Ca marche comment avec un garçon?

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonjour aux lecteurs.
J'ai 23ans, je suis étudiant et cela fait quelques temps que j'ai découvert ma bisexualité. Personne ne le sait dans mon entourage. Jusqu'ici, je vivais de belles relations avec des filles uniquement.J'étais satisfait sur le plan affectif et sexuel. Je me vois vraiment avec une femme plus tard. Et j'étais jusqu'ici très réfractaire à l'idée d'envisager la même relation avec un homme. Quand je ne suis pas en couple, il m'arrive de coucher avec des garçons, de manière très brève je préviens de suite que ce sera sans lendemain.
Cela se passait de la manière décrite, jusqu'à ce que je sympathise avec un mec (beau sympa drôle et j'en passe...), après s'être écrit pendant 3j sans interruption, nous décidons de nous voir et passons la nuit ensemble... à discuter, et nous quittons sur quelques bisous fougueux.

Ma question est, en considérant que JE NE FERAI PAS de coming out (pas de suite en tout cas), est-ce correct de ma part de continuer à le voir? Lui qui est bien plus assumé et en phase avec ce qu'il est. Je l'ai prévenu, ça n'a pas l'air de le déranger mais je ne pense pas qu'il réalise.

Ensuite je sais pas... Ça marche comment une relation entre garçons? Ca peut paraître bête mais j'ai l'impression d'avoir 15ans à nouveau, tout à apprendre. Et puis... J'ai eu pas mal d'aventures sans n'avoir envisagé l'espace d'une milliseconde d'aller plus loin, et là j'ai l'impression d'être accro, de perdre la boule. Et puis je ne sais même pas si on peut parler d'une relation, je ne vois pas cette histoire aboutir à un couple, mais je sais qu'on se plaît énormément tous les deux... Je suis vraiment déboussolé, la preuve en est je n'arrive pas à m'exprimer de manière claire, et je n'ai personne dans mon entourage vers qui me tourner.


photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Et puis... J'ai eu pas mal d'aventures sans n'avoir envisagé l'espace d'une milliseconde d'aller plus loin, et là j'ai l'impression d'être accro, de perdre la boule


Ça te change de ce que tu as connu jusqu’à présent, où tu n’envisageais le mec que d’un point de vue sexuel, centré sur la chose. Là, tu vois le garçon dans sa globalité, dans son humanité et tu commences à tomber amoureux, parce qu’il a su te toucher. C’est bien plus satisfaisant qu’un simple plan. Ensuite, il faut avancer à ton rythme. Il y a une part importante de découverte, de l’autre et de soi. Tu feras bien des envieux, parmi ceux qui te liront, car ce que tu vis en ce moment est très enrichissant humainement.

Passe du temps avec lui pour apprendre à le connaître, faire des activités ensemble, approfondir vos sentiments, partager, construire une histoire commune, sans en faire toute une histoire ;) Pour le moment, laisse toi le temps d’explorer et te mets pas la pression. C’est ton histoire, pas celle des autres qui, s’ils étaient vraiment heureux, s’occuperaient de leur bonheur. Hétéros, comme homos, on recherche tous ce que tu es en train de vivre. Ce sont des moments précieux, à vivre pleinement et à protéger tendrement et respectueusement.

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
Avant tout merci beaucoup.

Oula, j'ai tout sauf envie de parler d'amour, j'en suis vraiment pas là c'est déjà trop pour moi ! Pour le moment je préfère parler de très bon feeling. Habituellement, lorsque ça m'arrive avec une fille j'ai déjà mon lot de questionnements, j'ai un rapport au couple assez ambivalent au vu de certaines relations ayant (très) mal tourné. Là c'est encore pire, ça me STRESSE, je n'arrive pas à m'apaiser, je n'arrive pas à me calmer... C'est tellement nouveau et innatendu. Ne pas me mettre de pression c'est un peu comme me demander de devenir astronaute à l'heure qu'il est...
C'est aussi ce côté
C’est ton histoire, pas celle des autres
qui me gêne. Je n'adhère que relativement à cette philosophie, dans le sens où j'ai toujours tout partagé avec mes amis, depuis toujours. J'ai jamais perdu ce sentiment de fraternité avec eux propre à l'adolescence j'ai l'impression. Je pense sincèrement que prendre des décisions seul en se privant du point de vue des autres, c'est pas ce qui a de plus optimal... Consulter les autres, c'est se rapprocher de l'objectivité. Et là c'est impossible mes amis sont à des millénaires d'imaginer tout ça... Je dois faire ma route un peu seul (plus tellement grâce à cette réponse, merci encore), et ça rajoute à mon angoisse de mal faire, de gâcher, de l'embarquer vers quelque chose que je ne peux pas nommer, que je ne peux peut être pas lui offrir en fin de compte...

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Je dois faire ma route un peu seul


Oui, donc, c’est définitivement une nouveauté enrichissante, à tous points de vue, pour toi.

Quant à tes amis, tu ne sais pas comment ils réagiraient si tu le leur disais. Si ce sont des amis, ils te soutiendront dans ton vécu exploratoire (même si ce n'est peut-être pas encore le moment d'en parler). Quant à parler d’objectivité en évoquant une relation affective, même en ne parlant que de « très bon feeling », c’est comme de parler gros sous en faisant l’amour. C’est juste inadapté… Enfin, ce n’est que mon point de vue ;)

Avec ce garçon, soit toujours très franc avec lui pour qu’il comprenne bien là où tu en es, mais permets aussi à cette relation de respirer, vivre et surtout fais confiance à la vie, elle sait mieux que nous. Tu n’as certainement pas rencontré ce garçon par hasard.

photo de l'auteur Wilson
Wilson
Homme de 38 ans
Limoux

1 remerciement
Moi je dis : C'est cool d'avoir 15 ans ! :D
Plus sérieusement, si vous en avez parlé et que les choses sont claires entre vous, je ne vois aucune raison de te prendre la tête.
Les relations je trouve ça vachement plus sain de ne pas trop chercher à les définir, les encadrer.
Du moment que la communication est au top et que tout le monde est content, foncez.

Bises

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
Donc si je résume vos conseils il faut se laisser aller, complètement... C'est pas risqué? Je vais paraître répétitif comme garçon, mais je veux me prémunir de la douleur causée par l'impossibilité de notre relation, et l'en prémunir LUI avant tout. Une fois de plus, j'insiste sur le fait que je pense qu'il ne réalise pas. Il ne réalise pas à quel point je suis perdu, à quel point je n'assume pas, à quel point j'ai peur...
J'ai l'impression que continuer tête baissée, c'est une décision inconsciente... Ne pas définir une relation je suis pour, mais là maintenant ça relève pas encore de la définition de relation mais de mon identité affective (je pense avoir déjà intégré mon identité sexuelle). Et tant que j'en ai pas compris tous les rouages, je pense pas avoir la légitimité d'entreprendre une suite avec lui... Mais j'en ai très très envie. Encore une fois le maître mot est ambivalence !! (et incompréhension, et hésitation, et doute, et perdition ^^)

Pour ce qui est de mes amis, depuis 1 semaine je les observe attentivement et je me demande comment ils réagieraient, vraiment je m'impose ce travail et je me dis qu'au final ça ne sert à rien, tant que je ne suis pas personnellement prêt à leur en parler. Peut être que certains sont prêts à l'entendre et à le comprendre mais dans tous les cas je ne sais pas moi si je suis prêt à l'expliquer, car je ne l'explique déjà pas à moi même...

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Tu te poses mille questions et cela semble plus un fonctionnement habituel, qu’une question de circonstances. Même si cette situation spéciale t’offre la possibilité d’exercer pleinement ton esprit de doute et tes peurs. Elle te permet aussi développer l’antidote : la confiance en toi et en la vie, « le saut de la foi ».

L’orientation affective peut être décorrélée de l’orientation sexuelle et c’est ce que tu as expérimenté jusqu’à maintenant. Avec ce garçon, tu réalises que les choses ne sont pas si simples et que tu peux aussi éprouver « de très bon feelings » avec un partenaire sexuel. A mon avis, c’est là où se situe le premier sentiment de confusion, car tu t’étais perçu d’une certaine manière, avec une identité affective figée et tu réalises que ton champ des possibles est plus large que tu ne l’avais cru.

Pour le reste, c’est vrai que cela remet aussi en cause la conception de ta vie en société, mais ne prétends pas tout résoudre d’un coup. C’est pour cela aussi que ça peut être une bonne idée de prendre ton temps, d’y aller étape par étape et de voir où la vie te mène.

C’est presque comme si tu voulais tout savoir, tout connaître de l’avenir avant de l’avoir vécu, pour ne pas prendre le moindre risque. C’est un comportement inspiré de la peur que tu ressens. Tu n’envisages pas que le chemin est au moins aussi important que la destination.

Bien sûr, ce ne sont que des éléments de réflexion que l’on te propose, car on ne connaît pas tout et c’est ta vie et pas la nôtre.

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
Vous m'avez bien cerné sur cette dimension; je me pose toujours beaucoup de questions, et ce trait de personnalité est décuplé par la situation. J'essaie de prévoir et vous dites, à juste titre, que je dois avancer à petits pas... J'ai peur des trous! Mais bon, personne ne peut se vanter de s'être construit sans s'être ratatiné au sol à de nombreuses reprises. J'aimerai juste au moins estimer l'ampleur de la chute...

Je ne développe pas de feeling avec un partenaire sexuel, c'est bien ça qui est étrange puisque nous n'avons entreprit que très peu de "caresses". J'ai l'impression d'entreprendre un deuil en fait... Un deuil de mon identité, de mon image en société, de mes représentations. Je dois reparamétrer mon fonctionnement, je voudrai juste régler tout ses mécanismes de manière optimale.

En tout cas merci à vous et aux autres, merci car ce travail du deuil demande un peu de soutien, que vous m'apportez comme vous le pouvez. j'avais vraiment besoin qu'on considère mon problème, garder tout en moi me rend fou quand c'est si intense. C'est très sympa de votre part.

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Je suis content si on peut t’aider à y voir plus clair, mais c’est un processus qui dépend essentiellement de toi. Rien n’est figé d’avance. Les réponses vont venir au fur et à mesure, donc le facteur temps est à prendre en compte. Aie la foi ! :)

En tout cas, je trouve que tu verbalises très bien la situation et ses mécanismes, comme le deuil des représentations. Comme tu le sais peut-être, le deuil est constitué de plusieurs étapes et tu peux choisir de te faire accompagner dans ce processus par un(e) professionnel(e), si tu en ressens le besoin.

Avec mes chaleureux encouragements pour la suite :)

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
Bonjour Steph,

Oui l'acquièsement social est important pour moi. Si demain j'ai très envie d'insulter quelqu'un parce que j'estime qu'il le mérite, je pense que je ne le ferai pas en pensant que mes proches me perçoivent comme valant mieux que ça, qu'ils me diraient de ne pas le faire. La comparaison est un peu bancale, mais l'idée est là: Je consulte TOUJOURS l'autre, je me demande TOUJOURS ce que l'autre dirait (et par autre j'entend les quelques personnes pour qui j'ai énormément d'estime de par nos relation). Alors oui, il faut savoir se décider seul, assumer, valoriser ses propres décisions parfois. Mais tout est relatif à la situation rencontrée, et celle-ci nécessessiterait l'intervention de mes proches, comme je la solicitais lorsque j'entreprenais une relation avec une fille. Là est le problème: Si j'avais ressentis une attirance aussi forte pour une fille, j'aurai dégaîné mon téléphone directement pour reccueillir des avis, partager mes impressions. Le problème ne réside pas dans le plaisir que je fais naître ou non chez les autres, mais dans ce dysfonctionnement dans mon sytème de décision qui habituellement me pousse à me tourner vers les autres pour trouver conseil.

Je ne pense pas avoir besoin de rencontrer un(e) professionnel(lle) Enneathusias. Cela m'est déjà arrivé auparavant, mais c'était dans le cadre de circonstances différentes de celles-ci. Ce dont j'ai besoin je pense pouvoir le trouver ici, par le biais de témoignages de situations similaires, de conseils... Un psychologue par exemple n'a sûrement jamais vécu lui même ce déboussollement (ou bien par vicariance), alors qu'ici je pense pouvoir trouver des individus ayant/ayant eu les mêmes questionnements que moi.

photo de l'auteur Khloroforme
Khloroforme
Homme de 23 ans
Paris

29 remerciements
La seule personne que t'emmerde royalement en n'étant pas honnête avec toi même, c'est toi
Lui il s'en fout vous avez juste couchés ensemble (ou juste passés la nuit ensemble, anyway)

Et sinon une relation avec un garçon c'est pareil qu'une relation avec une fille

Tu dois toujours respecter l'autre, passer du temps avec, faire des surprises, partager, communiquer, coucher ensemble, etc...

Ca a juste pas/peu de seins et un zizi en bas (pour les cis), à part ça c'est un peu la même connerie u_u

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
Merci à tous, mais il vient de m'informer que "l'euphorie était passée", je vais donc retourner à mes habitudes de vie... Tant pis. :) Encore merci.

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Il t’aura fait au moins entrevoir autre chose, une autre vision de ta personne et de ta vie ;)
Bonne chance pour la suite :)

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit