Les sentiers battus

photo de l'auteur Mcdonnelliss
Mcdonnelliss
Homme de 25 ans
Paris
Bonsoir.
Cela faisait longtemps que je n'avais pas posté quelque chose.
Cette fois, je voulais changer de forme. Fini le simple texte long et chiant à lire. Je l'accompagne d'un fichier audio, une voix de synthèse, qui lit le texte. C'est une manière pour moi de le rendre plus vivant. C'est un test.
Dites-moi ce que vous en pensez svp :)


Le fichier audio :

Lien cliquable (clic droit > ouvrir dans un nouvel onglet)

Le texte :

Les sentiers battus

Je suis là. Devant ce fichu embranchement. Je ne sais pas où je vais. Je sais où je veux aller, mais je ne sais si j’irai. J’ai le choix, mais je ne veux pas choisir. Je ne peux pas. J’ai besoin qu’on m’impose le chemin à suivre.

D’un côté, tout me laisse à penser que cela pourrait marcher. Tu me laisses à croire que tu tiens à moi et que je t’intéresse. Tes paroles, tes gestes, tout. Ayant trop peur de me méprendre, je demande conseils à des amis, qui me disent de foncer sur ce chemin, que c’est bon, que c’est gagné. Mais…. Et si ?

Parce que, d’un autre côté, tu n’es pas toujours réceptif à mes avances. Tu es naïf. Ou alors, tu joues le naïf. Peut-être que je te mets mal à l’aise. Dis-le moi, si c’est le cas. D’autres amis me disent que ce n’est pas gagné. Au contraire, que c’est perdu, avec toi. Si je les écoute, ce chemin que j’envie ne me mènera nulle part. On me conseille même de couper les ponts avec toi et de m’enfuir sur l’autre chemin. Seul. Mais je ne peux pas couper les ponts. Je ne veux pas.

Tout le monde me dit qu’il faut que je te parle, que je te demande, que j’obtienne une réponse claire de ta part. Pas d’ambiguïté, pas de fausse naïveté. Selon eux, le plus tôt je saurai, le plus tôt je pourrai avancer sur un chemin. Quelle que soit ta réponse, je pourrai continuer, peu importe la piste. Tourner la page, comme on dit.

Mais qui décide qu’il faut absolument avancer ? Et si j’étais bien là où je suis, à te regarder et à rêver ? Pourquoi faut-il que j’avance ? Tant que je rêve, je ne fais de mal à personne. Peut-être à moi-même, mais c’est mon problème. Je suis bien, là. Qu’on me laisse tranquille.

Je ne veux pas avancer. Les gens sont trop pressés. Trop pressés d’avoir une réponse pour passer à autre chose, pour poser la même question à un autre. Et s’il n’y avait pas d’autre ? Et si les deux chemins étaient tout droits, sans aucun autre embranchement ?

On me suggère d’avancer, de bouger, de sortir et de voir des gens. Mais là, tout de suite, je n’en ressens ni l’envie, ni le besoin. Je veux rester un peu là. Je vais m’assoir, tiens, à cet embranchement. Et je vais regarder les fleurs. Les gens ne prennent pas assez le temps de s’arrêter. Trop pressés, je te dis. D’ailleurs, les fleurs, il n’y en a pas qu’ici, pas qu’au bord des chemins. Et puis, qui décide qu’on doit suivre un chemin ? Que se passerait-il si j’en sortais ? Si j’allais voir en dehors des chemins ?

Plutôt que de te poser la question ou de couper les ponts, je préfèrerais rester proche de toi, à proximité, caché dans les bois, à quelques mètres du chemin que tu suis, sans suivre celui qu’on me conseille de choisir.

Je pense que c’est ce que je devrais faire. Sortir du chemin et marcher entre les deux qu’on me proposait de suivre jusque là. Je n’avais pas pris le temps de regarder. Mais c’est praticable. Et peut-être, qui sait, qu’un jour, je tomberai nez à nez avec quelqu’un qui, comme moi, cueille des fleurs hors des sentiers battus.


photo de l'auteur PastryMymy
PastryMymy
Homme de 25 ans
blanzy

2 remerciements
Désolé mais c'est pas du tout chiant à lire ^^ au contraire j'ai bien aimé !! Très beau !! 🤓 🙂

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Très bien écrit . J'ai apprécié lire ce que tu as écrit en ce moment tardif de la soirée. Bien à toi :) Elisou

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Joli texte bien qu'un peu triste. Mais j'aime beaucoup la métaphore!

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit