Auteur : Seyan24
Seyan24 - 26 ans
De Laguiole
  il y a 4 mois


"Et aussi, la dégressivité des allocations (RSA, (PPE ET RSA ACTIVITE)=prime d'activité, et allocations logement) gênent la reprise du travail des chômeurs, car il y a de plus en plus de job à mi-temps , dont le salaire équivaut parfois a toutes ces allocations cumulées... pourquoi travailler ?"

C'est typiquement le genre de commentaire insupportable à lire.. je résume le chômage est de la faute des "assistés", les migrants coûtent trop cher, les dispositifs de droits commun ( rsa, apl, als etc) font gagner plus d'argent qu'à un travailleur etc . Il manque plus que la théorie du ruissellement de l'argent des riches vers les pauvres et le compte est bon.

Le problème est celui qui paye pas ses impôts pour des motifs autres que celui issu d'un problème financier .

Quand tu cumules la fraude a la TVA, l'évasion fiscale, l'incroyables quantités d'argents issues des niches fiscales etc . Nous aurions de quoi amplement rembourser cette dette qui ne sera jamais rembourser.

 13 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.

Auteur : Toul50
Toul50 - 25 ans
De Harnes
  il y a 4 mois


@Skinny59: A ceci près qu'il n'a pas été prouvé qu'un communisme international ou un multi-collectivisme [ structure que je défends ] rend les gens malheureux. Pour le moment dans le système capitaliste on a prouvé que les populations étaient heureuses uniquement si la croissance à un taux supérieur à 3-4%. Or celui-ci était basé sur les matières premières, et le développement durable nous empêche aujourd'hui de ratteindre de tels taux. Faire croire que la croissance va revenir comme à l'époque des 30 glorieuses est une hérésie. Nous avons tellement produit qu'il serait tout à fait légitime de se demander si les populations ont la possibilité de créer des sociétés en autosuffisance alimentaire et atteindre la quasi-autarcie. Cela permettrait aux peuples de se concentrer à des enjeux de psychologie sociale et non à du développement se reposant sur du capitalisme.

Aussi vivait-on mieux en URSS [ dans les années 1970-1980 ] qu'ailleurs dans le monde?
Un article sur Wikipédia tente de le démontrer: https://fr.wikipedia.org/wiki/Nostalgie_de_l'Union_soviétique
Quid de la Russie des années 1990 [ avant que Vladimir Poutine ne soit chef de l'Etat le 31 décembre 1999 ]? Ce fut:
- Augmentation du chômage
- IDH en déclin depuis la dislocation de l'URSS jusqu'en 2000
- Baisse de la population entre 1990 et 2007.
Auteur : misterbi
Misterbi - 41 ans
De Au Fin Fond De L ' Auvergne
  il y a 4 mois


Ce vendredi dans l' emission de France 5 C' est dans l'air le sujet était sur le tourisme en France

Ecoutez bien ce que disais un débatteur (de 21'50 à 23' 30")

https://www.youtube.com/watch?v=aH7eyQaYgQI
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 4 mois


@Misterbi : Ce vendredi dans l' emission de France 5 C' est dans l'air le sujet était sur le tourisme en France

Ecoutez bien ce que disais un débatteur (de 21'50 à 23' 30")
:

L'éternel argument du gars qui veut avoir son week-end, pour éviter d'aborder la question du logement des saisonniers. Naguère les saisonniers étaient logés sur leur lieu de travail aux frais de l'employeur. A présent ils doivent se débrouiller pour se trouver une location plein tarif estival. Le beurre et l'argent du beurre...

@Toul50 : A ceci près qu'il n'a pas été prouvé qu'un communisme international ou un multi-collectivisme [ structure que je défends ] rend les gens malheureux.

