L'évolution de la société face à l'homosexualité!

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bien sûr je suis désolé pour ces profs qui ce sont fait piéger par des personnes mal intentionnées.....(personnes qui étaient aussi sur ces sites donc pas non plus innocentes d'ailleurs) mais peut-être cela peut nous faire réfléchir sur ces sites à connotation sexuelle sur lesquels certains vont s'exhiber dans un monde virtuel et se laissent rattraper par la vraie vie.....je pense que beaucoup ne se rendent pas compte qu'il y a d'un côté le bla bla des discutions et images par internet qui s'appelle monde virtuel et de l'autre la vraie vie....pour cela je me permet de donner un conseil : lorsque l'on chatte avec quelqu'un sur internet et qu'on dévoile sa vie privée par vidéos ou photos, il faut se poser une question : est-ce que je pourrais dire la même chose en face de la personne yeux dans les yeux et est-ce que je lui montrerais mes photos et vidéos si elle était là physiquement.........


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
oui sans doute l'inter-pénétrabilité de la virtualité pose une question de prudence sur le non-contrôle de la diffusion, mais aussi sur le caractère de plus en plus relatif de notre présence sur la toile...
la dimensionnalité fonctionnelle du net est telle que la notion de passeport va être un jour ou l'autre le seul moyen de cloisonner ce monde virtuel...

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Merci d'avoir posté cet article Steph4190.

Personnellement, je suis révolté par cette histoire. L'enseignant est vraisemblablement jeune et n'a certes pas mesuré les éventuelles conséquences de l'envoi de photos intimes à un inconnu, mais c'était dans un cadre censé être privé. Et c'est dans l'air du temps chez les jeunes d'envoyer des photos intimes. D'ailleurs, l'étudiant qui l'a piégé le fait peut-être lui-même avec ses copines (ou leur demande). En voulant piéger son prof, on sent que l'homophobie a au moins en partie motivé son acte.

Quant au proviseur, au rectorat et au tribunal, bref toute la chaîne décisionnelle, je trouve en effet qu'ils ont été sévères. On peut se demander si l'homophobie n'a pas influencé leur jugement. Il faudrait connaître leurs décisions dans le cas où un enseignant hétéro était piégé pour les mêmes faits.

A part avec la jurisprudence, ça paraît difficile de démontrer le deux poids deux mesures.

PS : c'est pour ça que je me méfie des sites de rencontres, car je sais que la confidentialité et la sécurité sont quasi inexistantes sur le net.

photo de l'auteur desiles54
Desiles54
Femme de 42 ans
Audun-le-Roman

33 remerciements
Personnellement, je trouve que les gens qui postent des photos hot sur internet sont d'une stupidité déconcertante.
Nous savons tous que nous prenons un risque en faisant ça. 
Que la personne soit homo ou hétéro, ne change rien. 
Ce prof a pris un gros risque en faisant ça et maintenant il doit en payer les conséquences.
Je ne pense pas qu'il a été viré parce qu'il est homo, mais uniquement à cause de ce qu'il a fait. 
C'est juste mon avis.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Edrazel : Si la décision de la suspension a été prise parce qu'il est homo, c'est bien triste. On se croirait en Russie où les gays et lesbiennes ne peuvent pas enseigner, de peur qu'ils "pervertissent" leur élèves. Cependant je doute qu'il s'agisse de discrimination (enfin j'espère). Et puis maintenant que ses élèves ont vu sa b***, il vaut mieux qu'il soit suspendu car ceux-ci ne le prendront plus au sérieux, je suis plutôt d'accord avec la décision du tribunal là-dessus. Il aurait mieux fait de ne pas porter plainte et de se faire tout petit le temps que l'affaire soit oubliée. 


Donc en fait le coupable, c'est la victime, c'est ça ? Après tout, finalement, c'est de sa faute, il l'a bien cherché quoi.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit