Aide Homosexualité acquise ou innée ?


Anonyme
Publiée le 04/07/2019 à 07:41

Bonjour, alors je sais que je rentre dans un long débat en posant cette question qui a retourné pas mal d'esprit mais j'ai besoin d'une réponse.

Quand on parle un peu aux homos autour de soi on se rend vite compte qu'ils le savaient depuis longtemps inconsciemment. Ce n'est qu'avec le recul qu'ils ont pu interpréter certains signes qui ne trompaient pas.

Le problème c'est que de mon côté j'ai beau essayer, impossible de retrouver une simple trace de quelconques signes.

Pourtant actuellement je dirais que je suis en train de m'orienter vers la voie de l'homo érotisme. Et ce qui m'ennui c'est que j'ai le sentiment vraiment profond que je ne me serais jamais orienté par là sans certains evenements déterminants dans ma vie.

Je ne vais pas rentrer dans les détails mais il faut savoir que j'ai été Extrêmement influençable et plusieurs personnes me croyaient gay vers mes 16 ans.

Pourtant je n'avais Jamais eu aucun signe de cela. Mais le fait que même mon meilleur amis pense que je sois gay m'a complètement chamboulé.

A l'époque je n'étais pas à l'aise avec ça donc j'ai enfoui la chose. J'ai eu des relations satisfaisantes avec des filles mais ce doute me rattrapait toujours :Suis-je gay ?

Et c'est ainsi que je me suis mis à regarder des garçons dans les rues, dans ma classe, partout, tout simplement pour savoir si cela me faisait quelque chose. Sans jamais que cela vienne de moi enfait...

En soit c'est juste le récit de l'ado qui se cherche mais le problème c'est que j'ai poussé les doutes un peu trop loins.

Car, persuadé de pas être assez objectif dans ma reflexion car socialement il est plus simple d'être hetero. Je ne voulais absolument pas me mentir à moi même.

J'ai donc cultivé cet homo érotisme. C'est vraiment le sentiment que j'ai. Je me forçais à imaginer des situations homosexuelles pour voir leurs effets sur moi. Tout en ayant à côté des très fortes attirances pour les femmes.

J'ai eu de nombreuses relations avec des femmes, des rapports que j'ai adoré.

Le fait est que ce problème me rattrape aujourd'hui encore car je ressens une grande baisse de désir pour les femmes, notamment puisqu'avec elle maintenant, et à cause des doutes, passer une nuit avec elle n'est plus que stress et angoisse.

Et en revanche dans l'autre sens le désir augmente, les fantasmes homos se font plus nombreux etc etc..

Bref j'ai du mal à accepter tout ça, car je vis ma baisse de désir envers les femmes comme une véritable perte. Ça me détruit de voir des femmes dans la rue qui m'auraient fais tourné la tête il y a peu. Et qui maintenant ne font que monter en moi une boule de stress.

Je pense vraiment être assez mature pour pouvoir accepter une homosexualité, mais Plus j'accepte ce côté homo plus je reviens vers celui hetero. (difficile de mettre un mot sur ce sentiment)

Ça me bouffe de perdre l'attirance que j'avais pour les femmes, car elle était réellement très très forte et très plaisante.

Je me suis maintenant approprié celle que j'ai pour les hommes mais ça été difficile de ne plus la refouler.

Et le pire sentiment dans tout ça c'est que j'ai l'impression maintenant que je suis en train d'accepter une orientation qui ne me correspond pas, qui ne serait jamais apparu sans le regard des autres.

OU ALORS je suis encore plus loin dans le déni/l'innaceptation

Voilà le genre de débat intérieur qui peut se passer dans ma tête et je voulais donc savoir si il y avait des cas comme le mien, des gens qui ont "acquis" cette orientation, et comment ils l'ont vécu.


Mimosa
Publiée le 04/07/2019 à 10:06 - modifié par mimoza le 04/07/2019 - 12:25:37

Salut Anonyme.

Dommage que tu ne nous aies pas donné ton age. J'ai été dans les memes conflits interieurs que toi. Comme toi, j'entendais les mots de PD revenir à l'adolescence alors que ça ne m'éfleurait pas à l'époque. C'était des mots trés blessants et perturbants. Et comme toi cela a bien compliqué mes rapports hétéro et m'a poussé à consommer des rapports homos en me faisant violence.

Bref, il se peut que l'on soient un peu limite en terme de virilité, ou plutot que l'on ait une sensibilité féminine un poil trop développée. Cela suffit pour etre rangé chez les PD lorsque l'on est ado.

Ensuite, comme toi, j'ai quand meme été troublé par les sexes males, tout en étant perturbé par mon trouble. Et comme je me fermais à la dimension interieure des hommes, les rapports me semblaient somme toute assez pauvres ou plats. Par contre, j'étais toujours séduit et aimanté par la féminité, tout en ayant un peu peur des femmes.

Pour en revenir au sujet (inné ou acquis), C'est une question qui m'a toujours taraudée. Je dirais que le dosage de féminité et de masculinité propre à chaque individu est évidement inné. A partir de là, la façon de se situer par rapport aux deux sexes est acquise au fil de l'adolescence. Et elle est largement influencée par la société, l'entourage et les coutumes et moeurs de son pays.

Donc je répondrais que la sexualité est acquise et que la propension à l'homosexualité est innée.

Merci d'avoir enfin lancé un sujet qui m'interresse. S'il y a des homos qui s'estiment trés virils ou des lesbiennes qui s'estiment tout à fait féminines, cela m'interresserait bien d'avoir leur avis sur cette question inné/acquis, ainsi que les raisons qui, a leur sens, les ont amenés à etre homosexuels.

LouRrr
Publiée le 04/07/2019 à 11:19

Salut Anonyme.

Jusqu'a mes 18-19 ans je n'avais été franchement attiré que par des femmes (ou plutot filles à l'époque). Puis j'ai été puissament attiré par un gars que je commencais à considérer comme mon meilleur ami. Ma situation est similaire à la tienne en ce que retrospectivemet avant cette attirance les "signes avant courreurs" était bien trop minimes au regard des fantasmes que je nourrissais à l'égard des filles pour etre vraiment des "signes avant coureurs" (il s'agissait par exemple d'un rève hérotique homo mème pas satisfaisant... à coté d'une dizaine de rèves hérotiques hétéros bien plus satisfaisant à l'époque).

Bref à partir de mes 21 ans j'ai commencé à passer du fantasmé au concret et j'ai eu des rapports avec les deux sexes, et au final de ce que j'ai vécu la qualité d'une relation pour moi dépend plus de la personne que de son sexe. Si j'en suis la logique cela fait de moi un bisexuel. Mais je dois avouer que le doute planne toujours quand à l'innée ou l'acquis de cette séxualité, des fois je me suis dis que que si j'avais été plus rapides à séduire des filles (quand je n'etais attiré que par elles) je n'aurais jamais découvert mon attirance pour les hommes qui ne serait resté qu'une potentialité (il y aurait donc sexualité acquise et potentialité innée), des fois je me suis dis que de toute manière je n'aurais pas pu ne pas tomber amoureux de ce gars, des fois je me suis dis que ma "lenteur" avec les filles était déja un signe avant coureur et qu'au fond je dois ètre homosexuel (sauf que maintenant que je sais que le sexe avec une fille peut me plaire bah c'est plus dure de m'auto-convaincre que je suis strictement homo), des fois je... Enfin bref je me pose des questions sur l'innée ou l'acquis de ma sexualité et je n'ai toujours pas trouvé de réponse.

Mais de toute facon ce sont des questions que je me pose de moins en moins parce qu'au final j'ai l'impression qu'elles sont assez stériles. En effet mème si je trouvais la réponse je ne suis pas du tout sur que cela changerait quelque chose à ce que je ressens maintenant (une attirance pour les deux).

(PS: du coup la question que je me pose plus que l'innée ou l'acquis en ce moment c'est: l'orientation sexuelle est elle une attirance (dans ce cas je suis bi) ou une préference (dans ce cas je sais pas trop encore)? mais peut ètre ferais je un forum à part pour ce questionnement).

Anonyme
Publiée le 04/07/2019 à 11:23

Salut mimoza,

Je suis encore tout jeune, j'ai 21 ans et encore toute la vie devant moi pour douter. rire nerveux

J'aime bien ta pensée, après je pense que le terme virilité n'est pas forcément le plus approprié dans ce contexte puisque c'est assez subjectif. Je dirais que n'importe qui peut devenir viril finalement.

Je pense qu'il faut bien distinguer comportement sexuel et orientation sexuelle aussi. Ainsi en allant dans ton sens, les comportements seraient une affaire de société et seraient acquis et l'orientation quant à elle serait inné.

C'est très difficile de se positionner quand on pense que le facteur génétique entre aussi en jeu.

Au final on a 3 facteurs je pense, le génétique, l'inné (plus en rapport avec la petite enfance sinon je ne vois pas ce que c'est très honnêtement ^^) , et l'acquis.

Mais ces notions sont toutes archaïques, du moins les deux dernières.

Freud s'est beaucoup penché sur l'inné avec la dimension du complexe d'oeudipe mal résolu et un père pas assez présent. Même si ses theories ont maintenant été nuancée voire démenties il y a quand même une part de vrai la dedans.

Pour ce qui est de la propension à l'homosexualité pour moi c'est à ranger dans la catégorie "comportements" et je pense c'est une affaire d'ouverture d'esprit avant tout car j'aime à croire que toute personne a une part de bisexualité.

Anonyme
Publiée le 04/07/2019 à 11:32

Salut LouRr,

Il est vrai que ces questions sont assez stériles comparés aux complexités des relations et de l'être humain et ne risque pas vraiment d'aider.

Pour ce qui est de ta question attirance/préférence je pense que ce serait intéressant d'ouvrir un topic dessus, il y a pas mal de chose à dire là dessus ?

LouRrr
Publiée le 04/07/2019 à 12:40

Ouep, je m'en vais l'ouvrir de ce pas.

Avec un autre topic en bonus hihi

Membre anonyme
Publiée le 04/07/2019 à 12:55

Innée.

LouRrr
Publiée le 04/07/2019 à 12:56

Dimanche,

Explique.

Mimosa
Publiée le 04/07/2019 à 13:23

Petite précision sur l'inné/acquis car ça semble confus dans ton esprit :

Inné : avant la naissance ( génétique plus vie intra-utérine)

Acquis : aprés la naissance ( dès l'instant ou notre tete est sortie du vagin, emotionné déjà par ce premier frottement, lol)

Membre anonyme
Publiée le 04/07/2019 à 13:24

Expliquer quoi ? L'orientation n'est pas une construction, c'est de l'ordre de l'innée. Après je sais pas pour les bisexuels, tout est compliqué chez eux.

Membre anonyme
Publiée le 04/07/2019 à 13:25

Pourquoi ça serait différent chez les bisexuels ?

Mimosa
Publiée le 04/07/2019 à 13:25

Point de vue interressant Dimanche, bien que trés (ou trop??) catégorique!

Mimosa
Publiée le 04/07/2019 à 13:28

Chez les bisexuels, La donne innée pourrait trés bien etre faussée par la donne acquise justement...

Membre anonyme
Publiée le 04/07/2019 à 13:30

Càd ?

Mimosa
Publiée le 04/07/2019 à 13:31

Comme chez certains homos, la donne inée (hétéro) pourrait dans certains cas ( mere extremement castratrice par ex) etre faussée par la donne acquise.

Mimosa
Publiée le 04/07/2019 à 13:34 - modifié par mimoza le 04/07/2019 - 13:34:52

cad que des enfants naissants homo (inné) deviennent en partie hétero par l'acquis ( société, famille, education, etc...)

Membre anonyme
Publiée le 04/07/2019 à 13:35

Quel rapport avec les bis ?

Membre anonyme
Publiée le 04/07/2019 à 13:36

Ils peuvent très bien l'être de manière innée aussi

Mimosa
Publiée le 04/07/2019 à 13:39

Rapport avec les bi?

C'est clair. Relis le post précedent. Ils développent la capacité à etre à la fois homos et héteros.

Membre anonyme
Publiée le 04/07/2019 à 13:41

Ote moi d'un énorme doute: tu sais ce que c'est qu'être bi ?

Mimosa
Publiée le 04/07/2019 à 13:42

Possible. Mais j'en doute un peu. Je pense que chacun echafaude ses théories en fonction de son ressenti personnel. Donc si tu penses que l'on peut naitre bisexuel, ma foi... pourquoi ne pas l'envisager.

Mimosa
Publiée le 04/07/2019 à 13:43

Il y a multe forme de bisexualité je suppose.

Membre anonyme
Publiée le 04/07/2019 à 13:44

Tu est vraiment étrange.

Mimosa
Publiée le 04/07/2019 à 13:44

La tienne est peut-etre bien differente de la mienne.

Mimosa
Publiée le 04/07/2019 à 13:45

lol. Pourquoi serais-je plus étrange que toi?

Membre anonyme
Publiée le 04/07/2019 à 13:45

J'ai l'impression que tu reprends en fait toutes le théories biphobes, homophobes... Ça revient a dire que c'est soit une construction sociale, soit un choix. Très surprenant.

Mimosa
Publiée le 04/07/2019 à 13:49

Nous avons tous une sexualité differente et qui nous est propre. Le terme "d'étrange" est un peu inaproprié. Si l'on pouvait voir le fonctionnement de chaque individu, on serait tous bien surpris je pense...

Membre anonyme
Publiée le 04/07/2019 à 13:49

Mimoza, j'ai constaté que tu faisais très souvent référence à l'enfance et au rapport avec papa et maman pour expliquer pourquoi tu préfères le rouge au lieu du bleu, pourquoi tu es plutôt du matin que du soir, pourquoi tu préfères le sucré au salé.

Tu es trop tourné vers le passé !

Mimosa
Publiée le 04/07/2019 à 13:51

Ce n'est pas un choix en tout cas. Par contre, une construction sociale, probablement. ( avis perso)

Membre anonyme
Publiée le 04/07/2019 à 13:51

De là à reprendre les idées pas très futees des homophobes y a un fosse... Ok chaque sexualité peut être perçue différemment mais quand même.


  S'inscrire pour participer au sujet