ont fuit la guerre, perdu beaucoup pendant le voyage qui les à conduit ici, il cherche à se reconstruire et à retrouver toutes ces choses avec lesquels ils vivaient avant. C'est aussi ça que raconte se mariage : cette grande fête qui tombe en désuétude, où il n'y a personne, pourtant on s'accroche à ses valeurs et ses traditions pour survivre... Le mariage raconte aussi ça (mais c'est pas évident, je l'avoue).
Il y a de ça (l'alcool) dans le retournement d'Alan, puis, il se réjouis quand même (un peu) pour ça sœur, et son village

La précipitation de la fin est une de mes grandes spécialité, je suis navré ^^

Pour les deux fautes, je corrigerais ça :)
Et pour le décorateur, je pense qu'il vas falloir que je m'y mette pour la prochaine création ^^
Auteur : golphy
Golphy - 36 ans
De Alger
  il y a 2 ans


Je vais apporter mon grain de sel aussi :-D alors j'ai vraiment bien aimer le court métrage, de l'histoire qu'il raconte et de la façon dont c'est raconte et je dois dire qu'à mon sens (et uniquement à mon sens ;-)) toute est juste des homos qui vivent leur relation coché et ne peuvent la dévoiler au autres au même titre que les femmes sont à la lessive :-p car notre monde est ainsi fait, l'homme ne vit qu'à travers des stéréotypes des schémas près établis et des qu'on sort de ces schémas les choses devinnent plus compliqué, et je dois dire que nous répondons tous à des stéréotypes, t'es une femme tu dois bien faire la cuisine, t'es un homme tu bricole bien, t'es homo tu dois être une folle, t'es lesbienne t'es sûrement garçon manqué...etc l'homme ne peut fonctionner de lui même après il y a une grande différence entre les individus, ils y a ceux qui restent sur leurs acquis et d'autres qui se questionnent et se révisent, moi avant je croyais qu'être un homme c'était faire certaines choses mais pas d'autres par exemple jouer au foot mais pas faire de la dense :-D oui je sais j'étais con, mais ça c'était avant (Chris) :-D

Donc je pense que si il y avait eu des hommes et des femmes ou que des hommes à la lessive le sens de l'histoire aurait été toute autre une sorte de superposition d'histoires, je ne dis pas que les femmes doivent tjr être reléguée aux tâches ménagères ou coller a l'idée que la majorité des gens se font du rôle de la femme et de l'homme mais parfois pour faciliter la lecture on ce doit de faire avec au risque de perdre le sens général  (oui possible qu'il y a contradiction dans ce que je dis)

C'est un conte imprégner de réalisme :-)

 9 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.

Auteur : Ajabtar
Ajabtar - 44 ans
De Paris
  il y a 2 ans


Eolas a écrit : ça aurait put être un couple lesbien


Je pensais plutôt à Alan et Gaan se rencontrant autour d'une lessive plutôt que d'une lecture... C'est une boutade, j'avoue : nous considérons que la lecture est une activité plus noble et romantique que la lessive (et pourtant nous sommes bien contents de porter du linge propre... enfin j'espère !). Mais ça met en exergue la hiérarchie des tâches dans notre société patriarcale.

Gaeyeregard a écrit : Il me semble que si la société n'avait pas été patriarcale et traditionnelle, le message aurait été moins fort. Selon moi le "village" n'est pas tout rose dans le conte. C'est pourquoi je n'en veux pas trop au fait que ce soit les femmes qui fassent la lessive. Parfois un simple portrait suffit pour soulever l'indignation. La preuve, on a tous plus ou moins réagi au fait que c'était les femmes qui faisaient la lessive. J'avoue m'être fait la réflexion qu'elles faisaient souvent la lessive, et j'étais suis sûr que ça avait donné lieu à pas mal de remarques hors champ des caméras XD. Il m'a fallu le deuxième visionnage pour relevé l'ironie dans la voix de l'actrice qui dit que le linge ne va pas se laver tout seul .


L'activité des femmes aurait pu être, par exemple, celle de participer à un conseil dirigeant les affaires du village... Ou si on voulait se distancier de l'assignation des femmes à la lessive, on pouvait lier cette assignation plus ouvertement au tabou de l'homosexualité, non ? Insister sur l'idée que les conceptions de cette société ont des conséquences néfastes pour les hommes gays, mais aussi pour les femmes, et qu'elles ont les mêmes racines idéologiques.

 4 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 2 ans


Participation au conseil, on l'as déjà fait dans notre précédent court métrage... Il était presque exclusivement constitué de femme.
Les conséquences de la non acceptation de l'homosexualité est quand même la mort de tout le village, homme et femme comprit. Après l'histoire s'axe sur deux personnages, qui sont Alan et Gaan, il est impossible en si peu de temps de montrer les implication de tout un village... C'est esquissé, brossé, suggéré, mais on ne peut pas faire plus... 
Et puis comme il a été dis plus haut, c'est aussi comment on joue avec les stéréotype qui constitue notre vie. Si la société dans laquelle se dérouler ce conte été complètement différente, que les codes et les répartition sociétal des tâches été différente l'histoire n'aurait plus été la même du tout ; l'impacte de la relation homosexuel entre Alan et Gaan, le mariage arrangé, etc... n'aurait plus eu les même valeurs et plus du tout les mêmes raisonnances avec notre monde contemporain.
Auteur : Ajabtar
Ajabtar - 44 ans
De Paris
  il y a 2 ans


Eolas a écrit :
Eolas , garçon de 19 ans de Versailles Participation au conseil, on l'as déjà fait dans notre précédent court métrage... Il était presque exclusivement constitué de femme. Les conséquences de la non acceptation de l'homosexualité est quand même la mort de tout le village, homme et femme comprit. Après l'histoire s'axe sur deux personnages, qui sont Alan et Gaan, il est impossible en si peu de temps de montrer les implication de tout un village... C'est esquissé, brossé, suggéré, mais on ne peut pas faire plus...  Et puis comme il a été dis plus haut, c'est aussi comment on joue avec les stéréotype qui constitue notre vie. Si la société dans laquelle se dérouler ce conte été complètement différente, que les codes et les répartition sociétal des tâches été différente l'histoire n'aurait plus été la même du tout ; l'impacte de la relation homosexuel entre Alan et Gaan, le mariage arrangé, etc... n'aurait plus eu les même valeurs et plus du tout les mêmes raisonnances avec notre monde contemporain.


Oui, probablement, une société où le genre serait performé de manière différente aurait donné un autre film, à la fin plus heureuse. C'est pour cela que je pensais plutôt à une critique plus appuyée, par exemple un discours justifiant la répartition des tâches : une femme aurait pu dire que c'était leur rôle de faire la lessive, et que c'était l'observance du rôle de chacune et de chacun qui les préserverait du malheur (ce qui serait démenti par la suite de l'histoire). Bref, un exemple comme ça, mais pour que ce soit un peu plus appuyé.

 4 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : JhoMm
JhoMm - 37 ans
De Grenoble
  il y a 2 ans


Merci pour ce partage ! Le talent est indéniable. J'ai été sensible à la beauté et richesse de la langue au tout début en voix off. Bien sûr le phrasé et la langue littéraire des dialogues peuvent surprendre certains au début, mais comme on l'a déjà écrit avant moi, cela colle bien au conte.

C'est un court qui comporte plein de détails, pas toujours perçus dès la première vision. Des allusions à l'exil, la guerre, la fuite, par exemple. Dans la manière de tourner aussi, il y a pas mal de références, conscientes ou non, je ne sais pas. C'est tout simplement la marque de ton style, même s'il n'est pas encore totalement abouti.

Personnellement, je trouvais les paysages familiers mais c'est parce que tu as tourné dans ma région.:)

J'attends avec impatience tes autres projets cinématographiques.
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 2 ans


Merci pour ce beau commentaire, ça me vas droit au cœur ! Oui il à plein de détails, de référence à des choses connu ou inconnu, plus ou moins caché, plus ou moins visible et plus ou moins conscient aussi :)

Les paysages... Je suis tellement heureux d'y habiter et de pouvoir tourner et vivre dans des endroits si magnifique ! Je suis vraiment triste de n'y être que pendant les vacances ^^
Auteur : JhoMm
JhoMm - 37 ans
De Grenoble
  il y a 2 ans


:D Mais de rien. C'est mérité.

Oui nous avons la chance d'habiter dans une belle région :)
Auteur : Hoctave
Hoctave - 24 ans
De Paris/St Dizier
  il y a 2 ans


Gaeyeregard  Dans la mesure où il s'agit d'un conte, je n'ai pas trop été gêné par le fait qu'il ne se rende pas compte qu'il était suivi. Le conte est souvent une métaphore, ici l'image ne fait qu'illustrer la voie off. J'ai bien aimé justement ce plan de dos sans avoir l'impression du danger parce que la musique ne s'accordait pas au danger. Et le jeu d'acteur suffit à comprendre qu'il ne le suit pas pour le manger . Après je ne suis pas spécialiste des plans au cinéma.


Wep, J'ai suivi un séminaire sur le langage des plans du coup ma lecture est influencée. Je pense sincèrement que la dimension des plans est à considérer sérieusement. La même histoire prise avec des plans différents peut lui donner un tout autre sens. C'est ce qu'on appelle "Framing" : on décide de montrer des choses et d'en cacher d'autres pour aiguiller la lecture.

Je suis d'accord le conte est chargé de symbolisme pour découdre les traits de la réalité mais cela a ses limites. A moins d'exagérer le jeu d'acteur afin de rendre cohérent cette approche du réel la crédibilité demeure pour moi ici décisive. Surtout qu'on les présente avec la voix-off sur un plan où ils sont vraiment proches. On peut se dire que ce sont des potes qui se promènent dans la forêt puisque on ne les mentionne pas immédiatement de manière dissociée. "Il était deux jeunes hommes"
On saisit la référence à la "chasse" suite à la vision des quelques pas chaloupés et surtout à la pause au niveau de l'arbre. Pour moi la synchronisation texte/image, pour ne pas installer de faux sens, devrait alors se jouer sur le code des plans. Bref' rien de grave héhé.

Pour les couleurs j'ai trouvé ça, la ligne sur Moyen âge au niveau le rouge ICI
Rien de frappant néanmoins.

 10 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : magicalwaves
Magicalwaves - 43 ans
De Paris
  il y a 2 ans


J'ai beaucoup aimé. Le cadre, l'ambiance sonore, la diction, la gestuelle, l'histoire. L'esthétique est vraiment belle. L'ensemble est hors du temps que nous connaissons*. C'est du beau travail. Continuez !

* le cadre, la diction et ce côté hors du temps m'ont rappelé Le Monde Vivant d'Eugène Green, bien que ce film soit dans un registre très différent,

 3 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.



Pour participer à [ Court Métrage ] il faut être obligatoirement inscrit