avoir des sentiments pour quelqu'un qu'il ne faut pas... - Page : 2

photo de l'auteur PtitKinou
PtitKinou
Homme de 32 ans
Vannes

Et si on se trompait complètement ?

Et si en faite ses violentes piques avaient un tout autre motifs?

Si en faite le but était de mettre une claque à notre ami pour qu'il assume ses sentiments et qu'il soit plus possessif avec le jeune homme?

Oui je sais c'est un peu tordu comme idée mais je la trouve plutôt intéressante...


photo de l'auteur Haokian
Haokian
Homme de 25 ans
JANZÉ

Je t'avoue que j'y est pensé aussi, PtitKinou.

Je me suis demander si le fait de coucher avec des filles dans ton lit c'était pas pour avoir le sentiment de coucher avec toi par procuration (y a quand même ton odeur et puis c'est ta chambre donc c'est une partie de toi).

Après si ça se trouve c'est juste parceque c'est le seul lit de l'appart et qu'il en avait marre du canapé.

Mais je me demande si ce n'est pas genre juste un gros appel de phare de sa part.

Le fait est qu'il puisse être amoureux de toi et qu'il souhaite aller plus loin me semble être très probable. Ca expliquerais ça premièrement, et puis ça expliquerais aussi qu'il est arrèté de se rapprocher tactilment de toi après que tu lui ai partagé la gène que tu ressentais avec tes sentiments. Il aurait arrété car il savais que ça te géné. Il aurait continuer à coucher avec des filles parce qu'il se dit que c'est ce que tu attend de lui. Du moins c'est l'image qu'il aurait pu s'en faire.

Tu as voulu lui faire comprendre qu'il était hétéro parce que c'est ce que tu pense qu'il est, mais lui n'en sait pas plus que toi au fond. Comme il t'a pris en affection il garde cette image et attend que tu lui montre que tu accepterais qu'il puisse être bi ou gay pour pouvoir débloquer le chmilblik.

Si c'est ça, ba tu peut aller lui rouler une grosse galoche. (ça reste une interprétation textuel de ton histoire, tu gère comme tu le sens avec ta réalité. Parceque y a peut-être des élèments et des détails que je n'ai pas.)

Ca c'est pour le côté sentiment et amour. maintenant comme dit Marc il y a un travail à faire sur la maturité de ce jeune homme et sur sont autonomie. Mais je pense que vous permetre de vivre votre amour l'un pour l'autre concrétement tout en gardant chacun votre chez soi serait le top à faire.


photo de l'auteur Vhesper
Vhesper
Homme de 27 ans
Caluire-et-Cuire

Ne nous emballons pas trop vite !

Si vous vous gourrez, notre pauvre anonyme va se jeter sur la bouche d'un hétéro qui va, au mieux lui décrocher une droite, au pire couper les ponds avec lui...

Personnellement, je sais, je suis un peu cynique, mais il n'y a pas de message caché. Ce jeune couche dans ce lit comme on coucherait dans le lit de nos parents "pour l'exitation ou pour avoir plus de place".

Je ne veux pas te décourager, mais j'ai un peu peur qu'on te donne de faux espoirs et que la chute n'en soit que plus dure...

Tu lui a fais part de tes sentiments ? Il a arrêté de se montrer câlin avec toi. Je pense qu'il voit en toi une figure paternelle, protectrice, et que dès lors que tu as parlé de tes sentiments, cette dimension s'est éffondrée pour lui et il a réalisé que t'étais pas son père mais un homme, gay de surcroix...

Ce qui est sûr, c'est qu'il n'est pas prêt à faire une croix sur toi, soit, comme le dit Lunik, par intérêt parce que c'est pratique d'avoir quelqu'un pour prendre soin de soi, soit par réelle affection.

De mon côté, je pencherais pour un peu des deux ; ce jeune a eu une vie familiale compliquée si j'ai bien compris. Tu es arrivé avec ta main tendue, un peu comme le messie pour lui. Et en même temps, il a pu s'attacher à toi avec le temps. Quelqu'un d'aussi généreux, on s'y attache toujours, qu'on le veuille ou non.

Maintenant qu'il a son propre appart (j'ose espérer qu'il le paye avec son argent, cet apart !), essaye d'abolir les privilèges : ne lui apporte plus aucun secours, à part psychologique. Ainsi, tu sauras si il profite de toi, ou s'il est vraiment ton ami.

Je sais, j'apporte un regard un peu froid sur ta situation, et j'en suis désolé, mais il faut garder la tête sur les épaules. Montre toi réceptif s'il y a le moindre signe objectif qu'il a des sentiments pour toi, mais surtout, n'insiste pas sur tes sentiments ; les hétéros n'aiment pas que les homos soient trop pressants et insistants...

Et enfin, n'oublie pas : tu passes avant les autres ! Prends d'abord soin de toi !


photo de l'auteur Marc56
Marc56
Homme de 47 ans
Paris

Hello ;)

non mais attendez, s'il vous plaît, et je suis tout à fait d'accord avec Vhesper : on se calme mdrrr

Le point central qui sous-tend la situation dont nous a parlé Anonyme, sur le forum, n'est pas de savoir si son jeune ami a des sentiments pour lui et s'il pourrait se passer quelque chose entre eux, il faut arrêter là svp. Vous voyez bien que le contexte est d'une confusion et d'une complexité très délicates. Ce n'est pas parce qu'Anonyme a développé des sentiments pour ce garçon que c'est nécessairement réciproque.

Je pense vraiment indispensable, tant pour le bien d'Anonyme que pour celui de son jeune ami, de remettre chaque chose à sa place, en essayant de mesurer aussi clairement que possible les tenants et les aboutissants de cette histoire.

Qui peut dire que ce jeune homme est amoureux de lui ? Qui, franchement, objectivement ? Parce qu'il ne se montre pas entreprenant vis à vis d'Anonyme, cela signifirait obligatoirement qu'il a une attirance pour lui mais une attirance qu'il ne s'avouerait pas lui-même ? Attendez, soyons sérieux... Nous n'en savons rien du tout. Il n'a peut-être aucune attirance pour lui, ni pour aucun homme d'ailleurs. Le fait qu'un jeune homme "demande" à un autre de l'attention, de l'affection et une certaine forme de tendresse ne présume de rien sur le plan sentimental. Surtout si le jeune homme en question est resté très enfant, donc qu'il fonctionne une fois post-adolescent comme un enfant sur le plan affectif.

Je suis désolé mais je persisterai dans ce que j'évoquais au long de mon post précédent...

A mon sens, et compte tenu d'une histoire familiale compliquée, douloureuse même, ce jeune homme est complètement perdu, en souffrance, destructuré, en proie à une certaine forme d'immaturité. La "logique" que l'on peut attribuer à ses divers comportements vis à vis d'Anonyme n'est sans doute pas la même que sa propre logique à lui. En tout cas : personne ici ne peut ni le confirmer, ni l'infirmer. Et je reste persuadé que ce jeune homme lui-même ne sait pas où il en est dans sa vie, que tout est confus, que tout se mélange, qu'il ne comprend même pas les émotions et les réactions qui le traversent.

Bien sûr il s'est laissé prendre en charge par Anonyme, bien sûr aussi il a témoigné d'une certaine affection pour lui, bien sûr il lui a fait comprendre qu'il avait besoin de sa présence, de son soutien et de son aide. Bien sûr il aurait couché avec des filles dans le lit d'Anonyme. Et puis quoi : ces seuls éléments montreraient qu'il est amoureux ? S'il vous plaît.

Pourquoi cherchez-vous à voir à tout prix des sentiments amoureux dans ce genre de comportement ? Et s'il fonctionnait tout bêtement comme un gamin, compte tenu d'une enfance probablement difficile et d'un manque d'affection abyssal ? Peut-être que oui, peut-être que non, qui sait ?

Le fait est que cette situation est fort complexe. Si leurs rapports sont encore conflictuels à ce jour, on peut à minima supposer qu'ils ne se comprennent pas, probablement parce qu'ils n'attendent pas les mêmes choses l'un vis à vis de l'autre. Tout est trop mélangé à mon sens...

C'est pour ça que le plus constructif, en tout cas c'est mon point de vue, consisterait à mettre un peu d'espace et de distance entre eux, tout en maintenant le dialogue. Ca permettra à chacun, progressivement, de remettre de l'ordre au milieu de tout ça et, progressivement aussi, de nouer un contact et des discussions plus claires, plus structurées, plus posées. Je suis persuadé que ce jeune homme ne sait absolument pas où il est en est, à tous les niveaux, et que ça génère beaucoup de confusion. Ce, d'autant qu'Anonyme a semble t-il développé des sentiments pour lui.

A cet égard, pour peu qu'on soit soi-même en recherche de tendresse et d'affection, face à un jeune homme en désespérance et demandeur, il est "facile" de développer des sentiments et de s'attacher. Mais il ne faut pas tout mélanger non plus : ce n'est pas parce que le jeune homme concerné s'attache à nous qu'il développe lui aussi des sentiments amoureux. Une forme d'amour oui, très certainement, cela étant : pas forcément des sentiments au sens "relation de couple" du terme.

Je pense que la situation dans laquelle se trouve Anonyme est suffisament délicate comme ça, pour qu'on ne l'encourage pas à entrevoir des opportunités qui ne sont peut-être pas fondées du tout. Ce qui lui sera le plus utile, à mon sens en tout cas, c'est de l'aider à relativiser, à remettre les choses en perspective. Ca déjà ça lui permettra de remettre de l'ordre dans sa tête et dans ce qu'il ressent, à lire les deux années qui se sont écoulées avec davantage de clarté. Si lui, déjà, retrouve un certain recul, ça aidera aussi son jeune ami à faire de même.

Et à partir de là, lorsque la situation se sera apaisée et qu'ils y verront plus clair tous les deux, là ils verront bien ce qui se passera ou pas. Mais pour le moment en tout cas, ce serait une erreur de projeter quoi que ce soit.

Bonne journée ;)

Marc.


photo de l'auteur PtitKinou
PtitKinou
Homme de 32 ans
Vannes

Mais personne ici ne pose de certitude. On parle d'hypothèses, d'idées qui celon nos interprétations nous pousse à réfléchir à certaines choses.

Personne n'est capable de dire si oui ou non il y a des sentiments.

Il me semble qu'anonyme à demandé des avis et c'est ce que nous faisons.

Ce n'est pas parce que je donne un avis ou une idée que c'est obligatoirement vrais et verifier.

Mais je pense qu'on a le droit de donner tous nos avis même ceux qui potentiellement sont complètement fou et déluré...


photo de l'auteur PtitKinou
PtitKinou
Homme de 32 ans
Vannes

Mais personne ici ne pose de certitude. On parle d'hypothèses, d'idées qui celon nos interprétations nous pousse à réfléchir à certaines choses.

Personne n'est capable de dire si oui ou non il y a des sentiments.

Il me semble qu'anonyme à demandé des avis et c'est ce que nous faisons.

Ce n'est pas parce que je donne un avis ou une idée que c'est obligatoirement vrais et verifier.

Mais je pense qu'on a le droit de donner tous nos avis même ceux qui potentiellement sont complètement fou et déluré...


photo de l'auteur Marc56
Marc56
Homme de 47 ans
Paris

Nan mais ça j'ai bien compris PtitKinou, ne t'inquiète pas.

Et je ne faisais pas écho à ce que tu écrivais toi, à proprement parler.

Je dis juste qu'à mon avis la situation d'Anonyme nécessite qu'on l'aide à faire le tri, pour y voir plus clair s'agissant de lui-même ; et aussi pour qu'il parvienne à trouver (de lui-même) le chemin à prendre.

Pour faire le tri, s'agissant d'une histoire aussi complexe, il faut essayer d'encourager Anonyme à regarder la situation depuis un autre angle de perspective. Après, eux-mêmes et tous les deux verront bien ce qu'il ressortira de tout ça. Il en sortira nécessairement quelque chose, de toutes les façons. Ne serait-ce qu'une meilleure compréhension d'eux-mêmes et de la nature de leur "relation".


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Je ne trouve pas si surprenant qu’un jeune homme fâché avec sa famille et notamment son père, sans doute un peu désinhibé, cherche tendresse et protection voire une sexualité facile chez des gays plus matures. C’est un peu passé de mode dans les pays occidentaux où la sexualité est moins tabou, où la protection matérielle est mieux assurée, et où la protection des gens plus vulnérables est plus stricte, mais il y a encore des tas de pays où cette convergence de besoins reste de l’ordre du possible avant le mariage, même si la généralisation de la chasse aux gays y met désormais un frein. Disons que c’était plutôt une tradition, pas complètement tombée en désuétude.

En général c’est plutôt le jeune qui y laisse des plumes voire sa santé, car les gays (qui ont tous été jeunes) élevés à la dure ne sont pas des anges, plutôt du style à jeter après avoir consommé, et à limiter leur générosité dans le temps.

Mais il existe aussi des situations plus complexes où la tendresse s’installe, celle du protecteur qui n’a pas envie d’abuser de la situation, mais aussi celle du protégé. Lesquels peuvent alors finir par avoir bien du mal à gérer les ambiguïtés de leur attachement.

Dans ce cas c’est plutôt l’aîné qui y laissera des plumes, y compris si tout se passe au mieux c’est-à-dire si l’oisillon finit par prendre son envol dans de bonnes conditions, sauf à assumer sa condition d’aîné plus mature qui a eu le plaisir (et l’avantage) d’accompagner quelqu’un de vulnérable (et néanmoins jeune et beau ce qui ne gâche rien).

Je généralise un peu pour être plus confortable, mais tu devrais tout de même y trouver des éléments de réponse ^^


photo de l'auteur Vhesper
Vhesper
Homme de 27 ans
Caluire-et-Cuire

Tout à fait d'accord avec Marc, on n'a voulu agresser personne :)

Simplement, je crois que de faux espoirs pourraient être le coup de grâce. Dans ce type de situation, il vaut peut-être mieux être pessimiste... Si les choses se montre plus heureuses qu'on l'avait espéré, c'est tant mieux. Je suis amateur de fins heureuses, alors si d'un coup ce jeune protégé se pend au cou de notre cher Anonyme pour l'embrasser goulument, j'applaudirais des deux mains !

Simplement, il vaut peut-être mieux la jouer tranquille, réservée, pour ne froisser personne. L'important actuellement, c'est d'instaurer un dialogue calme entre vous deux, et la relation en elle même sera plus décontractée, et vous pourrez discuter librement des raisons de cette débauche dans ton lit avec toutes ces filles, notamment...


photo de l'auteur Keiros
Keiros
Femme de 28 ans
Clermont-Ferrand

Coucou Anonyme,

J´ai lu attentivement ce que tu as écrit et je voulais t´en parler, désolé si il y a des redites, je n´ai pas lu tous les autres interventions.

Un élément m´a particulièrement frappé en lisant ton histoire, ce sont tes émotions dès le début: gêne, malaise, d´une certaine intensité, à son contact. Jusqu´à aujourd´hui où tu abordes cette malaisance à l´aulne de tes propres sentiments amoureux émergents.

Les émotions que génèrent chez nous une personne ne sont pas là par hasard. Les évènements vécus, les actions peuvent être soumis à interprétations parce qu´ils sont transformés ensuite en récit par notre mental, pour les conserver en mémoire. Les émotions, a contrario, offre un contenu brute de ce que l´on vit, direct, opaque. Rien à interpréter, tout est là.

Or, cette personne te fait ressentir des choses désagréables.

L´histoire aurait pu s´arrêter là.

En fait, tu n´en t´es pas aperçu, mais ce que tu décris point par point, ce sont les étapes de construction d´une relation toxique, une relation donc dans laquelle tu vas te sentir mal.

  • D´abord l´étape d´approche, la rencontre, pas très nette, pas très claire. L´ambiance un peu bizarre.

  • Ensuite la poursuite de l´échange malgré cette ambiance malaisante.

  • Puis l´irruption d´une nécessité dans cette échange: ton interlocuteur a besoin d´aide, or comme tu l´indique tu es une personne protectrice, cela vient donc titiller tes premiers instincts: tu agis. Une relation se forme donc, basée sur l´ambiguité et le besoin.

  • Ensuite la personne soi disant fragile, celle qui a besoin d´aide, commence à jouer avec les émotions de l´autre: provocations, atteintes des limites, irruption dans l'intimité de l'autre =>disputes, réconciliations, pardon. Tu continue de t'investir pour l'aider. Tu commence à t'oublier. D'autant plus que tu commence à ressentir des sentiments. L'autre d'ailleurs le sait. Mais la situation reste floue, Tu as été clair, lui ne l'est pas.

  • Comme les choses vont toujours en empirant, maintenant il y a des coups échangés.Comme tu indiques ne pas en être l'instigateur, ce qui serait logique étant donné ton coté protecteur, tu encaisses, tu subis.

  • Ton malaise s'accroit et tu commence à vouloir que cette situation s'arrête. Tu trouve un moyen pour qu'enfin, cette personne ne soit plus dans ton intimité. Celle ci réplique en t'accusant de l'abandonner => tu culpabilises.

  • Et maintenant tu es lâ, ne sachant que penser de toi, de tes sentiments, perdu

( mais heureusement Betolerant Helpful Club est là, à la rescousse, une équipe de choc ;b bref je reprend ).

Dans toute cette histoire, il y a une personne qui est absente: c'est toi. Lui: il vit chez toi, refait des projets, baise des meufs dans ton lit, créer du conflit, il prend des initiatives, repars de l'avant. Et toi ( silence ). A la fin de cette histoire ce dont tu auras hérité de sa part: ce sont des interrogations sur toi même, le bien fondé de tes attirances sexuelles, un sentiment de mal être et la question de savoir si tu l'as abandonné réellement ou pas et comme tu es protecteur tu le vis mal, culpabilises.

Pour toutes les interprétations vis à vis de cette amour que tu as pour cette personne, je me baserai une nouvelle fois sur toi, car tu es la personne que l'on souhaite aider et qui nous intéresse. Tu te demande si ton ami dissimule son homosexualité, n'assume pas de l'être. En fait regarde au début de l'histoire tu te décris comme quelqu'un qui vit mal ses préférences pour les hommes. Qui n'a pas beaucoup d'histoires à cause de ça.

Ce sont mes ressentis bien sûr et pas une vérité certifiée, mais en fait je crois que ces sentiments amoureux que tu decris pour cette homme, qui te pose tant de problémes au quotidien, ce sont simplement une réminiscence de tes sentiments d'amour envers les hommes en général. Ils sont là pour te rappeler que tu les aimes eux. Et que c'est parfait comme ça ( pourquoi être quelqu'un d'autre ).

Alors un conseil cette fois ci: finis en avec cette histoire qui t'aura pris deux ans, renonce à installer la culpabilité en toi parce que t'accuser d'abandon serait une parfaite indécence étant donné tout ce que tu as fait pour cette personne ( tu peux d'ailleurs t'amuser à noter sur un bout de papier tous tes actes positifs pour l'aider et à coté tu noteras tous ses actes à lui positifs pour t'aider ou t'épauler .. tu verras ), réinstalle tes limites, tes barrières, devient protecteur envers toi même et fait respecter ton territoire et enfiiiiiin : pars rencontrer des hommes QUI TE PLAISENT VRAIMENT :D Des hommes biens, cools, cultivés, qui font bien la cuisine, avec ou sans tofu et profite de ta vie! et de ton homosexualité ( oui oui :)


photo de l'auteur Marc56
Marc56
Homme de 47 ans
Paris

Voilà... Enfin nous y sommes mdrrr

Je pense qu'il fallait pénétrer le coeur "réel" de la situation pour que l'essentiel puisse en ressortir. Même si ce n'est pas facile, et je le conçois pour avoir vécu quelque chose d'un peu similaire, c'est ça qui va pouvoir aider notre ami Anonyme à s'extirper de ce pourquoi il a sollicité une aide ici-même.

Car dans vos trois interventions, Lindos, Vhesper et Keiros, à mon sens vous avez posé les éléments qui étaient en jeu. C'est en tout cas ce que je pense très sincèrement.

De mon point de vue, Lindos a parfaitement posé le contexte et les enjeux. Keiros a noté des éléments relevant de l'histoire qui s'est construite entre Anonyme et son jeune ami, tout en mettant en lumière certains modes de fonctionnement. Vhesper invite à une certaine prise de recul, d'une certaine façon en tout cas.

Dans le cas présent, je pense que les trajectoires d'Anonyme et de son jeune ami se sont croisées, que des liens se sont tissés entre eux, quoi que pas nécessairement de même natures ni motivés par les mêmes choses ; bien que dans ce genre de "relation" un attachement fort puisse se produire et, avec lui, des ambiguités se mettre en place.

Comme l'évoque Keiros, à partir du moment où une "relation" de ce type devient destructrice pour Anonyme, elle témoigne d'une certaine nocivité. C'est pour ça que je pense essentiel qu'Anonyme puisse replacer les choses dans leurs contextes respectifs, redonner du sens à ces mêmes contextes, pour pouvoir prendre du recul. Car en l'état actuel des choses, c'est lui qui y laisse des plumes... Il est possible qu'Anonyme ait joué le rôle de protecteur pour un jeune homme qui, en déserrance, avait cruellement besoin de protection comme de se lier à quelqu'un. Mais qu'à terme il doive se préparer à ce que l'oisillon prenne son envol. C'est en tout cas une éventualité à ne pas négliger, je le crois sincèrement.

Encore une fois, quand on est pris au piège d'une histoire de vie destructurante comme ça semble être le cas de ce garçon, c'est loin d'être facile de faire la part des choses par soi-même. Surtout lorsque l'ainé, protecteur, tombe quant à lui amoureux.

Tu sais, Anonyme... Je vais être un peu directif mais c'est par bonne intention : stp, regarde tout ce que tu as fait pour ce jeune homme... C'est ça que tu dois regarder, pas le reste. Tu as voulu l'aider, ensuite tu as fait des choix et tu as pris sur toi par amour et par attachement pour lui. Ce que tu as fait, tout ce que tu as entrepris, c'est par affection et par amour. Regarde tout ce que tu es capable d'entreprendre et de prendre sur toi par affection, et par amour. Alors sois fier de toi parce que peu de personnes en auraient fait autant, en réalité.

Et ça, s'il y a au moins une chose que ce jeune homme aura pu t'apprendre au-delà de tout ce qu'il est, des comportements qu'il a eus vis à vis de toi, et du trouble dans lequel il t'a plongé, c'est bien ça. Quelque part il t'aura poussé à sortir le meilleur de toi même et franchement, sincèrement : chapeau bas !

Marc.


photo de l'auteur Zephyr
Zephyr
Homme de 20 ans
Nantes

Je ne sais pas si tu préfères que je te vouvoie où si vous préférez que je vous tutoie. Dans le doute, je vouvoie.

Cher monsieur. Ayant seulement 20 ans, je ne dispose pas de votre expérience. Mais peut-être que la naïveté de ma jeunesse rendra mon propos plus intéressant pour vous, car la personne qui vous pose problème est jeune elle aussi.

La première chose sur laquelle je souhaite attirer votre attention, c´est sur votre culpabilité. Vous êtes visiblement en dissonance entre vos valeurs et vos comportements passés, et vous devez très certainement vous sentir perturbé voire totalement déboussolé. Venir partager vos problème ici témoigne de vos regrets sincères et de votre volonté d´avancer.

Il est parfaitement normal de ne pas tout contrôler dans la vie. Vous semblez émettre de sévères jugements sur vous-même. Pourtant, un simple changement de point de vue pourrait déjà vous débarasser d´une part de culpabilité. Vous semblez en effet attribuer la cause de vos tourments à vous-même. N´oubliez pas qu´il existe des circonstances qui dans votre cas se doivent d´être prises en compte. L´environnement dans lequel nous évoluons est négligé. Pourtant, il est décisif. Une graine de tournesol, aussi forte soit-elle, ne prendra jamais dans les hauts sommets de ce monde. À l´inverse, il sera difficile pour un cerisier de ne pas fleurir au printemps français. Vous avez été pris dans des circonstances peu orthodoxes, favorisant l´intimité. C´est important de vous en rappeler, car je pense que vous êtes un être conscient et que vous avez fait comme vous le pouviez sur l'instant. Les forces de l'environnement surpassent parfois nos forces personnelles, et rien ne sert de nager à contre-courant. La vie vous mène sur des rivages que vous ne connaissez pas mais qui s'avèrent au bout du compte les plus instructifs.

N'oubliez pas que c'est dans les ténèbres que vous êtes le plus enclin à voir la lumière. Cette phase est une opportunité pour vous de découvrir la cause de vos souffrances, au-delà des apparences. Sachez, s'il s'agit d'émotions négatives, qu'elles sont bien souvent reliées à des incompréhensions. Il est des choses en ce monde que nous ne pouvons comprendre. Acceptez-les dans ce cas, en changeant votre représentation de la situation. Adoptez un autre un point de vue, en ayant de l'empathie pour votre ami qui est certainement en souffrance lui aussi, et surtout de la compassion pour vous même. Vous êtes un homme en plein milieu de tempête, et malgré cela, vous trouvez la force de venir et de partager vos problèmes, autrement dit, vous trouvez la force de vous aider en mobilisant le soutien social. Cette volonté et cette force que vous avez me laisse à penser que vous surmonterez cette crise, à condition de trouver un moyen de vivre le présent correctement, comme un cadeau.

Le passé est derrière, et l'avenir est inconnu. Mais votre présent peut changer et votre vision du passé, et l'issue de votre avenir, et votre vie dans l'ici et le maintenant. C'est un présent. Faîtes en bon usage.

Maintenant, je vais parler en tant que jeune de 20 ans ^^ C'est vraiment une belle action que vous avez fait en aidant ce jeune. Le meilleur reste à venir, car un jour, il se rendra compte de ce que vous avez fait de bien pour lui. Il est jeune et instable. Il n'est pas ce qu'il est vraiment. Et vous non plus. Portez un regard apaisé sur votre histoire. Vous en avez écrit une version sombre... peut-être est-il temps d'en écrire la version lumineuse, ainsi, vous pourrez avoir une vision d'ensemble et fixer ce sur quoi vous voulez travailler.

Et surtout, aimez-vous pour pouvoir totalement aimer l´autre. Vous comprennez pourquoi ?

ET je vous pose cette question : comment pouvez-vous m'aider à vous aider ?


photo de l'auteur Superpink
Superpink
Homme de 21 ans
Paris

Cher anonyme, j'ai pas beaucoup de bouteille en ce qui concerne les relations, j'ai lu votre post et plusieurs participations. Même si je n'ai pas d'expérience, je m'appuie uniquement sur mon raisonnement et il me dit que cette relation n'est pas avantagieuse pour vous et a très peu de chance de vous apporter ce que vous attendez (vous semblez dire que vous souhaiteriez être ami avec lui mais en même temps il semble que dans l'idéal vous préferreriez une relation amoureuse mais vous ne vous ne vous autorisez même pas totalement à l'imaginer ça je sais ce que sait par contre).

Tout ce que vous avez dit me donne l'impression que ce jeune est en train de profiter de vous et en plus se comporte de façon assez rude très injustement. Vous méritez mieux que ça et comme vous l'avez dit il est hétéro ou "au mieux" bi mais plus vers hétéro que bi. Je pense donc qu'il serait mieux que vous réduisez à néant tout sentiments amoureux pour lui (facile à dire je sais) et que vous vous efforciez de le sommer de partir sans pour autant le mettre dehors. Il peut très bien trouver un travail et aller s'installer ailleurs.