Si. Par Soljenytsine, Leonid Pliouchtch et d'autres dissidents passés à l'ouest qui ont pu témoigner de l'ineffable bonheur des populations dans ces paradis communistes qu'étaient l'URSS, la Chine, les dictatures des pays de l'Est (l'Albanie d'Enver Oxxha, la Roumanie de Ceaucescu, la Pologne de Jaruzelski... ). Souvenons-nous, pour les anciens, du déni qu'opposaient dans les années 70 les politiciens du PC, à l'égard des camps de rééducation, du délit d'opinion, des persécutions perpétrées sur leurs dissidents par les régimes communistes. Que ce soit dans les pays de l'Est, en Chine ou à Cuba. On voit aujourd'hui ce qu'il en est en Corée du Nord. Le communisme a toujours débouché sur des dictatures civiles comme militaires.
Auteur : Toul50
Toul50 - 25 ans
De Harnes
  il y a 4 mois


@Grandangle ça c'est la conséquence sociale de la confiscation de pouvoir. Pour ma part je défends le modèle du partage de pouvoirs et de richesses.
Me semble que le CNR en France n'était pas une dictature, pourtant la politique était largement inspirée du communisme.

Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 4 mois


@Toul50 : Non, le CNR n'était pas une dictature, et si ses idées s'inspiraient du marxisme, elles étaient défendues par des résistants apparentés à la droite - cette droite sociale qu'on dénommerait ensuite le gaullisme.
Le communisme a donné lieu à des dictatures civiles et militaires partout où il s'est implanté. On en retient la mise en place d'un capitalisme d'Etat consentant aux peuples les miettes d'une instruction, de soins et de quelques services gratuits. S'il y a eu des dissidents politiques, et si ceux-ci ont été si sévèrement persécutés, c'est qu'ils entendaient dénoncer la quasi-extinction des libertés individuelles et d'expression, le culte de la personnalité autour du dictateur, du chef du Parti, etc, la mainmise des apparatchiks sur l'industrie et l'agriculture et l'exploitation des ouvriers, des femmes et des enfants au nom d'une idéologie qui n'a jamais quitté les pages des livres où elle était imprimée.
Le CNR ne ressortissait pas d'une idéologie généreuse mais du souci de mettre en place une politique réaliste visant à sortir le pays d'une crise majeure. Un pays qu'il fallait reconstruire dans son ensemble. Le CNR se situait dans la continuité du Front Pop' de 1936, qui était une conséquence de la grande crise de 1929. Dans les deux cas, on se trouvait dans la nécessité de maintenir un équilibre dans un dessein collectif : en 36, contenir le mécontentement ouvrier et la venue au pouvoir des communistes, en 45, la reconstruction du pays, de son économie, de son agriculture, la renaissance d'une nation après le traumatisme de la Seconde guerre mondiale.
On peut dire que les avancées que l'on doit au CNR constituaient l'épure de ce qui est ensuite devenu un modèle social, que les libéraux s'entendent depuis trente ans à vouloir démanteler, sous la pression de l'Europe technocratique. Mais elles ne s'inspiraient en aucun cas de thèses collectivistes, pas plus que le gaullisme, qui en est l'émanation.

Le partage des pouvoirs était au coeur de la campagne présidentielle de cette année. On nous a rabattu les oreilles avec un ras-le-bol des élites, pour élire par défaut (avec un taux d'abstention impressionnant sur lequel on n'est pas revenu depuis) un président issu de ces élites et ardent défenseur de leurs intérêts. Face à lui, la seule opposition d'un pitre qui s'efforce, sans mal car les français n'ont pas de mémoire, de faire oublier qu'il a été membre d'un parti de pseudo-gauche corrompu qui a livré l'économie aux mafias multinationales, et qui a occupé un ministère au sein d'un gouvernement de cette pseudo-gauche. Il n'est pas le premier idiot utile que l'on voit défiler dans cette vieille pantomime subversive à laquelle nous a habitué notre 5ème République éternellement agonisante. Un José Bové l'avait précédé dans ce rôle, Bové dont le spin-doctor était, comme c'est curieux, celui de Sarkozy... Avant lui, on a eu aussi un Cohn-Bendit, gauchiste de bazar issu de la grande bourgeoisie, maire de Francfort dont le premier souci, une fois élu, a été d'en éjecter les SDF.

Le partage des richesses, on y viendra à condition que les gens se bougent dans ce sens. Mais comme les idéologues du libéralisme s'ingénient depuis trente ans à dire aux gens que n'importe qui peut faire de l'argent à condition d'y mettre le paquet, même si on voit bien que depuis trente ans, le libéralisme nous a conduits à une régression sans précédent, la foi du charbonnier continue d'agir, et après tout, une Audi A3 achetée à crédit ou une Audi A3 payée cash parce qu'on gagne bien sa vie, c'est toujours une Audi A3, et tant que ça restera le projet, le rêve, le but du quidam moyen, on n'avancera pas au-delà des Nuit Debout et de leurs vaines palabres.

Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 4 mois


@Crevard : Enfin, la vérité c'est que l'accent est mis sur le chômage alors qu'en vérité le réel problème c'est le logement en France.

Voilà. Tu as mis le doigt sur la question qui fait mal. Car pas question pour aucun politicien digne de ce nom de toucher aux intérêts d'un électorat aussi influent que celui des propriétaires, petits et gros, et des tenants des boîtes de stock-options qui rachètent des appartement à la découpe pour en faire des placards loués au prix de l'or. Quand revient la période automnale où l'on évoque les sans-logis et les mal-logés, on en remet une louche sur les programmes de logements sociaux dont on sait très bien qu'ils n'appartiennent plus, dans les grandes villes, à des régies municipales mais à des grosses multinationales, et qu'ils sont soit innacessibles parce qu'il n'y en a pas assez, soit invivables parce que devenus des ghettos de violence urbaine, soit les deux. Excepté dans quelques petites villes où ils reviennent plus cher qu'un loyer dans le privé.
La question de l'accès au logement en France, c'est le hic dont découlent tous les autres : chômage et emplois non pourvus. On préfère se focaliser sur la création de faux emplois (les emplois dits "aidés") rentables pour personne, ni les employeurs ni les employés, faux emplois dont les principaux pourvoyeurs sont l'Etat et les administrations territoriales.
Cette question de l'accès au logement met un frein à la mobilité géographique. Par ailleurs, le mal-logement casse la cohésion sociale et est un vecteur de marginalisation conséquent. Devoir survivre dans 10m², se trouver à la merci d'un congé pour vente, perdurer jusqu'à plus d'âge dans des meublés, cela interdit de faire des projets, d'avoir une vie sociale, réduit le champ des libertés individuelles.
On est bien là au coeur du magma...
Et si l'on nous serine à longueur de débat le fameux modèle économique allemand, on ne s'étend pas trop sur ce qu'il en est de la question du logement dans ce pays... la comparaison serait en effet douloureuse.
Auteur : Ranargata
Ranargata - 28 ans
De Lille
  il y a 4 mois


Citation de Grandangle
Face à lui, la seule opposition d un pitre qui s efforce, sans mal car les français n ont pas de mémoire, de faire oublier qu il a été membre d un parti de pseudo-gauche corrompu qui a livré l économie aux mafias multinationales, et qui a occupé un ministère au sein d un gouvernement de cette pseudo-gauche


Non non rien a été oublié, il s'en explique très bien lors de nombreuses conférences universitaires qu'il fait.
https://www.youtube.com/watch?v=WVt5FaMKR_c
et bien d'autres

 7 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Robot
Compte supprimé
  il y a 4 mois


