L'application est disponible sur Android en cliquant ci-dessous.


Comprendre un peu mieux la trans-identité.

Place aux débats - 17/07/2019 à 17:39 - 92 Participations

Comprendre un peu mieux la trans-identité.

Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Bonjour.

J'ai l'impression que le transsexualisme ou le transgenre ou la transidentité est méconnu des homos et presque tabou. Si certains ou certaines d'entre vous ont envie de raconter leurs parcours (milieu familial, relations amoureuses avant et aprés, vie professionnelle, difficultés en tout genre), je serai ravi de vous lire.


2 votes

Il est vrai que les cis LGB nous appliquent surtout beaucoup de préjugés, d'idées préconçues, etc...

Mais la plus part du temps, c'est uniquement par méconnaissance du sujet, sans volonté malveillante.

La volonté malveillante, souvent insidieuse n'est le fait que d'une minorité, mais une minorité souvent influente, hélas.

Peut-être pourrait on commencer par briser quelques préjugés parmi les plus répandu ?


0 vote

Je rappelle aux personnes concernées que par souci de discretion, ils ou elles peuvent témoigner de leur histoire en tant qu'anonyme, en relançant simplement un topic. Ce serait bien que l'on ait au moins un récit, si quelqu'un se sent de raconter quelquechose d'assez complet et qui mette bien en évidence la complexité de leur ressenti par rapport à ce probleme d'identité sexuelle.


0 vote

PetiteCore,

"La volonté malveillante, souvent insidieuse n'est le fait que d'une minorité, mais une minorité souvent influente, hélas"

Une petite délation précisant ta pensée aurait été la bien-venue ^^


0 vote

Meilleure réponse

Je vois différents problèmes avec l'intitulé de ce topic.

Je vais parler pour moi mais je sens que ce sera pareil pour beaucoup d'autres.

Déjà, ma vie n'est pas un spectacle. Il y a un côté "voyeuriste" et "sensationalisme" à souhaiter lire le parcours de personnes trans dans leur aspect quotidien, honnêtement. J'ai une sensation d'intrusion un peu trop poussée, et je doute que tu poses la question à une personne homosexuelle (ce que tu es toi-même, donc tu connais la question évidemment), mais sincèrement, je pense qu'on est confronté aux mêmes difficultés selon la tolérance et l'ouverture d'esprit de notre entourage.

Je mange, je bois, je dors, j'ai fait des études, j'ai des amies, des hobbys, des passions, des opinions, je recherche un job mais j'ai des projets... Il n'y a rien d'exceptionnel à être une personne transgenre, vraiment.

Ma vie n'est pas une tragédie ou un drama.

Mes difficultés et mes particularités relationnelles, émotionnelles, professionnelles et autres sont finalement très communes à l'ensemble de la population, à plein de niveau aussi.

Ma transidentité n'est pas le fruit de mon milieu familial ou autres facteurs. Ils furent davantage des freins à ma réflexion parce que ma famille est dysfonctionnelle (pour être gentille), mais les problèmes familiaux de nouveau, ça concerne beaucoup beaucoup de monde. Mes angoisses au niveau relationnel sont infiniment plus liées à mon expérience familiale et scolaire qu'à mes questionnements de genre.

Des expériences désagréables commune à beaucoup de gens aussi.

Cependant, d'autres personnes transgenres peuvent avoir une expérience beaucoup plus positive ou négative, selon leur environnement et leur éducation.

Si il y a une seule chose à retenir de ce topic, c'est que je suis une personne parfaitement "normale" avec mes spécificités propres et ma personnalité, forgée par les épreuves, les échecs et quelques réussites.

À nouveau, rien d'exceptionnel.

Ce n'est pas pour me rabaisser, mais pour bien faire comprendre que une personne transgenre est une personne comme une autre, et c'est ce que j'ai l'impression que beaucoup de gens, LGB ou non, ont du mal à intégrer. Alors que les personnes LGB devraient être familière avec ce changement de perspective une fois la prise de conscience effectuée, aussi bien de soi-même que des autres après le coming-out, puisque les gens doivent vous replacer différemment dans leur esprit par rapport à ce qu'iels connaissaient de vous.

La seule distinction majeure que je vois peut-être avec le reste de la population, c'est ce sentiment parfois "d'obligation" à justifier mon existence.

Déjà à moi-même au début (je devais être sûre de moi sur la raison de mon malaise et assez en confiance dans ce que je ressentais et ce qu'il me manquait), aux personnes de mon entourage ensuite (et je ne suis pas sûre de ce qu'ils ont compris non plus), un peu au psychiatre après (que je suis allée voir pas que pour mes questionnements de genre, mais surtout pour plein de problèmes autres et liées à ma vie en général)...

Je vis en Belgique où les procédures sont assez simples (je n'ai pas eu besoin de recommandations ou autres pour le traitement et il suffit d'aller à la commune pour changer de prénoms et de genre sur la carte d'identité, pas besoin de documents médicaux), donc mon expérience même de la transition ne m'a pas posée des angoisses particulières, mais c'est plus difficile dans d'autres pays je le sais.

Ce topic aussi finalement "oblige" les personnes transgenres à se justifier, alors que bon, il y a assez de ressources et de témoignages partout sur internet si on est vraiment intéressé et sensibilisé à la question.

Même ce parcours médical n'est honnêtement pas si compliqué à comprendre (prise d'hormones et chirurgies selon les besoins et désirs de chacun.e).

Chacun.e va mettre des mots différents sur ce qu'iel l'a poussé.e à entamer ce processus aussi de toute façon, selon sa sensibilité et son éloquence.

Pour moi, c'est un déséquilibre envers ma perception de moi-même et mon corps, un manque et une gêne que je ressens depuis très très longtemps, et que la transition commence à combler enfin.

Il ne faut, je pense, pas chercher beaucoup plus loin dans l'explication.

C'est un processus et une prise de conscience parfois longues et qui demande de la conviction, vu que ça entraîne une redéfinition de soi dans l'esprit des gens qui nous connaissaient "avant" et ce n'est pas toujours simple, mais ça ne s'applique pas aux nouvelles personnes qu'on va rencontrer par la suite, donc bon.

À nouveau, ça ne me semble pas si difficile à comprendre non plus, et même si c'est spécifique à une problématique transidentitaire, quelqu'un avec un minimum d'empathie peut facilement le concevoir.

Chacun.e rencontrera ou non plus ou moins de difficultés dans sa vie de tous les jours, mais ces difficultés peuvent être partagées par beaucoup de monde et ne sont pas spécifiques à mon sens aux personnes transgenres, mais à toute personne hors de la norme ou dans une minorité.

En gros, je suis une humaine normale, et pas une créature mystique et insondable aux sentiments impossibles à comprendre.

Je ne suis pas responsable non plus si certain.es projetent leur incompréhension ou leur phobie sur moi-même, et tentent de me faire rentrer dans une case qui leur faciliteraient la vie.

Voyez les personnes transgenres comme des humain.es normaux.les qui ont corrigé un manque et un inconfort dans leur vie et tout se passera bien mieux, à mon avis.

Faites un parallèle avec des gens qui ont des problèmes de vue, qui cherchent, comprennent et mettent des mots sur les raisons de ces troubles de la vision, et qui mettent des lunettes adaptées à cet inconfort ou se font opérer des yeux pour enfin y voir clair, vous verrez, c'est presque pareil.

Après oui, certaines personnes transgenres ont traversé/traversent des situations particulièrement difficiles et horribles, mais c'est à cause de leur environnement et de la réaction de celui-ci et pas tant à cause de leur transidentité en soi, vu que d'autres personnes peuvent traverser ce genre d'épreuves pour des raisons différentes.

Voilà Voilà.


10 votes

Merci Théru pour ta participation.

C'était clair, concis et interressant. Je n'attends rien de plus compliqué. Ce n'est pas du voyeurisme. J'ai du manquer de délicatesse dans la façon de m'exprimer. Mon but était simplement que les gens expriment ce qu'ils ressentent afin que cette légère barrière homo/trans que je pressens dans les forums puisse disparaitre.


0 vote

Citation de Lindos #304655

Je ne sais pas trop comment interprété ton commentaire. Est-ce que mes propos te gêne ?


0 vote

Sinon, pour en revenir au sujet principale, comme l'a très bien dit Therru, raconter nos vie n'a pas vraiment d'intérêt. Il y a déjà pas mal de biographies de personnes trans dans la litérature.

Ce qui serait plus intéressant, c'est de parlé de la transphobie en tant qu'oppression systémique et d'en démonter les rouages.

Par exemple, ce "droit" que les personne cis pensent avoir de décider qui est une vraie femme, ou un vraix homme.

Pour préciser ma pensée, je me considére comme une femme, à part entière, qui a entre autres particularités d'avoir été assignée homme (j'utilise le mot homme, car c'est bien un genre et non un sexe qu'on assigne à la naissance). Etre trans n'est pour moi qu'une particularité parmis d'autres que je possède comme le fait d'être brune, d'avoir les yeux bleus, de porter des lunettes, etc...

Je conçois parfaitement que cette particularité, comme les autres de mes particularités, puisse ne pas plaire à tout le monde. Ce qui nous plait chez tel-le ou tel-le personne est très subjectif.

Par contre, je ne reconnais à persone le droit de décider si je suis ou non, une "vraie" femme, cela n'appartient qu'a moi. Qu'une personne pense légitime de s'approprier le droit de décider si je suis ou nom une vraie femme, c'est de la transphobie systémique.


2 votes

Citation de PetiteCore #304667

Si tu fais référence à ce que je disais, tu es une femme car c'est ton genre social et l'identité avec laquelle tu vis.

Femme a plusieurs sens dans cette société, il y a l'aspect identitaire, et il y a l'aspect «femelle»


0 vote

PLEASE Anamajob.

Ne recommencez pas à écrire 150 postes sur la femme et son vagin.

De grace, Laisse parler les trans pour une fois.


4 votes

Mimoza t'aimes ça ? les


0 vote

Les?

Les tirades sur le vagin? J'adore, mais on a eu le compte hier je crois...

Et ce sujet est sensé etre pour autre chose.


1 vote

Citation de mimoza #304671

Le mot Femme a plusieurs sens, c'est tout. Si on veut discuter et faire un débat sur un sujet aussi complexe, il faut prendre tout en compte.

Sinon pourquoi mettre ceci dans la section débat.


0 vote

Citation de anamajob #304676

C'est possible de la bannir, honnêtement, vu qu'elle semble incapable de comprendre que ses propos posent problèmes ? Parce que là ça tourne au harcèlement quand même, surtout qu'elle est en mode automatique à répéter les mêmes rengaines.


0 vote

Citation de Therru #304677

Dire que le mot femme a plusieurs sens, ça pose problème ?! C'est un propos ««problématique»» ? Incroyable.


0 vote

Citation de anamajob #304678

Pardon, je vais préciser davantage ma pensée.

Je pense que tu es une troll TERF qui tente de court-circuiter les discussions sur les sujets de la transidentité en créant exprès des tensions et en tentant de décourager les gens à s'exprimer.

Tu gardes un ton calme et tu joues les effarouchées en prenant un rôle de victime, mais honnêtement tu ne fais qu'irriter tout le monde et décourage les gens qui ont du mal avec le conflit à partager sur le sujet.

Tu sais exactement sur quel bouton appuyé, tes petits posts de deux lignes sont étudiés pour, et je suis certaine maintenant que tu y prends plaisir.

Tu n'as aucune volonté de débattre, juste de provoquer.

Sur les forums où j'étais modératrice, ça fait longtemps que je t'aurais bannie.


2 votes

Ce n'est pas tant que les terme femme et homme définisse des choses différentes, mais plutôt qu'ils peuvent se définir sur plusieurs plans : sociale, d'une part, et biologique de l'autre (on parlera alors plutôt de males et des femelles).

Les genre (social) et le sexe (biologie) sont d'égale importance et sont intrinsèquement liés. Les connaissances liées au sexe biologique ont été socialement construites, avec une part de subjectivité d'autant plus grande que la biologie n'est pas une science exacte, et qu'il est impossible d'avoir un définition objective et nette de ce qu'est un mâle ou une femelle.

Il faut bien comprendre que la science n'est un savoir absolue et définitif, c'est un savoir en perpétuelle évolution où la "vérité" ne peut exister qu'en l'état actuel des connaissances.

Par exemple, en astronomie, jusqu'à il y a quelques années, le système solaire comportait 9 planètes, aujourd'hui il n'y en a plus que 8. Par convention, les astronome on décidés de modifié la définition d'une planète et Pluton n'a plus été considérer comme une planète. La décision à fait débat, des astronomes état-uniens, notament s'y sont oposés, car Pluton à été découverte par un des leur. On voit là l'influence du social, de la politique, sur les connaissances scientifiques, qui ont donc nécéssairement, une part de subjectivité.

En biologie aussi, beaucoup de choses relèvent de conventions, comme par exemple le fait de considérer la testostérone comme une hormone mâle et l'oestrogène et la projestérone comme des hormone femelle., car mâles et femelles ont un peu des trois. Même la répartition des ces hormone, est une convention.

Bref, tout ça pour dire que pour permettre un débat sein et serein, il faudrait commençer par éviter d'utiliser la science à mauvais escient (par exemple en ne retenant que ce qui va dans notre sens, et en omettant le reste) pour justifier ce qui n'est qu'une opinion politique (au sens de la vie de la cité).


0 vote

Citation de Therru #304679

Oui, c'est une tactique courante. C'est celle qu'utilise Agnes Cerighelli, par exemple.


0 vote

Citation de PetiteCore #304680

Je suis d'accord avec tout, sauf ce passage :

«Il est impossible d'avoir une définition objective et nette de ce qu'est un mâle ou une femelle.»

Bien sûr la science n'est jamais fixe, elle est en perpétuelle évolution pour se rapprocher le plus possible de la vérité... Mais bon jusqu'à aujourd'hui, on a quand même une définition assez nette de «mâle» et «femelle», en dehors bien sûr d'une minorité de syndromes ou maladies.


0 vote

Citation de Therru #304679

Je continuerai à donner mon avis autant qu'il le faudra, ce sujet est une conviction forte pour moi. Vous voulez me faire taire, faites le. Mais je n'ai jamais insulté personne, je n'ai jamais renié aux personnes trans le droit d'exister ou de vivre leur identité dans le genre qu'ils préfèrent. Ce qui me gêne énormément, c'est que vous voulez définir une femme ou un homme uniquement par le genre social. C'est mon seul problème.


0 vote

Citation de anamajob #304683

L'article du CNRS que j'ai partagé sur l'autre fil montre que le consensus scientifique actuelle tant à montré le contraire 🤷‍♀️

Au delà de ça, ne trouves-tu pas réducteur de réduire un humain à sa seule biologie ?


1 vote

Citation de PetiteCore #304685

Moi je rappelle seulement que la biologie est autant importante dans la définition de «homme» et «femme». A côté de ça, je reconnais complètement l'existence du genre social et tout ce qu'il implique (La culture du genre est assez agaçante d'ailleurs). Donc pour moi c'est un peu 50/50, je reconnais l'importance des 2.


0 vote

Citation de anamajob #304684

Je continuerai à donner mon avis autant qu'il le faudra, ce sujet est une conviction forte pour moi. Vous voulez me faire taire, faites le. Mais je n'ai jamais insulté personne, je n'ai jamais renié aux personnes trans le droit d'exister ou de vivre leur identité dans le genre qu'ils préfèrent.

Agnes Cerighelli non-plus, n'insulte personne, elle non-plus ne renie pas aux LGBT le droit de vivre comme il le veulent, elle aussi, exprime une conviction forte pour elle, elle aussi, dit qu'on veut la faire taire. Pour autant, ça n'empêche pas les propos d'Agnes Cerighelli d'être LGBTphobes, tout comme les tiens sont transphobes.

Toujours dans l'intérêt de la séreinité du débat, peut-être pourrait arrêter de jouer les victime comme Agnes ?

Ce qui me gêne énormément, c'est que vous voulez définir une femme ou un homme uniquement par le genre social.

Il ne s'agit en aucun cas de "remplacer" le sexe par le "genre", mais de recontextualiser leur place respective dans nos rapports aux autres. Ce n'est pas la même chose.


2 votes

Citation de PetiteCore #304687

Affirmer que les termes «homme» et «femme» ont plusieurs sens, l'un étant social, l'autre biologique, c'est transphobe ? Vraiment ?


0 vote

De quoi as-tu si peur, Anamajob ? J'aimerai sincèrement comprendre.


0 vote

Citation de PetiteCore #304689

Je ne veux simplement pas que l'homme et la femme soient réduits à l'aspect social et culturel du genre. Tout simplement. Si un jour ça arrive, oui ça me fait peur.


0 vote

Citation de anamajob #304688

Mon grand-père maternel était notoirement xénophobe, pourtant, si vous l'aviez qualifié de xénophobe, il aurait nié en prétextant qu'il n'avait rien contre les imigré-e-s, tant que ceux-çi restait à leur place (comprenez, dans un plan hiérarchiquement inférieur à celui des "vrais" français).

De la même manière, en voulant distinguer les femme (et les hommes aussi, je suppose) en fonction de leur biologie, tu crée une hiérarchisation des femmes entre les "vrais" femmes (biologique selon toi) et les autres, dont les trans. C'est donc clairement de la transphobie.


1 vote

Citation de anamajob #304690

Et donc tu veux les réduire à leur seule biologie ?

Sans biologie nous ne serions pas en vie, mais sans social, nous ne serions pas consciants. Entre la conscience et la vie, je n'ai pas très envie de choisir, les deux sont important.


0 vote

Citation de PetiteCore #304691

Je peux comprendre ton point de vue. Mais on ne peut pas complètement vider les termes «hommes» et «femmes» de leur composante biologique, ce serait terrible.

En effet je ne veux pas que «homme» et «femme» deviennent uniquement des valeurs sociales. Je n'ai pas l'impression d'être méchante en affirmant cela, sincèrement. Je n'ai pas l'impression que c'est un propos choquant.


0 vote

Citation de PetiteCore #304692

Non je ne veux pas les réduire à la seule biologie.

Je rappelle seulement que la biologie est autant importante dans la définition de «homme» et «femme», que le genre social. Comme je disais tout à l'heure : «pour moi c'est un peu 50/50, je reconnais l'importance des 2.»


0 vote

Citation de anamajob #304693

Et pourquoi pas si cela s'avère inexacte ? Car dans ce cas on aurait fu laisser dire qu'etre homo etait une maladie et laisser faire toutes ces barbaries qui aujourd'hui encore demeurent ?

L'homme et la femme. C'est toujours les memes rengaines que j'entends. Que dirais tu face a un homme trans ? Qu'il n'est pas homme s'il a un vagin ?

Il a juste un appareil reproducteur qui permet d'être féconder par une tierce personne ayant l'appareil reproducteur opposé.

Selon toi, on devrait donc réduire l'état d'un.e trans a sa capacité de mettre au monde ou non un nouveau né ?

Pourquoi ?

(j'essaie de voir ton point de vue car je ne le comprends pas... je reformule : pourquoi persister a vouloir associer le sexe au genre car c'est ce que tu souhaites préserver il me semble)


3 votes

Citation de Kamsii #304695

Si cela s'avère inexacte, je suivrai la science. Si un jour on nous dit que l'homme biologique et la femme biologique n'existent pas, ok.

Encore une fois je ne réduits pas tout au sexe biologique. Je reconnais aussi l'existence et l'importance écrasante du genre social dans nos sociétés. Donc je reconnais la transidentité, je reconnais le droit de vivre dans un autre genre.

C'est juste que je veux pas non plus réduire la définition de «homme» et «femme» au simple niveau social, en effaçant la composante biologique. Ce sont des mots qui ont 2 sens, pas juste un sens social.


0 vote


Le problème est en fait que la société a associée les notes Hommes et Femmes aux mots Mâle et Femelle qui eux sont exactes.

Les chromosomes et les hormones sont les seules choses de la vie qui différencient les individus entre eux. Ainsi, nous devrions TOUS parler d'un homme de sexe masculin/féminin et d'une femme de sexe masculin/féminin.

Ceci est en adéquation avec ce que dit la science bio.

Le physique n'a selon moi en revanche aucun rapport puisque beaucoup d'individus quoiqu'on dise, ne rentrent pas dans le moule (et je ne parle pas la uniquement de personnes trans).

Ainsi, si la société avait choisi d'inverser les "roles" et termes, la question de transidentitaire perdurerait.

Il est donc souhaitable de copier dautres civilisation sûrement beaucoup évoluée que la nôtre a ce niveau et qui ne reconnaissent que des personnes.


2 votes

Citation de Kamsii #304698

C'est une idée. Mais j'ai du mal avec les termes «femelle» et «mâle», trop animalisés à mon goût. C'est pour ça que je dit «homme et femme biologique». Mais sinon pourquoi pas.


0 vote

Citation de anamajob #304699

Mais l'humain est un animal...


0 vote

Anamajob, ce que tu dis n'a rien de choquant. C'est juste que tu as en face de toi des militantes.


0 vote

Citation de Kamsii #304700

C'est juste un manque d'habitude, si on avait l'habitude de dire «femelle» et «mâle» pour parler des humains, je trouverai ça sûrement normal.


1 vote

Utiliser les termes mâle et femelle évite pourtant les confusions. D'autre part, utiliser les termes femme et homme biologique sous-entend que les personnes intersexe et/ou trans ne le sont pas, ou moins. Nous ne sommes pas des androides, ni des OGM.

Pour ce qui est des physiques particuliers, on pourrait cité le cas de Rain Dove, personne assignée femme à le naissance et qui s'identifie comme capitaliste du genre.

https://en.wikipedia.org/wiki/Rain_Dove

https://assets.afcdn.com/story/20170711/1104036_w767h767c1cx326cy53.jpg


0 vote


Citation de Dimancche #304701

Parse que toi et Anamajob êtes neutres, objecti-f-ve-s, biensûr. 😂


0 vote

Citation de Dimancche #304701

Ne parle pas en mon nom stp car je ne suis en aucun cas militant.

Je suis trans FTM et elle parle donc a un trans qui lui explique sa vision des choses comme bon nombre de trans les vivent.

Jusque la elle est très diplomate et je suis ravi de partager avec elle nos idées diverses.


0 vote

Citation de Jade54 #304704

C'est intéressant, je prendrai le temps de creuser la question. Cette phrase en particulier explique pourquoi je suis assez «anti-genre» :

«On peut définir le genre comme un produit sociocognitif, lié aux idéologies relatives à la féminité et à la masculinité, participant elles-mêmes au maintien d’un ordre social donné.»


1 vote

C'est un aspect du genre. Comme je le disais hier, les étude de genre ont d'abord été pensées pour décrire le fonctionnement de la société patriarcale, la phrase n'a donc rien de surprenante.

Pour autant, en comprenant ce mécanisme on peut aussi l'utiliser à notre avantage.

Un autre article, peut-être plus clair :

https://effrontees.wordpress.com/2017/11/20/le-genre-outil-de-combat-du-patriarcat-par-leffrontee-elsa/


0 vote

Bon, je vais tenter une question, à laquelle je n'ai pas trouvé de réponse dans ces échanges récents, ni en demandant à des gens concernés.

J'espère ne pas réveiller les débats houleux, ma question est sincère. Je sais que les termes sont pas précis précis mais j'ai essayé de faire qu'ils soient pas ambigus.

Quand X, née avec des organes féminins, dit se sentir homme / être homme, qu'est-ce que ça veut dire, concrètement.

Parce que de tout ce que j'ai lu:

  • certains considèrent qu'avoir un vagin n'empêche pas d'être un homme, trans, non opé.

  • j'ai déjà vu des trans dire "je suis une femme" tout en ayant gardé barbe & caractères secondaires masculins

  • aimer le bleu, les voitures, la bière, les camions, c'est un stéréotype mais ça ne définit pas un genre

  • être sensible idem

  • les règles et l'enfantement, que ça soit lié ou pas, ça change de toute façon pas.

Donc au final: qu'est-ce qui manque à quelqu'un "née femme" qui dit être homme ? (je demande dans ce sens parce que les réponses me parleront plus en tant qu'homme, mais dans l'autre sens ça peut être instructif aussi)

J'ai hésité à la poser, l'ai déjà posée à quelqu'un sur yt qui avait pas su me répondre (et qui était concerné).


0 vote

Le topic a clairement été hijacké par des propos qui n'ont aucun rapport avec la question de base, mais c'était déjà le cas dans l'autre topic, et tout le monde s'est laissé avoir, surtout que c'est inintéressant, peu développé, fragmentaire et répétitif (je ne sais pas comment vous faites pour répéter les mêmes choses aux mêmes personnes et plusieurs fois de suite comme si c'était la chose la plus naturelle du monde, alors qu'à ce niveau de répétition c'est presque un bug de la matrice). Ca ne ressemble en rien à un débat ou une discussion en tout cas.

Néanmoins, pour ceux qui sont encore intéressés par avoir l'avis de personnes trans, parce que c'est un peu le sujet quand même, je vous recommande la lecture de "Nevada" d'Imogen Binnie, réflexion d'une femme transgenre qui se met en scène à travers un avatar fictif et rassemble ses réflexions sous la forme narrative d'un roman. C'est en anglais, pas de traduction française malheureusement, ça se lit facilement, et c'est assez intéressant, même si un peu dépressif par moments, mais ça reprend bien une bonne partie des problématiques et réflexions rencontrées lors d'une transition, et du regard et la façon de naviguer le monde aussi à différents moments du développement. Ca a le mérite de se lire facilement et comme un récit, et donc pas quelque chose de didactique.

J'ajouterais aussi que ce qui effraye très certainement certaines personnes sur ce topic et qui se plaisent à le parasiter, c'est la liberté que l'on prend lors d'une transition avec des concepts qu'elles pensaient bien définis et carrés, et qui les font donc douter et où toute remise en question de leurs certitudes les terrifient. C'est terrible tout de même de voir son monde ébranlé si facilement par l'existence de certaines personnes quand même, je trouve, et avoir ce genre de messages réactionnaires en boucle.

Par la transition, je suis sortie des cadres qu'on m'avait imposée par défaut à ma naissance et dans mon éducation, et je les ai redéfini pour moi-même, de la façon avec laquelle j'étais vraiment confortable. Ca a pris du temps, de la réflexion, de l'énergie et du courage, et je suis loin d'avoir terminé et je me refuse à être remise dans des cases auxquels je n'appartiens pas et dans lesquels je ne me reconnais pas, comme le voudraient des personnes comme Anamajob.

Mon refus de plier face à certaines règles arbitraires et fragmentaires froissent de toute évidence certain.es à rebrousse-poils, tant pis, ce n'est pas mon problème. Mon existence en soi n'a aucun impact sur la vie de Anamajob et tous les gens comme elles, et pourtant qui se permettent tout de même de tenter de m'imposer une façon de me percevoir moi-même.


4 votes

Citation de Therru #304716

Tu penses que j'ai quelque chose contre toi, c'est faux. J'ai quelque chose contre la définition que certains donnent à «homme» et «femme». Comme tu le dit, je l'ai suffisamment répété en boucle, donc je pensais avoir été clair... Bref au final je suis complètement d'accord avec le commentaire de Kamsii.


0 vote

Trés belle intervention Therru.

Je vais tenter de répondre a notre ami Synoo.

Je vais parler en fonction de ma propre sensibilité, puisque tout compte fait il y a la loi (l'identité) puis pour le reste il y a la perception personnelle que chacun peut en avoir. Pour ma part, c'est la prise d'hormones (alliée bien sur à l'attitude et l'accoutrement), qui me permet de considérer le genre ( et par là-meme le sexe, meme si je n'ai pas regardé dans le pantalon de la personne). Ce paramètre me suffit. Et un ou une androgyne, qui aurait toute l'apparence d'un certain genre sans avoir eu besoin de prise d'hormone, cela me suffirait aussi. Donc de fait, je m'en tiens à l'apparence. ( Ce qui ne signifie pas que cette personne pourra, en france, obtenir l'identité qu'elle souhaite..)


0 vote

Citation de Synoo #304714

Pas sûre du tout de ce que tu demandes.

Je vais juste t'assurer d'une chose. Si le corps médical et la société était bienveillante envers les personnes transgenres et qu'on pouvait facilement transitionner sans tous les obstacles mis en place et qu'on avait plus d'information dès le plus jeune âge, je t'assure que tous les hommes et les femmes transgenres ou presque iraient jusqu'au bout de leur parcours et le feraient plus tôt.

Malheureusement, il y a des psys et des médecins transphobes aussi, et qui te décourageront ou qui te mettront trop d'obstacles face à certaines chirgurgies. La société, c'est aussi le corps médical.

La femme trans qui avait de la barbe, peut-être qu'elle n'avait pas les moyens de se payer des séances d'épilation définitive, ou qu'elle était au tout début mais qu'elle allait entamer les procédures, mais qu'elle se définissait déjà clairement dans sa tête. Pareil pour l'homme trans, qui n'avait peut-être pas les moyens ou qui avaient peur de la chirurgie (c'est possible aussi).

Je ne comprends rien à tes autres points (camions, sensibilité, procréation).

qu'est-ce qui manque à quelqu'un "née femme" qui dit être homme ?

De la testostérone, une phalloplastie pour son pénis et une mastectomie pour les seins.

Pour les femmes trans, de l'oestrogène et des bloqueurs de testostérones, une vaginoplastie pour le vagin et éventuellement une augmentation mammaire si elles ne sont pas satisfaites par les effets des hormones sur la poitrine.

C'est peut-être difficile à concevoir, mais oui, ce sont des manques et des trop qu'on ressent, et que l'on souhaite corriger.

Ca veut bien dire ce que ça veut dire, qu'on ressent un déséquilibre clairement marqué et présent, et qu'on cherche à le mettre en adéquation avec qui nous sommes.

Je me suis déjà sentie mal/pleuré quelque fois en pensant que je ne pourrai pas tomber enceinte, par exemple.

Je crois que ça répond à ta question, sinon je ne sais pas ce que tu cherches.


1 vote

Citation de Therru #304722

Merci.

Je pense que tu réponds en effet. A force de lire qu'être homme ce n'était pas avoir un pénis (et vice versa), je pensais que ce n'était pas cette partie d'"être homme" qui était recherchée, sans forcément me dire que c'était surtout dû aux obstacles rencontrés (ou à la peur du résultat, à ce qu'on m'a dit pour la phalloplastie).

Et curieusement, c'est l'explication la plus simple à comprendre à laquelle je pouvais m'attendre.

(la personne qui avait de la barbe ne savait pas me répondre sur sa vision d'"être femme", mais pour la barbe j'avais une réponse, apparemment il fallait laisser pousser pour l'épilation définitive. c'était confusant cependant de voir quelqu'un de barbu dire "je suis chanteuse")

Donc merci.


0 vote


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit

Rejoindre BeTolerant