Grande Bretagne : exclusion des personnes trans dans le monde du cyclisme

Publié le 29/05/2023 à 10:39 - Édité le 29/05/2023 à 10:41
Grande Bretagne : exclusion des personnes trans dans le monde du cyclisme
Vous aimez cet article ? Partagez-le:

Dans une démarche marquante, la Fédération britannique de cyclisme a récemment annoncé son intention d'empêcher les femmes transgenres de concourir dans les compétitions féminines de haut niveau. Cette décision a été prise dans le but de favoriser ce qu'ils appellent "l'équité" dans le sport.

La Fédération a prévu de segmenter les courses en deux catégories distinctes : la catégorie "ouverte" et la catégorie "féminine". Les hommes et femmes transgenres, ainsi que les personnes non-binaires et les hommes cisgenres, auront la possibilité de participer à la catégorie "ouverte". La catégorie "féminine", quant à elle, sera exclusivement réservée aux personnes assignées femmes à la naissance.

Avant cette annonce, la Fédération avait un règlement en place qui exigeait des coureuses transgenres qu'elles maintiennent un faible taux de testostérone pendant au moins 12 mois avant de pouvoir concourir. Cependant, cette règle a été suspendue en avril, suite à la tentative d'Emily Bridges, une femme transgenre, de participer aux championnats nationaux d'omnium en catégorie féminine, malgré son inéligibilité déterminée par l'Union cycliste internationale (UCI).

La réaction de Bridges à cette nouvelle politique a été vive. Sur les réseaux sociaux, elle a condamné cette décision, la décrivant comme un "acte violent" et a critiqué la Fédération comme une "organisation en déliquescence".

La décision prise par la Fédération britannique de cyclisme n'a pas été prise à la légère. Elle est le fruit de neuf mois de réflexion et de consultations, qui ont impliqué diverses parties prenantes, dont des cyclistes de l'équipe de Grande-Bretagne. Les recherches menées lors de ces consultations ont montré que les individus qui ont vécu leur puberté en tant qu'hommes ont un avantage significatif en termes de performances, un avantage qui ne peut être entièrement compensé par la suppression de la testostérone.

La Fédération a déclaré : "Des recherches montrent que même après la suppression de la testostérone, les femmes transgenres qui ont effectué une transition après la puberté conservent un avantage en termes de performance". Aucune date précise n'a été donnée pour l'application de cette nouvelle réglementation, la Fédération ayant simplement indiqué qu'elle serait mise en place avant la fin de l'année.

Il est intéressant de noter que l'UCI a une politique différente. Elle permet aux femmes transgenres qui ont vécu une puberté masculine de participer aux épreuves féminines si leur taux de testostérone a été réduit à 2,5 nanomoles par litre au cours des deux années précédentes.

Vous aimez cet article ? Partagez-le:

S'INSCRIRE À NOTRE NEWSLETTER

Recevez nos articles, nos actualités et nos dossiers toutes les semaines. Restez éveillés ! 🏳️‍🌈


Auteur portrait de Carbonell Wilfried

Carbonell Wilfried
Je suis le fondateur de cette communauté. Je suis amoureux de mon chat Joseph et j'adore l'odeur du Whisky. J'essaie de temps à autre d'écrire des petites chroniques afin de tenter d'égayer le monde LGBT.



Publicité

Commentaires de la communauté

Un modérateur contrôlera votre commentaire.

Thaïlande : Une femme transgenre élue au parlement
Thaïlande : Une femme transgenre élue au parlement

15/06/2023 - Focus sur l’ascension inspirante de Paramee Waichongcharoen, une femme transgenre élue en Thaïlande, qui passe de l'éducation à la politique pour combattre pour une éducation plus inclusive et respectueuse des différences de genre. #Changement #Inclusion

Italie : Cauchemar pour les familles homoparentales
Italie : Cauchemar pour les familles homoparentales

01/07/2023 - Une évolution inquiétante des droits des familles homoparentales se déroule actuellement en Italie. Face à une justice hostile, leur reconnaissance est menacée. #italie #homoparentalité #LGBTparentalité #famille

Sanctions des États-Unis contre l'homophobie : Quatre pays Africains dans le collimateur
Sanctions des États-Unis contre l'homophobie : Quatre pays Africains dans le collimateur

02/11/2023 - Les USA imposent des sanctions sur quatre pays africains pour homophobie, remettant en question les droits de l'homme et la démocratie. #homophobie #démocratie #afrique



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2024, betolerant.fr