Et si je le récupérais ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Salut, 

J’aimerais bien avoir votre avis sur la remise en question que je traverse. 

Il y pas mal d’années, j’ai rencontré Nicolas sur un tchat. On s’est pas précipité, on a pris le temps, plusieurs années. On a tchaté, tchaté, beaucoup tchaté, le rapprochement s’est accentué, on a construit une relation très particulière, unique. On avait notre mode de fonctionnement, notre façon de communiquer, notre langage, nos blagues, notre univers. L’intimité s’est renforcée, et quand on s’est finalement rencontré, c’était presque comme une évidence. Notre complicité était forte. J’étais très heureux. C’était épanouissant pour moi de parvenir à concrétiser cette relation sur laquelle j’avais beaucoup misé et dans laquelle je m’étais beaucoup investi.

Les débuts ont été prometteurs. Il y avait de l’amour, de l’affection, de la complicité, des sentiments, de la discussion, de l’intime, ce que beaucoup de couples rêvent d’avoir. Tout semblait si solide et aspirer à qqch de très durable, pour nous comme pour ceux qui nous connaissaient.

Et puis, finalement, ça n’a pas tenu la distance. C’est pas vraiment elle qui nous a porté atteinte, pourtant, et malgré les centaines de kilomètres qui nous séparaient. On n’a pas su gérer la communication de crise. Bavarder à n’en plus finir, se chamailler, on savait faire, mais se dire des choses désagréables quand c’était nécessaire, pousser un cri d’alerte, j’en ai pas été capable, détecter le malaise de l’autre et tenter d’y remédier, il n’en a pas davantage été capable.

J’étais un peu dans le déni des problèmes, j’ai voulu endosser, ne pas l’inquiéter. J’ai voulu le préserver, j’ai joué la montre, le fort, le fier, et puis, je n’ai rien vu venir, je n’ai rien compris, mes sentiments amoureux ont fondu comme neige au soleil. Et quand je ne suis plus parvenu à maintenir une façade, à faire semblant, je l’ai quitté. Ça m’a déchiré le coeur. Il est tombé de très haut, je lui ai fait très mal. Toutes ces années, toutes ces discussions, tous ces efforts, pour ça. Je ne suis pas fier du tout.

Ça fait un an et demi que je l’ai quitté et pourtant, il ne m’a pas quitté quoique je veuille bien me faire croire. Je prends conscience que si je n’ai pas retrouvé chaussure à mon pied depuis, c’est que je cherche ou j’attends quelqu’un qui lui ressemble beaucoup trop. Je n’arrive pas à me détacher de ce qu’il représentait pour moi et je cherche la même chose, je cherche le même. Je n’arrive pas à apprécier des gens un petit peu différents. Je bloque. Ça me désespère, ça m’inquiète aussi.

J’ai des remords. J’ai peur d’en avoir pour de bonnes et pour de mauvaises raisons, j’ai peur de ce que je suis capable de faire et des conséquences de mes actes. Quand je l’ai quitté, je savais que je ne retrouverai jamais qqun comme lui, je savais que ce serait mission impossible, mais la séparation s’imposait, c’était déjà trop tard car les erreurs avaient été commises bien en amont et que j’étais à bout de force morale.

Il y a quelques semaines, j’ai appris sans le vouloir qu’il avait fricoté vaguement avec une connaissance que je n’apprécie pas trop. Ça m’a piqué au vif. J’aurais préféré ne jamais le savoir. Je ne sais pas exactement si c’est la marque d’une jalousie, d’un désir de le protéger, ou le sentiment d’humiliation d’être remplacé par ce que je juge être moins bien. Souvent, j’ai le sentiment inverse, je ne veux pas lui faire le déshonneur de le remplacer par qqun de moins bien. Je le porte beaucoup dans mon estime.

Depuis tout ce temps qui a passé depuis la rupture, les moments où on a pu rediscuter ont été hyper rares. Je les fuis. La perspective me rend mal à l’aise. Il y a quelques jours, c’était un de ces rares moments. On a échangé à peine quelques phrases, c’était bref, ça m’a rendu heureux. Notre complicité est toujours là, qui sommeille. Il est toujours aussi drôle, toujours aussi lui. J’ai peur de lui parler car j’ai peur du mal que je peux lui faire, j’ai peur des torts que je peux causer.

Je me suis surpris quelques jours plus tard à imaginer que je lui écrivais une lettre d’amour, celle qu’on écrit qu’une fois, pour le récupérer. J’attends que ça me passe, mais je me demande quand même ce qui m’arrive. J’ai bien le sentiment que notre relation s’est arrêtée pour de mauvaises raisons et qu’on avait encore plein de choses à vivre, on a peut-être encore plein de choses à vivre, mais je ne sais pas si c’est ensemble. J’ai peur que les échecs d’hier se reproduisent, j’ai peur d’en être le responsable. J’ai peur aussi de regretter de ne pas lui avoir dit ce que je ressentais. J’ai peur de le manipuler. Je ne sais plus à quel saint me vouer et quel comportement adopter.

Je ne l’ai pas revu depuis notre rupture, et pourtant, j’ai le sentiment de pouvoir l’aimer à nouveau, comme si j’avais eu besoin d’une longue hibernation pour me reconstituer. Je l’ai quitté mais en le quittant, je me suis détruit aussi. Je ne sais plus trop quoi penser de ce qui se passe dans ma tête. J’ai peur aussi de me perdre dans un sentiment de nostalgie d’un passé heureux et irreproductible. Et pourtant, si c’était possible, si une suite était possible ? Je ne sais plus quoi penser.


photo de l'auteur desiles54
Desiles54
Femme de 42 ans
Audun-le-Roman

33 remerciements
A part la rupture , c'est une belle histoire. 
A ta place, j'essaierai de le récupérer. En te lisant, j'ai eu l'impression que tu as trouvé ton âme soeur. Ne laisse pas tomber et arrête de te poser 1001 question. De toute façon si tu ne tente pas, tu ne saura jamais. La vie est trop courte, récupère le et tu verras bien par la suite ce que ça donne.
Bonne chance à toi.

photo de l'auteur Valoo07
Valoo07
Homme de 27 ans
Versailles

11 remerciements
Je suis tout à fait d'accord avec ma voisine, si tu penses que c'est le bon tu dois tout faire pour le récupérer ! Les erreurs de parcours ça arrive, ce qui compte c'est de les réparer !

photo de l'auteur Omygot
Omygot
Homme de 27 ans
Toulon

1 remerciement
Je crois que cette lettre d'amour tu viens de l'écrire...
Et selon moi il n'y a pas de pudeur à avoir avec ses sentiments. Ici tu sembles t'exprimer avec la plus grande sincérité et je crois qu'il n'y a rien de plus rassurant pour l'autre.
Donc prends une grande respiration, et....

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
curieux cette forme romanesque de relation... je sais que nous sommes en décembre, mais cette histoire me semble écrite pour être vécue et pas l'inverse... ha ! amour captatif quand tu nous tient ....

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Merci beaucoup de vos réponses. Ça m'aide.
Je suis pas encore sûr de ce que je vais faire, mais je vais travailler là-dessus. Merci

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit