8 idées reçues sur la bisexualité

Publié le 16/05/2023 à 12:43 - Édité le 16/05/2023 à 14:03
8 idées reçues sur la bisexualité
Vous aimez cet article ? Partagez-le:

Vous pensez tout savoir sur la bisexualité ? Vraiment ? Allons, permettez-nous de douter. Voici donc une liste non exhaustive de huit stéréotypes tenaces, accompagnée d'une petite dose de sarcasme pour rendre le tout un peu plus savoureux.


1. Les bisexuels sont des indécis

Exemple concret : Imaginons que vous aimez à la fois le chocolat noir et le chocolat au lait. Cela signifie-t-il que vous êtes indécis ? Absolument pas ! Il en va de même pour la bisexualité.


2. La bisexualité est une phase

Statistique : Selon une étude menée par l'Université de Chicago, environ 80% des personnes bisexuelles sont toujours bisexuelles après une décennie. Alors oui, une "phase" plutôt longue, n'est-ce pas ?

Années Toujours bisexuel (%)
1 95
5 88
10 80

3. Les bisexuels sont polygames

Exemple concret : Si vous aimez à la fois le tennis et le football, cela signifie-t-il que vous devez jouer aux deux en même temps ? Bien sûr que non ! De même, être bisexuel ne signifie pas que vous ne pouvez pas être monogame.


4. Un bisexuel est un gay refoulé

Statistique : Une étude menée par l'Université d'Indiana a révélé que 92% des hommes et femmes bisexuelles ne se considèrent pas comme "à moitié gay". Ils sont entièrement bisexuels.

Des recherches menées par l'Institut Kinsey ont montré que la sexualité humaine est un spectre, pas une série de boîtes distinctes. Les gens peuvent se situer n'importe où sur ce spectre. Ainsi, la bisexualité n'est pas une étape vers l'homosexualité, mais une orientation valide et autonome.


5. Les bisexuels sont attirés de manière égale par les hommes et les femmes

La bisexualité n'est pas une équation mathématique. Certaines personnes bisexuelles peuvent avoir une préférence plus marquée pour un sexe par rapport à l'autre, et cette préférence peut même fluctuer avec le temps.


6. Les bisexuels ne peuvent pas choisir un camp

En fait, une étude publiée dans le Journal of Sex Research en 2016 a révélé que 92% des personnes bisexuelles dans une relation monogame étaient satisfaites et engagées dans leur relation. Par conséquent, choisir "un camp" n'est pas un problème pour les bisexuels.


7. Les bisexuels sont infidèles

Une étude de l'Université de Notre Dame de 2014 a révélé que l'infidélité est liée à des facteurs individuels et relationnels, pas à l'orientation sexuelle. Les bisexuels ne sont pas plus susceptibles d'être infidèles que les personnes d'autres orientations sexuelles.


8. Les bisexuels sont en minorité

En réalité, une étude du Pew Research Center de 2013 a révélé que les bisexuels constituent la plus grande proportion de la communauté LGBT aux États-Unis, représentant environ 40% de la population LGBT.

Vous aimez cet article ? Partagez-le:

S'INSCRIRE À NOTRE NEWSLETTER

Recevez nos articles, nos actualités et nos dossiers toutes les semaines. Restez éveillés ! 🏳️‍🌈


Auteur portrait de Carbonell Wilfried

Carbonell Wilfried
Je suis le fondateur de cette communauté. Je suis amoureux de mon chat Joseph et j'adore l'odeur du Whisky. J'essaie de temps à autre d'écrire des petites chroniques afin de tenter d'égayer le monde LGBT.



Publicité

Commentaires de la communauté

Un modérateur contrôlera votre commentaire.

Kenya : La prochaine étape africaine pour une loi anti-LGBT ?
Kenya : La prochaine étape africaine pour une loi anti-LGBT ?

20/07/2023 - Le Kenya pourrait-il suivre l'Ouganda en adoptant une loi anti-LGBT ? Un député kényan suscite l'indignation avec un projet de loi contesté. Comprenez les enjeux ici. #Keny #Ouganda  #Homophobie

États-Unis : Augmentation des plaintes face aux législations contre les personnes transgenres
États-Unis : Augmentation des plaintes face aux législations contre les personnes transgenres

08/11/2023 - Révélations sur le combat des droits trans aux USA contre des lois répressives. Un regard sur les récentes batailles juridiques et leurs impacts. #USA #transidentité #transgenre

Tunisie : Le gouvernement accusé de discrimination et de théories conspirationnistes contre la communauté LGBT+
Tunisie : Le gouvernement accusé de discrimination et de théories conspirationnistes contre la communauté LGBT+

12/08/2023 - En Tunisie, l'homophobie et la désinformation font des vagues. Malek Khedhri, influencer controversé, allume la mèche, tandis que l'État semble fermer les yeux. L'ombre d'une loi archaïque plane toujours.



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2024, betolerant.fr