@Ranargata : OK. Il s'en explique. Mais depuis 2012 et avant, on ne l'a pas beaucoup vu sur le terrain des précaires, des quartiers, des exclusions. C'est là le gros, le mahousse problème des candidats de gauche (dela gauche) à telle ou telle élection, et à mon sens la cause de leur échec, alors même que l'on sait l'hostilité viscérale d'une majorité de français à l'endroit des politiques libérales. Cette incapacité à répondre de façon immédiate aux problèmes posés, et l'enlisement dans le débat.
Sur le Revenu Universel, pour ne prendre que cet exemple. Le RU apporterait une solution au problème majeur de l'exclusion sociale, qui existe depuis la fin des années 70, en gros l'apparition de ce qu'on appelait alors "les nouveaux pauvres".
Le Revenu Universel est en vigueur dans de nombreux pays, où il n'a pas fallu vingt ans de débats, de tables rondes, de livres blancs et de créations de commissions d'experts pour le mettre en place.
Ici, Hamon le propose sous conditions, ce qui veut dire sous le contrôle des CAF, administration comparable à une police politique en charge de savoir qui fait quoi où et qui vit avec qui. Mélenchon ne le propose pas, au morif que "ce serait une trappe à pauvreté". Comme s'il n'en existait pas déjà, qui débouchent sur une marginalisation durable ! Que propose t-il en échange ? Ben on ne sait pas trop, à part légaliser le cannabis, on ne l'entend pas prononcer l'abolition des contrats précaires ou des contrats de travail proposant des salaires inférieur au Smic mensuel.
D'où l'échec, d'où un taux d'abstention de plus en plus conséquent à chaque élection, d'où le maintien en place du système en place par la frange de l'électorat dont le système veille aux intérêts, et pour les hésitants, le vieux chantage au FN, machine électorale éprouvée, face aux "valeurs républicaines", concept qui ne veut plus dire grand chose pour celles et ceux qui ont du mal à finir le mois une fois payés loyer et charges incompressibles.
Auteur : misterbi
Misterbi - 41 ans
De Au Fin Fond De L ' Auvergne
  il y a 4 mois


Hamon veut quon travaille moins tout en gagnant plus : on arrive au bout du bout du PS :
La preuve : il a fait 6 % !
Auteur : skinny59
Skinny59 - 21 ans
De Gif-sur-Yvette
  il y a 4 mois


Citation de Misterbi
Hamon veut quon travaille moins tout en gagnant plus : on arrive au bout du bout du PS :
La preuve : il a fait 6 % !


La défaite du PS est plus compliquée. Hollande n'a pas tenu ses promesses, ou si on préfère n'a pas donné l'argent qu'il avait promis, n'a pas nationalisé Florange. C'est Hollande qui a fait perdre confiance en le PS.
A côté, Hamon avec un concurrent de taille, Mélenchon ! Ce dernier est un très bon orateur et captive l'attention, jouait parfois sur le même crédo (écologie), avait construit un vrai programme plus à gauche. Les faux gauchistes sont partis vers Macron, les vrais pour Mélenchon. Grosso modo je le vois comme ça.

De plus Mélenchon voulait augmenter le SMIC ce qui revient à augmenter le coût de l'heure de travail (ça dépend car avec les baisses de charges, bref !). Hamon augmentait le coût du travail autrement, donc pour moi ce n'est pas ça qui a causé la fin du PS.
Auteur : Torvic35
Torvic35 - 23 ans
De Rennes
  il y a 4 mois


Citation de Backpacker
Mes salariés ont un petit salaire, sur leur salaire, d un coté je reçois des aides, de l autre je paie une quantité de cotisations. Un smic me coute plus de 2000€ par mois, c est à dire qu en suprimant une bonne partie des cotisations on pourait avoir un smic net beaucoup plus important. Ce qui est bien, c est que ceux qui travaillent dur cotisent pour ceux qui ne font rien. Je pense qu il serait plus judicieux de faire un chomage individuel, que lorsqu une personne cotise elle cotise pour elle meme. Car beaucoup de personnes travaillent dur toute leur vie, sans grosse période de chomage car le travail il y en a, ces personnes travaillent et cotisent pour des personnes qui font leur calcul entre période travaillée et période chomée. Il serait bien de payer le travail et pas le contraire, ce qui se fait dans la grande majorité des autres pays dans le monde.


Cela revient à réformer en profondeur notre modèle social, qui est bien disons-le, daté d'un autre temps.

Nous sommes par exemple le seul pays d'Europe avec un système de retraite basé essentiellement sur un mécanisme de répartition. Et ce système montre bien aujourd'hui ses limites. Sachant que le taux de remplacement (à ne pas confondre avec le taux plein) est estimé à 28% à l'horizon 2045 (pourcentage du dernier salaire perçu pour donner une estimation) il sera extrêmement difficile pour une majorité de futurs retraités de vivre sans s'être constitué individuellement une "épargne retraite" ! Sans compter que pour ma "génération" le taux plein ne peut être atteint qu'à 68/74 ans !!! Et si ce taux plein n'est pas atteint, vous vous voyez appliquer une décote sur vos pensions de retraite ! Pour finir, le déséquilibre entre actifs et retraités, contribue à alourdir la dette sociale...

A l'instar de beaucoup de pays, je pense qu'il est plus que nécessaire de créer un mix répartition/capitalisation.

Auteur : Seyan24
Seyan24 - 26 ans
De Laguiole
  il y a 4 mois


Citation de Torvic35
Citation de Backpacker
Mes salariés ont un petit salaire, sur leur salaire, d un coté je reçois des aides, de l autre je paie une quantité de cotisations. Un smic me coute plus de 2000€ par mois, c est à dire qu en suprimant une bonne partie des cotisations on pourait avoir un smic net beaucoup plus important. Ce qui est bien, c est que ceux qui travaillent dur cotisent pour ceux qui ne font rien. Je pense qu il serait plus judicieux de faire un chomage individuel, que lorsqu une personne cotise elle cotise pour elle meme. Car beaucoup de personnes travaillent dur toute leur vie, sans grosse période de chomage car le travail il y en a, ces personnes travaillent et cotisent pour des personnes qui font leur calcul entre période travaillée et période chomée. Il serait bien de payer le travail et pas le contraire, ce qui se fait dans la grande majorité des autres pays dans le monde.


Cela revient à réformer en profondeur notre modèle social, qui est bien disons-le, daté d un autre temps.

Nous sommes par exemple le seul pays d Europe avec un système de retraite basé essentiellement sur un mécanisme de répartition. Et ce système montre bien aujourd hui ses limites. Sachant que le taux de remplacement (à ne pas confondre avec le taux plein) est estimé à 28% à l horizon 2045 (pourcentage du dernier salaire perçu pour donner une estimation) il sera extrêmement difficile pour une majorité de futurs retraités de vivre sans s être constitué individuellement une épargne retraite ! Sans compter que pour ma génération le taux plein ne peut être atteint qu à 68/74 ans !!! Et si ce taux plein n est pas atteint, vous vous voyez appliquer une décote sur vos pensions de retraite ! Pour finir, le déséquilibre entre actifs et retraités, contribue à alourdir la dette sociale...

A l instar de beaucoup de pays, je pense qu il est plus que nécessaire de créer un mix répartition/capitalisation.


Je ne suis pas d'accord, le système de répartition est le plus juste . Regarder les fonds de pensions des retraités allemands qui viennent cherchez des rendements importants .. et qui à force de vouloir toujours plus d’intérêts font couler la boîte. Revoir la méthode de cotisation pourquoi pas, remettre en cause ce système non.

Puis avec tout l'argent dilapidés dans des choses inutiles, l'évasion fiscale, la fraude à la TVA, permettrait trés largement de financer nôtre modèle sociale.

 13 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Ranargata
Ranargata - 28 ans
De Lille
  il y a 4 mois


@Grandangle
Son programme de 2017 s'attaquait réellement à la précarité au travail (au travers d'au moins 3 ou 4 livrets thématiques) mais enfin basta, chacun son appréciation.
Au fait, désolé, c'est plutôt dans cette vidéo qu'il parle du socialisme:
https://www.youtube.com/watch?v=vsbMu0XZIoE
Il y présente aussi son bouquin l’Ère du Peuple mais à Sciences Po Lyon.
Extrait de 10:30 à environ 19:00.

@Skinny59
Citation de Skinny59
La défaite du PS est plus compliquée. Hollande n a pas tenu ses promesses

Vrai.

 7 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Torvic35
Torvic35 - 23 ans
De Rennes
  il y a 4 mois


Citation de Seyan24
Citation de Torvic35
Citation de Backpacker
Mes salariés ont un petit salaire, sur leur salaire, d un coté je reçois des aides, de l autre je paie une quantité de cotisations. Un smic me coute plus de 2000€ par mois, c est à dire qu en suprimant une bonne partie des cotisations on pourait avoir un smic net beaucoup plus important. Ce qui est bien, c est que ceux qui travaillent dur cotisent pour ceux qui ne font rien. Je pense qu il serait plus judicieux de faire un chomage individuel, que lorsqu une personne cotise elle cotise pour elle meme. Car beaucoup de personnes travaillent dur toute leur vie, sans grosse période de chomage car le travail il y en a, ces personnes travaillent et cotisent pour des personnes qui font leur calcul entre période travaillée et période chomée. Il serait bien de payer le travail et pas le contraire, ce qui se fait dans la grande majorité des autres pays dans le monde.


Cela revient à réformer en profondeur notre modèle social, qui est bien disons-le, daté d un autre temps.

Nous sommes par exemple le seul pays d Europe avec un système de retraite basé essentiellement sur un mécanisme de répartition. Et ce système montre bien aujourd hui ses limites. Sachant que le taux de remplacement (à ne pas confondre avec le taux plein) est estimé à 28% à l horizon 2045 (pourcentage du dernier salaire perçu pour donner une estimation) il sera extrêmement difficile pour une majorité de futurs retraités de vivre sans s être constitué individuellement une épargne retraite ! Sans compter que pour ma génération le taux plein ne peut être atteint qu à 68/74 ans !!! Et si ce taux plein n est pas atteint, vous vous voyez appliquer une décote sur vos pensions de retraite ! Pour finir, le déséquilibre entre actifs et retraités, contribue à alourdir la dette sociale...

A l instar de beaucoup de pays, je pense qu il est plus que nécessaire de créer un mix répartition/capitalisation.


Je ne suis pas d accord, le système de répartition est le plus juste . Regarder les fonds de pensions des retraités allemands qui viennent cherchez des rendements importants .. et qui à force de vouloir toujours plus d’intérêts font couler la boîte. Revoir la méthode de cotisation pourquoi pas, remettre en cause ce système non.

Puis avec tout l argent dilapidés dans des choses inutiles, l évasion fiscale, la fraude à la TVA, permettrait trés largement de financer nôtre modèle sociale.



Le système actuel ressemble plus à un système Madoff.
Lorsque tu dis plus "juste", sur quelle base peux-tu étayer ton affirmation ?
Sachant que les pensions de retraite sont majoritairement financées par de la dette sociale, c'est les autres générations qui vont devoir régler la note ! Je ne suis pas sûr que cela soit juste et équitable...

Et même si on parvenait à régler le problème de la fraude et de l'évasion fiscale, ça ne suffirait pas au regard de ce que le système coûte d'un point de vue purement financer et économique.

Ensuite, il y a énormément d'aprioris et de désinformation au sujet des fonds de pension de retraite, par une méconnaissance des gens et une mauvaise interprétation de la part des médias.

Je sais de quoi je parle de part mon métier...
Auteur : Crevard
Crevard - 21 ans
De Paris
  il y a 4 mois


Citation de Seyan24
Et aussi, la dégressivité des allocations (RSA, (PPE ET RSA ACTIVITE)=prime d activité, et allocations logement) gênent la reprise du travail des chômeurs, car il y a de plus en plus de job à mi-temps , dont le salaire équivaut parfois a toutes ces allocations cumulées... pourquoi travailler ?

C est typiquement le genre de commentaire insupportable à lire.. je résume le chômage est de la faute des assistés , les migrants coûtent trop cher, les dispositifs de droits commun ( rsa, apl, als etc) font gagner plus d argent qu à un travailleur etc . Il manque plus que la théorie du ruissellement de l argent des riches vers les pauvres et le compte est bon.

Le problème est celui qui paye pas ses impôts pour des motifs autres que celui issu d un problème financier .

Quand tu cumules la fraude a la TVA, l évasion fiscale, l incroyables quantités d argents issues des niches fiscales etc . Nous aurions de quoi amplement rembourser cette dette qui ne sera jamais rembourser.


Termine de lire ce que j'ai écris avant de commenter ahah.
Auteur : Ranargata
Ranargata - 28 ans
De Lille
  il y a 4 mois


@Torvic35
"Et même si on parvenait à régler le problème de la fraude et de l'évasion fiscale, ça ne suffirait pas au regard de ce que le système coûte d'un point de vue purement financer et économique"

Je ne peux que t'encourager à lire l'ouvrage d'Alain et Eric Bocquet - SANS DOMICILE FISC (aux éditions du cherche midi)

On y trouve des extraits comme:

« Les évaluations des ONG sont édifiantes : cette situation génère chaque année un manque de recettes de 60 à 80 milliards d’euros pour le budget de la République française, dont le montant total des recettes est de 300 milliards pour 2016. Une perte à comparer avec la trentaine de milliards d’euros de recettes de l’impôt sur les sociétés, ou encore les 73 milliards du déficit budgétaire annoncé pour 2016 ». Les frères Bocquet.

« Je ne pense pas que les citoyens acceptent encore longtemps que les entreprises comme Total, Saint-Gobain, Danone, Suez Environnement, Schneider et autres s’exonèrent en ne payant pas d’impôts en France à dues proportions. (…) La fraude est estimée entre 60 et 80 milliards en 2015, et l’optimisation à près de 66,3 milliards esquivés en 2009… (…) ». Vanik Berberian, président des maires ruraux de France.

« On a assisté au repli du grand banditisme traditionnel vers les domaines économiques et financiers. Il s’est converti à ces pratiques très juteuses. L’exemple typique est celui de la ”fraude à la TVA“. […] La TVA est le plus important des impôts indirects, avec 140 milliards d’euros. Le manque à gagner annuel est évalué à environ 30 milliards par la Commission européenne, soit environ le quart de la première ressource de l’État! ». Vincent Thomazo, contrôleur principal des douanes et secrétaire général du syndicat UNSA-Douanes.

Tu es sûr que ça ne suffit pas ?

 7 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : Torvic35
Torvic35 - 23 ans
De Rennes
  il y a 4 mois


@ Ranargata
J'ai simplement envie de répondre : l'idéologie d'extrême gauche dans toute sa splendeur.
Auteur : Ranargata
Ranargata - 28 ans
De Lille
  il y a 4 mois


@Torvic35
Une idéologie ? Des faits/des chiffres connus de tous...
Sinon ton commentaire je l'ai adoré, je pense que c'était le plus constructif de ce topic :) Un grand bravo à toi !

 7 personnes l'ont remercié pour son aide, sa patience et son écoute.
Auteur : misterbi
Misterbi - 41 ans
De Au Fin Fond De L ' Auvergne
  il y a 4 mois


Comme les politiciens et les députés et commissaires européens se bougent pour faire payer Google, Amazon, Facebook et compagnie : sans doute car il doit y avoir de la corruption dans l'air

Les citoyens devraient boycotter ces entreprises : au lieu d'acheter chez Amazon un livre on lachete ou on le fait commander chez le libraire du coin

Au lieu dutiliser Google comme moteur de recherche on utilise QWANT un moteur de recherche français et qui ne conserve pas les données et recherches de ses utilsateurs

Si on était nombreux à le faire ca leur ferai mal au portefeuille

https://www.qwant.com/



Pour participer à [ Il faut supprimer le chômage ? - Page : 6 ] il faut être obligatoirement inscrit