L'application est disponible sur Android en cliquant ci-dessous.


Suis-je un connard aux valeurs dépassées qui ne réalise pas la chance qu'il a?

Inputselecta
Homme de 35 ans
25/11/2019 à 02:17
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Je suis dans une situation où je ne sais pas quoi faire. J'essaye d'être clair, mais du coup, c'est assez fourni comme post.

Je suis en couple avec un gars génial depuis 4ans; de base, on s'entend très bien; on est complémentaire, il est bogoss; le cul ça va bien; il est riche; on part en vacance 4x par an (c'est lui qui paye; moi je suis broke; mais il me dit que s'il ne le faisait pas, avec moi, il ne le ferait jamais); bref, énormément de qualité au quotidien (des défauts aussi; notamment un manque de compassion général envers ses semblables, et une vision de la politique ultra liberale... mais pour info il est prof agrégé, pas trader); pour faire "simple" :

Lui: mec dont les parents sont des kassos total; élevé par ses grands parents ultra catho de droite où seul la réussite compte; victime à l'école; il se découvre et vit son homosexualité comme le seul truc rock n' roll, le seul truc cool, intéressant chez lui, sa planche de salut. En suivi 15ans de plan q, allant jusqu'au très très sordide... et 2,3 fois en couple pour 1an genre. Selon lui, le sexe c'est comme pisser ou chier, juste un echange de fluide, une crampe a tirer. Je pense qu'il ne sait pas vraiment ce qu'est "l'amour", ne l'ayant jamais vraiment vécu lui-même. Un mec très terre à terre et pragmatique. Mais très agréable et compréhensif (avec moi en tout cas).

Moi : regarde ma description de profil, je pense ça suffit; sinon demande; en tout cas, je vois une dimension un peu "sacrée" au sexe. J'ai du mal lorsqu'il n'y a pas de sentiment/avec des inconnus. Je suis un peu romantique. Pour moi, la vie, les rencontres ont une dimension "magique".

Seulement voilà, suite à une embrouille, et une révélation de tromperie, en gros,il veut maintenant être en couple "libre"; pour lui faire des plan q c'est son moyen d'être "épanoui", et ce serait une activité au même niveau qu'aller pogoter torse nu dans un concert punk (ce que moi je fais); malgré tout, il me dit qu'il veut faire sa vie avec moi, mais qu'il ne peut me garantir une fidélité totale. (en vrai, ça se comprend, objectivement tu peux pas promettre ça...)

Pour autant, moi ça ne me convient pas; je suis assez conservateur là-dessus; mais je me suis dis qu'effectivement, peut-être c'est moi qui suis trop fermé; que la fidélité vient d'une vieille morale catho qui enferme les gens, les prive de leur être; que personne ne peut m'appartenir; que j'ai un problème avec mon ego.... bref, que ma vision est un peu trop naive et idéaliste (surtout aujourd'hui).

Toutefois, cela fait un mois, je le vis super mal; je n'arrête pas de penser à ça; ça prend beaucoup de place dans ma tête; ça m'obsède; j'en dors plus la nuit; j'ai des angoisses; c'est assez invivable en fait; je ne sais pas quoi faire/penser.

Le contexte : mon ex m'a largué au bout de 7ans, en me trompant avec un gars qu'il pensait être mieux que moi (hélas pour lui ça n'a pas duré; il s'en est mordu les doigts); puis je rencontre ce mec génial. Mais, encore affecté, un jour je lui dis un truc genre "si tu me trompes, je te défonce" (j'avais encore la rage; biensûr que ça ne m'arriverait jamais d'être violent avec lui); ce qui m'a fermé les portes de la vérité/de la discussion... bref j'ai été con. Depuis, sachant ce qu'il a pu faire par le passé, j'ai été très souvent parano le concernant. Et il l'a bien senti/enduré.

Etant un mec un peu sur des montagnes russes, j'ai des phases bien au fond du trou. Il y a un an, croyant qu'une phobie à moi l'empêcherait de vivre certaines choses avec moi, il flippe, et pense me quitter. C'était une periode où moi ça n'allait pas, donc forcément, pas mal de choses paraissent impossibles à réaliser quand on est à ce point down (alors, qu'en vrai tout est possible!). Et en ajoutant ma parano (qui tourne en boucle sans jamais qu'il ne sache me parler, me rassurer à ce sujet) il se dit quitte à avoir les inconvéniants, autant avoir les avantages. Et il va se taper d'autres mecs, réaliser 2, 3 fantasmes.... pour se dire que c'est très décevant finalement. Et reste donc avec moi; jusqu'au jour où la vérité éclate. Sachant que pendant 3 ans, il dit ne pas m'avoir trompé.

Aujourd'hui je lui en veux davantage pour le fait de ne pas avoir su me parler clairement, pour mettre fin à cette parano qui s'auto alimentait en vase clos et pourrissait nos rapport, et pour ne pas m'avoir dit que nous, ça n'allait pas et que peut-etre ça pourrait se terminer s'il ça continuait comme ça. (btw, j'ai aussi peur que ce manque de communication se répète).

Aujourd'hui, je vis donc ça assez mal; je me dis que pour supporter ce nouveau statut, il faut que je m'endurcisse, que j'adopte une attitude plus détachée, moins idéaliste de ce qu'est un couple, de ce qu'est le sexe.... Il m'a même encouragé à faire quelques plans pour réaliser que c'est pas toute une montagne (la raison de ma présence sur certains sites de rencontre...mais sans réelle envie ni succès). C'est comme s'il fallait que dans ma tête je l'aime moins, qu'il prenne moins d'importance à mes yeux, pour que je ne souffre pas trop. Mon copain, mon amour doit devenir juste "le gars avec qui je sors". Clairement, ça pue. Je sens que cette attitude va tout foutre en l'air, même si j'ai pas envie de lui faire payer quoique ce soit. Je l'aime; je ne veux pas le quitter; je veux pas que notre relation s'effiloche. Mais même si mon cerveau abonde dans son sens (cf on est au 21e siècle, la tromperie a toujours existé, mieux vaut un couple imparfait qui tienne, que de finir seul et aigri, tout le monde a envie d'aller voir ailleur, c'est juste une morale de merde qui nous retient...), dans mon coeur, dans mon esprit c'est complètement autre chose.

Suis-je donc un connard aux valeurs dépassées qui ne réalise pas la chance qu'il a?

Merci à vous; je sais c'était long.



Rencontre gay   >   Rencontre gay Paris

Date de publication : 25/11/2019 à 02:17
#317884
Steph41190
Homme de 44 ans
25/11/2019 à 06:42

Salut Inputselecta,

Vous êtes clairement incompatibles à cause de vos visions totalement différentes sur la notion de couple question relation sexuelle (exclusivité).

Il est évident que tôt ou tard la flamme s'éteindra par lassitude de la situation.

La rupture sera inévitable.

Cordialement,

Stéphane

PS: Je constate que ce genre de situation est malheureusement de plus en plus courant....cela devient vraiment désespérant!


 2 votes #317885
Plume
Femme de 34 ans
25/11/2019 à 09:45

Bonjour Inputselecta,

Non, je ne crois pas que tu sois un "connard" et a vrai dire j'ai un peu de mal à comprendre pourquoi ton homme te force la main a accepter quelquechose qui te met (si) mal.

Je pense qu'on peut être très ouvert d'esprit et trouver qu'en théorie qu'un couple libre c'est cool et ne pas pouvoir mettre ce mode de vie en pratique (pour de multiples raisons liées à des besoins personnels).

La question que je me pose c'est pourquoi il n'accepte pas ton refus? Et pourquoi il essaie de te manipuler pour te faire accepter?

Il faudrait peut être avoir une discussion sérieuse avec lui où tu lui expliques gentiment mais fermement que certains de tes besoins ne sont pas négociables et que tu restes ouvert à toute proposition qui en tient compte..

On ne devrait jamais laisser son conjoint nous faire du mal sans réagir.

Bon courage à toi,

Plume


 2 votes #317890
Inputselecta
Homme de 35 ans
25/11/2019 à 13:22

Merci à vous Steph et Plume;

De toute façon je ne pense pas prendre de décision immédiatement ;

Mais il est certain que tôt ou tard, il va se passer quelques chose....

Je me suis beaucoup dit que cette situation, c'est soi le début de la fin, soi le début d'un nouveau truc.

Après, Plume, je ne sais pas s'il me manipule vraiment. Je pense qu'il a profité d'une situation, que le fait de ne pas avoir à me dire la vérité (vu ce que je lui ai dit, ça se comprend, mais...) ça l'arrangeait bien. Et selon ses mots, il se voit comme une "petite pute", mais que c'est pas pour autant qu'il doit finir sa vie seul et malheureux vu qu'il a quand même beaucoup à offrir. Et en gros, il ne m'a pas montré son "vrai visage" tout de suite, car sinon, je me serais barré au début de notre relation. Donc au quotidien, c'est un peu un mec "parfait" qui remplit tout ses devoirs; qui porte le couple; de ce fait, selon lui, cela justifie qu'il ai son "jardin secret"; tant que ça reste secret. Mais le problème du secret, c'est que tu peux t'imaginer un milliard de trucs quand t'as une imagination débordante comme moi! Donc il ne me peut me garantir une fidélité totale (chose que je comprends; par exemple, je pense qu'un craquage ça peut arriver; c'est assez honnête de dire ça finalement); mais il me dit aussi, "et même, si je faisais, je sais pas..., 2 plans par mois, je vois pas où est le problème; ça ne change rien sentimentalement pour moi". Bref, je vois ça comme la porte ouverte à toutes les fenêtres.

Après, j'ai toujours eu un problème avec ma vision du sexe, de mon homosexualité (pendant longtemps ça me faisait peur; mes premières expériences j'avais 20ans passé;); j'ai été un mec assez "refoulé", ça m'a fermé beaucoup de portes finalement; je n'ai pas profité de ma jeunesse à ce niveau là; et refoulé, je le suis certainement encore, même si j'assume qui je suis avec mon entourage, ou même des inconnus; mais je me dis que peut-être le problème, c'est moi, c'est mon ego, mes peurs, mes appréhensions; bref je ne suis pas vraiment "libéré" à ce sujet. Et peut-être qu'en fait , ce qu'il me propose, c'est un truc idéal, qui me conviendrait; mais que je ne le sais pas encore; que c'est un problème de timing (ma vie est un problème de timing).

Donc peut-être qu'il me manipule en jouant sur les doutes que j'ai sur moi-même. Mais il ne me force pas ouvertement la main. Je pense que si je lui disait "non, je ne veux pas ça", il dirait "ok" mais il le ferait quand même finalement; et j'aurais encore le mauvais rôle puique ça alimenterait de nouveau une parano qui pourri notre relation.

Peut-être qu'en fait Steph a raison; ça finira mal de toute façon; on ne peut pas changer les gens; et, si on s'éloigne trop de soi-même ça ne fonctionne plus.


 1 vote #317904
Mimoza
Homme de 47 ans
25/11/2019 à 13:37

Salut à toi.

Défend tes valeurs, si tu y es attaché. c'est important. C'est ce qui fait ta personnalité. N'aie pas peur de poser tes limites. Tu y gagneras en grandeur, respectabilité et influence.


 2 votes #317907
Plume
Femme de 34 ans
25/11/2019 à 14:48

@ Inputselecta,

Tu donnes l'impression que dans tous les cas et quelque soit ta position, tu es perdant.. Tu dis "non" tu culpabilises et te soumets à ses tromperies (presque naturelles selon tes représentations) et si tu dis oui tu souffres d'avoir peur de le perdre..

Mais si tu poses des limites et qu'il ne les respecte pas (en te faisant croire le contraire), je ne suis pas certaine que continuer et te soumettre soit une bonne chose pour toi. La tromperie n'est naturelle que pour les personnes qui y croient. Parfois c'est révélateur d'une dépendance et d'un mal être. Cette croyance (d'un besoin vital d'aller voir ailleurs) peut se discuter... (même dans la communauté gay).

Après tu peux toujours mettre les choses à plat avec lui et poser tes conditions. Il sera toujours temps de prendre une décision s'il ne respecte pas vos compromis.. Mais accepter ce qui te mets mal à l'aise n'est pas une bonne idée..

Plume


 0 vote #317911
Inputselecta
Homme de 35 ans
25/11/2019 à 15:34

Merci Mimoza; une amie à moi à qui le même genre de truc est arrivé m'a dit exactement la même chose;

Plume, [La tromperie n'est naturelle que pour les personnes qui y croient. Parfois c'est révélateur d'une dépendance et d'un mal être. Cette croyance (d'un besoin vital d'aller voir ailleurs) peut se discuter... (même dans la communauté gay). ]

Effectivement, je pense qu'il y a un peu de ça, niveau "mal être" ; de ce qu'il m'a fait comprendre, faire des plans, pour lui, c'est l'une des seules manières qu'il a/ qu'il a eu de se sentir valorisé au yeux des autres, et du coup à ses propres yeux; que c'est son mécanisme pour se sentir "épanoui", et se sentir exister; et effectivement, se sentir exister, c'est clairement l'origine d'une partie de tous les problèmes des gens sur cette terre; (alors que bon, aller sucer la bite d'un inconnu qui à mon sens va globalement te prendre pour "sa pute", je trouve, y a mieux pour se sentir valorisé mais bon...après je conçois qu'on puisse considérer ce point de vue comme un jugement ; parallèlement, j'ai beaucoup de respect pour les prostituées; ici, c'est juste une manière imagée de parler);

En tout cas, vos réponses apportent un peu d'eau à mon moulin; merci à vous ;


 0 vote #317912
Tangerine
Femme de 41 ans
25/11/2019 à 17:03

Bonjour Inputselecta,

Dans ce que tu dis de lui, une chose me paraît centrale : "Je pense qu'il ne sait pas vraiment ce qu'est "l'amour""....

Je ne sais pas ce que représente votre relation pour lui, mais pour toi il est clair que c'est une histoire d'amour. De son côté, il est peut-être attaché à toi par d'autres liens : le besoin d'être avec quelqu'un sur la longue durée, que ce soit toi ou un autre, besoin de se sentir aimé, sans forcément être capable de rendre ce sentiment... Il y a des gens qui n'y arrivent pas.

Ça serait sans doute intéressant de faire une thérapie, soit lui, soit tous les deux en thérapie de couple, afin de comprendre pourquoi ce lien auquel il a l'air de tenir, mais où l'amour semble une langue étrangère pour lui. Peut-être pourrais-tu être son professeur ? ;-)

Mais quoiqu'il en soit, votre relation est déséquilibrée. Vous cherchez deux choses différentes et vous vous faites souffrir mutuellement en exigeant de l'autre ce qu'il ne souhaite pas donner. Lui ne veut pas te donner l'exclusivité de son corps, toi ne veux pas lui accorder une liberté sexuelle. Il va falloir trouver un terrain d'entente ou vous quitter.

Les conseils sur poser tes limites sont excellents, je plussoie.


 1 vote #317914
Membre désinscrit
26/11/2019 à 09:44

Citation de inputselecta #317884

Hello,

je te comprends, pour avoir la même sensibilité que toi sur le plan amoureux et romantique.

Ce que je retiens du témoignage et du questionnement que tu as partagés avec nous ici, c´est que peu importe qui nous sommes et ce que nous avons été auparavant : lorsque l´amour nous investit et s´enracine en soi, tout notre être s´en trouve transformé. Il est évident que tu l´aimes, et non : la situation dont tu parles provoque en toi une réaction tout à fait normale.

En ce qui me concerne, le débat idéologique et culturel sur le caractère exclusif ou non d´une relation est un faux débat (je ne dis pas ça pour toi, ni pour cette discussion, je parle en général). Je pense en effet qu´on mélange tellement ce qui relève de l´amour et ce qui relève de l´envie qu´il faut bien trouver une posture morale "acceptable" justifiant certains fantasmes ou certains désirs mdrrr Alors on parle de relation ouverte... Mais le fait est que lorsqu´on est en couple et que dans un même temps on cherche des plans pour satisfaire certaines envies, on se sert du plan pour son petit plaisir personnel, on se sert de l´autre et pour soi-même exclusivement. Peu importe la valeur morale qu´on pourrait accorder ou non à ce genre de situation (la morale est un écosystème à géométrie variable, et par principe elle évolue avec le temps). Le sujet pour moi est de l´ordre du "où je place l´amour, et où je place la satisfaction de mes envies personnelles ?".

Après, à chacun d´être clair avec son partenaire sur ce point...

A la lumière de ce que tu as évoqué s´agissant de vous deux, ce n´est pas tant le besoin de plans qui attire mon attention que le mode de fonctionnement au sens large. Sur la base de ce dont tu as témoigné, il semble en effet que ton compagnon soit doté d'un caractère de telle nature qu'il fait ce qu'il veut, en fait. C'est surtout ça qui retient mon attention, oui...

Apparemment il n'a pas eu une vie facile, cette configuration a été pour lui comme un levier qui l'a poussé à réussir haut la main un certain nombre de choses ; soit. Mais la conséquence de tout ça n'est-elle pas une sorte d'instrumentalisation de la relation de couple ? C'est la question que je me pose... Au sens où il mène sa vie comme il l'entend et comme lui seul l'entend, si j'ose dire. Et pour le coup : à toi de t'adapter n'est-ce pas mdrrr ? Sinon, c'est du reste en partie ce que tu as écrit ici, si tu n'arrives pas à t'adapter c'est que c'est toi qui as un problème non ? Bah non tu n'as pas de problème en réalité...

Il y a des personnes comme ça, qui souffrent d'un profond manque de confiance ou d'un fort complexe de dévalorisation, et qui compensent inconsciemment par une réussite extérieure, sociale et matérielle impressionnante. Mais qui, en réalité et toujours inconsciemment, agrémentent leur vie d'un certain nombre de choses (et de personnes) pour lui donner la forme et l'apparence qu'elles veulent. Sans se rendre compte qu'elles utilisent tout ça uniquement pour elles-mêmes et la satisfaction de leurs besoins ; ce qui est très egocentrique, avec toutes les conséquences que cela induit.

Très franchement, je lui demanderais pourquoi il est en couple avec toi... Dans une relation il y a toujours une part d'intérêt : où se situe la sienne ? Je ne suis pas certain en effet qu'il soit avec toi pour les raisons que tu crois : je veux dire par là que tu te sens peut-être moins fort que lui à cause de sa réussite sociale, mais lui peut-être est-il en couple avec toi parce que tu représentes quelque chose de bien plus élevé dans son idéal à lui... Mais qu'il te gère comme il gère ses affaires ou ses activités, en oubliant que tu n'es pas un nain de jardin...

Bonne journée,

Marc.

#317979
Inputselecta
Homme de 35 ans
26/11/2019 à 17:00

Merci Tangerine et Marc pour vos réponses.

Tangerine, effectivement, peut-être qu'il cherche une relation stable parce que c'est "sécurisant"; sur bien des points, nous somme vraiment "compatible" (un mot que beaucoup utilisent; dont lui); mais le plus bel homme du monde ne peut donner que ce qu'il a.... (par contre le côté faire une thérapie,...non, je ne crois pas que c'est ce qu'on va faire)

Après, comme tu dis, que ce soit moi ou un autre, effectivement .... peut-être; je ne sais pas.

Mais ça rejoint un peu ce que dit Marc; "pourquoi est-il en couple avec moi? Quel est son intérêt? " Et du coup, pourquoi moi et pas un autre justement. Un autre qui aurait une vision differente de la mienne; avec qui ce serait plus simple à ce niveau là.

Marc, ton point de vue est vraiment intéressant; il y a tout un pan dans ton discours qui a élargit ma vision. Je vais y réfléchir. Mais je ne pense pas "agir" immédiatement.

Car, c'est clair; il va falloir tôt ou tard qu'on en parle. Avec le risque que ça casse. Mais clairement, là ce n'est pas du tout le bon moment; la période est plutôt défavorable (on est tous les deux très occupés, fatigués, un peu à bout dans nos vies respectives, hors contexte du couple...et même, en ce moment, on se voit peu; et souvent ça clash, alors qu'à la base, on ne voulait pas s'embarquer dans une engueulade; juste passer une bonne soirée ; mais la situation dérape... ). Si on prenait des décisions maintenant, je pense qu'elle ne reflèteraient pas ce qu'on veut; on ne ferait que se répondre, et non se comprendre. Ce ne serait pas "sage".

De plus, je pense que lui-même cogite un peu; remet certaines choses, certains de ses points de vue en question. Cette nuit tard, il m'a envoyé un long mail pour s'excuser (il ne fait jamais ça). A propos d'une dispute où je lui reprochais d'être insensible, égoiste, de n'avoir aucune compassion envers les autres (pour faire court). Il a développé son point de vue, reconnu qu'effectivement ma position était tout à fait légitime, et que c'est lui qui merde, que bien entendu il est affecté, mais que tel un mécanisme de défense, il se sent poussé à réagir cyniquement et de manière égoiste, parce que jusqu'à présent, c'est comme ça qu'il a toujours fait; pour se protéger; des choses horribles qui nous affectent, et auxquelles on ne peut rien faire hélàs. Mais qu'il essaye de changer; qu'il ne veut plus être comme ça. Vu le pavé que c'était, et la manière dont c'était écrit, je le crois; je n'ai pas de doute sur sa sincérité. Ca m'a laissé sur le cul d'ailleurs; je ne savais pas quoi répondre.

Donc là, même si la situation est imparfaite, déséquilibrée, en suspend, pas réglée, je pense que je vais un peu prendre sur moi pour le moment; que l'ambiance s'apaise un peu. Je pense qu'on en a besoin; vraiment; pour ensuite, démêler le sac de noeuds un peu plus posément. Car il y a des periodes comme ça, ou on est pas au top, où le contexte, les pressions extérieures (et intérieures!) ne nous permettent pas de donner le meilleur de nous-même. Donner le meilleur de soi-même est une notion que je place très haut; mais encore faut-il y être disposé.

Merci à vous de prendre le temps de me parler. Ca fait du bien;


 0 vote #317992
Meilleure réponse

Frango
Homme de 56 ans
26/11/2019 à 19:51

Bonsoir Inputselecta,

Un couple, qu'il soit hétéro ou homo, doit être vecteur d'équilibre et d'épanoussement pour les deux partenaires.

Or, sans la confiance mutuelle, il ne peut pas y avoir d'équilibre. Si la jalousie ou le doute s'instale, ce sera la fracture annoncée.

Non, tes valeurs ne sont pas dépassées. Elles sont peut-être oubliées, en cette époque ou nous semblons avoir plus de droits que de devoirs...

Bonne soirée, Frango.


 3 votes #318001
Inputselecta
Homme de 35 ans
27/11/2019 à 13:48

merci Frango


 0 vote #318057
Gael3592
Homme de 35 ans
27/11/2019 à 19:01

Hello,

Ouf. J'ai lu tous les postes.

Je suis d'accord avec la plupart des gens, je pense qu'il t'impose son mode de vie qui n'est pas compatible avec le sien. Tu n'as pas résisté et tu souffre maintenant.

Dis lui ce que tu ressens, pour ton bien être. Les problèmes de communication, ne sont pas les causes de fond, je vois un problème de respect qui se cache derrière. Force lui de te parler.

Surtout par rapport à ce qu'il te dit par rapport à argent : je le fesais, je le ferai plus. C'est bizarre. Sil te comprends et t'aime vraiment, voulant pas te faire mal, il devrait pas avancer tout pour toi, encore moins te balancer cette phrae. Comment t'as pu réagir sur le coup ? Si on me dit ça, je le crache dessus. Il me donne une image typique de gaucho: qu'il a toujours la liberté, la fraternité dans la bouche, quand il faut payer plus d'impôt pour la fraternité , ce sont les premiers à fuir où gueuler.

Arrête de penser autant, laisse lui faire ce qu'il veut. Garde tes valeurs, et ne doute pas ce que tu veux. Surtout je vois que tu as déjà compris le truc, il joue son playboy mais il ne veut pas vieillir seul, toi tu es quoi dans son projet ? y a un grave manque de respect là.

En plus y a un truc que je ne comprends toujours pas chez les couples open. Ils n'ont pas assez de choses à gérer dans leur vie ? Que ce soit boulot, administratif, familial, amis, sorties,Factures, etc... Comment peuvent ils avoir encore le temps et l'énergie à penser se taper d'autre mec ? Je dis pas que la vie devrait entrer dans la routine, mais pouvoir régler les problèmes quotidiens est déjà très bien. Ils n'ont rien à f*/tre dans leur vie à part le sexe ?


 0 vote #318074
Mimoza
Homme de 47 ans
27/11/2019 à 19:16

Citation de gael3592 #318074

Tu sais Gael, je pense qu'on ne peut pas se mettre à la place des gens. Le rapport au sexe est différent pour chacun. Cela va des asexuels aux cas de consommation pathologique. Il y en a meme qui sont addicts. ça se passe dans la tete et dans le psychisme. Certes, l'oisiveté est mère de tous les vices, mais pas que. Regarde l'exemple de Strauss Kahn...


 0 vote #318075
Gael3592
Homme de 35 ans
27/11/2019 à 20:43

Citation de mimoza #318075

Oui oui, je comprends.

Mais je pense qu'une fois qu'on a une vie équilibrée, on se focaliser sûrement moins le sexe ailleur. Car à côté des oreillers, on a déjà quelqu'un de parfait.


 0 vote #318089
Lindos
Homme de 37 ans
27/11/2019 à 21:19

"il est riche", "c'est lui qui paye", "il est prof agrégé","il se sent poussé à réagir cyniquement et de manière égoiste, parce que jusqu'à présent, c'est comme ça qu'il a toujours fait; pour se protéger; des choses horribles qui nous affectent, et auxquelles on ne peut rien faire hélàs. Mais qu'il essaye de changer; qu'il ne veut plus être comme ça."

Se mettre en couple c'est perdre la moitié de sa liberté, et gagner au moins autant de l'autre. On a un peu l'impression que cela l'arrangeait bien d'être en position dominante et que tu sois fragile et concilient. Quelque part en te rebellant tu changes les règles qu'il s'était fixé, sans doute plus ou moins inconsciemment.

Je pense que tu as raison de ne pas envenimer les choses à court terme, et il ne faut surtout pas que tu te rendes malade. Mais à ta place je mettrais un véto à son libertinage, non prévu dans votre relation, et sur lequel tu avais clairement exprimé ton opposition au début. Mais je prendrais en plus les précautions d'usage en matière sanitaire (préservatif et dépistages), qu'on peut avoir tendance à alléger dans un couple stable. Et je verrai comment évolue son "égoisme cynique" apparemment teinté de narcissime, et de générosité utile. Parce qu'après quatre ans de vie commune il pourrait gagner en maturité, comprendre qu'il te fait mal, et qu'il aurait peut-être lui aussi beaucoup à perdre si vous vous sépariez. Tout en se souvenant de la fable du scorpion et de la grenouille, on ne change pas facilement la nature du scorpion...


 2 votes #318096
Inputselecta
Homme de 35 ans
27/11/2019 à 22:44

Citation de gael3592 [#318074]

Citation de marcbzh [#317979]

Merci Gael pour ta réponse; tu devrais lire ce qui suis. Marc aussi peut-être, ça étoffe un peu le "pourquoi serait-il avec moi".

J'aurais voulu préciser certaines choses. (Même si c'est moi qui raconte, et que ça biaise un peu le truc, je pense pas être trop dans le faux; puisque pour beaucoup de ce qui suit, je l'ai entendu de sa bouche).

C'est quelqu'un qui travaille beaucoup. Il est très souvent occupé; il passe son temps à courir. (l'argent de vient pas comme ça, hein).

Et de base c'est un hyper actif; et est du genre à vouloir tout optimiser; il ne peut pas rester sans rien faire. Et à mon sens, les gens comme ça, sont des gens qui n'aiment pas se retrouver, seul, ou face au vide. Le but étant d'être occupé pour éviter de "penser".

Il est aussi très dure envers lui-même; dans le but de ne pas pouvoir se reprocher (ou se faire reprocher) de ne pas en avoir fait assez.

Etant à ce point occupé, je doute vraiment qu'il ai fait des plans ce mois-ci par exemple; ni même dans le mois qui arrive d'ailleurs. Enfin, je parle de plan type internet, où la démarche est volontaire. S'il a un truc régulier, ou ex avec qui il reste en contact, peut-etre, mais honnêtement j'y crois assez peu. Ou alors un craquage "lors de circonstances exceptionnelles"; genre une opportunité qui se présentait à l'instant T. Et encore...

Je pense surtout qu'il a voulu essayé de redéfinir notre relation pour se laisser le champ ouvert. Il a peut-être senti que j'y étais disposé, étant donné que je suis clairement quelqu'un qui doute de beaucoup de chose, en passant par moi-même; globalement, je cherche à m'améliorer au quotidien; je n'ai pas l'impression d'être quelqu'un de "parvenu" quelque part; je pense avoir des milliers de défauts et donc autant de choses à améliorer chez moi; à mon sens, la vie est un perpétuel changement vers une "bonification" de soi; et cela passe beaucoup par la vision qu'on a de la vie, ce qu'on a pensé longtemps, et qui finalement n'était pas "bon", les mécanismes que l'on peut avoir, qui nous on fait perdre du temps, qui nous ont empêché de vivre, faire, réussir des choses. Et aussi, par l'action; logiquement.

Parfois, je dis que je ne sais pas vraiment encore qui je suis. Voir que je ne le saurais jamais, tant j'essaye d'évoluer (même si certaines choses restent immuables).

De ce fait, sur le moment, j'ai été enclin à accepter cette redéfinition; à cause de mes doutes; du fait que je n'ai pas son expérience; que je me sens en comparaison un peu coincé niveau cul; ce que je ne perçois pas comme une bonne chose (peut-etre que j'adorerais faire des plans; mais j'ai "peur" de le faire); et que finalement, lorsqu'on est "libéré", le couple libre semble quelque chose d'idéal sur le papier. surtout quand de base, le couple se passe bien.

Et certainement aussi parce que je l'aime, qu'on est bien ensemble, que j'ai l'impression que ce qu'on vit est quelque chose de rare que je ne retrouverai jamais; et que je n'ai pas envie que ça s'arrête. Même si ce n'est pas idéal. Mais la vie n'est pas idéal. Les modèles que la société nous imposent (ou nous a imposé) ne le sont pas non plus (ex: c'est l'homme qui doit subvenir au besoin financier de la famille; une femme doit faire des enfants; la réussite passe par l'argent....) .

Bref; j'ai accepté; de bonne foi, j'ai accepté; j'ai accepté que ma vision, mon systeme de valeur vol en éclat puisque je l'ai perçu comme dépassé, inadapté, perfectible. Remettre tout ça en question, pour moi, et aussi pour lui. Mais en fait, ça ne passe pas;

Le concernant, je pense qu'il a clairement un problème d'estime, de valorisation de lui-même. Il me parle beaucoup de son éducation. Ca revient très souvent. En 4 ans, on a quand même eu le temps de se dire des trucs. Donc selon lui :

Il se voit comme une machine; une machine de travail;

il ne se trouve pas "intéressant" (contrairement à moi qui suis animé par une passion et qui essaye de la vivre);

Il n'a pas le côté pratique, n'est pas adroit avec ses mains/son corps ; il ne ferait jamais un foot ou du bricolage, ou un truc du genre car il ne saurait pas; et il ressentirait tout de suite un jugement extérieur (même si pas réel) sur son "incompétence". Bref, il se risquerait trop, ça lui couterait trop. Et il n'en voit pas l'intéret.

Parallèlement, selon lui toujours, pour régler certains problèmes (du quotidien), soit on a des compétences, soit on a de l'argent.

Il ne se voit pas comme "un mec cool"; il n'est pas à l'aise avec tout le monde (alors qu'il semblerait que moi je le sois; ou que ce soit plus facile); par exemple, l'autre fois, il n'osait pas appeler quelqu'un pour acheter un truc sur le bon coin! L'interaction social, c'est pas si naturel que ça chez lui.

il n'a pas d'amis; à part sa meilleure amie d'enfance; et son frère; et un gars avec qui il va au sport; (contrairement à moi, qui suis assez entouré à ce niveau là).

Car ce qui lui plaît à lui ne plaît pas aux autres, selon ses dires. De ce fait, de ce que j'en ai compris, toutes ses connaissances (qu'il ne voit plus aujourd'hui pour l'essentiel) ce sont des gens qu'il s'est tapé suite à des plans internet, car c'était pour lui le seul moyen d'en rencontrer; le sexe était le vecteur, le truc où il est doué (et là pour le coup, je confirme, c'est vrai qu'il est doué). Bref, une manière de se socialiser finalement. Mais bon, là encore, ceux qui cherchent du sexe ne cherchent pas forcément des amis, et vice versa. Ou ne sont pas forcément intéressant même s'ils sont très attirants.

De ce fait, à ses yeux, son argent (et ce qu'on peut réaliser avec) est l'une des rares choses qu'il peut mettre à son crédit; une des choses qu'il peut m'apporter. Avec le cul. Et le fait que c'est quelqu'un d'agréable et positif au quotidien (c'est clairement un "yes guy" ; alors que moi, au contraire, j'apparais souvent comme un rabat joie).

Tout ça peut expliquer son attitude par le passé. Mais, j'ose espérer qu'aujourd'hui, après 4 ans ensemble, il n'ai pas une telle vision de lui-même. Je pense que ça a quand même dû évoluer à ce niveau; au moins un peu . Ce serait grave sinon.


 0 vote #318105
Gael3592
Homme de 35 ans
28/11/2019 à 00:02

Citation de inputselecta #318105

Bref; j'ai accepté; de bonne foi, j'ai accepté; j'ai accepté que ma vision, mon systeme de valeur vol en éclat puisque je l'ai perçu comme dépassé, inadapté, perfectible. Remettre tout ça en question, pour moi, et aussi pour lui. Mais en fait, ça ne passe pas;

Tout le monde mérite d'être meilleur, cependant il n'est pas question de choisir n'importe quel repère. Est ce que tu pense que sa vision est un bon repère ? Eh non, tu sais très bien, car cela ne marche pas. C'est pas en acceptant l'idée imposée que l'on peut changer voir évoluer. C'est être manipulé. Toutes les tentatives à nier ce que tu es voué à l'échec ou torture.

Sinon, je vois mieux genre de personne qu'il est. Et je lis ce que tu es également. Désolé de dire ça, mais je trouve que ça gêne. Vous êtes pas compatibles mais plutôt antagoniste.

Des fois il faut prendre du recul, sortir un peu son confort, planifier ce qu'il est le mieux pour toi surtout y mettre des efforts. Prévois the worst case.

De temps en temps fait un check si tu es amélioré ou pas. Si y a un soucis, amene tout de suite des actions.


 0 vote #318109
Inputselecta
Homme de 35 ans
28/11/2019 à 02:00

Je comprends ton point de vue Gael;

Par contre, je ne suis pas forcément d'accord sur le côté "on est antagoniste" . Enfin, oui nous le sommes certainement. Mais.

Je n'ai pas l'impression que ce soit quelque chose de négatif. Au contraire, c'est ce qui rend l'expérience enrichissante. Un + et un - se complètent, ou s'équilibrent plutôt. C'est exactement ce que je ressents (et lui aussi je pense); on se complète; nos différences travaillent ensemble. Après effectivement, il est évident que l'une de nos différences rend le truc instable. Et pas n'importe laquelle. Oui. C'est incontestable.

Par contre, je ne me vois pas être avec quelqu'un qui me ressemble, qui est pareil que moi. Ce serait clairement invivable; où finalement, très ennuyeux. En tout cas, j'ai l'impression que ça ne tiendrait pas sur le long terme.


 0 vote #318112
Membre désinscrit
28/11/2019 à 23:42

Citation de inputselecta #318105

Coucou ;)

Je comprends, tout ce que tu as écrit plus haut...

D'un certain point de vue, il me rappelle un peu mon père sous certains aspects. Une blessure affective liée à l'enfance (séparation de ses parents durant l'occupation pour être mis hors de danger en Suède, attachement très fort à sa famille d'accueil, rupture difficile une fois qu'il a fallu rentrer en France). Puis de là une insécurité profonde (quoi que jamais véritablement ni ouvertement admise), une focalisation sur l'argent, sur la réussite sociale. De hautes fonctions pros dans le privé, beaucoup de responsabilités, une carrière plus que réussie, des moyens financiers largement suffisants, une focalisation sur le travail quand il était en activité. Et puis au sortir de ça : pas de vie, pas de réelle vie de famille, rien. Et aujourd'hui, à 81 ans, un vide abyssal à l'intérieur de lui, des regrets, une perte de sens à tous niveaux. Comme il n'a jamais vraiment eu de vie au sens large du terme, peu de sens pratique, une sociabilité qui est restée "professionnelle" donc assez impersonnelle, des manques affectifs qui ressortent. Bref...

Ce n'est pas le même profil que ton compagnon, bien entendu, pas la même forme de couple non plus, mais sur le fond je retrouve un peu les mêmes architectures dans ces deux tempéraments. En tout cas la même précipitation vers l'occupationnel, le travail, la réussite sociale et une difficulté notoire, en arrière plan, à s'attacher totalement à un/une autre au point de se refondre sur le plan personnel et complètement. De se refondre "avec l'autre".

Et puis il y a semble t'il cette tendance à tout vouloir gérer comme on l'entend, comme on pense que ce serait le mieux, y compris pour l'autre. Très certainement parce que se plaçant continuellement "au centre". Mon père par exemple, a toujours essayé de faire au mieux pour ma mère et pour moi ; à ceci près qu'il a souvent décidé pour nous deux d'un certain nombre de choses, sans se rendre compte vraiment que si sa façon de voir avait une certaine légimitié, la nôtre aussi ;) Il fait partie des décideurs, sans doute parce qu'il a été contraint d'apprendre à se débrouiller par lui-même très tôt ; avec pour conséquences que, tout en pensant faire bien ou en tout cas au mieux, il décidait aussi pour les autres. Et si ces mêmes autres remettaient en cause parfois certains éléments il le vivait mal au sens où, pensant faire au mieux, il recevait ces remises en cause comme une défaillance personnelle ou une incompréhension des autres.

Des personnalités complexes en quelques sortes :) Complexes parce qu'une grande force d'action ou de réalisation d'un côté, de l'autre une profonde blessure affective avec tout le cortège de "tensions" émotionnelles et de contradictions intérieures qui peuvent en résulter. Et une difficulté notoire à se remettre en question, du moins se fait-elle attendre, avance t-elle lentement, au gré des flux et reflux de la vie...

Tu aimes ton compagnon, donc nécessairement tu acceptes un certain nombre de choses par amour pour lui, et pour ne pas le perdre non plus. Y compris jusqu'à te remettre totalement en question pour t'adapter à lui et, ainsi, pouvoir demeurer à ses côtés.

Pour autant, mais je ne t'apprends rien en la matière, un couple est un univers et un chemin que l'on construit à deux ; un espace commun. Et en l'état actuel des choses, en tout cas sur la base de ce que tu nous as expliqué jusqu'à présent dans ce thread, je ne suis pas certain que vous soyez dans cette configuration là pour le moment.

J'aime beaucoup la façon dont Jacques Salomé (psychosociologue) parle du couple. Pour lui, dans un couple, il y a trois entités (et non pas deux à l'instar de ce à quoi nous sommes par tradition et par culture habitués). Les deux conjoints, des êtres indépendants, différents, qui ont chacun leur histoire de vie, leur caractère, leurs modes de fonctionnement, leurs rêves, leurs envies, leur jardin secret, leur espace vital, leurs espoirs et leurs craintes. Et puis le couple. Le couple en tant qu'espace commun : cet écosystème symbolique créé par les sentiments, au sein duquel les deux conjoints conjugent un certain nombre de choses et partagent diverses choses ensemble. Cette configuration "à trois" entités m'a toujours paru pertinente au sens où elle permet de maintenir à leurs justes places ce qui relève du couple et ce qui relève des deux individus qui en sont les acteurs. En tant qu'individu chacun "a sa vie" si j'ose dire, mais le couple aussi puisqu'il est cet espace au sein duquel les deux conjoints mettent en commun un certain nombre de choses. Ainsi, tout en étant en couple, chaque conjoint a également sa vie propre ; comme le couple a sa vie propre lui aussi. Une configuration de ce type évite autant que faire se peut que l'un des deux conjoints prenne la main sur le couple, ne serait-ce qu'en le faisant fonctionner comme lui l'entend ; au détriment de l'autre qui n'a alors pas d'autre choix que de s'adapter ou de renoncer à certaines choses qui lui sont propres, pour ne pas perdre la personne aimée.

A la lumière de ce que tu as écrit, mais ça se ressent de toutes façons dans ta façon d'écrire et de formuler tes idées, je pense que tu es une personne profondément humaine, au sens noble du terme. Comme toute personne de ce type tu es habité par une intériorité que tu peux, en tout cas j'en ai l'impression, visiter et questionner librement, au fil des circonstances, quitte à te remettre intégralement en question si cela a du sens et une certaine forme de légitimité pour toi. Et cela te dote aussi, par voie de conséquences, d'une capacité d'adaptation incontestable. Etant profondément humain, tu t'intéresses naturellement à l'autre quel qu'il soit. Et encore plus si tu l'aimes, comme ici tu aimes ton compagnon.

Mais je pense par contre, et ce n'est pas péjoratif, que cette souplesse intérieure est un exercice plus compliqué pour ton compagnon. Il n'a pas la même géométrie affective, il est encore beaucoup plus tenu par diverses blessures que toi ; et surtout par leurs conséquences sur son fonctionnement. Et se remettre en cause est plus délicat pour lui je pense, au sens où ça le renvoie à des contradictions, des oppositions, des zones d'ombres, des brisures intérieures. Avec tout ce que cela peut impliquer sur l'image que l'on se forge de soi au présent, la confiance en soi, le respect de soi, le rapport à certaines valeurs, aux sentiments, aux désirs de toutes sortes. Disons qu'il sera plus enclin, je pense, à se culpabiliser et à s'en vouloir de certaines choses, sans pour autant percevoir que le sujet à placer au centre ce n'est pas lui, c'est vous ; et comment le couple que vous formez peut vous servir à grandir et évoluer ensemble à travers lui.

A mon avis, mais tu l'as évoqué en toile de fond quelque part toi aussi, il faut prendre le temps... Dans un couple chacun arrive avec sa propre histoire, son tempérament, ses modes de fonctionnement, et tout l'enjeu d'une relation constistera à construire un équilibre et une harmonie avec la combinaison de ces matériaux là. Pour certains ça se fait rapidement, naturellement, spontanément ; pour d'autres ça prend plus de temps ou ça passe par des chemins un peu plus tortueux. Au même titre que chacun de nous est différent des autres personnes, chacun de nous n'est pas animé non plus par les mêmes rythmes et les mêmes cycles. Parfois il s'agit surtout d'être patient. Sans pour autant perdre de vue que le véritable sujet ce n'est pas lui ou toi, c'est vous. Ce que vous voulez construire ensemble, vivre ensemble et projeter ensemble. C'est le fait de placer ça au centre, selon moi, qui redonnera du sens à ce que vous vivez ensemble et chacun à votre niveau intrinsèquement. Vous apportez des choses dans le couple que vous formez, et ce dernier vous renvoie des choses lui aussi, des choses diffférentes selon chacun de vous deux. Reste à savoir si vous accepterez de vous ajuster à ce que votre couple vous renvoie à tous deux.

Et c'est là justement que vous allez voir la force des sentiments que vous avez l'un pour l'autre. Parce que c'est cette force là qui fera que, malgré certaines circonstances parfois, vous resterez ensemble.

Bonne fin de soirée !

Marc.

#318181
Inputselecta
Homme de 35 ans
29/11/2019 à 15:32

Merci Marc pour toutes ces choses personnelles que tu as partagé. Clairement, ça m'aide beaucoup. Ca me fait vraiment réfléchir d'une manière moins binaire. Et finalement, ça permet de prendre un peu de recul.

D'une certaine manière, j'ai un peu trouvé ce que j'étais venu chercher sur ce forum.

C'est grâce à vous tous qui y avez participé. Merci encore.

Je pense que je vais laisser reposer un peu tout ça; histoire que mon esprit ne soit pas constament alimenté de toutes ces questions, ces réponses, toutes ces dimensions qui ont été abordées, qui m'ont ouvert des voies, et d'autres sujets de réflexion.

Bref, faut que ça décante. Que je vive un peu.

Pour le reste, on verra bien.

Merci à tous.

Je vous raconterai en privé la suite de l'histoire si vous voulez.

A bientôt


 1 vote #318208
Membre désinscrit
29/11/2019 à 21:11

Citation de inputselecta #318208

C'est la meilleure attitude à adopter selon moi ;)

Plein de belles choses à toi,

Marc.

#318237
Hugotheo
Homme de 33 ans
01/12/2019 à 03:54

Il est pas amoureux moi comme lui avant j'ai enchaîné les plan cul les sauna les boite a baisse, j'ai fait des tas de soirée partouze ou gangbang ou on éclaté du minet toute une nuit, oui pour moi le sexe c'était juste se vider les couilles et humiliée du soumis, pour moi il ni avait aucun autre bute.

Mais maintenant que je suis avec mon copain ça a rien à voir j'ai découvert l'amour prendre mille fois plus de plaisir en étant simplement avec lui sans sexe qu'autre fois a enchaîner plusieurs mecs, l'embrasser longtemps se caresser en tellement plus agréable et planant que de faire des cas et vien dans le cul d'un inconnu.

Autre fois je trouvais que mes plan cul avait de la chance que je m'occupe d'eux, maintenant je me trouve extrêmement chanceux quand mon cops'occupe de moi, c'est mon prince je me trouve indigne de lui et des plaisir qu'il me procure, indigne qu'il s'occupe de moi, de recevoir autant d'amour de tendresse.

Quand on devin amoureux on respect l'autre et on a plus aucune envie d'aller voir ailleurs car ce qu'apporte l'amour est incomparable au plan cul.


 1 vote #318319
Patissiergay
Homme de 22 ans
02/12/2019 à 00:21

Bonjour être amoureux ne veux pas vouloir dire obligatoirement exclusive, avec mon copain on aime bien faire de temps en temps des jeux à trois, mais on le fait toujours ensemble si il coucherait avec un autre homme sans moi ce serait une infidélité mais quand on profite d'un homme ensemble je ne vois pas où est le mal.


 0 vote #318402




Rejoindre beTolerant