Alexandre, ici, je me nommerai

photo de l'auteur AlexPlatonic
AlexPlatonic
Homme de 46 ans
Lyon
Salut !

Je m'appelle Albert-Alexandre. Long et fastidieux prénom. IRL on finit toujours par m’appeler Albert; alors j'ai décidé de sortir mon Alexandre de la naphtaline et de l'utiliser.

J'habite pile poil à la frontière de Rillieux-La-Pape, Sathonay, Caluire et Fontaines sur Saône.

Ma petite présentation je vais vous la faire en deux temps. Version courte et version longue, car en plus de respecter le protocole en salamalecs nécessaires à une présentation sur un forum, je voudrais étoffer le pourquoi de ce qui m'a amener sur ce site. Cette recherche d'une relation platonique. car en relisant ce que j'ai marqué dans mon annonce, je trouve que ça faisaitt un peu farfelu, voire loufoque et source d'incompréhension. J'y reviendrai en deuxième partie de ce message comme ça toi qui me lis tu peux t'arrêter quand tu veux.

Alors c'est parti !
Avant tout, j'ai envie de passer du bon temps ici et éventuellement sympathiser avec quelques personnes.
J'aime le langage en général donc lire, les langues étrangères (sonorités et histoire) mais aussi écrire. J'aime marcher et nager.
J'aime mes amis et les moments partagés avec eux.
J'aime être si bien avec un proche que j'arrive à ne rien faire et ne rien dire pendant un long moment.
Je me considère comme un homme avant d'être une quelconque appellation de sexualité. Je n'aime pas trop l'étiquette gay, même si elle semble inévitable maintenant. Mais au moment où j'ai fait mon coming out cette notion n'existait même pas eh bien je me sentais plus à l'aise que maintenant qu'on m'a classé dans cette case "gay".
Je préfère les environnements mixtes et c'est ce qui me plait sur ce site.
je trouve qu'un très léger strabisme peut donner un charme fou à quelqu'un. (je me souviens de ce garçon qui travaillait avec moi et dont je n'osais jamais croisé le regard tant ça m'émoustillait.)
Je suis un hyper sensible au point que ça peut en être gênant.
Enfin mes relations sont toujours plus intéressantes à mon goût quand il y a complémentarité, plutôt que ressemblance.

Concernant ma recherche d'une relation amoureuse platonique (c'est là que vous pouvez prendre la tangente...), je voudrais d'abord préciser que je n'ai rien contre le sexe. Je le pratique moi même. Je vois quelqu'un depuis deux ans qui a une copine et une maîtresse et qui ne fait avec moi que les choses qu'il ne peut réaliser avec les filles. Plus il m'arrive de faire quelques extras de mon côté.
Cependant au fur et à mesure de mon parcours émotionnel et sensuel, petit à petit s'est mis en place une attitude et des habitudes que je n'ai pas toujours maîtrisé.

Suite à un parcours très varié où comme beaucoup j'ai commencé par tâtonner, m'abandonner aux découvertes et vivre avant de méditer et analyser. J'eus d'abord des amours illusoires dans des couples ou plutôt des idées du couple, puis un grand amour qui me révéla la futilité de l'avant lui, et accompagnée malheureusement d'une fin aussi stupide que tragique. La révélation des vrais sentiments s'accompagne alors d'un chagrin sincère qui bien sur est très douloureux. Et mon défaut d'hyper-sensibilité a pris le relais. Pendant 10 ans j'ai juste était triste et blasé. Quand j'ai cru aller mieux c'était pour prendre une décision là aussi classique, et pourtant infiniment conne. "qu'au jeu cruel de l'amour on ne m'y reprendrait point...!". Et là la descente, abrutissement total dans le sexe éphèmère. Quand un jour non pas l'amour lui, même mais l'envie de l'amour s'est manifesté, l'impression que je saurais plus comment m'y prendre l'accompagnait. Un truc était cassé ce qui me laissait au même point qu'avant, l'insouciance en moins.
Bref en résumé 20 ans sans sentiments, si ce n'est ceux de l'amitié qui du coups s'exacerbèrent.
Jusqu'à très récemment où un jour où je cherchais un peu de compagnie pour un soir solitaire je vis cette annonce d'un garçon bien sous tous rapports cherchant une relation sérieuse avec quelqu'un dont le profil me correspondait. Mes mauvaises habitudes semblaient comme me murmurer que ce n'était pas le moment, que répondre à une annonce sentimentale c'était ridicule et peu naturel, pourtant, je répondis à cette annonce.
Bien sur, ce n'était qu'une arnaque Béninoise et cependant avant que mon système d'alerte ne vire au rouge au deuxième courrier doucereux du quidam, j'ai eu un déclic. C'est que moi j'avais bien été gratté dans mes tripes et mon cœur pour répondre à cet espoir naissant. Et j'y avais trouvé un certain plaisir. Bien plus que dans l'acte sexuel vide de sens au final.
Je me suis alors dit deux choses : d'une part que j'allais donné une leçon à cet escroc car, autant avant j'avais un peu de mépris pour les gens qui se faisaient avoir si bêtement, autant je venais de comprendre sur quel ressort honteux et méprisables pouvaient se jouer le drame. Et d'autres part je me suis dit qu'une si petite dose de sentiment avait eu un si grand effet que peut être, comme une thérapie, une dose massive pourrait équilibrer ce que le corps avait volé au cœur.

Pour l'escroc, l'histoire continue et je peux vous dire que je me marre à la fin de chacune de mes lettres. Jusqu'au bout je vais lui faire croire qu'il va le recevoir son mandat Western Union, même si on en est loin puisqu'il ne l'a pas encore demandé. En attendant je souffle le chaud et le froid comme un pro d'Afrique de l'ouest !

Pour l'autre résolution, j'ai cherché un site de rencontre non sexuel. Tâche ardue, du reste, ! Comme si le mot gay et rencontre ne pouvaient n'être liés qu'à la sexualité. C'était à la fois effrayant et révélateur.

Et me voilà. Pour ceux qui auront eu le courage et la patience de lire ma longue entrée en matière (mais difficile de résumer 20 ans en quelques mots) cette recherche d'une relation platonique, n'est pas un fantasme. Je ne m'attends pas à ce qu'on m'envoie une déclaraion d'amour, mais on peut déjà parler du sujet. Ce n'est pas un scénario que je désire ou une pièce de théâtre. . La relation peut sembler factice car elle n'a pas ce but de l'accomplissement, pourtant je crois moi qu'il faudra beaucoup de sincérité dans l'expression de l'amour pour que la sauce prenne... Après ça devrait être plus simple pour peu que mon partenaire ait une opinion empirique du sentiment.

Arriver à se parler de sensations secrètes qu'on avait oubliées, mises de côté ou tout simplement que l'on ose pas dire. Ne serait-ce pas qu'un robinet qu'il suffit juste d'ouvrir ?

A bientôt sur le forum, en mp ou sur le tchat où j'aime écouter les oiseaux gazouiller.

Bises à tous


photo de l'auteur Mandragore69
Mandragore69
Homme de 46 ans
lyon

3 remerciements
bienvenue à toi
je connais bien le quartier ou tu habites, j'ai souvent fait du vélo par là dans le temps

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
« Pour l'escroc, l'histoire continue et je peux vous dire que je me marre à la fin de chacune de mes lettres. Jusqu'au bout je vais lui faire croire qu'il va le recevoir son mandat Western Union, même si on en est loin puisqu'il ne l'a pas encore demandé. En attendant je souffle le chaud et le froid comme un pro d'Afrique de l'ouest ! »

Bienvenue à toi Albert-Alexandre.
Le site invite à la tolérance des gens tout-à-fait « normaux », il fonctionne en quelque sorte comme une église ^^

Je réagis à ton post car si tu connais l’Afrique de l’Ouest tu dois savoir qu’en ces contrées que « voler un blanc ce n’est pas voler », et que les blancs y sont de moins en moins « comptés ».

Le premier principe est un vieux principe hérité de la colonisation, les blancs y sont infiniment plus riches que les noirs pauvres (pléonasme), et leur faire une petite ponction financière est sans effet visible sur leur train de vie. C’est une forme de parasitisme raisonné, interdite bien entendu mais peu risquée. Qui alimente probablement en partie les « frais de passage » exorbitants de migration vers l’Europe.

L’évolution du second principe d'être "comptés" lui aussi d’origine coloniale est autrement plus préoccupant. Il signifiait que la disparition d’un blanc était inévitablement remarquée par la société, alors que ce n’était pas le cas pour un noir au-delà de son cercle familial. En quelque sorte le blanc bénéficiait d’un respect, d’une valeur de la vie, et de possibilités de se défendre que n’avait pas le noir. L’évolution actuelle se fait vers un peu plus de valeur pour la vie d’un noir ce qui est indéniablement un progrès, mais la vie d’un blanc peut ne valoir que guère plus, c’est-à-dire fort peu part rapport à nos standards européens. Évidemment cela varie en fonction des pays, mais comme l’immense majorité des habitants des pays d’Afrique de l’ouest sont de plus en plus pauvres et misérables, n’envisageant que la débrouille et l’arnaque ou la migration pour survivre, la vie des blancs y est toujours comptée certes, mais infiniment moins sure.
C’est la classique « lutte des classe » qui a fait des ravages en Occident entre fin XIX et première moitié du XX siècle, en Asie dans la seconde moitié du XX siècle, a secoué des pays nord africains début XXI, et fait régulièrement de sérieuses ponctions en Afrique subsaharienne depuis des décennies.

Bien entendu la hiérarchisation des richesses et pouvoirs n’est pas le seul facteur, le changement climatique y est déjà commencé depuis des dizaines d’années, la lutte des pays du nord pour accéder aux matières premières est toujours d’actualité, les lignes de front entre les grandes religions y sont saignantes au sens propre, le tribalisme vaut communautarisme depuis le démontage par la colonisation de ses principes multimillénaires, etc, etc.

Bref, sans aller jusqu’à la tolérance car ils s’attaquent aux plus faibles, je pense que la situation de ces « brouteurs » souvent jeunes n'est guère enviable.

photo de l'auteur AlexPlatonic
AlexPlatonic
Homme de 46 ans
Lyon
Salut Lindos

Tout d'abord merci pour ces précisions historiques que je ne connaissais pas qui sont précises sans être soporifiques.

Je comprends bien le message que tu veux me faire passer. Message qui, si on le sort de l'anecdote présente revient à dire que tout le monde a une raison de faire ce qu'il fait. Alors oui, comme je te l'ai dit tes précisions m'instruisent sur ce cas, mais la généralité je la connaissais déjà.

Cette généralité, elle permet de comprendre. Accepter c'est autre chose.

S'il y a une loi de la jungle, voit-on pour autant la gazelle s'étendre devant la gueule du lion pour et se laisser dévorer le jarret ? Et l'insecte pris dans la toile de l'araignée, ne se débat-il pas jusqu'à l'épuisement ou parfois jusqu'à s'arracher de son piège mortel ?

J'admets qu'un certain niveau de pauvreté et d'asservissement puisse et même doive créer une réaction de survie. Et que ces réactions de survie soient hors la loi, je l'admets aussi. Sinon pas de révolution par exemple.

Admettant celà, mon jugement est différent selon les cas. Que celui qui a faim vole de la bouffe, ça ne me choque pas. Que des gens sans logement squattent des propriétés inhabitées, je l'encourage. Qu'un touriste qui se pavane avec une montre en or près des bidonvilles de Rio se fasse braquer, je ne le plains pas.

Seulement dans le cas présent, ce qui me gêne c'est quand on s'attaque à la confiance des gens. C'est notre patrimoine à tous, c'est une des moteurs sains de l'humanité. En piétinant la générosité, l'aptitude à aimer, à s'attacher, c'est à nous tous que le mal est fait.

Je comprends donc, mais je n'accepte pas dans ce cas précis.

Et quand tu me parles de noirs et de blancs, là je ne te suis plus. Ma tolérance s'arrête quand même à l'intolérance des autres.

Maintenant, je te promets que si ça peut te faire plaisir, lorsque viendra le moment inévitable où un mandat sera demandé, je pourrais te donner ses coordonnées afin que tu envoies un don à ce pauvre malheureux.

En tout cas, et merci quand même de ton intervention Lindos. A mes yeux c'est toujours bien d'échanger, même des idées contradictoires.

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
"Seulement dans le cas présent, ce qui me gêne c'est quand on s'attaque à la confiance des gens. C'est notre patrimoine à tous, c'est une des moteurs sains de l'humanité. En piétinant la générosité, l'aptitude à aimer, à s'attacher, c'est à nous tous que le mal est fait.
Je comprends donc, mais je n'accepte pas dans ce cas précis.
Et quand tu me parles de noirs et de blancs, là je ne te suis plus. Ma tolérance s'arrête quand même à l'intolérance des autres"

Je ne vais pas défendre des arnaqueurs, qui profitent aussi du fait que leurs autorités soient incapables de surveiller internet et/ou sont corrompues, ou qui sinon se feront bastonner en guise hors-d'oeuvre s'ils se font prendre.
Il est probable qu'ils ont aussi perdu la notion pourtant traditionnelle d'empathie et de générosité.
Cela ne se réglera peut-être avec la fin de l’anonymie sur internet qui n'est pas demain la veille, ou la collaboration entre polices, qui n'est surement pas gagnée non plus.
Je te rassure je n'ai aucune sympathie pour eux, ni envie de me faire arnaquer. Mais je n'aurais pas non plus envie de jouer avec eux.

"Maintenant, je te promets que si ça peut te faire plaisir, lorsque viendra le moment inévitable où un mandat sera demandé, je pourrais te donner ses coordonnées afin que tu envoies un don à ce pauvre malheureux."

L'entraide sur le forum ne va pas jusque là, mais j'aime ton humour ^^

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit