Parlez vous de votre orientation sexuelle au travail ?

photo de l'auteur LittlePink1
LittlePink1
Femme de 32 ans
MONTPELLIER

1 remerciement
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Bonjour,

En pleine "revendication" de mon orientation sexuelle bi depuis plusieurs mois ... ayant mis ce côté là de moi trop caché et enfouie , tout en informant mes partenaires mais uniquement mes partenaires, je me demandais comment vous faite au travail ?
Est ce que vous en parlez librement avec vos collègues ? Dès le départ (je suis avec une fille ou un mec)

Je sais que pour ma part quand j'ai commencé mon travail, j'étais en couple avec un homme, donc naturellement à la question " tu es en couple ?" j'ai répondu simplement oui, et je parlais de lui tout naturellement.

Il y a qu'une collègue qui le sais, car je sais qu'elle serai assez ouverte sur la question, quand j'ai quitté mon copain, je lui ai dis que j'avais une relation avec une femme.
Comme je le préssentais elle ne m'a pas jugé.


Alors comment vous faite vous ? Quand l'occasion se présente, une question , ou un débat sur le sujet et vous balancez que vous êtes bi ou gay ?
Faut t'il le dire ? Le cacher ? A votre avis c'est de l'ordre du privé ?
Si la question ne se pose pas vous n'en parlez pas ?

Est ce que c'est ne pas s'assumer de n'en parler à personne ?

Mes questions sont peut être un peu bêtes mais j'aimerais avoir plusieurs avis..
Car en ce moment je suis dans une période de ma vie où j'ai envie que tout le monde le sache, tout en ayant peur de la réaction des gens...

photo de l'auteur Oaime
Oaime
Homme de 47 ans
Lyon

3 remerciements
Vaste sujet !

J'ai toujours eu tendance à le faire savoir et en tout cas à ne jamais mentir en faisant croire à autre chose que la vérité quand j'étais en couple - faux célibat ou transformation en relation hétéro. Il faut dire aussi que j'ai toujours évolué dans un contexte professionnel favorable.
Par contre, pas de révélation fracassante, mais plutôt l'évocation de mon compagnon par son prénom quand le sujet se présentait ou le présenter s'il venait à passer me voir sur mon lieu de travail.

Je me souviens d'une fois où, alors qu'une collègue dit lors d'un buffet "c'est pas de la guacamole de pédé !", avoir reposé mon toast en m'excusant avec un sourire faussement gêné de m'en être servi. Elle a très bien compris et m'a sourit, elle, pour le coup un peu gênée de sa maladresse...

Dans ton cas, c'est un peu plus compliqué, parce que tu peux donner le change sur une relation hétéro puis passer à une relation homo plus difficile à verbaliser, alors tes collègues pourraient être un peu perdu.e.s...

Quoiqu'il en soit, le naturel devrait être la règle de conduite en toute circonstance !

photo de l'auteur Arkhantes
Arkhantes
Homme de 25 ans
La Rochelle
C'est intéressant comme question ^^
Pour ma part, ça ne fait que 3-4 ans que j'assume entièrement ma bisexualité, et depuis c'est généralement quand on me pose la question ou quand une situation m'amène à en parler que j'en parle. Ce n'est pas que je veux tenir ça secret, bien au contraire, mais je pars du principe que, comme un hétéro ne parle pas constamment de son attirance sexuelle, et bien je ne parle pas au tout-venant de mon orientation. Mais bien sûr, si on me pose la question, que ce soit mon patron, un collègue, un ami, une connaissance ou un membre de ma famille, je lui répondrais sans hésiter. Et si ça le/la révulse, je lui ferai comprendre que sa réaction ne regarde que lui/elle, que je changerai pas dans tous les cas.

photo de l'auteur LittlePink1
LittlePink1
Femme de 32 ans
MONTPELLIER

1 remerciement
Ah oui je me verrai mal mentir, et passé une relation homo en hétéro en disant "il" au lieu de "elle" ça c'est certain.
En général je dis plutôt "j'ai une relation oui" c'est tout.

Et quand ma collègue m'a demandais comment "il" était.. j'ai dis "c'est elle plutôt" , mais je savais qu'elle allait bien le prendre, mais les autres collègues je sais pas trop leur opinion la dessus.. après y'a beaucoup de personnes ouverte sur le sujet, plus qu'on ne croit, tant que ça les touches pas eux, ou leur famille .. en général ça passe plutot bien.

Mais être bi est parfois un peu incompris.
Et l'assumer face aux gens dehors, dans la rue, j'aurai plus de mal .. tenir la main d'une fille par exemple .. ça met une étiquette de lesbienne que je ne suis pas.. et moi qui aime passer inaperçu .. ça serai me faire remarquer ..
C'est pourquoi j'ai encore du mal..

photo de l'auteur Arkhantes
Arkhantes
Homme de 25 ans
La Rochelle
Je comprends oui, mais il ne faut pas aussi confondre assumer et exhiber : tu peux assumer ta bisexualité dans le cadre intime, de tes amis à ta famille en passant par les quelques relations professionnelles que tu connais un peu plus que la moyenne...
Après d'un point de vue public, que tu le montres ouvertement ou pas c'est à toi seule de décider. Si tu n'es pas à l'aise à l'idée d'exhiber ton attirance devant des inconnus, et bien ne le fais pas. Si au bout d'un moment tu finis par t'en moquer de ce que pensent les gens et que tu te décides à tenir la main de ta compagne en vous promenant, et bien fais-le, ça ne regarde que toi ^^
Les imbéciles qui viendraient alors pour vous emmerder toi et ta copine seront les seuls en tort.

photo de l'auteur clenake
Clenake
Femme de 40 ans
Tours

3 remerciements
Juste un petit Coucou pour suivre le sujet 🙂

photo de l'auteur LittlePink1
LittlePink1
Femme de 32 ans
MONTPELLIER

1 remerciement
Oui je me dis qu'il faudra peut être du temps.
Quand je vois des couples gay qui s'assument dans la rue, je trouve ça beau. Et étant à Montpellier, y'en a pas mal.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
L'avantage chez moi c'est que ça se voit. Parfois on me prends pour un bourge, malgré mes habits (plutôt banlieusard pauvre). Donc quand je dis que je suis homo, hormis celle qui se voilaient la face, personne n'est vraiment étonné.

Je crois que tu peux le dire au feeling. Pour ma part c'est même écrit dans mon CV car le temps que je passe dans mon assoce LGBT est conséquent.

photo de l'auteur LittlePink1
LittlePink1
Femme de 32 ans
MONTPELLIER

1 remerciement
Ah oui effectivement, ben chez moi ça se vois pas, si on peux dire .. je suis plutôt féminine, j'ai un enfant, donc les gens pensent que je suis simplement hétéro ..

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
il n'est pas toujours possible de le dire sur son lieu de travail, tout depend du milieu ou l'on évolue
pour moi c'est très simple, je suis livreur salarie et tout le monde connaît mon orientation, c'est bien plus facile a vivre puisque qu'on ne me pose plus de questions
j'ai un ami patron de société dans le milieu rural qui lui ne peut pas de peur de perdre des clients alors je pense que chacun doit faire selon l'endroit et les circonstances

photo de l'auteur moiii69
Moiii69
Homme de 26 ans
PARIS
hors de question que j'en parle, ça ne regarde que moi et peut avoir des répercussions sur mon poste

photo de l'auteur LittlePink1
LittlePink1
Femme de 32 ans
MONTPELLIER

1 remerciement
Moiii69 : et du coup c'est pas trop dure à vivre ?

photo de l'auteur moiii69
Moiii69
Homme de 26 ans
PARIS
non, quand je suis avec quelqu'un, elle s'appelle Aurélie, le reste je dis toute la vérité

photo de l'auteur akudo
Akudo
Homme de 25 ans
Strasbourg

3 remerciements
Après ça dépend d'ou on travaille aussi. Je n'ai pas beaucoup d'expérience professionnelle, mais sur les 2 stages de 6 mois que j'ai fait, j'aurais agi différemment si j'avais eu un copain je pense:
le 1er, les collègues parlaient de leur vie privée donc j'aurais eu aucun problème à dire genre "ce weekend je suis allé dans telle ville avec mon copain"
le 2e, les gens ne parlaient pas de leur vie privée donc là ça aurait pas été approprié
je pense que ça dépend de la culture d'entreprise, du "feeling" qu'on a avec les collègues.
puis s'il y en a qui font des remarques négatives ou qui sont carrément homophobes, je pars du principe qu'ils auraient de toute façon trouver une autre raison de critiquer

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je pense aussi que cela dépend du contexte dans lequel tu évolues professionnellement et des affinités plus ou moins grandes que tu as avec les collègues. Vu le temps qu'on peut passer au boulot, il est sur que parfois un/une collègue devient plus proche.
Pour vivre pleinement en tout cas, il ne faut pas Te cacher qui tu es je pense; après le silence peut aussi être une réponse aux personnes avec qui tu ne désires pas échanger.
Etant indépendante, j'ai toujours souhaité scinder le boulot et la vie privée. Mes clients sont peu à être au courant (s'il me croisent accompagnée je ne le cache pas) et mes collègues les plus proches sont des amies au courant depuis longtemps.

photo de l'auteur Louloute63
Louloute63
Femme de 24 ans
Clermont Ferrand
Personnellement dans un premier temps j'analyse beaucoup les gens du fait que mon orientation sexuelle ne se voit pas trop sur moi. Comme ça au fil des discutions je vois les gens qui sont ouverts ou non (les petites répliques homophobes lors de discutions que tu te prends dans la tronche ;) ). Comme ça je me fait une petite idée de mon environnement de travail (pour moi ça n'a été que des stages pour l'instant).
Après, je trouve que c'est dommage de devoir cacher que l'on est en couple avec une personne du même sexe quand on s’entend bien avec ses collègues (on ment, ou bien on coupe court à la conversation, ça fait un peu fille qui n'a pas de vie.. pas intéressante, qui n'a pas envie de créer des liens).
Mais bon le dire peut nuire à des relations professionnelles, voire même avec sa direction et donc avoir un impact sur son évolution de carrière....
Comme vous l'avez compris, j'ai surtout fait des stages pour l'instant. Mais je suis actuellement à la recherche de mon 1er vrai emploi et la question que tu pose LittlePink1 fait écho en moi. C'est une question que je me pose.

photo de l'auteur LeksanAden
LeksanAden
Homme de 24 ans
Nantes

10 remerciements
Modérateur
Personnellement, je n'en parle pas; mais je m'en cache pas non plus, j'essais un maximum de séparer travail et vie privée

photo de l'auteur Skyquiver
Skyquiver
Homme de 30 ans
Près de Nice

9 remerciements
On va éviter parce que sinon ça risque de mal finir.
Je sors à peine du boulot justement : dans les vestiaires j'arrive ça parle justement de "tous ces homos qu'on voit dans les films et dans les séries qui nous sont imposés". De manière générale ça n'aime pas "les pédés".
Quand ce n'est pas ça, c'est carrément mon collègue musulman qui invoque la religion pour dire qu'ils iront tous en enfer, etc...
Tiens d'ailleurs mon chef de rayon m'avait dit un jour qu'il a déjà refusé des candidatures à l'emploi parce que le garçon en question était trop efféminé et risquerait bien vite de finir lynché.

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Au travail on me paie pour travailler donc le choix est vite fait.
Si on me donnait une bonne prime pour raconter ma vie j'y réfléchirais ^^

C'est une spécificité française (et plus généralement méditéranéenne qui s'interesse avec qui on couche) de discuter de tout et de rien au lieu de se concentrer sur son taffe, car c'est sans doute plus intéressant. Le monde entier le remarque dès qu'il pose le pied à l'aéroport ou s'il vole sur Air France.

Plus sérieusement, quoi qu'il y ait un sérieux fond de vérité, avec mes collègues on ne s'étend pas sur notre vie privée sauf en cas de gros souci.

Evidemment on sait qui est marié, et le gaydar déclenche sur certaines personnes célibataires ou mariées. Mais c'est surtout l'attention portée sur les jeunes stagiaires filles ou gars qui est révélateur, certains de mes collègues pourtant mariés étant particulièrement beaux et d'insatiables séducteurs pendant les poses (et plus probablement plus mdr). Les stagiaires ne semblent pas farouches à cet incadrement à la fois professionnel et amical qu'ils décrivent comme une bonne ambiance qu'ils voudraient intégrer en se faisant embaucher ^^. L'ambiance à la française c'est aussi ça tant que cela ne sera pas interdit par notre société de plus en plus moralisatrice.

Donc en bref ce n'est pas un sujet de conversation mais personne se fait d'illusion ^^

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
On va me trouver HS parce que je suis hétéro, mais je ne parle pas de mon orientation sexuelle au travail ;) et ça me dérange d’entendre parler d'aspects intimes de la vie privée de gens qui ne sont pas proches de moi. Qu'ils soient hétéros ou pas.

Maintenant, je comprends que ça puisse rester en travers de la gorge : quand on tais volontairement quelque chose, la question de le révéler se repose à chaque occasion de le faire, et ça peut être pesant. Du coup, j'ai une certaine tolérance pour les personnes qui font leur coming out au détours d'une conversation, parce que je me dis que ça les soulage. Par contre, si ça commence à parler cul derrière (ce que les hommes ne se privent pas de faire), je dis stop direct. Ça ne m'intéresse pas, je préfère qu'on me parle de sujets qui m'intéressent.

Skyquiver, personnellement ça me fait chier le traitement de l'homosexualité dans les films, séries et jeux vidéos : Ça me fait sortir de l'histoire. Je me dis "ah, ça c'était le cotât LGBT" et ça me gâche l'expérience. Surtout dans les jeux en fait : j'ai lâché le dernier Dragon Age à cause de ça (bon, le jeu me passionnait pas non-plus) : tu es là pour fantasmer sur de la magie, des monstres, des histoires de fin du monde et on te ramène des deux pieds dans la société moderne et ses problèmes de tolérance. Je comprends que des non-hétéros aient besoin de s'identifier aussi aux personnages, mais il y a sûrement une manière de traiter ça mieux. C'était beaucoup mieux fait dans Mass Effect par exemple : la sexualité n'était pas extériorisée, il fallait avoir beaucoup discuté avec le personnage non joueur pour en arriver aux sujets intimes. En d'autres termes, on avait accès à ce contenu seulement si on le désirait. Aussi, un environnement futuriste se prête beaucoup mieux au sujet qu'un environnement médiéval. Si on est dans un setting médiéval, il faut que la sexualité du personnage soit cachée pour coller avec la société dépeinte dans le jeu (ou alors on aura introduit la société du jeu au joueur de telle façon que l'homosexualité ouverte ne soit pas dissonante). Je ne pense pas que ces considérations sont des barrières absolues : ça tient principalement au fait que l'homosexualité est un sujet politique aujourd'hui. On pourrait je pense rejouer à ces jeux ou revoir ces films quelques années après et ne pas être dérangé outre mesure.

Désolé pour le HS

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je ne vois pas trop à quoi ça sert d'en parler au boulot.

Perso, je dissocie beaucoup ma vie pro et privée. Ceux qui sont au courant sont mes amis.
Si un(e) collègue devient un(e) amie, pourquoi pas, mais je n'en parlerai sûrement pas dans ce cadre parce que j'estime qu'on est au travail pour travailler.

Si on me demande si je suis en couple je dirai oui ou non sans nécessairement m'étaler dessus et vu qu'en général je ne m'étale pas dessus, on ne me pose pas beaucoup de questions :p
Je ne sais plus qui l'a dit précédemment mais oui il y a une différence entre l'assumer et l'exhiber.

Le fait de garder une certaine pudeur, sur notre orientation sexuelle ne veut pas dire nécessairement que l'on se cache (peu importe notre sexualité). Cela dépend de notre personnalité et/ou de notre éducation.

D'ailleurs, c'est probablement hors sujet mais que ça soit dans le monde pro ou dans la vie au quotidien, je pense que le plus important est de se sentir à l'aise quand on en parle.
Je me suis déjà retrouvée dans une discussion avec des connaissances hétéros où l'une d'entre elles a clairement dit que les homos étaient attardés, qu'il étaient perdus, que Dieu les puniraient....
J'aurais beau vouloir dire quoi que ce soit, son raisonnement est trop limité pour m'épuiser à en parler avec ce type de personnes. Ce sont des comportements semblables aux personnes racistes, ce sont des personnes qui n'évoluent pas sur ce sujet.

Je n'ai pas besoin de l’approbation d'autrui pour vivre ma vie privée, je n'ai pas besoin de systématiquement en parler.
Cependant, je reste vigilante car parfois des personnes semblent ouvertes sur le sujet et peuvent nous mettre des bâtons dans les roues juste parce qu'on aurait parlé de notre partenaire lors d'un déjeuner.
Le pire c'est quand ils se réfèrent à nous uniquement par rapport à notre orientation sexuelle alors que cela fait partie de nous, ce n'est pas ce qui nous caractérise le plus.

Cela m'est arrivé récemment avec un proche. A partir du moment où il a su mes attirances, il ne me parlait que des filles et surtout, de sexe (comme si je n'avais que ça à faire dans ma vie lol). Malgré les relances que je lui ai faites pour arrêter, il continuait tout le temps. J'ai dû couper les ponts avec lui car ça ne me plaisait pas du tout.

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Au travail ce n'est pas tout-à-fait comme pendant les années d'études, bien que ce que je vais dire ait été largement bouleversé par les sites de rencontre internet.

Quand on fait ses études et à fortiori plus on est proche des années lycée et collège, les hétéros se montrent plus intéressés par les flirts que par les profs, et les jeunes gays s'imaginent de la même façon que tout gay est un partenaire potentiel. Il y a une logique initiatique à cela, mais aussi une vraie frustration et misère sexuelle. Logique qui n'est pas encore celle de la séduction.

Normalement dans le monde du travail on en est plus là, sauf peut-être pour quelques supérieurs hiérarchiques ou producteurs qui s'imaginent qu'une jolie secrétaire ou un beau gars un peu efféminé lui doivent le droit de travailler.

Bon après cela dépend de l’ambiance de travail, si les gens sont là pour en baver et ne retrouve un peu de chaleur que dans les posters de filles aux formes opulentes de leur vestiaire ou dans des blagues graveleuses, la vie privée de chacun peut aussi être un sujet intéressant.

photo de l'auteur Arkhantes
Arkhantes
Homme de 25 ans
La Rochelle
"Bon après cela dépend de l’ambiance de travail"
Oui, voilà la réponse concrète et finale de cette question. C'est sûr que si on ne connaît personne dans son entreprise et qu'on balance à la pause café aux 2-3 collègues qui parlaient de leur week-end notre orientation sexuelle, ça le fait pas trop ^^
La volonté d'en parler vient d'un échange avec l'autre, au détour d'une conversation, mais pas brut de décoffrage comme ça.

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Devant la machine à café il peut exister des façons plus élégantes, comme de dire à ton futur collègue que tu lis dans le marc de café un avenir commun avec lui ^^

Évidemment il existe le risque que cela fasse le tour de l'entreprise. Où qu'à l'inverse il ne dise pas non et que tu sois obligé d'assumer tes prédictions mdr

photo de l'auteur Arkhantes
Arkhantes
Homme de 25 ans
La Rochelle
Ahah oui mais là ça fait dalleux surtout xD

photo de l'auteur Skyquiver
Skyquiver
Homme de 30 ans
Près de Nice

9 remerciements
Citation de Lampadaire


Skyquiver, personnellement ça me fait chier le traitement de l homosexualité dans les films, séries et jeux vidéos : Ça me fait sortir de l histoire. Je me dis ah, ça c était le cotât LGBT et ça me gâche l expérience.


Voici pour ma réponse :

Personnellement je ne suis pas du tout fan non plus de ce genre de démonstrations dans les films et les séries et je ne suis pas du genre à crier mon orientation sur les toits, tu l'auras compris.

Par contre si l'on suit votre superbe raisonnement, je pourrais te sortir la même chose étant donné que tu ne te mets qu'à votre place: il ne faudrait pas montrer de couples lgtb, à l'inverse nous autres sommes censés supporter les couples hétérosexuels qui s'embrassent, ça c'est normal visiblement au nom d'une majorité qui croit pouvoir imposer son diktat...

Les homosexuels ne sont pas issus d'une époque moderne ou d'une manière de pensée récente, ou d'un mouvement ou d'une mode, ce n'est PAS un choix, j'ai assez souffert pour le savoir. D'ailleurs la preuve de leur existence par le passé n'est pas à faire, d'ailleurs par exemple au Moyen-âge l'on trouvait des instruments de torture spécialisés notamment pour les femmes adultères et les homosexuels comme la poire d'angoisse :

"Cet instrument en forme de poire possède des parois qui s'écartent sous l'action d'une vis. Parfois, les parois étaient également munies de pointes. L'instrument fut utilisé par l'inquisition sur les homosexuels, les femmes accusées d'avoir couché avec le diable, les menteurs et les blasphémateurs. La poire d'angoisse était introduite dans la bouche, l'anus ou le vagin et provoquait la mort par déchirement des organes."

Et combien d'autres sévices et d'expériences encore subis ( comme durant la Seconde Guerre mondiale ), comme ce fut le cas pour d'autres minorités, au nom de cette peur et de cette haine de l'autre qui est différent ?

Ce rejet qui cause tant de solitude, de souffrance et de morts ( comprenant des suicides y compris chez les jeunes ). Ce rejet que l'on porte, cette haine avec laquelle personnellement j'ai moi-même été nourri, elle fait partie intégrante de moi. Ne crois-tu donc point que je ne rêve pas moi-même de pouvoir égorger comme des porcs tous ces homophobes, et par extension vivre même dans un monde sans hétérosexuels qui semblent pour certains croire incarner l'unique modèle social, amoureux et sexuel. Il y avait d'ailleurs un court métrage sur youtube qui montrait la situation inverse à travers un hétérosexuel qui vivait sous pression, et devait vivre caché dans un monde où l'homosexualité était la norme majoritaire, permettant peut-être en inversant les rôles de faire prendre conscience de la situation.

Etant donné les souffrances que cela peut causer, devrions-nous vraiment vivre sur la même planète ?
Tandis que dans un monde harmonieux, je serais moi-même le premier à accepter toutes les différences qui ne nuisent pas à autrui, puisque malheureusement dans le monde actuel le respect et la tolérance de la différence ne sont pas de mise, je préférerais largement vivre dans un monde sans cette majorité afin que nous autres n'ayons pas à nous sentir oppressés et sur le qui-vive en permanence; cela est d'ailleurs vrai à tel point d'ailleurs, que certaines études très sérieuses démontrent l'impact psychologique et les problèmes cardiaques qui peuvent en résulter.

Enfin tu n'es pas sans savoir que les persécutions et les tortures à l'étranger sont toujours de mise. Il est donc bien facile de la ramener lorsque l'on vit libre comme un roi tandis que d'autres minorités doivent souffrir.
Visiblement oui nous sommes en guerre, aussi tacite et indirecte qu'elle puisse parfois l'être, nous incarnons des exclus, des ennemis. Voici donc une citation tirée de Black Sails, dans autre contexte, qui définit ce que je ressens pour ma part ici: "I am reasonable in seeking peace, but If you insist on making me your villain, I will play the part."

Donc à mon sens pour toutes ces raisons et en terme d'équité et bien que cela ne me plaise aussi peu qu'à toi-même et peu importe l'orientation, je ne vois donc pas pourquoi seulement les couples hétérosexuels seraient représentés.

photo de l'auteur Katarzyna18
Katarzyna18
Femme de 20 ans
Beziers
personnellement je rien à caché alors si quelqu'un m'en demander je répondre honnêtement que je suis bi.
j'avais dit à deux personnes qui font maintenant le stage avec moi et ça se bien passer même si ils avait me bombarde avec des questions et au lycée j'avais dit au quelques fille de ma classe mais après tout ses questions elles fait genre de rien savoir. Il ne faut pas oublier que tout le monder ne sont pas ouvert d'esprit du coup il faut faire attestation mais il n'y a pas du raison pour se caché , nous sommes pas des criminels non plus..

photo de l'auteur Melinda49
Melinda49
Femme de 32 ans
Angers
Un sujet très intéressant !
Je suis bi depuis toujours et je n'en ai pas honte. Mais, par exemple, ma famille ne le tolère pas, pour eux ma bisexualité est un démon qu'il faut combattre ! Ce que je trouve ridicule !
Après, au travail, c'est plus compliqué car tout le monde n'a pas forcement l’intelligence pour comprendre cette orientation sexuelle. Après, si vous avez un(e) collègue avec qui vous arrivez à parler de tout, c'est un plus facile. J'ai comme exemple, ce qui m'est arrivé, je travaillais dans un centre de formation et je faisais équipe avec 4 femmes avec lesquelles je travaillais tous les jours. A force, on discute, on apprends à ce connaître, et puis on s'entendait bien donc pendant une discussion j'ai parlé d'une mauvaise rupture avec une femme. Et là, tout à déraper ! Mes collègues ne m'adressaient plus la parole et j'ai même été convoqué par le responsable qui m'a dit que j'avais une mauvaise influence sur les autres. J'étais en période d’essai et, forcément, le patron a mis fin à notre collaboration.
Donc, je pense, qu'il faut vraiment faire attention à qui on peut se confier car des fois les enjeux sont importants. Maintenant, je ne parle plus de ça dans mon nouveau travail, si on me demande si je suis en couple je réponds "oui, avec une personne formidable".
C'est tellement dommage d'avoir à utiliser des stratagèmes pour paraître comme tout le monde alors qu'on est comme tout le monde ! C'est triste mais malheureusement c'est notre société actuel qui veut ça !

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Arkhantes
"La volonté d'en parler vient d'un échange avec l'autre, au détour d'une conversation, mais pas brut de décoffrage comme ça."

Melinda 49
"...je pense, qu'il faut vraiment faire attention à qui on peut se confier car des fois les enjeux sont importants. "

Je valide :)
(à défaut de ne pas pouvoir liker)

photo de l'auteur Tabasko
Tabasko
Femme de 29 ans
Bruxelles
A mon sens, sur cette question, la culture de l'entreprise et le bien-être sont centraux. Personnellement, je n'aurai pas cette approche tayloriste du travail qui consiste à dire que l'on est au travail uniquement pour travailler, parce que nous savons tous, au fond, que l'environnement de travail est un environnement social, qu'il ne s'agit donc pas uniquement de produire et que l'on passe parfois plus de temps avec ses collègues qu'avec ses proches,... Cependant, si cela est vrai, une entreprise n'est pas l'autre et tandis que certaines favorisent l'émergence de nouvelles identités (politique de diversité particulièrement ouvertes, culture de la bienveillance, etc), d'autres jouent complètement le conformisme et gare à celui/celle qui se montrerait un peu trop "original.e". Ainsi, il est certainement plus facile d'être LGBT chez Apple en Californie que dans une association religieuse d'un village perdu au Texas ;).

Personnellement, je n'ai jamais fait de coming out à tous en situation professionnelle, disons que ça s'est toujours tout simplement "su" (parce que "ne pas dire", ça ne veut pas dire "cacher" ;)). Quand on m'a posé une question sur le sujet et que j'ai jugé le contexte adéquat et le bien-être suffisant, je n'ai jamais dissimulé. Lorsque ça n'a pas été le cas, j'ai poliment recentré la discussion car il n'appartient à personne d'autre qu'à moi de décider de si je donne des éléments de ma vie privée ou non :).

L'important est réellement de se sentir bien avec soi et avec les autres pour ne pas regretter d'avoir donné cette information. Ça vaut pour son orientation sexuelle comme pour toute autre information privée en contexte professionnel. La différence étant peut-être que pour cette question, plus que pour les autres, on doit garder à l'esprit la culture de l'entreprise.

Bon courage à toi !

photo de l'auteur LittlePink1
LittlePink1
Femme de 32 ans
MONTPELLIER

1 remerciement
Ah oui c'est sur que suivant le milieu faut faire attention...
Moi j'ai une collègue qui le sait et ne me juge pas là dessus... nos rapports n'ont pas changé .
Et c'est sympa de pas avoir à mentir, et pouvoir raconter mes éventuelles rencontre féminine.
Après ca fait 2 ans et demi que j'y suis (toujours en CDD par contre) , et j'ai vu qu'il y avais des personnes gay, pas dans mes proches collègues mais dans l'entreprise, donc je peux en conclure que le directeur serai tolérant ..

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Tabasco
"Personnellement, je n'aurai pas cette approche tayloriste du travail qui consiste à dire que l'on est au travail uniquement pour travailler, parce que nous savons tous, au fond, que l'environnement de travail est un environnement social, qu'il ne s'agit donc pas uniquement de produire et que l'on passe parfois plus de temps avec ses collègues qu'avec ses proches..."

Il n'y a rien de tayloriste dedans. Certains ont besoin de parler de leur vie privée au travail, d'autres non.
Cela ne fait pas d'eux "des machines à produire" :p il y a un tas de sujets à aborder dans la vie.
Celui-ci ne me semble pas primordial au travail.

photo de l'auteur Tabasko
Tabasko
Femme de 29 ans
Bruxelles
( Lusya > L'aspect tayloriste, c'est dans la considération du travailleur comme homo oeconomicus, sans implication de la personnalité et des singularités au travail, etc ;). Je ne parlais pas ici de la division du travail.
Si j'ai dit cela, c'est parce que j'ai vu ça et là que certain.e.s avançaient que le travail était un lieu pour travailler uniquement. C'est une façon de voir les choses mais je vois le travail comme un milieu social ou autre chose que le travail se produit :). )

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Tabasko
( Lusya > L aspect tayloriste, c est dans la considération du travailleur comme homo oeconomicus, sans implication de la personnalité et des singularités au travail, etc ;). Je ne parlais pas ici de la division du travail.
Si j ai dit cela, c est parce que j ai vu ça et là que certain.e.s avançaient que le travail était un lieu pour travailler uniquement. C est une façon de voir les choses mais je vois le travail comme un milieu social ou autre chose que le travail se produit :). )


Ah oui en effet, vu comme ça oui ^^
Après je le disais plus dans le sens oú j'espère que certains ne se sentent pas obligés d'en parler. Le côté "j'ai pas envie de le cacher donc je pense en parler au travail" je comprends pas trop.

On est dans un environnement social certes mais on n'est pas avec nos amis.
Ce sont d'abord des collègues qui peuvent par la suite devenir des amis. Ils peuvent le devenir sans rien savoir de notre vie privée au début de l'amitié.

Comme on l'a vu dans différents commentaires au final c'est vraiment une question de feeling.
Quand on rencontre quelqu'un on dit pas "salut je suis bi et toi ? " lol
Après j'interprète peut-être mal le sujet mais je ne me suis jamais dit que c'était important d'en parler dans ce contexte

photo de l'auteur photocop70
Photocop70
Homme de 24 ans
Paris et Bordeaux

1 remerciement
C'est une question très intéressante. Bon je suis en école de cinema donc bon c'est plutôt ouvert sur ça... Mais c'est vrai quand on est bi, c'est plus compliqué de se faire comprendre et que les gens sachent la vérité du moins de façon subtile. A part je suis bi, y'a pas grand chose pour le faire comprendre. Après j'ai remarqué que généralement les gens venaient plus me voir sur la question. Je n'est pas forcement besoins de m'assumer, les gens viennent me voir... Je les vois en face de moi, un peu mélanger, un peu trouble en se demandant si je suis vraiment homo ou hetero... Et là forcement c'est plus facile de répondre : " Non en faite je suis bi ". En faite généralement je me fais passé pour celui qui as vraiment le cul entre deux chaises. On le trouve plutôt masculin, mais y'a un truc qui cloche... C'est quelqu'un de sensible très ouvert sur les sentiments, la façon aussi de s'exprimer et le style vestimentaire... Après je vois des gens aussi me posé la question "est ce que t'es gay ou bi" comme si c'était impossible de me voir hetero... Là je dis "ben ou hetero aussi"... "Ah oui excuse moi", "ben en meme temps t'as pas tord je suis bi".
On a toujours un peu cette peur de pas être vu comme celui qu'on est, surtout quand on est célibataire et qu'on fais quelque chose de collectif. Imaginons si je dis je suis homo ben on je vais me faire des copines mais pas de petite copine. Et si je dis que je suis hétéro ben j'aurais pas de petit copain. Dans le sens, je dois faire attention à ce que je dis pour pas être catalogué... Je ne peux pas forcement parler de mes histoires de couples parce que, sinon ben voilà quoi...

photo de l'auteur pops5962
Pops5962
Homme de 26 ans
Paris
J'aurais tant aimé le faire, mais de 1 je suis prof et de 2 dans un lycée difficile donc Non je n'en parle pas, je n'en parle qu'a des collègues.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Photocop70
C est une question très intéressante. Bon je suis en école de cinema donc bon c est plutôt ouvert sur ça... Mais c est vrai quand on est bi, c est plus compliqué de se faire comprendre et que les gens sachent la vérité du moins de façon subtile. A part je suis bi, y a pas grand chose pour le faire comprendre. Après j ai remarqué que généralement les gens venaient plus me voir sur la question. Je n est pas forcement besoins de m assumer, les gens viennent me voir... Je les vois en face de moi, un peu mélanger, un peu trouble en se demandant si je suis vraiment homo ou hetero... Et là forcement c est plus facile de répondre : Non en faite je suis bi . En faite généralement je me fais passé pour celui qui as vraiment le cul entre deux chaises. On le trouve plutôt masculin, mais y a un truc qui cloche... C est quelqu un de sensible très ouvert sur les sentiments, la façon aussi de s exprimer et le style vestimentaire... Après je vois des gens aussi me posé la question est ce que t es gay ou bi comme si c était impossible de me voir hetero... Là je dis ben ou hetero aussi ... Ah oui excuse moi , ben en meme temps t as pas tord je suis bi .
On a toujours un peu cette peur de pas être vu comme celui qu on est, surtout quand on est célibataire et qu on fais quelque chose de collectif. Imaginons si je dis je suis homo ben on je vais me faire des copines mais pas de petite copine. Et si je dis que je suis hétéro ben j aurais pas de petit copain. Dans le sens, je dois faire attention à ce que je dis pour pas être catalogué... Je ne peux pas forcement parler de mes histoires de couples parce que, sinon ben voilà quoi...


Merci, grâce à toi je remarque que mes commentaires étaient assez "fades" par rapport à la question
(pauvre de moi, mon cher et tendre esprit était un peu ramolli 😆)

En effet, quand on est bi, c'est peut-être plus compliqué parce que des personnes homosexuelles auront des idées sur la personne concernée genre "encore une personne perdue.." "bon t'es tout de même plus attiré par les filles non ? c'est pas possible d'être bi.." "je suis sortie avec une fille bi, elle m'a trompée avec un mec...". Certains hétéros également "ah tiens pourquoi pourquoi pas faire des plans à 3"..."tu kiffes les clubs libertins ?"..."en ce moment t'es plutôt attiré par les mecs ou les filles?" "ah c'est cool t'as du choix dans ta vie.." " c'est pratique quand même ça..."

D'où la nécessité d'en parler uniquement si le climat le permet en toute sérénité :)

photo de l'auteur LittlePink1
LittlePink1
Femme de 32 ans
MONTPELLIER

1 remerciement
Ah ben moi perso j'ai un enfant, et quand j'étais embauché, j'étais encore en couple avec un homme, donc les questions basique pour faire connaissance, on été simple à répondre .. " je suis séparé du papa de mon fils, mais je suis en couple avec un autre homme"

Donc quand j'ai annoncé à ma collègue , je lui ai dis que j'avais une nouvelle relation, elle m'a dis "ah c'est bien, il a quel age ? Tu la rencontré comment ?" ... et c'est là que j'ai dis "c'est pas il mais elle" ..
Et elle l'a bien pris . et m'a juste demandé si c'était nouveau ou si ça à toujours été comme ça pour moi.

Y'en a quand même qui accepte le terme bi.
Et j'insiste bien sur le faite que c'est pas une phase... qu'au moment du collège, lycée, qu'on a 15 ans ben je me suis posé la question hétéro ou homo ? Puis finalement j'ai jamais pu "choisir" car je suis bi et je le sais de façon sur maintenant.

Je dis souvent aussi que je suis attiré par une personne, peut importe son genre.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de LittlePink1
Ah ben moi perso j ai un enfant, et quand j étais embauché, j étais encore en couple avec un homme, donc les questions basique pour faire connaissance, on été simple à répondre .. je suis séparé du papa de mon fils, mais je suis en couple avec un autre homme

Donc quand j ai annoncé à ma collègue , je lui ai dis que j avais une nouvelle relation, elle m a dis ah c est bien, il a quel age ? Tu la rencontré comment ? ... et c est là que j ai dis c est pas il mais elle ..
Et elle l a bien pris . et m a juste demandé si c était nouveau ou si ça à toujours été comme ça pour moi.

Y en a quand même qui accepte le terme bi.
Et j insiste bien sur le faite que c est pas une phase... qu au moment du collège, lycée, qu on a 15 ans ben je me suis posé la question hétéro ou homo ? Puis finalement j ai jamais pu choisir car je suis bi et je le sais de façon sur maintenant.

Je dis souvent aussi que je suis attiré par une personne, peut importe son genre.




Tant mieux 👍 c'est justement ça la bisexualité ^^
Ta collègue l'accepte et s'y intéresse c'est cool. Pourtant, "même s'il y en a quand même qui acceptent le terme bi", tu demandes si on en parle dès le départ au travail par "revendication" si je reprends le sujet.
Au fil des commentaires on lit que quelques personnes n'échangent pas systématiquement au travail sur ce sujet. Tout dépend de la culture d'entreprise, des relations avec les collègues, des éventuelles répercussions sur la vie professionnelle...
C'est une réserve qui me semble compréhensible, pas honteuse . Tu en as parlé avec ta collègue parce que tu as senti un climat de confiance qui t'a donné envie d'échanger, un climat que l'on ne ressent pas partout tout le temps.

Est-ce nécessaire d'en parler à toute l'entreprise ? Je ne pense pas.
Est-ce que ne pas vouloir en parler au travail c'est se cacher ? Je ne pense pas non plus.
L'orientation sexuelle est une partie de nous, pas notre essence, ni notre tout.
Je crois d'ailleurs qu'elle n'a aucune incidence sur nos compétences professionnelles :p

C'est fou ce que l'être humain est bien fait lol

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Comme tout le monde, je trouve que c'est un très bon sujet.

Perso, j'ai la chance de travailler dans un environnement dans lequel il est tout simplement inimaginable de ne proférer ne serait-ce que le début d'une remarque homophobe. Celui qui s'y risquerait susciterait des mines affligées et passerait pour un débile mental. Donc vous aurez raison de me dire que c'est facile pour moi d'écrire ce qui va suivre, mais quand même...

Je comprends qu'on doive se cacher au boulot, que ce soit une question de survie si le milieu est vraiment hostile. Respect pour celles et ceux qui sont dans cette situation. Mais à titre personnel, je détesterais vraiment séparer ma vie professionnelle de ma vie privée. Parce qu'à moins de travailler dans une entreprise où la règle est de ne parler que de boulot (ambiance de folie ! je crois que là encore, j'aurais du mal à supporter...), la question de la sexualité arrive tôt ou tard dans les conversations avec les collègues, de façon plus ou moins détournée : tu as une copine ? c'est qui ton actrice préférée ? tu trouves pas qu'elle est sexy, la secrétaire du troisième ? qu'est-ce que tu penses de la Manif pour tous ? c'est qui le mec qui t'attend là-bas ? tu les supportes, toi, les pédés ? ...

Donc si on ne veut pas parler de son orientation sexuelle à ce moment là, on en vient à biaiser ou à mentir, en disant qu'on a "une relation" ou qu'on vit avec une nana qui n'existe pas, en prétendant qu'on adore Jessica Alba alors que ce serait plutôt Brad Pitt, en faisant semblant de s'extasier sur la bombasse du coin, en disant qu'on n'a pas trop d'avis sur la Manif pour tous parce qu'on n'est pas vraiment concerné, en demandant à son copain d'attendre trois rues plus loin plutôt qu'à la sortie du boulot, ou pire encore en fermant sa gueule quand un connard vomit une débilité homophobe. Je suis désolé mais tout ça, c'est profondément humiliant, et juste pas possible pour moi.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
C'est un peu trop extrême. Ce n'est pas parce que l'on ne parle pas de ses attirances au travail que l'on parle uniquement de boulot (il y a tout une vie entre le sexe et le boulot non ? :p)
Il y a une différence entre ne pas vouloir en parler à ses collègues et faire semblant d'être hétéro ou bi ou homo, peu importe la sexualité. On peut ne pas vouloir s'étaler sur ce sujet sans pour autant injurier ou insulter, il y a un juste milieu.

J'ai connu des personnes sans avoir à l'évoquer systématiquement car, par nature, ce n'est pas l'orientation sexuelle ou savoir sur qui une personne fantasme qui m'intéressera le plus chez autrui.
Je le saurai peut-être un jour par hasard au cours d'une conversation quelque conque.

Après c'est peut-être propre à la culture française de faire un focus sur ça.
J'ai souvent travaillé avec des personnes de cultures différentes, je n'ai pas eu l'impression que c'était si important pour tisser des liens.

photo de l'auteur KrysFuller
KrysFuller
Homme de 29 ans
Paris

2 remerciements
Je fais de la radio, c'est réputé pour être un milieu assez ouvert, et on est 3, donc oui j'en parle assez ouvertement, assez facilement. Mais en même temps, certains de mes collègues sont devenus de bons amis donc....
Après...dans une autre situation, dans une autre profession, j'en aurais pas forcément parlé.
J'ai été animateur dans un centre de loisirs, là, non j'en parlais pas. Surtout que c'était dans le 93...donc on ne sait jamais :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Au début je me refusais d'en parler... Je me disais que ma vie privée ne regardait pas mes collègue. Mais il arrivait souvent que l'on discutait de tout de rien... Et forcément de notre vie privée en parlant d'une soirée, on donne des anecdotes, on se livre autour d'une café même dans des sujets très ordinaires... Et dés que ça parlait vie de couple, "pouf" je m'éteignais... Biiiiiiiiiiiip électrocardiogramme plat... Tout le monde évoquait des petites choses de sa vie de couple et moi... j'écoutais niaiseuse. On passe du temps au travail, et donc du temps avec nos collègues, et j'en avais un peu marre d'être juste un bout de moi... juste une apparence...
Un jour, un type me lance : "et toi, ton mec il fait la bouffe à la maison ?" il y a eu un silence. Je me suis dit, "c'est maintenant ou jamais". Alors j'ai répondu "Elle fait très bien à mangé !" re-silence autour de la petite table de pause... et puis tout le monde s'est remis à discuter comme si de rien n'était. Maintenant, je me sens mieux car "entière" aux yeux de mes collègues, familles et ami(e)s. C'est, pour moi, mieux ainsi...