Si vous souhaitez rester amis avec lui peut-être même que la distance aura pour effet de clarifier les pensées de chacun et de lui faire réaliser son comportement. Si c'est un véritable ami il reviendra vers vous et s'excusera et là ce sera à vous de décider, après avoir considéré et reconsidéré la situation pour évaluer si cette amitié est bénéfique et réciproque ou bien si elle est à sens unique et toxique, de l'accepter à nouveau ou pas.


photo de l'auteur Romangel
Romangel
Homme de 33 ans
Var

Citation de Superpink #290878

Effectivement dans une relation, il faut penser aussi à soi.


auteur anonyme

Anonyme

bonsoir à tous,

j'ai pas eu le temps de répondre plus tôt mais j'ai suivi tous vos messages et j'ai même eu le temps d'y réfléchir un peu déjà.

Alors tout d'abord merci, je pensais même pas avoir une seule réponse quand j'ai posté. ca fait plaisir et ca m'aide beaucoup dans mon cheminement de pensée. vous n'avez pas tous le même point de vue et c'est justement pour des points de vues extérieurs que je suis venu. alors merci et puis bonne année on est que le 10. Sur ce... par ou commencer.. soyons cash..

sans mélodrame, il faut comprendre que j'ai pour ma part aussi eu une enfance completement chaotique comme lui. pere alcoolo violent envers moi et ma mere.. qui nous a foutu dehors j'avais 14 ans.. ma mere s'est suicidée à mes 16 ans un jour de noel ou on etait tout les deux. et je me retrouvé et demerdé seul et depuis je reste seul.. ca c'est la version ultra soft.. bref j'ai bcp de mal avec les gens.. j'ai aussi un manque d'amour et d'affection, de confiance et me sens rejeté.. bref c la vie hein.

lui son pere était comme le mien il a viré sa mere aussi sa mere est aussi instable.. je rentre pas dans les détails non plus.. on a vraiment une vie proche.. ca nous rapproche bcp..

Pour ceux qui disent que l'amour paternel lui manque et qu'il le reproduit sur moi, je pense effectivement que c'est le cas.. il comble son manque paternel sur moi et son manque maternel sur ces conquetes à répétitions.. j'en ai conscience. et je dois pas aider vu mon coté protecteur et vu que je comble mes manques aussi avec lui... de là a en déduire qu'il puisse m'aimer et qu'on se marie avec bcp d'enfants... je ne prefere pas partir dans se genre de supposition et me contenter des faits actuels qui sont deja pour moi assez complexes..

Aujourd'hui je ne cherche franchement pas a avoir de relation de couple ou sexuelle avec lui.. je veux juste avoir une relation équilibrée d'ami et ne pas le perdre ni le traumatiser plus qu'il ne l'est. ni moi

Pour le fait qu'il profite de moi. bon on va pas se le cacher certainement il profite de la situation.. qui n'en profiterais pas.. mais je ne pense pas que ce soit si consciemment que cela.. il n'est pas la a se dire .. "tiens j'ai trouvé un pd qui me kiffe et qui est à l'aise je vais pouvoir profiter et me mettre bien".. non ca a rien a voir.. il faut savoir qu'il ne m'a jamais rien demandé tout ce que je fais c'est de ma part.. il ne demande rien.. et même fait tout pour ne pas me demander et arriver a etre indépendant, il se prive pour moi.. mais oui il profite.. il profite d'un confort matériel. de ma gentillesse de mon amour.. de mon lit.. mais je le laisse faire... c'est ca que je voulais lui offrir ce confort, cet environnement ou il puisse se sentir à l'aise (voir ici un peu trop qd même) et trouver une stabilité qu'il n'a jamais eu dans sa vie pour pouvoir avancer et s'en sortir. et malgré tout le mal que cela me fait pour l'instant c'est efficace et il va mieux vraiment beaucoup mieux.

Il est immature mais je le suis certainement aussi.. lui évidement bien plus que moi.. on se fait du mal mais je pense qu'on s'aide tout les deux beaucoup l'un comme l'autre.. et je ne doute pas de son amour pour moi.. pendant des années j'ai fait comme si mon passé n'existait pas.. vraiment c'etait un sujet tabou chez moi..et ce petit con m'a forcé à y retourner.. ca a été ultra violent.. Il m'a permis de faire face à mes démons et c'est une très bonne chose.. aujourd'hui grace à lui je suis la et je raconte ma vie.. jamais avant lui.. et aujourd'hui je commence a accepter ma vie.

Notre relation est toxique ou l'a été pendant ces 2 ans.. ca oui elle était toxique..malsaine.. Il n'est plus la.. et ca se passe pour l'instant au mieux j'aurai pu espérer.. il fait des efforts, est gentil avec moi.. il faut dire que j'ai pris beaucoup de distances.. je reste la pour lui il le sait, on se contacte tout les jours mais je ne suis plus la avec lui.. il doit faire sa propre vie..je l'aime c'est sur mais je ne suis pas une personne egoiste au point de lui faire du mal ou de le retenir pour mon amour.. je souffre mais c'est rien comparé à ce que j'ai connu.. ca c'est de la rigolade et meme si je pleur si ca lui evite de foutre en l'air sa vie.. c'est rien.

je prend conscience que ces attentes de la vie, ces besoins ne sont pas les mêmes quel les miens.. nous n'avons pas le même age.. meme si il n'y a pas tant de différence culturelle que cela entre nous.. on a pas le meme age.. on a tout les deux des histoires compliquées on a tout les deux un manque parental, un manque d'affection et des problème relationnels on se rapproche pour cela et on se blesse aussi. mais malgré tout ce qui nous rapproche... nous n'en sommes pas au même stade de la vie..

Je ne suis pas venu la à dire :"j'aime mon ami hetero comment savoir si il m'aime dois-je lui dire".. certains c'est leurs soucis.. moi ce n'est pas le mien.. je l'aime mais je suis pas la a cherche à quoique ce soit avec lui.. je suis la parce que je tiens à lui, qu'il tiens à moi et qu'on s'en sort pas et qu'on veut pas se perdre.. j'ai beaucoup de tord et lui aussi.. je ne suis pas faire des colonnes non plus..

J'ai 15 ans de plus que lui.. je suis plus fort que lui, plus mure.

Ce que je retiens aujourd'hui.. c'est que que je me sens mieux dans ma vie grâce à lui malgré toutes le difficultés.. que j'ai rencontré une personne qui tient reellement à moi et un ami.. et que cela durera je pense

j'aurai du le faire partir plus tot mais on ne le voulait ni l'un ni l'autre. Quitte à se tapper dessus ou faire plein de trous dans les murs de mon appart.. mais l'avoir fait partir et prendre du recul est la meilleure chose que j'ai faite.. ce recul me permet de me dégager de son emprise, de reprendre des forces, de relativiser et de repartir bien.

Ca a été violent, ce le sera surement encore un moment le temps qu'il grandisse, qu'on grandisse, mais c'est pas grave.. ca vaut le coup. on se fait du mal on se test constamment.. on test nos limites..je pense on a tout les deux peur au fond que l'autre nous laisse ou que l'autre nous aime pas.. alors on se test. c'est ca de se faire rejeter enfant.. ca fait douter...

Moi pour ma part, je fais mon max pour le laisser souffler et penser à lui et qu'il prenne son indépendance.. c'est dur de le laisser mais c'est pour notre bien..et c'est loin d'être calme et fini...

je pense aussi que j'ai beaucoup de travail à faire sur moi même... j'ai besoin de me faire une très grosse introspection sur ma vie, ma famille, mon homosexualité, mes comportement sociaux, mes carrences affectives et où je veux allé dans ma vie. j'aurai du le faire depuis longtemps mais je manquait de maturité.. il m'a donné cette maturité.. mais on ne peux pas aider les autres si on ne peux pas s'aider soi même avant.

voila ca aura été certainement le plan cul le plus bizarre de ma vie.. (d'ailleurs ca m'a vraiment calmé sur les plans culs..). ca a été inatendu dans ma vie.. mais c'est ce qui rend la vie belle.. que même après les pires souffrances tu peux encore rencontré des personnes ou vivre des choses qui valent le coup de pas s'etre foutu en l'air..

une grande différence entre l'enfance et l'age adulte.. est que durant son enfance on subit sa vie sans en etre le maitre.. on est un enfant.. mais a l'age adulte on peux faire ses propres choix..et choisir de la vie que l'on souhaite avoir si l'on s'en donne les moyens. On n'est pas en guerre sous une dictature ou privé de liberté..on a l'éducation la santé plus d'argent que bcp au monde..on a toutes les chances ici.. une des plus belles choses que notre pays nous offre c'est de pouvoir vivre libre de sa vie et de ses choix..

Je suis un battant.. je ne subis plus ma vie depuis un moment.. je choisi ma vie.. je controle ma vie.. il m'a fait perdre le controle.... pendant 2 ans.... mais c'est fini.. j'ai relevé la tête.. et il est hors de question que je le perde.. on s'est fait du mal on s'est fait souffrir mais tout ca ce n'est que de l'amour rien d'autre.. ca durera encore un peu surement mais avec le temps on se fera confiance et ca ira.. il est comme moi c'est un battant..

J'espère ça ira que je me trompe pas sur lui.. mais je pense tout devrait allé.. ce sera une belle amité et sinon on arretera là.. pour notre bien.. et je ne serai jamais avec ce bogosse adorable.. mais c'est pas le plus important.. il m'aime sincerement je pense.. à sa facon..

voilà après ma crise cougard dépressif.. il est temps de rentrer dans mon introspection, penser à moi et commencer ma crise de la quarantaine.. tout un programme..

bonne nuit..

et encore désolé pour le roman..

et merci


photo de l'auteur Romangel
Romangel
Homme de 33 ans
Var

Très positif comme discours ^_^

Nous avons tous nos relations plus ou moins toxiques. Ce qui est facile pour nous, de t'écrire sincèrement ce que l'on pense derrière notre écran, fait complètement abstraction de tout affecte. Hors la vie, les relations humaines en regorgent.

Tu as su voir le positif qui a émergé de cette situation et je crois que cela est le plus important de chaque tranche, moment ou passage dans la vie.


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Tu as apparemment la capacité de soutenir seul cette famille qui s'est choisie, tu as apparemment aussi su mettre une limite à un désir sexuel qui aurait pu apparaitre intrusif, tu assumes tes responsabilités d'ainé, la société qui s'est montrée incapable d'assurer de votre besoins affectifs de votre prime jeunesse serait mal placée pour vous juger, d'autant qu'elle n'a rien à offrir en contrepartie de votre entraide mutuelle comme elle le fait pour les familles conventionnelles. Tu te sens mieux, tu dis qu'il se sent mieux, je pense que tu as raison de croire que votre lien peut rester solide, l'avenir m'apparait jouable.

Ceci étant je crois que cela mérite de garder un oeil sur d'éventuelles dérives de sa part, telles que l'usage de substances, mauvaises fréquentations, maladies graves évitables, nouveau trébuchage ou je ne sais quoi qui le mettrait ou te mettrait en danger, autrement dit de maintenir un lien périodique régulier un peu à la façon d'un grand frère ou d'un père. Cela peut être l'occasion de frictions, mais aussi de partager des bons moments dans des activités qu'affectionnent les plus jeunes (pas nécessairement les ainés, mais faut savoir ce qu'on veut et il faut ce qu'il faut pour maintenir un lien affectif ^^). La régularité des liens, les dates obligées comme les anniv ou les fêtes calendaires réservées à la famille, etc, peuvent permettre de ne pas se poser trop de questions sur le dosage affectif, qui peut osciller entre légères frustrations et intrusions. C'est le fonctionnement ordinaire des familles, toutes ne vivent pas sur le mode tribal permanent ou au contraire ne se voient qu'en cas de crise. Il est même possible qu'il vivrait l'inverse comme un abandon.

Normalement en augmentant progressivement son indépendance, il devrait avoir le plaisir de te proposer ou tu pourras lui sugérer, de prendre progressivement à sa charge des factures...

Bref cela me semble jouable ^^


photo de l'auteur Marc56
Marc56
Homme de 47 ans
Paris

Bonjour Anonyme,

ce qui était le plus important, je pense , c'était de pouvoir prendre du recul pour replacer les choses dans leurs contextes respectifs, à leurs vraies places donc, dans le but d'y voir plus clair et d'identifier les enjeux qui se sont tissés entre vous.

Il apparait très clairement qu'au-delà de votre rencontre, ce sont aussi deux histoires de vies qui se sont rencontrées et qui ont fait écho l'une à l'autre. Deux blessures profondes, identiques sur le fond, toutes deux en attente et en espoir d'apaisement. Ca crée nécessairement un lien très fort, peu importe que ce qui vous lie soit différent pour chacun ou pas.

Bien sûr que non, il ne se sert pas de toi au sens stratégique du terme. Il a trouvé en toi un soutien, un réconfort, une proximité, et tout naturellement le fait de le prendre sous ton aile a vocation à répondre à certains de ses besoins, de ses manques, de ses blessures ; tout comme il en est de même pour toi. Cette proximité, la complicité qu'il a acceptées de laisser naître entre vous te permet de faire pour quelqu'un de vulnérable ce que l'on n'a pas fait pour toi lorsque tu étais plus jeune. Il y a une renaissance et une libération au coeur de tout ça, entre vous et grâce à vous.

Ca reste complexe pour le moment au sens où des blessures profondes font émerger des peurs profondes elles aussi, ne serait-ce que la crainte de perdre l'autre, tout ça mélangé à des modes de comportements et de réactions peu structurants. Mais avec le temps tout ça va pouvoir s'apaiser, j'en suis profondément convaincu.

Plus vous allez pouvoir remettre de l'ordre dans cette histoire entre vous, plus vous allez aussi pouvoir retrouver votre vraie place au milieu de tout ça. Ca prend du temps bien entendu, mais ça se fera, ne serait-ce qu'au motif que vous tenez l'un à l'autre, chacun à votre façon.

L'essentiel est que que tu aies pu reprendre la main sur ta vie à toi. Ca va te permettre d'adopter une position juste vis à vis de lui, ça l'aidera à se repositionner vis à vis de toi. Et progressivement tout se remettra en ordre pour votre bien à tous deux.

Ce repositionnement passe aussi par la mise en place de certaines "limites" respectives. Les limites, les "cadres", peuvent être perçus comme des contraintes bien entendu. Or ils ont aussi l'avantage de favoriser le repositionnement de l'un vis à vis de l'autre, de retracer les contours de son espace vital/affectif/relationnel à soi, et de ce qu'on accepte de partager avec l'autre ou pas. La reconnaissance et l'acceptation de ces limites sont indispensables à l'instauration d'un respect sincère et mutuel, indispensables à une communication et à une compréhension constructives aussi. Sans limite tout se mélange, tout devient extrêmement confus, on ne se comprend plus, parce que trop d'émotions se mettent en mouvement : ne serait-ce que la peur de perdre l'autre (ou de se perdre soi-même) et tous les enjeux qui en résultent, tout ce que ça réveille de sa propre histoire en soi.

C'est pour ça qu'en l'incitant à se poser dans un autre logement, tu as fait le bon choix. Il a peut-être vécu ça comme un abandon mais en réalité il est important que vous ayez chacun votre lieu de vie à vous. Ca délimite vos espaces respectifs, là où avant tout était mélangé, et ça vous pousse à restructurer différemment le contact ente vous. Ca vous donne les moyens de restaurer une certaine forme d'autonomie l'un vis à vis de l'autre. Au bout du compte ça participe d'une certaine remise en ordre, en vos vies respectives. Ce sera beaucoup plus structurant et constructif, ça vous aidera à instaurer entre vous un lien "juste".

Ce que j'entrevois au coeur de tout ça, c'est que votre rencontre aura réveillé des choses puissamment enfouies au fond de vous deux bien entendu ; mais surtout qu'il y a là l'occasion d'une renaissance et d'une libération pour chacun d'entre vous aussi. Cette rencontre vous pousse tous deux, consciemment ou non, à revisiter vos histoires de vie respectives pour y apporter de la lumière, de la compréhension, une certaine forme de maturité. Et plutôt que de subir sempiternellement ces passés douloureux, plutôt que de les reproduire sans cesse vous allez y mettre un terme, vous en libérer, et redevenir maîtres de votre destin comme de vos choix de vie. Vous en sortirez tous deux grandis, nécessairement.

Et ça, c'est un cadeau magnifique dans la vie, même si parfois les circonstances nous font passer par de tumultueuses tempêtes à cette fin.

Marc.


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit