La soltude ca exste.

photo de l'auteur veluma
Veluma
Femme de 43 ans
Grenoble, Isère, France

9 remerciements
Je vais etre directe mais tu veux trouver quelqun pour ne plus te sentir seul ou pour aimer?

Etre avec quelqun par besoin ou par envie sont deux choses bien differentes.

Si j'ai bien compris cela fait 10 ans que tu es seul?


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Bonjour,

Pour faire un parallèle avec ma pensée, il serait légitime de pouvoir prendre les virages à la même vitesse qu’on estime légitime dans les lignes droites. Or il ne faut qu’on se raconte d’histoires, à part les jeunes qui ont l’excuse de la découverte, les gays en général (pour les lesbiennes je ne sais pas) n’ajustent pas leur vitesse à leurs ambitions de couple dans les lignes droites, et dans les courbes ils n’ont pas le choix car ce sont les lois de la physique qui leur impose de ralentir. Et de plus le stress du conducteur complique les choses.

Pourtant lorsqu'on ajuste un peu tous les paramètres on reste sur la route et on parvient à poursuivre son chemin. Et pas seul parce que c’est une ambition humaine légitime.

Autrement dit si tu ne te sens pas bien tu ne pourras pas éviter l’alléger un peu ton mal-être, y compris en te faisant aider si tu es débordé, pour toi-même déjà parce que tu le mérites, mais aussi pour plaire car il faut être en forme pour cela.
Mais aussi il y a des deuils à faire à certains âges de la vie. C’est d’ailleurs probablement plus au moins inconsciemment ce qui te fait poster aujourd’hui en disant que tu te sens encore en pleine forme, alors que tu sens sans doute aussi en toi que cela risque de devenir plus compliqué à l’avenir.
Et puis et surtout, il y a cette vie de cigale qu'adoptent les gays, pour partie sous la pression de la société mais aussi sous la contrainte de traditions auxquels ils sont obligés de s’adapter en sortant de l’enfance ou l’adolescence.

Pourtant rien n’est figé, rien n’est irréversible, la preuve est qu’en général les gays tiennent les lignes droites comme les courbes, mais aussi inévitablement rien n’est sans renoncement. Et il faut se faire aider, aller chez le mécano (médecin ou psy, ou se convertir à la zénitude), si tout devient trop compliqué.

Veluma a raison de différencier amour et lutte contre la solitude. Mais je voudrais juste ajouter qu’en avançant en âge il devient nécessaire d’augmenter la part de pragmatisme qui ne devrait pas non plus être absente des couples plus jeunes. Parce qu’on s’aime pour le meilleur et pour le pire, et que le pire vient plutôt vers à la fin...

Plus facile à dire qu’à faire, plus facile à conseiller aux autres que s’y plier, mais en même temps pourquoi faudrait-il tenir des propos lénifiants, la vie est conçue de la même façon chez tout le monde. Rien n’est plus vrai lorsque tu commences par écrire «Me voila seul a la naissance de ce jour nouveau». Nous sommes toujours seuls les jours de nos (re)naissances. Nous seront aussi seul le jour de notre mort, c’est la même règle pour tout les êtres vivants. Et si on a plus la force de l’accepter il faut se faire aider.
Courage à toi :-)

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
"Cependant n'oublions pas qu'il est + aise de brosser un tableau vu de l'exterieur,le recul aidant que d'avoir l'objectivite personelle puisque celle ci est teintee de souffrance.
J'ai fait mes deuils dans ma vie,j'ai aussi grace a l'age,l'experience et la sagesse parfaitement encercle mes possibilites,mes limites et les concessions que je suis pret a faire."
"timidement le reflet de ce que je ressens"


On pouvait se douter que derrière quelques mots il y avait des maux plus profonds.

Toutefois sur un forum où la plupart des gens sont plus jeunes il n'allait pas de soi qu'on comprenne bien ce qui est pour toi une évidence, que tu appelles expérience et sagesse.

Car pour les jeunes il suffit d'aimer pour je te cite "donner amour, tendresse, ecoute, joies, peines", or ce n'est pas aussi inné qu'on pourrait le supposer, sinon il y aurait moins témoignages commençant par "j'ai déconné alors que je l'aimais plus que tout..."

Reste qu'on est bien obligés de se plier aux habitudes contemporaines, on ne peut plus envisager de séduire un jeune (ou moins jeune) homme sachant cuisiner en mettant seulement en valeur nos capacités d'affection et nos rentes annuelles, il faut au minimum le flatter mdr.
Je plaisante mais c'est un peu l'idée.

En tout cas si tu peux parvenir à dépasser dix ans de solitude, et les doutes habituels de la cinquente à soixentaine, tu n'en seras que plus séduisant.

Mon idée t'apparait-elle cohérente ?

photo de l'auteur NeoTof
NeoTof
Homme de 51 ans
Arpajon
Mon cher Patrick, peut-être que ça ne fera pas avancer les choses mais je vais essayer quand même. Si je me loupe, et ça m'arrive avec les gens, vous pourrez tout bonnement considérer que je suis un de ces trop nombreux crétins que vous croisâtes dans votre existence.
Vous cherchez quelqu'un qui pourrait aimer "ce que je suis a donner..." et non qui vous êtes.
Sans tomber dans la psycho de couloir ( je connaissais celle de bazar, de comptoir, de cuisine), de nombreuses expressions me font penser que vous devriez vous faire aider.
Je vous propose de réfléchir à cela : trouver un chéri pour aller mieux OU aller mieux pour trouver un chéri. ou juste pour aller mieux parce que c'est tellement agréable de ne plus souffrir.
En vous souhaitant une rapide ataraxie et un prompt rétablissement.

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
T’accepter comme tu es cela va sans dire puisque tout le monde est dans ce cas.
De même tu n’es pas le seul à souhaiter vivre hors milieu gay, même si la solitude ramène toujours plus ou moins les gens dans la communauté ou sur un site pour se rencontrer, rareté et invisibilité des gays oblige.

Il y a toutefois deux choses qui m’interpellent dans tes messages.

La première c’est que tu aurais vingt ans je t’expliquerais qu’en rencontrant quelqu’un d’attachant tu vas peut-être devoir changer une partie significative de tes habitudes, pour en quelque sorte lui faire une place dans ta vie. L’amour c’est très bien, mais nous ne sommes pas des chatons chacun a une vie sociale qu’il doit impérativement maintenir à minima pour survivre, être heureux, et rendre heureux.
Sauf qu’il ne fait aucun doute que ce soit plus facile à vingt ans qu’à cinquante, on est mieux adaptables matériellement, même si on a souvent des contraintes plus impératives comme les études ou les premiers boulots.
A contrario à cinquante ou soixante ans on peut le compenser par une plus grande tolérance morale, un peu moins de cette intransigeance qui fait la verdure de la jeunesse (les avantages des inconvénients de l’âge mature versus les inconvénients des avantages de la jeunesse mdr).
Mais tu vois qu’on ne peut dès lors plus tout-à-fait dire « m’accepter comme je suis », en tout cas plus tout-à-fait dire « s’adapter à mes habitudes ».

C’est d’ailleurs pour cela qu’il existe des agences de rencontre hétéros, qui mettent en relation des gens de profils compatibles. Cela peut être particulièrement utile pour faire un pré-tri de compatibilité des contraintes et désirs de chacun lorsqu’ils sont largement installés dans la vie et ne voudraient pas trop en changer, à part ce besoin évident de rupture de la solitude.
A un jeune on lui conseillera d’acheter un chat (je ne plaisante pas tant que cela…)

La seconde chose sur laquelle je reviens parce que évoquée par NeoTof , c’est que si tu es fragilisé psychologiquement depuis des années, car si je ne me trompe pas tu évoques quelque part dix ans de galère pour rencontrer quelqu’un et une accélération de tes déceptions depuis trois mois, et de plus tu as posté sur ce site plusieurs topics de demande d’aide dans la foulée, tu ne vas pas nécessairement avoir le recul pour t’en rendre compte, tu ne vas pas nécessairement avoir la force intérieure ni ressentir le besoin de changer quelque chose « parce que évidemment que tu n’es pas malade ». Et cela peut être un cercle infernal, voire même dériver en spirale préoccupante. Parfois une petite molécule opportunément prescrite par son médecin peut faire la différence, parfois l'écoute d'un psy ou quelques scéances d'hypnose médicale aussi.

Bien sur pouvoir en parler aide énormément et peut d’ailleurs se révéler suffisant après des mois, à fortiori si la cause, la solitude en l’occurrence, a pu être atténuée. Mais on peut aussi se poser la question de notre efficacité à séduire lorsqu’on exprime une plainte continue, car pour séduire il vaut mieux être en forme ou en tout cas ressentir que la forme revient.
La question n’est donc pas si idiote. Après il n’y a pas non plus une seule façon de la résoudre, mais de nombreuses qui nécessitent toujours un peu de temps il faut en avoir conscience.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit