Pau : Refus d'un gynécologue de consulter une femme transgenre

Publié le 11/09/2023 à 11:56 - Édité le 11/09/2023 à 12:32
Pau : Refus d'un gynécologue de consulter une femme transgenre
Vous aimez cet article ? Partagez-le:

Dans la ville de Pau, un gynécologue est actuellement sous le feu des critiques pour avoir refusé de consulter une femme transgenre. Selon une publication sur le site du médecin, un patient déclare : "C’était le premier rendez-vous de ma compagne trans, il [le gynécologue] a refusé de la recevoir. Sa secrétaire nous a rejeté froidement." En réponse à ces accusations, le médecin a été on ne peut plus clair : "Je suis gynécologue, je m’occupe des vraies femmes", ajoutant qu'il n'avait "aucune compétence pour s'occuper des hommes".


Les limites actuelles de la science médicale

Si l'on peut noter un manque certain de tact et de compassion dans cette réponse, l'argument du médecin soulève néanmoins une problématique médicale qui mérite d'être abordée sérieusement.


L'importance d'un suivi médical adapté pour les personnes transgenres

Cependant, cela ne veut pas dire que les hommes et femmes transgenres n'ont pas besoin de soins gynécologiques ou médicaux spécifiques. En effet, elles présentent des risques augmentés de cancers, de maladies sexuellement transmissibles et de complications postopératoires. L'accès aux soins est souvent compliqué, notamment en raison de la stigmatisation et de la discrimination. Selon les recommandations de la W-PATH (World Professional Association of Transgender Health) et des recommandations de l'Endocrine Society, il est crucial de proposer un suivi médical adapté à ces patients.


Vers une sensibilisation et une formation des professionnels de la santé

Le cas de ce gynécologue à Pau met en évidence un double problème : d'un côté, une attitude discriminatoire et stigmatisante à l'égard des personnes transgenres ; de l'autre, un manque de connaissances et de compétences spécifiques chez les professionnels de la santé. Il est vital de combler ce fossé par la formation et la sensibilisation des médecins aux besoins médicaux spécifiques des personnes transgenres.

Le manque de professionnalisme du praticien en question est inexcusable. Toutefois, ce cas soulève des questions légitimes concernant le suivi médical des personnes transgenres. Une prise de conscience collective et une formation adéquate des professionnels de la santé s'imposent pour répondre aux besoins spécifiques de cette population souvent marginalisée.

Ainsi, loin d'être un cas isolé, cette affaire devrait servir de catalyseur pour repenser et améliorer l'accès aux soins pour les personnes transgenres en France.


Une association LGBT affiche le nom et prénom du gynécologue sur les réseaux sociaux

Dans un contexte où un gynécologue a refusé de soigner un patient transgenre, les réflexes de certains membres et associations de la communauté LGBT peuvent être de dénoncer le praticien sur les réseaux sociaux, en engageant ce que l'on appelle le "doxxing", ou l'exposition publique d'informations personnelles. Cette stratégie, loin de résoudre le problème initial, peut entraîner des conséquences fâcheuses et inattendues.


Harcèlement groupé : Une technique peu recommandée

Certaines associations LGBT, dans leur zèle de défendre les droits de leurs membres, peuvent aller jusqu'à encourager le harcèlement groupé contre des personnes ou des professionnels jugés discriminatoires. Si l'intention de défendre la cause est louable, les méthodes le sont beaucoup moins.

En effet, le harcèlement en ligne peut avoir des conséquences judiciaires pour ceux qui s'y engagent, mais il peut également desservir la cause en question. Dans un monde saturé d'informations et de controverses, le lynchage numérique peut rendre la communauté LGBT plus vulnérable aux stéréotypes et à la stigmatisation.


L'importance du dialogue et de la prévention

L'impact réel sur les comportements discriminatoires reste, au mieux, marginal lorsque l'on utilise des techniques d'exposition publique et de harcèlement. À l'inverse, le dialogue et la prévention ont fait leurs preuves. Par exemple, des campagnes d'information et des formations spécifiques pour les professionnels de santé peuvent être bien plus efficaces pour changer les attitudes.

Il serait donc plus constructif de travailler à sensibiliser les professionnels de la santé sur les besoins spécifiques des patients transgenres. Des organisations professionnelles médicales, comme la WPATH, fournissent déjà des lignes directrices sur la manière de soigner les patients transgenres. L'accent devrait être mis sur la formation et l'éducation plutôt que sur la punition et l'exclusion.

En fin de compte, le lynchage numérique et le harcèlement groupé peuvent se révéler non seulement inutiles, mais contre-productifs. Ils peuvent aliéner des alliés potentiels et stigmatiser davantage les personnes LGBT. Au lieu de recourir à des tactiques d'intimidation, les efforts devraient se concentrer sur la création de ponts et l'éducation, des moyens bien plus efficaces pour promouvoir l'inclusion et le respect pour tous.

Vous aimez cet article ? Partagez-le:

S'INSCRIRE À NOTRE NEWSLETTER

Recevez nos articles, nos actualités et nos dossiers toutes les semaines. Restez éveillés ! 🏳️‍🌈


Auteur portrait de Carbonell Wilfried

Carbonell Wilfried
Je suis le fondateur de cette communauté. Je suis amoureux de mon chat Joseph et j'adore l'odeur du Whisky. J'essaie de temps à autre d'écrire des petites chroniques afin de tenter d'égayer le monde LGBT.



Publicité

Commentaires de la communauté

Un modérateur contrôlera votre commentaire.

Uruguay : Une nouvelle prison avec un espace spécifique pour les personnes trans
Uruguay : Une nouvelle prison avec un espace spécifique pour les personnes trans

01/08/2023 - L'Uruguay innove avec une nouvelle prison incluant un espace pour les personnes transgenres. Une évolution remarquable du système carcéral face à une réalité sociale en pleine transformation. #Uruguay #transgenre #trans #transidentité #prison

La Californie devient le premier État à officialiser le mois de l'histoire Transgenre 🏳️‍⚧️
La Californie devient le premier État à officialiser le mois de l'histoire Transgenre 🏳️‍⚧️

13/09/2023 - La Californie devient le premier État américain à reconnaître officiellement le Mois de l'Histoire Transgenre. Un geste fort qui a pour ambition de renforcer les valeurs d'inclusion et de respect. #transidentité #transgenre #trans #Californie

Un détenu transgenre à Saint-Martin-de-Ré bouscule les préjugés
Un détenu transgenre à Saint-Martin-de-Ré bouscule les préjugés

28/09/2023 - Un détenu transgenre à Saint-Martin-de-Ré remporte une victoire juridique partielle pour le droit à l'identité de genre en prison. Le tribunal de Poitiers éclaire la notion de "liberté fondamentale".



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2024, betolerant.fr