Transgenre : Appel urgent des experts de l'ONU contre la discrimination dans les milieux sportifs

Publié le 02/11/2023 à 10:43 - Édité le 02/11/2023 à 10:47
Transgenre : Appel urgent des experts de l'ONU contre la discrimination dans les milieux sportifs
Vous aimez cet article ? Partagez-le:

Un groupe d'experts des Nations Unies exhorte les pays, les athlètes et les organismes sportifs à garantir le droit des personnes transgenres et intersexes de participer au sport, sans discrimination.


Les barrières structurelles face aux sportifs LGBT+

À la veille du Forum Sporting Chance, commémorant le 75ième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH), ces experts expriment une "grave préoccupation" face aux obstacles rencontrés par les femmes et les filles "dans toute leur diversité", y compris les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, de diversité de genre et intersexes.

Leur position politique invite instamment les États, les associations sportives internationales, les sportifs et autres parties prenantes à "protéger et respecter le droit international des droits de l'homme et les normes dans le domaine du sport, sans discrimination d'aucune sorte".


La controverse actuelle sur les athlètes transgenres

Cet appel intervient dans un contexte de hostilité croissante envers les athlètes transgenres, soumis à une surveillance et à des abus intensifs. De plus en plus d'organisations sportives interdisent aux personnes transgenres de concourir dans les catégories correspondant à leur genre, tandis que certains États américains ont empêché les jeunes transgenres de participer à des équipes alignées sur leur genre, même pour le plaisir.

Les experts déclarent que "les exclusions catégoriques des femmes trans et intersexes du sport féminin constituent une violation, des obligations relatives aux droits de l'homme en vertu du principe de non-discrimination... [et] de leur droit à la vie privée". Ils s'alarment également du ciblage "souvent offensif et même haineux" des personnes trans et intersexes sur les réseaux sociaux et dans le discours public, impactant leur intégrité physique et mentale.

Il est impératif que les acteurs du monde sportif cessent de cibler les femmes trans et intersexes sous le prétexte de protéger le sport féminin et restent engagés en faveur d'une concurrence équitable en considérant des facteurs pertinents qui "peuvent affecter la participation des personnes sur la base de catégories protégées par le droit international des droits de l'homme", dont les caractéristiques sexuelles, l'orientation sexuelle et/ou l'identité de genre.

Cela inclut l'exigence d'adopter des approches fondées sur les droits de l'homme dans l'évaluation des candidatures des pays qui cherchent à organiser des événements sportifs mondiaux. Ce point est notable étant donné que l'Arabie Saoudite doit accueillir la Coupe du monde de football masculin en 2034, malgré son bilan en matière de droits de l'homme et la criminalisation des personnes LGBTQ+.

"Nous sommes convaincus que le sport a le pouvoir de changer les perceptions, les préjugés et les comportements : il ne doit pas servir à les renforcer", insistent les experts.

Ils exhortent donc les organismes sportifs de haut niveau à considérer les implications de leurs décisions non seulement pour les athlètes LGBT et intersexes, mais aussi pour l'impact que ces décisions auront sur les personnes LGBT et intersexes participant au sport à tous les niveaux, ainsi que sur les perceptions sociales générales.

Certains accueillent favorablement la position des experts, tandis que les activistes dits "critiques de genre" réagissent négativement, qualifiant l'ONU de misogyne.

Dans les mois récents, plusieurs organismes sportifs, dont l'Union Cycliste Internationale, Swim England et la Welsh Rugby Union, ont interdit aux femmes transgenres de concourir dans les catégories féminines, bien qu'ils aient peu ou pas d'athlètes transgenres au niveau professionnel.

Le débat sur l'inclusion des transgenres devient de plus en plus toxique avec des abus ouverts contre les personnes transgenres, la propagation de théories du complot et l'utilisation d'arguments anti-trans contre des femmes qui ne sont pas transgenres.

Vous aimez cet article ? Partagez-le:

S'INSCRIRE À NOTRE NEWSLETTER

Recevez nos articles, nos actualités et nos dossiers toutes les semaines. Restez éveillés ! 🏳️‍🌈


Auteur portrait de Carbonell Wilfried

Carbonell Wilfried
Je suis le fondateur de cette communauté. Je suis amoureux de mon chat Joseph et j'adore l'odeur du Whisky. J'essaie de temps à autre d'écrire des petites chroniques afin de tenter d'égayer le monde LGBT.



Publicité

Commentaires de la communauté

Un modérateur contrôlera votre commentaire.

D'où vient la haine des hommes et femmes transgenres ?
D'où vient la haine des hommes et femmes transgenres ?

26/07/2023 - Comprendre la complexité de la haine envers les personnes transgenres et ses conséquences dévastatrices. Ensemble, apprenons à combattre ces injustices pour un monde plus juste et égalitaire. #Haine #Transphobie #Transidentité

Comment la Cour Suprême des États-Unis soutient les étudiants transgenres ?
Comment la Cour Suprême des États-Unis soutient les étudiants transgenres ?

17/01/2024 - La Cour suprême américaine soutient les droits des étudiants transgenres, marquant un pas en avant pour l'égalité des droits dans le domaine de l'éducation.

L'athlète Halba Diouf, femme trans, privée des Jeux Olympiques 2024
L'athlète Halba Diouf, femme trans, privée des Jeux Olympiques 2024

20/06/2023 - L'histoire bouleversante d'Halba Diouf, une athlète transgenre exclue des JO de Paris 2024. Malgré les discriminations, elle refuse de renoncer à son rêve. Plongez dans son combat pour la reconnaissance et la tolérance.



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2024, betolerant.fr