Brésil : une mère assassine son fils parce qu'il est gay

Publiée le 18/01/2017 à 13:15 - Mise à jour : 18/01/2017 à 13:32 - Note : 3.5/5 (basée sur 6 avis) - 2109 vues

brésil, meurtre, gay, Itaberli Lozano, Tatiana Lozano Pereir

Un jeune homosexuel brésilien à peine âgé de 17 ans a été tué par sa propre mère à cause de son orientation amoureuse. Un terrible drame qui secoue la communauté LGBTi brésilienne.

Ce fait divers est d'une cruauté à peine croyable. Cette affreuse histoire se déroule à quelques centaines de kilomètres de São Paulo. Tatiana Lozano Pereira, la mère de la victime, a avoué avoir assassiné son propre fils âgé de 17 ans car elle n'a jamais accepté l'homosexualité de sa progéniture.

L'homophobie tue

Les relations entre la mère et le fils ( Itaberli Lozano ) étaient très tendues depuis quelques années. Preuve en est, une énième dispute éclate le jour de Noël. Suite à cette altercation, Itaberli Lozano décide de vivre chez sa grand-mère paternelle.

Un crime prémédité

Les jours passent, puis vient le 29 décembre 2016, la mère fait semblant de vouloir se réconcilier avec son fils en lui donnant rendez-vous dans la maison familiale. Hélas c'est un piège orchestré, la mère a engagé deux jeunes âgés de 18 et 19 ans afin de "donner une leçon" à son fils. Une fois Itarberli lozano arrivé dans la résidence familiale, les deux jeunes le passent à tabac, sous les yeux de sa propre mère.

Pire elle demande aux jeunes de le tuer, ceux-ci refusent. Tatiana prend un couteau et poignarde son propre enfant d'après le commissaire chargé de l'enquête.

Après avoir tué son enfant, à l'aide de son époux, ils transportent le corps dans un marais et le brûlent. C'est la grand-mère paternelle qui a alerté les autorités locales. Les enquêteurs s'intéressent très vite à la mère, qui ne s'est pas du tout inquiétée de la disparition de son fils.

Dès le premier interrogatoire, la mère avoue tout et dénonce les deux jeunes complices ainsi que son époux. Le corps de la victime est découvert aux alentours du 7 janvier totalement carbonisé. La mère est restée totalement insensible, elle a été incarcérée dans la prison pour femmes de Darío Rosa et encourt d'une peine de 30 ans d'emprisonnement.


Exprimer mon opinion
Pour partager son opinion il faut être obligatoirement inscrit.


Les opinions
Commentateur maxencedu67

Comment cette mère de famille a t elle pu poignarder de ses propres mains son fils?
Comment peut on être aussi insensible et homophobe?
Cette Mère indigne n'a pas compris que l'homosexualité est une chose que l'on acquis de façon iné! Personne ne choisi de devenir homo !
Choc total !!!!

  • il y a 8 mois
  • 1 / 5
Commentateur maxencedu67

Comment cette mère de famille a t elle pu poignarder de ses propres mains son fils?
Comment peut on être aussi insensible et homophobe?
Cette Mère indigne n'a pas compris que l'homosexualité est une chose que l'on acquis de façon iné! Personne ne choisi de devenir homo !
Choc total !!!!

  • il y a 8 mois
  • 1 / 5
Commentateur Lindos

La peine de mort n'est pas une solution à un événement qui détruit un enfant et ses parents. La solution est à chercher dans la cause qui a conduit des parents à tuer un enfant auquel ils avaient donné la vie, dans les convictions absurdes qui les ont poussé à rejeter un enfant auquel ils avaient donné la vie, et ceux qui les enseignent.

  • il y a 9 mois
  • 5 / 5
Commentateur Mielle

Je regrette d'avoir lu cet article... Chronique d'une haine ordinaire... tristesse

  • il y a 9 mois
  • 4 / 5
Commentateur MaouMomo

Non mais putain, la connerie humaine de nos jours. Ya des fois ou je me dis que la peine de mort devrait être rétabli dans des cas de ce genre.

  • il y a 9 mois
  • 5 / 5
Commentateur Lindos

Effroyable.
Selon les média brésiliens le crime aurait aussi une dimension passionnelle, les parents plutôt jeunes étant exaspérés par son comportement d'ado un peu rebelle, et refusant son homosexualité bien visible. Si j'ai bien compris les parents vont plaider l'auto-défense et l'émotion, mais le déroulement des faits jusqu'à la calcination du cadavre, ne démontre pas beaucoup d'empathie pour la victime. Les brésiliens semblent sous le choc, l'infanticide est perçu comme grave, et mobilise les LGBTi. Cette histoire rappelle celle de Leelah Alcorn qui avait ému jusqu'au président Obama, au point de contribuer à la lutte contre les thérapies de redressement de l'homosexualité. J'aimerais être sur qu'en France en ne puisse pas en arriver à de tels crimes aussi horribles, mais quand on voit autant de gens exprimer publiquement leur volonté de restaurer une morale ostracisant ouvertement les LGBTi, de parents harceler leurs enfants gays jusqu'au suicide et parfois même les jeter à la rue, autant d'agressions homophobes sur des jeunes sans défense, on peut craindre les dérapages passionnels ou crapuleux.

  • il y a 9 mois
  • 5 / 5