photo de l'auteur LittlePink1
LittlePink1
Femme de 32 ans
MONTPELLIER

1 remerciement
Ah oui c'est sur que quand on est en couple gay, parfois la question viens à se poser dans une conversation... mais quand on est célib ..
Mais bon j'en ai parler déjà à une collègue et après je verrai bien par la suite..

photo de l'auteur Kasstastroph
Kasstastroph
Femme de 31 ans
Rennes
Au travail pour moi c'est comme en famille, entre amis, en soirée, en covoiturage ou autres situation où je parle avec d'autres personnes, je ne me cache pas, je ne crie pas sur tous les toits que je suis lesbienne mais je ne m'en cacherais pas si le sujet couple est abordé.

En fait je ne dis même pas clairement que je suis lesbienne, je parle comme n'importe quelle personne hétéro de base en remplaçant juste "il" par "elle" comme par exemple la fois où je me suis coincée le dos au travail et une collègue restait avec moi en attendant le médecin, elle m'a demandé si quelqu'un pouvait venir me chercher après et j'ai répondu "je connais que mon ex ici mais elle travaille".

Je parle comme n'importe quelle fille hétéro parlerait de son copain ou de ses ex copains et je n'ai jamais de soucis, au pire la personne avec qui je parle me demande si elle a bien compris et c'est tout. En appliquant cette technique depuis des années j'ai remarqué que ça passe tout seul, je n'ai jamais été victime d'homophobie, quoi de plus normal pour banaliser l'homosexualité que d'en parler de façon anodine comme tout un chacun avec l'hétérosexualité ? :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pour moi je pense que cela dépend aussi des personnes avec qui l'on travail. Personnellement je suis en grande surface et certains de mes collègues savent que je suis lesbienne car je leur ai dit ouvertement. Cependant d'autre ne régirais pas forcement bien et je n'ai pas envie qu'il y ai de malaise ou autre, même parfois de méchanceté. du coup je ne dis rien. Après le jours ou il l'apprend, moi cane changera pas ma vie^^

photo de l'auteur Manish
Manish
Homme de 29 ans
Grigny

[b]Citation de Skyquiver[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/11629/parlez-vous-de-votre-orientation-sexuelle-au-travail#267696] On va éviter parce que sinon ça risque de mal finir. Je sors à peine du boulot justement : dans les vestiaires j arrive ça parle justement de tous ces homos qu on voit dans les films et dans les séries qui nous sont imposés . De manière générale ça n aime pas les pédés . Quand ce n est pas ça, c est carrément mon collègue musulman qui invoque la religion pour dire qu ils iront tous en enfer, etc... Tiens d ailleurs mon chef de rayon m avait dit un jour qu il a déjà refusé des candidatures à l emploi parce que le garçon en question était trop efféminé et risquerait bien vite de finir lynché.[/quote]

Excuse moi mais je désapprouve totalement ton comportement. En présence de collègues de travail homophobes nous avons encore plus un devoir moral de ne pas se cacher.

Quant à ton collègue musulman, à ta place, je serais ouvertement islamophobe à son égard pour justement lui apprendre ce que ça fait d'être victime de discrimination. Ce genre d'hypocrisie a assez duré.

Quand j'étais étudiant salarié, j'avais justement un collègue de travail qui m'avait une fois traité de "petit pédé", il a eu droit à son "petit bougnoule" bien comme il le faut. ça n'a pas forcément changé les choses mais au moins il sut que je n'allais pas me taire.

Pour répondre au sujet. Je ne me présente jamais en disant "Bonjour, Manish, homosexuel" mais pour participer à une conversation s'il faut que je précise que je suis gay, je le fais.

Evidemment, pas dès le début, mais je me vois mal travailler plusieurs mois avec des gens si tout le monde n'est pas au courant que je suis gay.

Après, je ne vais pas en parler à chaque conversation bien entendu, mais l'information doit être connue.


photo de l'auteur Ivysaur
Ivysaur
Homme de 26 ans
Nancy

Combattre une discrimination par une autre me semble tout sauf une bonne idée.


photo de l'auteur Mehdi797
Mehdi797
Homme de 26 ans
Paris

Pour ma part, je vois pas pourquoi en parler ? ça avancerait a quoi ?


photo de l'auteur Ookuninushi
Ookuninushi
Femme de 22 ans
Dieppe

Je ne suis vraiment pas du genre à le crier haut et fort mais travaillant dans un milieu ouvrier et en pleine campagne ce sujet est soit tabou, soit plein de préjugés souvent négatifs (pardon si cela sonne comme un préjugé négatif mais de par mon expérience c'est l'impression générale que j'en ai, enfin bref). Donc comme c'est arrivé dans mes expériences professionnel ultérieures, lorsqu'une discussion intervient sur le sujet spontanément, une remarque déplacée ou bien une insulte dit sur le ton de la blague je m'impose généralement dans la discussion en essayant de changer leurs idées préconçues par ma propre expérience. Est-ce que ça change quelque chose je ne sais pas, mais si devant des personnes en apparence homophobes on s'impose d'une manière simple en disant simplement "hey, je suis homo tu sais" ça a tendance à leur faire cesser leurs réflexions désobligeantes. Dans mon travail actuel cette situation à eu lieu et quelques heures après avoir contredit plusieurs préjugés de cette personne aux remarques déplacées elle est venues s'excuser platement d'avoir tenu de tels propos. Elle se sentait réellement mal. Ca m'a beaucoup touchée ! J'en concluerai donc qu'il ne faut pas se taire si l'on sent que l'on vous manque indirectement de respect à ce niveau là, et si l'on n'est pas spécialement proche de ses collègues et qu'ils n'auraient aucune raison de rencontrer votre partenaire est-ce que son genre est forcément important ?


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit