L'application est disponible sur Android en cliquant ci-dessous.

Aide Mais qui suis je exactement ?


Whoami
Publiée le 03/02/2020 à 00:12
Auteur du sujet

Bonsoir ou bonjour à toutes et à tous (selon votre heure de lecture de mon message)

Petite présentation, je suis une femme de 35 ans (Je sais, je suis une mamie) qui se pose beaucoup de questions depuis un moment... et qui aimerait vraiment pouvoir avoir des réponses, d'où ma venue ici.

Mon rapport avec les autres, à toujours été "spécial". C'est vraiment difficile à expliquer... Je suis dotée d'un caractère très fort, de conviction et de valeurs profondes, d'un humour particulier, d'un gros manque de confiance en moi et le tout doublée d'une hypersensibilité et d'un coeur d'artichaut (qui m'attirait trop de problème et que j'ai décidé d'ignorer). Un cocktail explosif...

Durant mon enfance, que j'ai passé en partie à la campagne et à la cité, on fait de moi une espèce de petite sauvageonne garçon manqué qui courait les bois et faisait des cabanes, tout en étant confronté à la petite délinquance et à la violence... j'ai été sexualisée très tôt.. vers 7 ans.

l'innocence de l'enfance a donc disparue très vite et j'étais très mature pour mon âge tout en ayant un comportement autodestructeur que je maintiens encore aujourd'hui.

Durant ma scolarité au collège et au lycée, je fréquentais un garçon avec qui je suis restée durant 5 ou 6 ans (et même qu'on parlait de fiancailles) jusqu'à ce que je m'aperçoive qu'il me trompait avec ma meilleure amie... J'avais alors 18 ans.

j'ai quitté la maison et j'ai pris mon indépendance tout en me perdant dans les soirées dans les boîtes de ma ville... je suis alors tombée dans l'alcool et les drogues, mais surtout dans des relations sans lendemain avec des hommes (Des plans culs chaque week-end avec de parfaits inconnus...).. et bien évidemment, l'alcool ne me réussissant pas vraiment, je n'ai presque pas de souvenirs de toute cette période qui a dû durer près de 2 ou 3 ans...

j'étais habituée à me réveiller avec des gueules de bois monstrueuses auprès de parfaits inconnus... coucher avec quelqu'un en étant ajeun ne me serais jamais venu à l'esprit...

jusqu'au jour où je me suis réveillée à côté d'une femme... un choc total pour moi. je n'avais que des flashs en souvenir.. rien d'autres. je me suis enfuie. et de nouveau réfugiée dans l'oubli de la boisson... paradoxalement puisque cet état alcoolique m'a amenée à draguer des femmes d'après mes compagnons de beuverie (ben oui.. je ne me m'en rappelle toujours pas...)

Peu à peu, mes rapports ont changés. et je me suis mise à ne rechercher que des femmes. Je ne peux pas dire ce qui m'a poussé à faire ce choix puisque je ne me rappelle vraiment pas de cette période...

mes excès m'ont fait perdre mon travail, mes amis, et ma famille qui ne me reconnaissait plus. Mais, à l'époque, seul l'oubli de moi même avait de l'importance. je ne suis pas fière de moi. j'ai fait souffrir beaucoup de monde.. et je me suis taillé une sale réputation... j'ai décidé de stopper les soirées et de me calmer sur l'alcool et les drogues... c'était certes mieux pour ma santé, ma relation avec ma famille, et mon boulot... mais cela a aussi permis de faire ressortir les sentiments que j'avais totalement occultés durant toute cette période... fini l'oubli et bienvenue les claques dans la tronche à cause de mon foutu coeur d'artichaut et de mon attachement émotionnel rapide... c'est là que j'ai enchaîné plusieurs relations toxiques qui ont faillie m'achever...

ma dernière relation et la tentative de suicide qui a suivi la rupture m'a permis de décider que c'était terminé.. j'ai fait une croix sur l'amour et les relations de couples. j'ai décidé que le célibat m'irait mieux. et c'est ainsi depuis 7 ou 8 ans.

mais durant toute cette période de ma vie, il y a une chose que je n'ai jamais accepté (sans être imbibée d'alcool) est c'est mon corps... je ne l'ai jamais aimé, ni son aspect, ni ses réactions, et j'ai cherché à le détruire (Je m'en rend enfin compte).

en passant par des phases de boulimie, scarification (quand j'étais ado)je n'avais jamais compris mon malaise... mais depuis peu, je me demande si, finalement, bien que je n aime pas les étiquettes, si je n'étais pas transexuel.

je précise aussi que je ne suis pas féminine pour un sou... j'ignore ce que c'est que le maquillage ou de mettre des talons et une robe. je m'habille rayon homme depuis 15 ans déjà...

quant aux cheveux longs, je ne les gardais long que pour faire plaisir à ma mère... mais je suis tombée sur une tondeuse il y a deux ans... et bimmm.. crise cardiaque de la mère et libération pour moi.

voilà. désolée pour le roman.. j'espère que c'est compréhensible et pas trop rébarbatif... et j'espère ne pas être jugée trop durement.. je le fais déjà bien toute seule...


#323306

Mimoza
Publiée le 03/02/2020 à 09:16

Salut Whoami.

Ton parcours m'interpelle car le mien fut assez similaire. De là à me prononcer sur tes conflits internes, je ne le ferai pas. Par contre, c'est bien que tu aies arreté la défonce, car on avance à l'aveugle, comme quelqu'un qui aurait les yeux bandés et qui ferait dix fois le meme chemin dans tous les sens.

Reste pour toi à découvrir d'ou proviennent tes conflits. Tu sembles en bon chemin pour progresser en tout cas. Je ne connais pas la problématique trans, mais ne cherche pas non plus des réponses toutes faites. Le malaise que tu ressens peut etre plus profond, plus insidieux.

A toi de creuser, avec toute ta conscience, et en étant, à défaut d'aimante, du moins indulgente avec toi-meme.


 1 vote #323324
Whoami
Publiée le 03/02/2020 à 11:45
Auteur du sujet

Salut mimoza,

merci pour ta réponse.

J'ai longtemps hésité à poster mon message ici.. Se dévoiler, même en anonyme, est compliqué. J'ai essayé d'être la plus sincère possible dans mon message.

Cette nuit, j'ai eue un échange de mp avec un membre du forum qui m'a peut-être aiguillé sur quelque chose de probant concernant la partie psychologique. Mon message, et notre échange lui fait penser que je suis un "zèbre" ou "haut potentiel", j'ai lu pas mal de chose sur le sujet durant mon insomnie de cette nuit, et je vais creuser le sujet en consultant quelqu'un.

Mais toutefois, cela ne répond pas à mon questionnement identitaire, et au rejet que j'ai de mon propre corps...


 0 vote #323340
Damidamaro
Publiée le 03/02/2020 à 12:02

Salut Whoami,

Je n'ai pas très bien compris la question que tu te poses ? Est-ce que tu cherches à savoir le nom qu'on donne à ta sexualité ? A savoir pourquoi tu rejettes ton corps ? Quelle est ton questionnement, exactement ?


 0 vote #323345
Whoami
Publiée le 03/02/2020 à 12:09
Auteur du sujet

salut damidamaro,

oui, en gros c'est cela, je me pose la question concernant ma sexualité, ou du moins, l'approche que j'en ai du fait que je rejette mon corps... je suis désolée, j'ai du mal à être claire sur le sujet, à trouver les mots... je me dis que je suis peut-être transgenre après avoir vu un reportage et des témoignages sur le sujet, ce qui m'a amené à me questionner sur mon cas.


 0 vote #323347
Cabby
Publiée le 03/02/2020 à 12:28

Salut Whoami

Le fait de s'habiller au rayon homme et d'avoir les cheveux courts, d'être un garçon manqué...,ne fait pas forcément de toi une trans. Sinon j'en serais une depuis longtemps !

Il est certain que ton parcours est particulièrement chaotique !

J'ai 2 questions à te poser pour mieux comprendre :

  • As-tu déjà consulté un psy ? Et si oui, que t'a-t-il dit ?

  • "j'ai été sexualisée très tôt.. vers 7 ans." peux-tu m'expliquer ce que tu entends par là ?


 1 vote #323352
Whoami
Publiée le 03/02/2020 à 12:40
Auteur du sujet

salut cabby,

ma mère m'a fait voir des psy toute mon adolescence, ils ne m'ont rien dit de particulier puisque j'ai passé mon temps à leur montrer mon talent pour le dessin et j'ai claqué la porte à 15 ou 16 ans..

vers 21 ans, j'ai été forcé à en revoir une... qui n'a rien trouver de mieux à faire que de s'endormir en séance. ce qui a achever mon opinion à leurs sujets.

Pour la sexualisation très jeune, j'ai été forcée à avoir des attouchements puis relations sexuelles par des jeunes de la cité dans les parkings souterrains. de mes 7 à mes 10 ans, dernière fois que j'ai remis les pieds là bas. Après cela, je savais que les contes de fées de Disney était fantasques à souhait. mais du coup, je n'abordais pas la sexualité avec innocence durant ma scolarité au collège ou lycée.


 0 vote #323357
Damidamaro
Publiée le 03/02/2020 à 12:56

Oui, tu as été voir des psychologues. Il faut s'avoir qu'un diplôme en psychologie n'est pas comme un diplôme en psychiatrie. Un psychiatre est un médecin qui pense comme tel et qui est en capacité de mettre en place un parcours médical, un psychologue à un licence à l'université.

Personnellement, pour connaître bien le milieu, je te conseil d'aller voir un psychiatre avec une spécialité en "psychologie comportementale". On pense que les psychiatres ne s'occupent que des psychotiques mais non pas forcément et la 'psychologie comportementale" part du principe que ce n'est pas de savoir de où ça vivent qui va t'aider, c'est de déconstrure des habitus et des systématitismes qui t'empêche de vivre.

Pour ce qui t'ai arrivé avec les jeunes, au risque de faire un peu de psychologie facile, on peut au moins être sûr ça a une incidence lourde sur ta vie et que ça n'est peut-être pas étrangé à ton envie d'autodestruction. Je pense que tu n'es pas trans genre mais désorienté sur ton identité. Là, je pense qu'il faut effectivement consulter quelqu'un qui est qualifié en matière de violence sexuelle.

Je te ça pour te rassurer, il y a peu de bon endroit qui pernnent en charge des personnes victimes de violences sexuelles parce que la bien-pensance, les bons sentiments et la volonté d'aide ne vont pas tout et, malheureusement, certain penses que ça suffit.

Si tu veux, sans donner ton adresse, tu peux me donner le nom de ta région en MP pour que je regarde ce que je trouve de bien. 😉


 2 votes #323359
Whoami
Publiée le 03/02/2020 à 13:11
Auteur du sujet

Je ne pense pas que ce qui m'est arrivé étant enfant en soit la cause.. Depuis bien longtemps, je l'ai accepté et, au risque de paraître insensible, cela ne m'a pas particulièrement fait souffrir. j'arrive à en parler sans souci. Tout comme j'assume la vie sexuelle totalement débridée et sans barrière que j'ai mené durant près de 10 ans même si j'étais dans des états d'ébriété très avancé. j'accepte tout cela car c'est ce qui m'a en parti construit et pousser ma réflexion et mon introspection personnelle.

j'ai vraiment réfléchi avant de venir parler ici. la non acceptation de mon corps n'a rien à voir avec ce que j'ai vécu. si mon ou ma partenaire sait s'y prendre et que je parviens à ne plus penser, je parviens très facilement à l'orgasme, je n'ai pas de blocage par rapport à ça. j'ai juste un dégoût total de mon propre corps. son aspect, ses réactions... me mettre nue devant quelqu'un sans avoir siffler une demi bouteille de vodka, c'est impossible. tout comme le fait de laisser la personne me toucher. pour cela, je dois oublier que c'est mon corps. c'est vraiment paradoxal... car en même temps, j'adore prendre du plaisir et surtout en donner.


 0 vote #323363
Cabby
Publiée le 03/02/2020 à 13:16

Pour avoir subit également des attouchements à peu près au même âge que toi, je peux comprendre que ça ait eu une incidence sur ta vie.

Je rejoins totalement Damidamaro. Tu es peut-être homosexuelle sans le savoir mais pas trans.

Voir un psychiatre te ferait sans doute du bien. Tu as eu un comportement autodestructeur extrême ! Tu as su en sortir, mais maintenant il faut que tu commences une vie normale ! Malheureusement, tant que tu n'auras pas mis tous tes traumatismes derrière toi ils peuvent te "péter à la gueule " à n'importe quel moment ! Un psy t'aidera à le faire !


 1 vote #323364
Damidamaro
Publiée le 03/02/2020 à 13:25

Le conscientiser ou le temps qui a passé n'influe pas vraiment sur le problème. C'est une question d'habitus et de système comportemental.

C'est comme être homo, en parler sans honte, vivre une vie tout à fait normale, avoir une famille qui t'accepte, un copain ou une copine, etc mais te défoncer à l'héroïne. En parler ou l'assumer n'enlève pas le traumatisme ou le déni et les comportements qui vont avec.

Après, tu as déjà allé voir des psys, tu dois certainement avoir l'impression d'avoir fait le tour de la question.. Je comprends.


 0 vote #323367
Whoami
Publiée le 03/02/2020 à 13:25
Auteur du sujet

Dans mes messages, j'ai évoqué ma sexualité, mais je n'ai pas précisé le point de vue sentimental. Oubli de ma part.

depuis l'âge de 18 ans, je ne suis pas tombée amoureuse d'un autre homme. mais exclusivement de femmes. j'ai une attirance plus prononcé envers les femmes alors que j'arrive encore à coucher avec des hommes.

je sais... c'est le bordel à expliquer... je vous dis pas ce qui tourne dans ma tête en permanence..?

Je suis très attirée par le corps des femmes mais pas par celui des hommes que je trouve quelconque.


 0 vote #323368
Damidamaro
Publiée le 03/02/2020 à 13:32

Pour ce qui concerne ton apparence, je pense que ça ne pose pas vraiment problème. En gros, tu es plutôt masculine et tu préfères les femmes alors que tu as déjà eu une relation longue avec un homme. Je laisse le soin à des personnes lesbiennes ou bisexuelles de répondre plus amplement, je n'ai pas l'impression qu'il y a soucis.

Je pense que l'erreur est d'en faire un problème global justement. Je pense qu'il faut retirer ça se l'équation. Au niveau de ta sexualité, tu es lesbienne ou bi et tu préfères les vêtements dit "masculin" (ma mère aussi ! 😉 ) Rien de grave ! 😉


 0 vote #323370
Cabby
Publiée le 03/02/2020 à 13:36

Du coup : homo ! ou à la rigueur bi.

Le dégoût de ton corps, tu n'es pas la seule dans ce cas. Je pense qu'il est assez fréquent qu'on aime pas notre corps ou notre visage ! Personnellement c'est le cas, Le plus important c'est que ma compagne l'aime !


 0 vote #323371
Whoami
Publiée le 03/02/2020 à 13:54
Auteur du sujet

humm... c'est totalement contradictoire.

comment peut on croire que quelqu'un aime ce que nous même on déteste ?

C'est une des raisons qui fait que je n'ai jamais compris comment j'avais pu attirer autant de monde dans mon lit alors que je me déteste non seulement ce que renvoi le miroir mais aussi mes réactions corporelles.

quand je vous dis que c'est un bordel monstre dans ma tête... c'est mon questionnement continuel depuis des années.


 0 vote #323373
Cabby
Publiée le 03/02/2020 à 14:07

Je ne suis pas sûre qu'il faille chercher à comprendre pourquoi quelqu'un nous aime mais juste l'accepter !


 0 vote #323378
Whoami
Publiée le 03/02/2020 à 14:11
Auteur du sujet

ça c'est encore un autre de mes problèmes... ne pas être capable de mettre mon cerveau en pause et d'arrêter de chercher des explications cohérentes à tout.

et c'est une des raisons, en plus du dégoût de mon corps, qui font que j'ai choisi le célibat. mon questionnement continuel, manque de confiance en moi, m'empêche de parvenir à une relation saine et normale avec quelqu'un.


 0 vote #323379
Damidamaro
Publiée le 03/02/2020 à 14:36

C'est un peu comme quand tu parles avec tes amis d'un truc qui l'un déteste et l'autre adore. J'en sais rien, ton nez ou tes pieds ou... un film. Même si tu en penses pas moins, entre guillements... si ça peut lui faire plaisir ! En gros, si tu te places autrement en te disant que tu tu respectes le fait qu'on aime une part de ton corps, ça change tout.

Pour le reste, je dis que le corps ou le visage ou la façon de s'habiller, c'est un peu comme l'intérieur de sa maison. Est-ce que ça te rempli de joie et de surprise à chaque fois que rentre ? Non, mais ça ressemble à ce à quoi tu veux que ça ressemble : tu peux vouloir que ce soit pratique ou que ça reflète ce que tu penses ou tu mets ça là parce que toi tu trouves ça jolie. Ensuite, ça sera l'occasion de rigoler avec quelqu'un qui trouve ça ridicule, te prendre la tête avec quelqu'un qui trouve ça inconvenant ou d'un "ah, c'est mal du tout ce que t'as fait, là" avec quelqu'un qui partage ton avis. En gros, on fait tous comme on le sens, on écoute certain avis qui nous permettent d'amériorer parce qu'on trouve ça encore plus intéressant que ce qu'on avait fait au départ, on se bat avec ceux qu'on les opinions nous paraissant dangeuses ou néfastes, etc mais nous (nous-même), on a pas tellement jugement de valeur à donner et "comprendre", ce n'est pas ce qu'on te demande. C'est plutôt rentrer en débat, s'il le faut ou respecter les opinions.


 0 vote #323386
Mimoza
Publiée le 03/02/2020 à 18:23

@whoami,

Il est probable que tes rapports sexuels à l'age de 7 ans aient un impact négatif sur ta sexualité et ton équilibre actuel. Tu as été formatée trés jeune pour aller avec des hommes alors que tu es peut-etre tout simplement lesbienne.?


 0 vote #323421
Whoami
Publiée le 03/02/2020 à 18:36
Auteur du sujet

mimoza,

je ne remets pas en cause ma préférence pour les femmes, loin de là. je sais que je peux avoir des rapports avec des hommes, j'en tire certes moins de plaisir qu'avec les femmes, mais je ne ne tombe amoureuse que de femmes, ça je le sais depuis 12 bonnes années.

quant au formatage avec mon rapport aux hommes, je dirais qu'il se situe dans le fait d'accepter de n'être qu'un objet entre leurs mains et de ne pas avoir de désirs propres les concernant... c'est bizarre dit comme ça...


 0 vote #323425
Kendany
Publiée le 03/02/2020 à 19:43

C'est bizarre ça. Peut être une forme de déni ou un traumatisme qui t'aurai fait oublier ( amnésie ). Avec ta consommation d'alcol et de drogue qui n'arrange rien. Mais sinon oui je suis d'accord avec Mimosa aussi. Sur ce qu'il à dit sur les attouchements.

"Cette nuit, j'ai eue un échange de mp avec un membre du forum qui m'a peut-être aiguillé sur quelque chose de probant concernant la partie psychologique. Mon message, et notre échange lui fait penser que je suis un "zèbre" ou "haut potentiel", j'ai lu pas mal de chose sur le sujet durant mon insomnie de cette nuit, et je vais creuser le sujet en consultant quelqu'un."

Ha ben ca alors. C'est étrange ça. Je me demande bien qui ça peut bien être 😂 ( ironie )


 4 votes #323432
Mimoza
Publiée le 03/02/2020 à 22:18

whoami,

je comprends ce que tu dis. Une sorte d´injonction, de programation à satisfaire les hommes, Comme une enfant a qui l´on a imprimé quelquechose et qui le fait automatiquement par la suite.

Je te souhaite de pouvoir sortir de ces automatismes et de vivre ta sexualité de façon plus personnelle. De ressentir du desir et de l´amour.


 0 vote #323464
SuzanneTD
Publiée le 04/02/2020 à 11:43

Bonjour Whoami ,

Je rejoins un peu tout le monde sur ce qui t'a été dit - même si tu identifies parfaitement tes "blessures anciennes" , il en reste toujours quelque chose , au fond de toi ...

La "défonce" sous toutes ses formes sert surtout à enterrer un peu plus profondément ce qui fait - ou à fait - mal .

Je suis plus nuancée que Damidamaro^^ sur le fait qu'un psychologue serait moins efficace qu'un psychiatre - je crois plutôt qu'il s'agit de la relation qui s'instaure (ou pas) entre toi et lui qui prime dans l'aide .

A la lecture de tes blocages et de ta grande capacité de résistance , l'hypnose avec un professionnel compétent peut , peut-être , être une solution pour dénouer tout ça :)


 3 votes #323486
PetiteCore
Publiée le 04/02/2020 à 16:00 - modifié par PetiteCore le 04/02/2020 - 17:59:36

Bonjour Whoami,

Pour ce qui est de savoir si tu es trans ou pas, toi seul-e détiens la réponse. Même un psy (cologue, chiatre ou analyste) ne peut pas savoir à ta place. Si l'un d'eux prétend savoir à ta place que tu es ou non trans, c'est un charlatant ! On peut simplement t'apporter nos expérience pour que tu puisse te faire ton idée de la question. Si le fait que tu t'préfère t'habiller au rayon homme n'est pas significatif en matière de transidentité, je dois admettre que le rejet de ton corps que tu exprimes me fais beaucoup penser à une dysphorie de genre, même s'il peut aussi s'expliqué d'autre manière.

Peut-être devrais-tu essayer de discuter avec des persones trans pour voir si cela te parles, si tu te reconnais dans certains de leur témoignages. Les transidentités peuvent prendre des formes très variées, aussi n'hésites pas à chercher des expériences variées. Il y a peut-être des assos trans prêt de chez toi. Tu peux jetter un oeil sur la partie questionnement de Wikitrans. Tu peux aussi essayer d'aller en discuter sur TransDistrict, le forum des FtM/x. Il existe aussi des serveur discord dont je peu te donner les liens en MP.

Tu peux aussi expérimenter d'autres genres socialement pour voir si tu t'y sens bien ou pas. Car l'important n'est pas tant de te coler une étiquette, mais de trouver une zonne de confort où tu te sente bien.

Soutien et courage à toi

Pour rappel à toustes :

1° l'orientation sexuelle ou romantique et l'idetité sexuelle ou de genre n'ont pas de lien de causalité entre eux, les personnes trans ne sont pas des gays ou des lesbiennes qui ne s'assument pas !

2° les transidentité ne sont pas non-plus des version stéréotypées du sexe/genre opposé/désiré, il y a des femmes trans au style butch et des mecs trans qui aiment porter des robes et se maquiller.

3° les transidentités ne sont pas non-plus une maladie honteuse qu'il faudrait à tout prix faire "soigner" par des psy. Ces derniers ont déjà essayés et ça n'a jamais marché. Être trans n'est pas plus une maladie que d'être gay, lesbiennes ou bi-e !

😉


 3 votes #323501
W0nderwOOman
Modération
Publiée le 04/02/2020 à 19:18

... et ni par des médicaments j'imagine ? ;)


 2 votes #323511
PetiteCore
Publiée le 04/02/2020 à 19:57

Effectivement, ni par des médicaments. 😂

Et pourtant, il fût un temps où j'aurais bien essayer ce Transtop 😓


 1 vote #323515
Frango
Publiée le 04/02/2020 à 20:15

Bonsoir Whoami,

Je ne lis ton message que maintenant, car je me lève à 5h45 pour aller travailler. Donc à l'heure où tu l'as écrit, j'était dans les bras de Morphée !

Sois la bienvenue sur Beto ! Tu as bien fait de t'inscrire sur ce site car tu écris : " j'espère ne pas être jugée trop durement.. je le fais déjà bien toute seule..." Eh bien, justement, ici, tu ne risques rien. Pas de critique négative, pas de jugement, mais de l'écoute et de la tolérance.

Tu n'as pas eu une vie facile, comme beaucoup de celles et ceux qui sont inscrits là (moi compris).

Le problème de toute vie est de garder des trace indélébiles de son passé. De ce fait, les faux pas, les erreurs restent marqués à jamais. Il n'y a, alors, plus que deux choix :

  • ignorer ses erreurs et les enfouir au plus profond de soi (quitte à devenir une nature contrariée et introvertie).

  • accepter ses faux pas, en étant indulgent avec sois-même, comme on doit l'être avec les autres.

Car, en fait, qu'on s'en soit pris plein la "gueule" ou pas, personne n'est fait pour le malheur. Et nous avons toujours le choix d'accepter d'aimer ou de haïr, comme de batir ou de détruire... Mais la non acceptation du bonheur, c'est la création de son propre enfer.

Chaque fois que je suis tombé, j'ai compris que le plus important était de savoir comment j'allais pouvoir me relever. Car il y a toujours un instant, un regard, un sourire, une lumière, qui valaient la peine d'aller toujours un peu plus loin...

Je t'embrasse, Frango.


 2 votes #323517
Membre désinscrit
Publiée le 04/02/2020 à 21:44

certaines choses font écho dans ton discours.. par rapport au rapport à ton corps. Je me suis découverte homo il y a 2 ans mais depuis toujours j ai voulu être un garçon. aujourd'hui je me déteste quand je vois mes formes féminines et j aime quand j'ai un pull trop large qui cache mes formes. idem pour les cheveux, je les ai coupé relativement court et j aime à chaque fois que je sors du coiffeur. quand je vois des photos de moi je ne peux pas m empêcher de me degouter moi même. même si je ne te suis pas dune grande aide, moi aussi je parle pour la 1ere fois ici et je me sens moins seule.. peut être toi aussi

#323531
Whoami
Publiée le 05/02/2020 à 19:30
Auteur du sujet

Merci frango pour ton message.

personnellement je ne crois plus au bonheur. je me contente de vivre... c'est tout, et c'est déjà pas mal dans ce monde de fou..

merci petitroux pour ton message, tout témoignage est bon à prendre, qu'il apporte de l'aide ou de la déception mais au moins, on se sent moins seul et c'est ça qui est important.


 2 votes #323593
Tazsud
Publiée le 05/02/2020 à 23:24

Bon déjà à 35 ans tu n'es pas une mamie. D'après ta description tu serais peut-être ce que certains psychologues qualifient de "cerveau droit" qui représenterait une minorité et qui forcément ne serait pas comprise par la majorité (donc jugée). Essaie de regarder cet aspect


 1 vote #323623