L'application est disponible sur Android en cliquant ci-dessous.


Non , cette fois ça n'a rien à voir avec un oubli ...

Place aux débats - 17/05/2019 à 01:00 - 12 Participations

Non , cette fois ça n'a rien à voir avec un oubli ...

Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Je tardais juste par pudeur , à poster ce sujet . Pourtant , il n'y a qu'en ouvrant la parole que beaucoup s'en sentiront mieux . On tourne encore et virevolte beaucoup autour de ce sujet toujours tabou . Je ne sais pas si c'est un sujet dont il faut "débattre" . Je crois plus à une possibilité donnée de dire , même anonymement . Le contenu du doc' est suffisamment explicite sur la difficulté à dire l'innommable . Pourtant , je crois à la nécessité de prendre les devants , comme une main tendue , pour que chacun(e) puisse en parler ... ENFANCE VOLÉE, CHRONIQUE D´UN DÉNI

*" La société Française a totalement changé son regard sur le problème des violences sexuelles sur mineurs, en à peine un demi-siècle.

C´est seulement depuis un siècle qu´on parle clairement d'agressions sexuelles sur les enfants, même si ce n´est pas un fait nouveau. Véritable baromètre des moeurs, les réactions de la société civile au crime sexuel sur mineur esquissent l´histoire morale, politique et culturelle de ce problème majeur, et d´une si longue indifférence à son égard, aux dépens des victimes. Le film entend retracer l´histoire de ce tabou avec l´aide ponctuelle d´historiens, psychiatres, magistrats, politiques, l´utilisation d´archives, mais surtout en donnant une large place aux témoignages de personnes de différentes générations ayant vécu ces agressions."*

http://www.lcp.fr/emissions/288920-enfance-volee-chronique-dun-deni


0 vote

Merci pour ce reportage que j'avais déjà visionné avec effroi et interret. L'enfant n'était pas considéré comme une personne à part entière! C'est hallucinant de voir que c'est si proche, et qu'ils parlent d'une époque qui correspond à notre enfance!

La mémoire traumatique, cela me parle indiciblement. L'histoire de la boite noire enfouie quelquepart, et composée d'un mélange de soi et des violences de l'autre en meme temps... et qui déteint sur le quotidien de façon désordonnée, imprévisible, incohérente, incompréhensible. On recherche alors inconsciement la dissociation en nous-meme, mais qui ne fait que nous détruire et nous perdre un peu plus.

Il y a aussi l'aspect psychologique. Lorsque l'on est complètement chosifié durant l'enfance, on devient une pate à modeler dans laquelle l'adulte peut y insérer tout ce qu'il veut. Un long chemin ensuite est à parcourir pour retrouver son identité propre.

Je tombe souvent des nues en constatant l'évolution parcourue depuis les années 70 en France. Heureusement, je crois que les sociétés vont toujours vers le mieux, n'en déplaise aux réac qui parlent toujours de décadence.


0 vote

Il n'y a pas vraiment de statistiques mais plutôt des estimations à la louche, dans le passé la moitié des gens, surtout des filles mais aussi des gars, avaient été inquiétés par des expériences inappropriées à leur âge. Le tabou de ses conséquences avait certe une responsabilité, mais aussi le tabou de ses causes. Aujourd'hui des tas de pays du sud sont encore dans cette double situation. Pour autant il y a encore des tas de pays du nord qui n'ont pas avancé sur la prévention des causes, ou qui ne savent y apporter qu'une réponse judiciaire dont on sait qu'elle n'est jamais suffisante même si elle est nécessaire. Pire, le conservatisme patriarcal sexuellement frustré propice à cette situation reste extrêmement combatif, même si ce n'est pas son but évidemment mais un dommage collatéral. Cela risque donc de rester un sujet d'actualité, même s'il s'est vraisemblablement amélioré ces dernières décénies.


0 vote

ça risque de rester un sujet d'autant plus d'actualité (là je parle pour notre pays) que la justice est en voie de banaliser ces agression en rabaissant l'age légale du consentemant sexuel. la honte !!!


0 vote

Salut Lindos.

Si je puis me permettre, je trouve ton commentaire trés flou.

Il s'agit simplement du droit de l'enfant à préserver son intégrité physique. Les tabous ne servent qu'à servir les adultes dans la satisfaction de leur sexualité. De tout temps les sociétés ont cherché à mettre des barrières dans ce domaine et je ne suis pas sur que les pays du sud soient plus exposés à l'inceste. La majorité sexuelle y est certes beaucoup plus précoce. Il y a aussi nombre de pays qui pratique le marriage forcé avec des enfants. De toute façon le monde est bien vaste, et je préfère parler de ce que je connais, c"est -à- dire les pays du nord. Et le reportage montre clairement l'avancée que nous avons fait ( en tout cas en France) en l'espace d'une trentaine d'années. Il y a certes encore à faire, en terme de prévention en particulier.


0 vote

et pour une fois, la législation a suivi l'évolution de la société en augmentant de façon drastique les délais de prescription


0 vote

Citation de kitsune #299714

Nouvelle surprenante, et probablement fausse ?

.

Mimoza,

"je ne suis pas sur que les pays du sud soient plus exposés à l'inceste. La majorité sexuelle y est certes beaucoup plus précoce. Il y a aussi nombre de pays qui pratique le marriage forcé avec des enfants."

Je ne pensais pas aux mariages forcés dans les limites de l'âge de nubilité, puisque cela se fait au su et au vu de la société. Pour autant c'est aussi un sujet en effet, tout ce qui est légal n'est pas nécessairement approprié aux personnes. En générale c'est plutôt approprié aux besoins de la société, ou en tout cas à ses besoins passés restés une tradition.

Non, pour les conséquences je pointe le tabou de ce qui dérange l'ordre établit de la société. Et pour les causes tout simplement la connaissance du droit, le sens des responsabilités, la connaissance des conséquences des violences, théorique mais aussi pratique, toutes choses que les gens sont sensés connaitre mais dont la connaissance et l'appropriation sont très aléatoires. Ainsi que la prévention des dérives et de leurs causes, et pas seulement leur punition et la protection des mineurs. Comme toute prévention c'est inévitablement du lourd et du cher, mais faut aussi savoir ce qu'on veut.


0 vote

Meilleure réponse

Citation de Effix #299717

Ce qui n'est encore pas suffisant . Les crimes sur enfants devraient être imprescriptibles . M'enfin tant que les viols seront moins punis qu'un braquage , le chemin à parcourir , pour que l'humain devienne plus important que les biens , reste long ...


1 vote

J´ai commencé le reportage et je suis profondément choquée de voir qu´ en 1968 c´était presque accepté les relations avec mineurs ou ses propres enfants. Jusqu´à ce que les féministes interviennent et les victimes de violences.

C´est tout simplement effroyable.

" Un amour heureux avec ma fille de 13 ans .. ": non mais je vais vomir là.

Merci Jeanne pour le partage.


0 vote

Citation de Jeanne00 #299787

là tu poses deux problèmes :

soit durcir la législation en vigueur (le retour des peines plancher de l'ère Sarko ? et quid de l'individualisation de la sanction ?)

soit modifier les mentalités, car les arrêts de cours d'assises sont rendus par des jurés populaires tirés au sort, et 3 juges professionnels...

vaste sujet...


0 vote

Rendre imprescripibles les crimes commis sur des enfants ne fera que renforcer la punition pour ceux commis sur les personnes (hommes ou femmes) .

Quand la punition est définie par la loi , les jurés s'y tiennent . Le changement/la modification d'une loi est souvent nécessaire à une évolution des mentalités . Sans interdit ou non application des lois déjà en cours , on ne peut qu'assister impuissants/tes à des dérives telles que celle qui n'a pas donné gain de cause à une gamine de 11 ans , il y a peu . L'effet de sidération est bien réel . Qu'on puisse ne pas en avoir tenu compte dans ce procès me hérisse , et plus que ça . Quant à l'abaissement de la majorité sexuelle , j'avoue ne plus bien comprendre où se situe l'enfance de l'adolescence . Les exceptions doivent-elles devenir des généralités ?


0 vote

Le manque de réaction de macron sur un tel sujet me laisse ... comment dire ... songeuse .


0 vote


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit

Rejoindre BeTolerant