Pourquoi sommes nous si timides...

Place aux débats - Créé le


Pourquoi sommes nous si timides...

Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Pourquoi sommes nous si timides...
Pour ma part,Je suis une femme plutôt bien faite dans mon corps et dans ma tête....mais je suis d'une timidité terrible,Je n'en souffre pas vraiment mais j'aimerais pouvoir aller naturellement vers quelqu'un et discuter et partager...!!!êtes vous comme moi où pas!!!bonne journée à vous tous et toutes.
0

Oui... et non.

Tout dépend du contexte.

Parfois, je suis d'un naturel super sociable, je vais vers tout le monde, discute facilement, etc.
Et d'autres fois, je me retrouve un peu coincée, effacée, dans l'observation distante.
Bizarre ;-) !
0

Je me retrouve dans ce que tu dis. Un manque de confiance qui affecte mes relations sociales, professionnelles et surtout sentimentales. Ces relations qui passent par le jugement d’autrui (« suis-je sympa ? », « suis-je efficace et utile ? », « suis-je attractif/fuckable ? ») et la crainte de provoquer la déception à un moment ou un autre.
A l’opposé, pour tous les processus ce qui ne nécessitent pas de jugement autre que le mien, je suis un bourrin. Quand tu ne peux pas tricher avec un autre que toi-même, il n’y a que deux solutions, fais le ou ne le fais pas. Mais c’est pas le sujet (à part peut-être qu’un déficit d’un côté entraine un excès de l’autre…).
Pour être constructif, je pourrais citer les conseils (que je ne suis pas) d’une amie coach : il faut chercher les signes objectifs de sa « valeur » sociale. As-tu des amis ? Qui t’aideraient si besoin sans rien attendre en retour ? Est-ce que tes collègues ont montré des signes d’approbation ? Quel est le retour général de tes contacts amoureux ? Au lieu de faire des plans sur la comète et imaginer le pire à base de rien, il faudrait se servir de ces éléments objectifs comme base pour aborder de nouvelles situations. Si tu es suffisamment sympa pour tes amis, pourquoi ne le serais tu pas pour cet(te) inconnu(e) ? Si des collègues parfaitement responsables ont dit des choses positives, pourquoi leur refuser une certaine perspicacité en dégradant ce qu’ils ont dit ? Si on te fait des compliments sur ton physique, pourquoi les occulter pour aller toujours plus loin, toujours plus inaccessible pour chercher d’autres compliments ailleurs et viser une approbation unanime irréaliste ? A quoi servirait cette approbation unanime une fois en poche ? Ne resterait-elle pas en poche pour partir en quête d’une autre forme d’approbation ? Y a un moment où il faut se faire violence.
Moi j’en suis là, à lutter entre ces conseils très rationnels (que j’ai admis, étant plutôt rationnel) et mes sentiments qui le sont beaucoup moins. A un moment, il y a une forme de lâcheté. Et ça, en ce qui me concerne, ça fait partie des processus dont je suis le principal juge et ça me titille pas mal. Dans le passé, j’ai dû passer outre cette lâcheté et me jeter dans le bain. Il faut que je puise dans ces expériences la force que j’avais eue alors.
En ce qui me concerne, côté sentimental, faut juste que j’accepte un rencard au lieu de paniquer. Je l’ai fait dans le passé, pourquoi ce serait différent maintenant ? Parce que j’ai pris 15 ans dans les dents ? La « clientèle » change mais pas beaucoup…
0



Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit