Aide Mon petit-fils n'est pas un jeune homme comme les autres. Je voudrais l'aider.


Juliemedit
Publiée le 14/01/2020 à 14:21
Auteur du sujet

J'ouvre cette demande dans le forum Bi par défaut – le sujet est plutôt aider à savoir ce qu'on est.

Bonjour, Je voudrais pouvoir aider mon petit-fils de 19 ans qui est d'une façon générale la copie de ce que j'ai été au même âge.

Très inhibé, sachant s'exprimer mais ayant apparemment très peu de relations avec les jeunes de son âge, surtout affectives – sans qu'on puisse l'affirmer – car sans approfondir il dit qu'il a des copains, des amis.

Actuellement il est en fac et se débrouille bien apparemment, mais ce qu'il étudie (l'histoire) ne lui convient pas – il n'a pas trouvé sa voie dans ce domaine non plus.

Sans qu'il y ait d'indice, je me suis parfois demandé s'il n'avait pas des "tendances" homosexuelles – pas d'attirance visible pour les garçons.

Il y a 2 ans, j'ai essayé de lui parler, mais en ne pensant qu'à la timidité. Je lui ai parlé beaucoup, mais je l'ai constaté après coup, en ne le laissant pas vraiment s'exprimer.

Depuis, la seule chose que j'ose exprimer de peur de le bloquer est que je suis là pour lui, qu'il peut me demander de l'aide à tout moment. Toutes les tentatives de rapprochement sont négatives, mais il n'y a pas d'agressivité.

J'aime aider sur ce site quand je le peux, et çà me fait de la peine de ne pas pouvoir aider aussi mon petit-fils.

Je peux lui envoyer des mails, je demande votre aide généreuse pour établir un contact d'échange avec lui, qu'il puisse commencer à s'ouvrir, qu'il comprenne que c'est une chance pour lui d'aller mieux dans sa vie, car il est probablement malheureux, très isolé.

Merci de me dire ce que vous en pensez, quelles sont vos idées, posez moi des questions si vous avez besoin de détails.

Je vous en remercie énormément par avance.

Julie – Alain


Hericendre
Publiée le 14/01/2020 à 15:07

Bonjour vous deux !

Pour commencer il nous faudrait plus de détails... Car on nage un peu dans un vaste océan avec ce que vous nous écrivez 🙂

Il n'est pas comme les autres, pourquoi ? Se comporte t'il d'une manière singulière ? Quelque chose d'atypique ? Vous savez peu de choses de lui, et je le comprends car quand on est grand parent, ça ne doit pas être facile 😐

Néanmoins, j'ai 19 ans aussi et je peux témoigner. Vous dites lui envoyer des mails, mais il est très probable qu'il ne consulte pas sa boite mail. Les mails, c'est un peu chez nous le courrier qu'on lit le moins. On privilégie les sms, messenger, et ensuite d'autres réseaux annexes mais je ne consulte jamais ma boite mail (c'est même souvent ma mère qui le fait pour moi).

Essayez d'avoir son numéro de téléphone, et tentez d'établir un contact discret avec lui pour lui donner l'impression d'un échange bref n'impliquant rien. Ne lui donnez pas l'impression que ça puisse s'ébruiter, dans la famille, à ses parents. Faites un long message, mais ne vous présentez pas tous les deux. Si l'un de vous lui dit qu'il se soucie, seul, de lui et qu'il préfère ne pas en parler et garder ça entre soit Julie, soit Alain, et lui, ce sera mieux. Ca lui donnera l'impression d'une proximité naissante avec une seule personne de sa famille et de manière isolée et entre deux. Faites un message qui lui donne envie de se dévoiler, et qui lui ne lui donne pas l'envie de reporter sa réponse à plus tard : un message long.

J'ai aussi 19 ans et, sans que je l'ai décidé, je m'éloigne de mes grands parents et plus généralement de ma famille.

Certainement car j'estime que c'est une période de ma vie ou je ne veux aucun dérangement. Je suis très proche de ma mère et m'éloigne même de mon père, qui vit en Mayenne.. Mais c'est une autre histoire.

Ca ne va pas être facile 🙃

Bien à vous, Hericendre

Zeugma
Publiée le 14/01/2020 à 15:21

simple avis .....ce qui n'est pas simple c'est d'attester un conseil alors qu’il y a toujours une part de l’autre qui n’est pas accessible, pour permettre une aide quelle qu’elle soit il est indispensable de faire connaître sa disponibilité et de ne pas « forcer » une confession…

Juliemedit
Publiée le 14/01/2020 à 15:38
Auteur du sujet

Merci beaucoup Zeugma, je vais examiner cela en détail, c'est très complet.

Petit détail de base : Julie et Alain sont la même personne.

Je suis une femme transgenre, mais qui officiellement, et pour mon petit-fils en particulier est "Alain".

A bientôt

Lindos
Publiée le 14/01/2020 à 16:08 - modifié par Lindos le 14/01/2020 - 16:08:17

"Je peux lui envoyer des mails, je demande votre aide généreuse pour établir un contact d'échange avec lui, qu'il puisse commencer à s'ouvrir, qu'il comprenne que c'est une chance pour lui d'aller mieux dans sa vie, car il est probablement malheureux, très isolé." " Toutes les tentatives de rapprochement sont négatives, mais il n'y a pas d'agressivité." "çà me fait de la peine de ne pas pouvoir aider aussi mon petit-fils."

De mon point de vue on peut être toujours là pour quelqu'un et le lui montrer, mais on peut difficilement se mettre à sa place, le faire sonder par quelqu'un d'autre, et encore moins lui mettre un garçon dans les bras si on veut garder sa confiance, même s'il est gay, à fortiori s'il refoule son homosexualité. Chacun à son rythme. Demander à voir sa copine ne serait pas non plus une bonne idée. Et la curiosité est un vilain défaut ^^

Ceci étant, si c'était lui qui écrivait à propos de .son aïeul (le pseudo et les accords d'orthographe me perdent un peu), je lui dirais "profite de la disponibilité, de l'écoute et de la confiance de ton aïeul tant qu'il est en vie, parce après c'est trop tard, et des regrets pendant 60 ans c'est long".

J'ai conscience que ces deux conseils ne sont pas des plus agréables, mais bon ^^

Sinon étudier l’histoire serait indispensable à tous, notamment aux gouvernants pour qu’ils ne nous envoient pas dans le mur, mais c’est vrai que cela fait difficilement gagner des sous. A son sens ce serait plutôt cela qui ne convient pas. Mais à 19 ans on a la vie devant soi, cela lui laisse toutes ses chances. Et notamment de profiter d’un présent exceptionnellement favorable dans un monde en perdition.

La seule chose qui serait, de mon point de vue toujours, le cas échéant à surveiller, ce serait un risque de déprime sévère. Mais cela peut s’objectiver,et au pire il y a des spécialistes pour cela.

Membre anonyme
Publiée le 14/01/2020 à 16:38

Bonjour Juliemedit,

Votre petit-fils est dans une phase de sa vie où il a plutôt envie de s'éloigner des gens qui ne sont pas de son âge, comme le suggère Hericendre. D'autre part, quelle est son attitude face à votre transition sexuelle ? Lui en avez-vous parlé ? Il pourrait avoir ressenti cette double identité sans même que vous ne lui en ayez parlé et cela pourrait le mettre mal à l'aise pour s'adresser à vous, surtout s'il s'interroge lui-même sur sa sexualité ou son identité sexuelle. Il est délicat d'aborder de tels sujets sans risquer d'être maladroit et de susciter un malaise ou un rejet de sa part. Pensez à cette idée, elle vous inspirera peut-être.

Cordialement,

PhilPhil

Talarp
Publiée le 14/01/2020 à 17:28

Pour ce qui est de son orientation scolaire/professionnelle, cela peut prendre du temps. A-t-il songé au service civique ou au bénévolat ? A des stages avec la mission locale ? Cela pourrait l'aider, et des réorientations sont possibles, en plus!

Pour ce qui est de sa sexualité, j'aurais tendance à dire que, lorsqu'il se sentira à l'aise, il parlera. Ce n'est pas forcément par rapport à toi, mais peut-être un blocage en lui-même. Peut-être ne s'accepte-t-il pas, peut-être a-t-il peur, ou alors, peut-être que tu te trompes et que c'est autre chose. L'asexualité ? Ou n'importe quoi qui sortirait de l'ordinaire ?

S'il s'entend mieux avec les adultes, nous pouvons éventuellement parler plus de ses caractéristiques. Certains jeunes haut-potentiel sont bien cachés. Quoi qu'un garçon, ce serait étrange... ils sont généralement très bien repéré! aha

S'il s'isole juste, peut-être autre chose ? Le monde est vaste et varié. Orientation sexuelle, genre, alter-humanité, métaleux, rockeur, classique et j'en passe. Il y a de tout, sur tout les sujets ou presque.

Peut-être faudrait-il se concontré sur des sujets plus abordables ? Parler avec lui de quelque chose qu'il aime, qui le passionne. Photo, écologie, philo, politique, littérature, science, ou je ne sais pas. Mais moins parlé et plus l'écouter, si possible. Etre en retrait le temps qu'il preine son aise, au moins.

Je ne sais pas trop quoi ajouter pour le moment.

Juliemedit
Publiée le 14/01/2020 à 18:46
Auteur du sujet

Bonsoir, merci à tout le monde, pour tous vos conseils et avis.

Je précise que Julie-Alain est la même personne, je suis une femme transgenre qui garde son aspect masculin, je n'ai pas fait de coming out familial, si ce n'est à ma femme qui ne veut pas en entendre parler, ce qui m'a dissuadé vis-à-vis du reste de la famille pour éviter des conflits pour…rien.

Mon petit-fils communique très peu, et c'est ainsi envers tout le monde : ne répond pas aux appels, sms, etc. Il n'est cependant pas fermé dans la vie courante.

La difficulté est d'établir un vrai dialogue, mais en réfléchissant au conseil de lui parler de ce qu'il aime, je me souviens d'avoir été avec lui en voiture, il m'a parlé avec aisance de sa vie dans sa classe. Il a été assez accro aux jeux video. A-t-il son monde à lui ? Je souhaite m'alarmer pour pas grand-chose. Je ne l'ai jamais vu en détresse, ni souhaiter de l'aide – en particulier celle que je lui ai offert, et qui était étayée par mon vécu – je vais essayer une approche plus généraliste sur les centres d'intérêt .

Bonne soirée à toutes et tous, et encore merci.

Julie

PatateDouce
Publiée le 14/01/2020 à 19:46

Bonjour,

Il existe plein de forme de socialisation différente et plusieurs "groupes de pairs" (comme on dit en sociologie). Et on accorde une importance différente en fonction de notre âge, de nos recherches d'identité,... à ces groupes de pairs (famille, amis ou encore les nos collègue de travail). Il se peut très bien (et ça arrive à beaucoup de monde) d'avoir une vie sociale très développé et se mettre en retrait quelques temps de sa famille pour chercher sa propre identité, loin de sa famille... A un moment dans chaque vie, nous devons nous bâtir et s'intégrer en dehors du cercle familiale

C'est une analyse très sociologie et un peu généraliste désolé... Et puis il a le caractère de chacun tout simplement...

Mais je crois que savoir qu'on a quelqu'un sur qui compter et qui vous le dit est quoi qu'il arrive quelque chose d'important pour n'importe qui...

Bon courage !

Juliemedit
Publiée le 14/01/2020 à 21:03
Auteur du sujet

Merci cette analyse, PatateDouce.

Ce comportement de retrait s'est mis en place depuis l'enfance de mon petit-fils. Il a une famille assez aimante, qui est attentive.

Dès les premières classes ,il participait très peu. C'est donc une constante, si on peut dire qui peut poser question, mais qui semble exclure un traumatisme dans l'enfance.

IL n'est par ailleurs pas spécialement agressif, et surtout pas rancunier.

J'espère que s'il a un jour vraiment besoin d'aide, il n'aura pas oublié ce que je lui ai dit. Je vais m'efforcer d'entretenir cette valeur.

Bonne soirée.

Jstophe
Publiée le 14/01/2020 à 21:31

Bonsoir Julie (je mets de côté "Alain"). Un philosophe grec très connu - mais je ne sais plus qui - a dit "Connais-toi toi-même". Cela peut paraître quelque peu creux, mais empli de sagesse, comme en Extrême-Orient du temps jadis. Peut-être il se cherche, à son âge, c'est courant. A lui de se trouver, même si cela prendra le temps qu'il faudra. Est-il bien dans sa peau ? A-t-il des doutes sur la vie, sur sa vie ? S'il ne peut trouver ses propres réponses, tu as un rôle prépondérant, même discrêt, à jouer. Cela implique une certaine responsabilité que tout le monde ne peut pas porter.

Je ne sais si mon avis va faire avancer le schmilblic ... En tout cas, je suis content pour toi que ton "problème" ait suscité autant de réaction dans ce forum. Je salue tous les intervenants sur ce sujet. Pour cela, BeTolerant est un site formidable.

Jstophe.

Juliemedit
Publiée le 14/01/2020 à 21:55
Auteur du sujet

Connais-toi toi-même, l'aventure de toute une vie, car je crois qu'on arrive jamais réellement au bout de cette quête. Pour celles et ceux qui se posent la question.

Mais pour mon petit fils, oui, il se cherche certainement, d'ailleurs, à notre époque l'adolescence dure très longtemps.

La bonne question et de se demander s'il est bien dans sa peau. Ce n'est pas évident, il est plutôt cool dans l'ensemble, mais solitaire.

Et puis maintenant, je le vois rarement.

Mais je crois qu'on peut lui faire confiance, il ne fait pas n'importe quoi.

Merci Jean - Christophe pour ton amitié, et tu as raison, Betolerant est vraiment fantastique pour çà aussi.

Julie

Jstophe
Publiée le 14/01/2020 à 22:04

Les participants du forum ne savent peut-être pas que Jstophe a comme prénom Jean-Christophe dans le civil. On pouvait le deviner.

A-t-il des copains, des copines, des amis véritables ? Plein de questions, certes, mais importantes. On ne peut cerner un personnage que quand on a obtenu des réponses, même floues à toutes sortes de questions de ce type. Oui, l'adolescence peut durer longtemps, ce n'est ni un bien ni un mal, ce ne doit d'aucune manière être une cause de honte.

Juliemedit
Publiée le 14/01/2020 à 22:16
Auteur du sujet

OUi, j'ai commis un impair, désolée.

POur réponder à ta question, il a semble t-il peu de copains, de copines, il n'en est jamais question. Quand je lui avais parlé de la timidité, j'avais parlé des filles sans détour (sans jour les grand frères qui apprennent comment s'y prendre), il avait peu réagi.

Tout cela reste dans le flou, incertain.

Les messages que je reçois sont rassurants, c'est important, j'ai plus l'important de savoir où je vais maintenant.

Merci !

Jstophe
Publiée le 14/01/2020 à 22:39

Ma comparaison peut paraître dérisoire. Il est des gens qui se trouvent dans une gare de triage. Il faut - facile ? difficile ? - prendre la bonne voie et de ne pas se tromper d'aiguillage. Allez ! il y aura toujours un soleil qui pointera un jour pour ton petit-fils et il pourra s'affirmer. Du travail, du temps. Qu'il se repositionne par rapport à lui-même pour voir ce qui va, ce qui ne va pas. Il se cherche encore, mais il n'est pas perdu. Un jour, il sera sauvé, car il a un entourage, même s'il le perçoit dans l'ombre.

LiliaRainbow
Publiée le 14/01/2020 à 22:53

Bonsoir, :)

Je pense qu'il est difficile de donner desdes conseils précis dans cette situation.

De mon point de vue, le plus important est de montrer que vous restez ouvert-e (désolée, je ne sais pas si vous préférez être genré-e au neutre ou au féminin) à la discussion, sans pour autant trop forcé le dialogue. Pour lui montrer que vous êtes un-e allié-e, peut-être pourriez-vous évoquer (si cela se met dans votre discussion) des livres, films, situations, ... avec des personnes LGBT+ en montrant que vous êtes ouvert-e/tolérant-e sur la question. :) Je sais du moins que c'est le genre d'indices que je cherche chaque fois que j'hésite à faire mon coming-out auprès d'une tante, d'un cousin, ...

A mes yeux le plus important est de lui montrer que vous êtes là sans vous imposer (car ça pourrait le bloquer). Peut-être aussi a-t-il besoin de réfléchir seul à qui il est avant de se sentir capable d'en parler à qui que ce soit ?

Et si vous craignez qu'il ne soit vraiment en dépression et que votre relation le permet, vous pouvez peut-être amener la possibilité de consulter un-e psy. Il est parfois plus facile de parler à un-e inconnue.

J'espère avoir pu aider un peu. :)

Et bon courage pour votre parcours personnel. ;)

Jstophe
Publiée le 15/01/2020 à 11:46

J'adhère au message de LiliaRainbow. Cela va de l'avant.

Membre anonyme
Publiée le 15/01/2020 à 18:32

Je lis un décalage qui me semble important entre une réalité vérifiée et ce que tu relates.

Tu déclares (mais quelles sont les éléments qui en attestent) que: "Ton petit-fils de 19 ans qui est d'une façon générale la copie de ce tu as été au même âge."

Tu lui prêtes des tendances homo, sans qu'il y ait d'indice.

Cest deux éléments m'interrogent sur le caractère concret de tes constatations.

Cette impression continue quand tu l'écris "Très inhibé, sachant s'exprimer mais ayant apparemment très peu de relations avec les jeunes de son âge, surtout affectives" en ajoutant: "sans qu'on puisse l'affirmer".

Tu t'interroges sur d'éventuelles tendances homo sans éléments visibles de cela; toujours selon ce que je lis.

Un peu comme si tu voulais trouver une occasion de réparer ce qui s'est passé de ton coté à son âge.

Mais lui n'est pas toi et on ne rattrape pas le temps qui passe.

Ce qui ne veut pas dire que ta volonté d'être un grand parent aidant ne soit pas très louable.

Mais ton petit fils en a t'il vraiment besoin en ce moment ?

Lui seul le sait.

Mais, pour une question d'efficacité, il faut se concentrer sur le réel et non le supposé.

Lui seul peut le raconter; encore faut-il qu'il en ait besoin et envie; qu'il soit demandeur.

De ton coté, tu t'es déclaré disponible; il sait que tu es prêt à l'aider.

Tu voudrais qu'il te parle de son jardin secret; pourquoi ne pas commencer par lui parler du tiens ?

Les confidences appellent les confidences et, si tu lui fais confiance dans les tiennes,…

Tu peux lui confier tes craintes le concernant car, après tout, tu envisages pour lui une situation non conventionnelle que tu as toi-même traversé.

C'est quelque chose qui peut se raconter sous forme de témoignage personnel, que tu peux lui présenter comme ton envie à toi de faire le bilan de ta jeunesse pour que lui, dans la sienne, soit mieux armé pour affronter la vie.

Qu'il soit concerné au premier chef ou bien pas du tout, il sera sans doute touché que tu lui parles de ton début de vie d'adulte avec ta volonté que cela lui serve à lui.

N'essaie pas de lui tirer les vers du nez; laisse le venir s'il le veut.

Les conseilleurs ne sont pas les payeurs mais voilà ce que m'inspire ton récit.

C'est cool de voir un grand père-grand mère se soucier de la chair de la chair de sa chair… 👍

Juliemedit
Publiée le 15/01/2020 à 19:08
Auteur du sujet

Merci Sociable 30, pour ton riche et intéressant message, je répondrai plus longuement par mp et sur le forum.

Je précise tout de suite concernant les tendances homosexuelles éventuelles, que pour moi, justement parce qu'il n'y a aucun indice tangible, c'est uniquement une éventualité. J'ajoute que ces impressions ne datent pas d'hier pour moi. J'ai déjà une ce genre d'interrogations alors que j'ignorais totalement l'existence de ma singularitéde genre ; ce monde hors norme était bien loin de mes préoccupations, j'étais simplement outré que les homos soient obligés par la société à faire connaître leur orientation. Demande t - on à un couple hétéro comment il fait l'amour et même s'il le fait ! çà ne regarde personne, tout comme l'orientation sexuelle !

Je ne suis pas sûr d'avoir été, et d'être un bon grand-père (il ignore ma singularité de genre)

A bientôt. et merci.

Julie

Reglisse
Publiée le 15/01/2020 à 19:43

Coucou Julie,

Il n'est jamais trop tard pour lui en parler. En plus, il arrive à un âge où il peut vraiment comprendre. Tu pourrais lui parler des difficultés que tu as eu pour l'accepter et parler de ton identité féminine. Tu pourrais lui raconter la réaction de ton épouse quand tu t'es confié à elle et lui expliquer que tu as du coup voulu cacher cette identité au reste de ton entourage. Il ne s'agit pas de jeter la pierre à ton épouse car elle a aussi ses raisons de refuser cette part de toi (ce serait d'ailleurs intéressant de savoir pourquoi elle refuse cette part de toi). Ce sera la preuve d'une grande confiance envers ton petit-fils.

Je ne suis pas fan de ce genre de croyances. En pensant cela, tu te juges et tu te mets dans une posture culpabilisante. Comment veux-tu discuter avec ton petit-fils, si tu crois être un mauvais grand-parent ?

Amicalement, Réglisse

Juliemedit
Publiée le 15/01/2020 à 21:09
Auteur du sujet

Bonsoir à toutes et à tous.

Je suis profondément touchée par toutes vos réponses si pertinentes et qui me font me poser des questions, changent ma perception de la réalité.

Je veux répondre, faire une synthèse et tirer des conclusions sur la conduite à tenir, car c'est le but !

Il faut que je m'organise pour passer tout en revue.

Je suis heureuse aussi que ce sujet suscite tant d'intérêt. C'est bien que c'est un vrai sujet pas anecdotique.

à bientôt et merci.

Julie

Membre anonyme
Publiée le 15/01/2020 à 21:54

Bonsoir Julie ,

On n'agit ni ne réagit de la même manière avec les autres - selon qu'ils soient proches (voire très proches) - ou moins .

Tes questionnements sont légitimes . Seuls de mauvais parents (qu'ils soient grands ou pas) en feront l'économie .

Comment aborder un être sensible sans le braquer : c'est le sens que je perçois de ton questionnement .

Serait-ce utile - dans l'immédiat - de te dévoiler ?!

A 19 ans - comme bien plus tard - il faut déjà être prêt à entendre .

Un adage que j'ai fait mien depuis longtemps : "si tu n'es pas prêt à entendre la réponse , ne poses pas la question"

Ce qui pourrait expliquer bien des silences - finalement , pour beaucoup .

J'avais souhaité rester en retrait pour un moment - chassez le naturel , il revient au galop^^ - je remonte dans ma tour et en zik :)

Juliemedit
Publiée le 16/01/2020 à 08:50
Auteur du sujet

Merci Suzanne, tu as bien fait de sortir de ta réserve naturelle dont j'espère qu'elle est un lieu de bonheur et de joies.

Je vais me poser cette bonne question !

Julie

Tazsud
Publiée le 16/01/2020 à 12:45

je vois le sujet un peu différemment. J'ai plutôt le sentiment que vous avez plus besoin d'aide que votre petit-fils et que vous pensez vous aider en l'aidant lui sans réellement savoir quel est son besoin (peut-être n'a-t-il pas besoin d'aide) ...

Juliemedit
Publiée le 16/01/2020 à 18:45
Auteur du sujet

Tazud, merci pour votre réponse.

J'ai eue besoin d'aide, c'est certain, et j'ai fait ce qu'il fallait - j'en ai besoin beaucoup moins et les contacts sur Beto m'aident beaucoup.

C'est vrai aussi que mon petit-fils n'a pas besoin d'autant d'aide que je l'ai pensé avant de poser cette question sur le forum.

Je tiens compte de tout ce je lis sur le forum, c'est précieux.

Bonne soirée.

Tazsud
Publiée le 17/01/2020 à 10:55

pour autant continuez, comme vous le faites de ce que je comprends, à être attentive et attentionnée. Ne vous montrez pas trop présente ni trop pressante

Juliemedit
Publiée le 17/01/2020 à 11:59 - modifié par juliemedit le 24/01/2020 - 16:51:51
Auteur du sujet

Oui, merci, çà, je l'ai bien en tête : être là, ne pas être pesant, ne pas chercher à "savoir" (c'est d'ailleurs contre ma nature profonde).

qui va piano va sano !

Julie


Le temps a passé

Suite … Comme j'ai répondu individuellement par mp à tous vos généreux et utiles messages, je vais simplement vous dire où j'en suis dans ce quesitonnement :

D'abord, grâce à vos réponses, j'ai compris que mes inquiétudes pouvaient être excessives, inappropriées et surtout manquant d'éléments concrets. Je reste attentif sensibilisé cependant.

Actuellement, et pour un moment, les occasions de communication avec mon petit-fils sont devenues rares, il est à la fac, ne rentre chez ses parents pas toutes les semaines, et je ne le vois qu'occasionnellement. Je lui ai simplement envoyé la semaine dernière un SMS plutôt bateau (genre : j'espère que tu as des trains plus réguliers pour rentrer chez toi, que çà va, bon WE) Histoire qu'il sache que je ne l'oublie pas, qu'il peut toujours compter sur moi.

C'est maigre, mais pas intrusif.

J'espère bien vous retrouver sur d'autres sujets, mais aussi par mp.

Tendrement vôtre.

Julie.

  S'inscrire pour participer au sujet