Il n'accepte pas la rupture j'ai dû mal à rompre

auteur anonyme

Anonyme
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonjour, je suis avec mon copain depuis début janvier, je l'avais rencontré sur ce site, fin décembre.

Le soucis ça été trop rapide entre nous, fin janvier donc il est venu passé quelques jours (nous avons 120km d'écart) puis il est revenu plusieurs fois entre février et début mai, des fois quatres jours, des fois deux semaines.... enfin bref

Voilà déjà le 16 février je voulais rompre avec lui car nous sommes très différents et déjà au bout d'une semaine je ne le supportait plus, je lui dit "Je préfère qu'on reste amis tout les deux" sa réponse "Tu es toujours amoureux de moi mais tu veux que te laisse un peu tranquille la semaine prochaine mais tu ne savais pas comment me le dire". Je précise on était H24 l'un avec l'autre depuis une semaine et on avait encore une semaine à passé ensemble, je suis quelqu'un qui même en couple à besoin d'être seul par moment. Et je voulais vraiment rompre avec lui déjà le 16 février.

Nous arrivons fin avril nous avons passé quasiment un mois ensemble, il n'y que cinq jours où cet homme à dû rentrer chez lui, je n'en pouvais plus à la fin je lui ai encore expliqué qu'on avoir chacun du temps, mais pour lui un couple doit tout faire ensemble H24 (sauf quand pour le bolot), il était même triste quand je lui disais "Va faire un tour à Cash (magin) sans moi j'ai besoin d'être seul un peu".

J'ai oublié de précisé entre ma mère et lui c'est glaciale mais vraiment glaciale, ma mère ne peux pas le voir et mon homme met tout le dos de ma mère et me dit "Oui j'ai le droit de rien dire ou faire sinon ta mère râle".

Nous arrivons samedi 6 mai au soir, je lui dit par facebook (car il était dans sa famille et moi la sienne) "Ecoute faut que je te dises quelques choses" et là je lui es envoyé la chanson Restons amis de Grégory Lemarchal, bon il a eu mal à comprendre ce qui lui arrivais (ce que je comprend tout as fait). Donc il ne comprends pas pourquoi je le quitte donc je lui explique, je précise aussi il veut des enfants et pas moi.
Il a en parle à nos amis communs (car je lui es présenté certains de mes amis) et je me fais engueler par l'une d'elle, elle me sort "Mais comment tu peux quitter X ? Il est gentil" ou encore "Il est AVS donc avec ton handicap il t'aide" et pour finir j'ai eu aussi "Une rupture ça se décide à deux donc vous soyez d'accord pour la rupture".
En conclusion je passais pour le méchant et lui pour le gentil. Nos amis communs à lui et moi m'ont fait culpabilisé la rupture.

Le pire j'ai obligé de lui donné une deuxième, chance (de la reprendre) car je me faisais "hué" par nos amis communs.

La nuit de samedi à dimanche je n'ai pas dormi du coup.

Je précise je n'ai plus que des sentiments amicaux pour lui.

J'ai oublié de vous dire trois ou quatre choses importantes :

Entre janvier et fin avril il m'a sortie des choses pas très gentilles
"Si on a des enfants tu donnera ton sperme" alors que je ne veux pas d'enfants il le fait
"Je n'ai pas d'avant avant 35 ans, je me suicide je ne supporterais pas"
"Heureusement que je suis là avec beaucoup de mecs se serait enfuie vu que tu ne travail pas"
"Si tu me quitte tu finirais seul chez ta mère jusqu'à la fin de tes jours"

Donc autant dire que tout ça m'a énormément blessé surtout les deux dernières.

D'ailleurs samedi je lui ai dit "Je te libère comme ça tu pourras avoir des enfants car vu que je n'en veux pas, je ne veux pas t'interdire ton rêve" et il me sort "Mais je reste avec toi car finalement pour les enfants c'est pas grave" jusquau jour et je le pense où il me dira "C'est de ta faute si on a pas d'enfants ma vie est fichu".

Ca m'arrive de lui dire "Va à Cash j'ai besoin d'être seul", donc il va à Cash hors il me ramène desfois des cds et dvds en pensant à moi alors que je n'ai rien demandé etle pire il me demande que je lui rembourse ce qu'il a acheté pour moi alors que je ne lui ai jamais demandé de me prendre tel dvds ou tel cds, il a y juste une fois il m'envoie un sms "J'ai trouvé tel dvd ça t'intéresse".

Pour mon handicap donc il me fait juste la cuisine, car j'ai un handicap léger, donc il se fait passé pour le mec qui m'aide sur tout alors que non. J'en ai marre qu'il se donne cette image là et je cherche bien un petit ami pas un AVS.

Donc voilà je suis désolé de parler de mon soucis de couple.

Quand je suis avec lui je n'ai pas les pappillons dans le ventre et j'ai l'impression que la routine à pris le pas, car déjà en février la routine c'était installer alors que ça faisais même pas un mois qu'on était ensemble.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Salut !
Te voilà dans une situation bien compliquée...

Sans vouloir jouer l'avocat de quiconque, j'imagine que ton copain a des sentiments forts pour toi (sentiments que tu as certainement dû alimenter et que tu ne sembles pas ou plus partager - je note que tu lui as présenté ta mère et quelques amis à toi de ton initiative). Les raisons t'appartiennent bien entendu, mais sache juste une chose importante : on ne jette pas quelqu'un comme on jette une chemise du jour au lendemain sans en assumer les conséquences.

Je ne tiens pas à t'encourager, ni même à te juger, mais il faut que tu comprennes que ton revirement soudain doit fortement le perturber et va énormément le faire souffrir (ce qui peut expliquer une partie de son comportement). Personne n'est parfait, c'est un fait. Autre chose : je note que tu dois être quelqu'un de jeune et qui est incapable de savoir ce qu'il veut (je suis désolé, mais ce n'est pas un compliment que je te fais).
Si j'avais juste un conseil à te donner : fais ce que tu penses le plus juste, mais s'il te plaît, sauvegarde sa dignité.
D'autant que le coup de le larguer par message, c'est vraiment très moyen.

Bonne continuation.

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Anonyme, je comprends très bien ce que tu veux dire. Ce que tu ressens est tout à fait légitime.

D’abord, il faut savoir que l’on a tous besoin d’un temps de retour sur soi, après avoir été vers les autres, y compris vers un éventuel compagnon (même si au début d’une relation amoureuse réciproque, on a tendance à vouloir rester coller l’un à l’autre). Nous avons aussi besoin d’aller vers les autres, au moins de temps en temps.

Il s’agit de l’équilibre psychologique entre l’introversion qui se caractérise par l’importance de la subjectivité, du monde intérieur et l’extraversion qui se caractérise par l’importance donnée à l’objectivité, au monde extérieur (travaux de C.G. Jung, 1921).

Les introvertis rechargent leurs batteries en étant seuls et les extravertis se rechargent en interaction avec les autres.

Dans les relations, cela peut être très bénéfique d’être avec quelqu’un d’extraverti, si on est soi-même introverti, car il nous pousse à nous extérioriser, est force d’initiatives, sait prendre les choses en main, etc. De ton côté, tu apportes davantage d’esprit posé, une intériorité, une profondeur qui est aussi très attirant pour de nombreux extravertis. Mais…il faut que les spécificités de chacun soient respectées. Toi, tu as besoin de plus de temps pour rester seul et recharger tes batteries. Lui trouve davantage son énergie dans l’interaction avec les autres, avec toi. Ceci doit être entendu et intégré, par les deux parties, dans une relation équilibrée.

Ça c’est une première analyse.

Ensuite, ce que tu décris évoque, en plus, une forme de relation de codépendance.

Ton handicap léger pourrait attirer des personnes de qualité, prévenantes, avec beaucoup d’amour à donner, mais dépendantes au rôle de l’aidant. Elles cherchent quelqu’un qui leur donne ce rôle, donc qui revêt le rôle de la personne ayant besoin d’être aidée, sauvée. Elles veulent se rendre indispensables et veulent créer, inconsciemment, une relation de codépendance. « Au nom de l’amour », elles peuvent s’autoriser beaucoup de choses et notamment envahir l’espace vital de l’autre. Elles sont capables de beaucoup d’amour et de générosité, d'apporter beaucoup à l'autre, mais il leur manque souvent le respect du libre-arbitre.

Intuitivement, tu sens que quelque chose cloche dans cette répartition imposée des rôles. Tu ne sembles pas vouloir être réduit à la personne dépendante, même si tu as un handicap. Idéalement, il faudrait une relation d’égal à égal, aidante réciproquement, équilibrée, respectueuse de l’espace et de la parole de chacun. Pas une relation de contrôle.

En plus, c’est très difficile pour une telle personne de prendre conscience de son comportement, car ce sont des mécanismes profonds qui engagent son identité.

Toutefois, ce type de relation aidant/aidé, avec répartition des rôles, peut avoir une utilité dans un cheminement personnel, mais en général « l’aidé » ne pose pas les questions que tu poses…

C’est ce que m’inspire ce que tu écris, mais je ne prétends pas connaître ta situation plus que ce que tu en décris ou ce qui est bon pour toi. C’est toi qui dois comprendre et sentir la relation et ce que tu veux dans ta vie amoureuse.

Bonne chance !

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Hum... J'ai connu ça... Même si tu passes pour le méchant tu peux pas laisser les choses dans leurs état actuelles ce n'est juste ni pour lui ni pour toi
Si tu n'as plus de sentiments, tant pis c'est la vie il faut qu'il fasse avec, qu'il fasse le deuil de la relation et passe à autres choses
Quant à tes amis, je trouve pas ça très cool de te faire culpabliser certes ils peuvent prendre parti mais lui rends-tu vraiment service en le gardant par pitié??
Est-ce vraiment de l'amour?
Même si vous ne pouvez plus être amis par la suite (ce qui n'arrivera pas j'espère) n'est-ce pas si cela signifie être heureux avec quelqu'un d'autre?
Voilà c'est tout pour moi bon courage 😀

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit