Questions sur la dysphorie de genre et temps d'attente démesuré pour un HLM

Forum Transidentité


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Questions sur la dysphorie de genre et temps d'attente démesuré pour un HLM

Salut,

J'ai besoin d'un avis extérieur sur des questions à propos de la dysphorie de genre. Je sais que la dysphorie de genre il ne faut pas prendre ça à la légère mais jusqu'à quel point?

J'ai fait une demande de logement après de l'office municipal d'habitation de Montréal (OMHM) en 2017. Le problème est que plus j'attends plus j'ai de problèmes. Je suis aux prises avec une situation compliquée et le logement et l'opération sont combinés donc les effets sont néfastes.

L'OMHM n'a pas tenu compte de ces lettres et pour moi c'est un affront. Je n'arrive pas à suivre mentalement et physiquement, faire les choses au quotidien me demande un effort surhumain, j'ai parfois des problèmes de concentration, j'aide gros problèmes d'oublis, etc. Les problèmes d'oubli impactent par exemple mes épiceries. Je suspecte également que ça me cause des problèmes au niveau social et ceci je voudrais le vérifier avec mon médecin. De plus, dans ma tête c'est comme si c'était un i7-7700K surchargé.

Voici les conséquences qui en découlent : ça retarde mon opération, ma copine craint que je tombe en épuisement psychologique et le risque de suicide a augmenté. Les conditions actuelles de logement sont insuffisantes pour que j'aille mon opération qui m'est médicalement nécessaire. Cette opération je l'attends depuis trop longtemps.

La psychiatre qui a fait la première lettre voici ce qu'elle en gros dit dans cette dernière...

  • Celle-ci présente des symptômes de dysphorie de genre depuis plus de 15 ans Elle s'indentifie et vit comme femme depuis au moins 2005, quand elle a débuté la thérapie hormonale.
  • La chirurgie est médicalement requise. Présentement, la détresse reliée à son corps se manifeste par : des limitations au niveau de des activités de la vie quotidienne, des difficulté sexuelles et une incapacité à se procurer un travail rémunérateur

Mon médecin dit que c'est une chirurgie médicalement recommandé dans une situation comme la mienne. Il dit aussi que cette chirurgie demande beaucoup de soins post-opératoires aux parties génitales pour plusieurs mois qui se font idéalement dans un logement sécurisé et indépendant.

Mon intervenant demande que mon dossier soit traité de toute urgence car ma situation de vie actuelle n'est pas viable et cela nuit à ma santé mentale et à mon bien être. De plus, on a déjà fait une rencontre chez moi donc il a vu la situation de ses propres yeux.

Est-ce que ça vaut la peine que je fasse des pressions supplémentaires avec l'aide d'un avocat pour diminuer le temps d'attente à un temps d'attente que je suis capable de supporter? Je n'ai pas assez de force au niveau psychologique pour attendre un an et demi voire deux ans. Je suis faite forte mentalement mais là y'a des limites et elles sont dépassées.

Merci d'avance.


0

photo de l'auteur steph41190
Steph41190
Homme de 44 ans
BLOIS

Bonjour EyresBWA,

Je ne connait pas la situation du parc de logement HLM de la ville de Montréal, mais si elle est dans la même situation que celle de Paris, je ne pense pas qu'un avocat puisse changer quoi que ce soit à la situation. Dans le cas contraire, un avis médical comme le tient peut faire avancer les choses.

En tout cas bon courage à toi!

Cordialement

Stéphane


0

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Salut Steph,

Y'a 28 000 personnes sur les listes d'attente pour les HLM à Montréal. Les priorités c'est par exemple si ton logement est délaré inhabitable par les autorités compétentes et si une femme est victime de violence conjugale. Le rang dans un des quartiers que contient ma demande est à 147 et je le ferais baisser à 100-105 histoire d'avoir une attente plus supportable.

Mon intervenant a soumis des documents à l'OMHM et c'est des lettres justement. Mon prochain rendez-vous avec mon médecin est pour bientôt donc je vais lui en parler de mon état psychologique et demander un avis médical supplémentaire. J'ajouterais le témoignage de ma copine avec ça.

Ma copine n'est pas tendre envers l'OMHM avec le fait qu'ils n'ont pas tenu compte des lettres de professionnels qui ont été acheminées. En effet, elle dit qu'ils sont sans coeur. Mon père et ma belle mère disent qu'ils ont pas été correct.

Par contre, y'a une de mes questions qui n'a pas eu de réponse. Je sais que la dysphorie de genre il ne faut pas prendre ça à la légère mais jusqu'à quel point?


0


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit