Prison pour des auteurs d'une agression homophobe

photo de l'auteur Superpositoire
Superpositoire
Homme de 26 ans
Douai

15 remerciements
Une agression est grave, homophobe ou non ...


photo de l'auteur Superpositoire
Superpositoire
Homme de 26 ans
Douai

15 remerciements
Bah si tu précises qu'il s'agit d'une agression homophobe, c'est pas pour rien xD
Je suis d'accord, mais bon, la justice hein, la justice ... :/

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ouais, enfin un violeur prend moins qu'un mec en excès de vitesse parfois.

Quand tu penses que la loi condamne plus fermement l'adoption non légale d'un enfant (genre par mère porteuse) que d'abandonner son propre enfant sur une aire de repos par exemple .. Tu te dis qu'il y a un problème

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
En l'espèce, la peine encourue était de 5 ans fermes au regard du caractère aggravant de la motivation homophobe, au lieu des 3 ans fermes pour des faits de violences volontaires "standards"

Maintenant, le juge prononce la peine en fonction du contexte. Ce n'est pas une infraction dont découle automatiquement une sanction. Le tribunal est là pour établir une éventuelle culpabilité, certes, mais pas seulement. Son rôle est aussi de déterminer l'ensemble des circonstances qui ont jouée afin de déterminer la peine la plus adaptée. Il ne s'agit pas juste d'appliquer un barème suivant une grille.
Je ne dis pas que la peine est juste, ou normale.  Mais je n'étais pas à l'audience. Les auteurs bénéficiaient-ils de circonstances atténuante aux vues de leur situation personnelle, malgré le caractère aggravant de l'homophobie? Le tribunal a-t'il estimé qu'une peine plus lourde serait contre-productive? Le juge est-il notoirement laxiste sur le sujet des discriminations. Impossible à dire sans avoir assisté au procès.
En plus, en France, il est rare de requérir la peine maximale sauf faits particulièrement graves ou récidive, et encore. Les peines citées au code pénal sont des peines plafond. 
Encore une fois, je ne dis pas que c'est normal ou juste (la justice n'a rien à voir avec la loi malgré la confusion volontairement entretenue sur les termes). Mais je vous parie ma dernière prime d'intéressement que sans la circonstance aggravante, les mecs seraient sortis du tribunal avec 100 fois à copier "je ne démolirai plus le visage d'une gentille demoiselle à coups de poing" et deux visites chez une assistante sociale (avec sursis).

photo de l'auteur gaeyeregard
Gaeyeregard
Homme de 24 ans
Paris

11 remerciements
Modérateur
Greg686ws a écrit :
En l'espèce, la peine encourue était de 5 ans fermes au regard du caractère aggravant de la motivation homophobe, au lieu des 3 ans fermes pour des faits de violences volontaires "standards" Maintenant, le juge prononce la peine en fonction du contexte. Ce n'est pas une infraction dont découle automatiquement une sanction. Le tribunal est là pour établir une éventuelle culpabilité, certes, mais pas seulement. Son rôle est aussi de déterminer l'ensemble des circonstances qui ont jouée afin de déterminer la peine la plus adaptée. Il ne s'agit pas juste d'appliquer un barème suivant une grille. Je ne dis pas que la peine est juste, ou normale.  Mais je n'étais pas à l'audience. Les auteurs bénéficiaient-ils de circonstances atténuante aux vues de leur situation personnelle, malgré le caractère aggravant de l'homophobie? Le tribunal a-t'il estimé qu'une peine plus lourde serait contre-productive? Le juge est-il notoirement laxiste sur le sujet des discriminations. Impossible à dire sans avoir assisté au procès. En plus, en France, il est rare de requérir la peine maximale sauf faits particulièrement graves ou récidive, et encore. Les peines citées au code pénal sont des peines plafond.  Encore une fois, je ne dis pas que c'est normal ou juste (la justice n'a rien à voir avec la loi malgré la confusion volontairement entretenue sur les termes). Mais je vous parie ma dernière prime d'intéressement que sans la circonstance aggravante, les mecs seraient sortis du tribunal avec 100 fois à copier "je ne démolirai plus le visage d'une gentille demoiselle à coups de poing" et deux visites chez une assistante sociale (avec sursis).


Absolument d'accord avec cette analyse. 

Il ne faut pas prendre les juristes et les magistrats pour des abrutis quand il définissent les peines plafond ou la sanction à un acte répréhensible. Quand ils condamnent ils le font généralement de manière réfléchit et sont capables de la justifier. 

En effet la personnalité du magistrat peut aussi influer. Quel est son avis sur la prison par exemple ? Ce sont généralement des gens qui ont une très bonne culture et qui réunissent un bagage en sociologie, en anthropologie, en histoire pour définir l'efficacité de la prison.

Ils sont aussi soumis à une réalité matérielles, celles des places dans les prisons... C'est bien beau de vouloir mettre tout le monde 10 ans en prison mais il arrive un moment où c'est plein. Et comme la logique actuelle c'est de ne pas construire de nouvelles prisons (pour des raisons budgétaire mais aussi parfois pour celle que j'ai évoqué dans le paragraphe ci-dessus). 

Et enfin, 1 an de prison, ça laisse quand même déjà bien le temps de réfléchir à ses actes. Allez passer une semaine dans une prison française et vous verrez que vous allez trouver le temps long. 

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit