« Sale pédé » : le livre choc sur l'homophobie à l'école

Publiée le 15/09/2016 à 08:52 - Mise à jour : 15/09/2016 à 09:33 - Note : 4.5/5 (basée sur 2 avis) - 1530 vues

sale pédé, jasmin roy, éditions de l'homme, harcèlement, homophobie, école

Dans un livre témoignage qui paraît ce jeudi, Jasmin Roy raconte ses déboires, et le long parcours qu'il a dû effectuer pour s'en remettre...

Ça n'a jamais été facile pour Jasmin Roy. À l'école, il est efféminé. Pendant les récrés et dans le bus, il devient le bouc émissaire de ses camarades. Les insultes pleuvent : « tantouze », « tapette », « sale pédé ». Sale pédé*, c'est le titre de l'ouvrage qui paraît ce jeudi 15 septembre en France, aux Éditions de l'Homme, et qui raconte le singulier parcours d'un adolescent terrorisé, souffrant de terreurs nocturnes et de vomissements, totalement angoissé à l'idée d'aller à l'école, de participer aux cours de sport, et pour qui l'enfer, ce sont les toilettes, où se déroulent les humiliations les plus violentes.

« Combien de fois ai-je dû m'excuser... »

Jasmin Roy a désormais 33 ans, mais le harcèlement homophobe qu'il a subi à l'école a laissé des traces. Cet épisode de sa vie l'a transformé. Il le dit lui-même : « La solitude, l’abandon, l’humiliation m’ont fait sombrer dans un silence farouche » Le pire c'est qu'à l'époque, il pensait que c'était de sa faute, si les autres allaient jusqu'à des agressions physiques (coups de poing, crachats, gifles), commises en groupe. « Combien de fois ai-je dû m’excuser auprès de mes détracteurs d’être simplement celui que j’étais : un sale PD qui ne savait même pas encore qu’il deviendrait homosexuel un jour », confie-t-il.

Ses parents ont beau se plaindre auprès des chefs d'établissements, rien n'y fait. Pire, les intervenants qui décident d'intervenir ne font qu'aggraver la situation : les tortionnaires de Jasmin Roy redoublent les coups envers lui en représailles. Jasmin Roy poursuit : « Je sombrais graduellement dans un profond désespoir, emprisonné par mes bourreaux qui réussissaient à intensifier et à raffiner de jour en jour leur haine facile et gratuite »

La délivrance

Cinq ans après cette période noire, c'est la respiration : ses bourreaux s'orientent dans des filières professionnelles différentes de la sienne. L'occasion pour l'ancien souffre-douleur de découvrir le théâtre, qui deviendra sa passion. Par la lumière du plateau, il se révèle : « On découvrait pour la première fois mon charisme enfoui » avoue-t-il.

Hélas, les souffrances passées ont la vie dure : commence alors pour lui un long parcours de réparation. Il a fallu, pour lui, se réhabituer à avoir confiance en l'autre. Jasmin écrit : « Les souffrances passées sont inscrites dans la tanière de l’inconscient et attendent le moment opportun pour revenir nous hanter »

Le Québécois, devenu comédien, animateur, metteur en scène, n'a jamais réussi à se débarrasser totalement de ses troubles de l'anxiété : psychanalyse, antidépresseurs... Même s'il a aujourd'hui trouvé l'amour, les violences du passé demeurent, à lui de les accepter« Aujourd’hui, je n’ai plus peur des hommes hétéros », se félicite-t-il.

Il a par la suite créé la Fondation Jasmin Roy (dont le slogan est « L'intimidation, ça s'arrête d'abord à l'école. »), qui a pour mission de lutter contre la discrimination, l’intimidation et la violence faites aux jeunes en milieu scolaire aux niveaux primaire et secondaire.

Un livre de sensibilisation

Le livre a été préfacé par Nora Fraisse, la mère de Marion, une adolescente de 13 ans qui s'était pendue suite au harcèlement dont elle était victime à l'école et sur Facebook.

Sale pédé est un récit rare sur l'homophobie et le harcèlement à l'école. Malgré les efforts de l'Éducation Nationale et des associations dans le développement d'ateliers de sensibilisation à cette cause, plus d'un adolescent sur cinq en France est victime de violences, d'agressions, de harcèlement ou d'homophobie.

 

* Sale pédé, Éditions de l'Homme, 168 p., 13 euros.

Aleksandr


Exprimer mon opinion
Pour partager son opinion il faut être obligatoirement inscrit.


Les opinions
Commentateur SlunSkellyde

Heu je l'ai lus , puis envoyé a un ex ami qui était devenu mon détracteur.

  • il y a 3 mois
  • 4 / 5
Commentateur nckcurieux

Un témoignage qui lutte un peu contre les inepsies des détracteurs face à une orientation sexuelle, différente, qui est trop souvent l'objet d'harcèlement.

Une fois encore, des gestes au quotidien de soutien peuvent palier les manquements, involontaires ou non, du gouvernement et des associations qui ne peuvent changer quelques mentalités qui ne veulent pas l'être.

  • il y a 7 mois
  • 5 / 5