Rejoindre BeTolerant

Forums LGBT+
Place aux débats
Fatigué de chercher ma moitié...

Fatigué de chercher ma moitié...

Brenan
Homme de 25 ans
Tourlaville
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Avez vous déjà ressenti ce sentiment d'être las de chercher quelqu'un au point de vouloir complètement cesser et rester seul !? Je me retrouve actuellement dans cette position, je perds patience et je suis fatigué des réponses négatives (quand y en a) ou des vents...


Shalala
Homme de 19 ans
Paris

15 remerciements

Tu devrais t'accorder une pause dans ta recherche, passer du temps sur autre chose. Quand ça ne va pas, il vaut mieux se changer les idées et prendre son mal en patience. Courage !


Orichalque31
Homme de 39 ans
Toulouse

Oui, l'envie de retourner au fond de sa caverne après avoir été éconduit une fois de trop (que ce soit sur le web ou après une rencontre...)

Entre dépit et déception... Mais il faut pouvoir la supporter cette solitude, parfois (très) pesante.

L'apprivoiser, à certains moments parvenir à l'apprécier même, ce n'est pas la même chose que bien la vivre...


Brenan
Homme de 25 ans
Tourlaville

Ayant été seul tout ma vie, la solitude je connais. Et oui je suis d'accord on peut seulement l'apprivoiser. Même si comme tout le monde j'aimerais construire un futur commun avec quelqu'un.

Au final ne dit on pas qu'il vaut mieux être seul que mal accompagné...


Orichalque31
Homme de 39 ans
Toulouse

Certes, mais pas accompagné du tout, c'est à peine "moins pire" lol!

Pour certaines personnes, dont je fais partie, le manque de l'Autre, le manque d'un autre, c'est difficile de passer une journée sans y penser...


Hypentropie
Homme de 29 ans
Montrouge

2 remerciements

Je pense qu'on est beaucoup dans le même cas que toi, Brenan !

C'est sûr que la solitude pèse, mais je pense qu'il ne faut pas faire de la recherche de sa moitié un objectif de survie. Le terme « ma moitié, » c'est joli, mais pour moi ça fait un peu « tant que je ne l'ai pas trouvée, je suis un demi-humain, » alors que pas du tout ! Si tu perds patience, si tu es fatigué, prend un peu de recul et fait une pause, comme dit Shalala. N'oublie pas de vivre pour toi et de prendre soin de toi/te faire plaisir.


Lesdixgagas
Femme de 26 ans
Paris

3 remerciements

ne te fais pas d'illusions avoir une relation peut aussi être un casse tête ...


Faith141
Homme de 43 ans
paris

Salut, @lessivage, c'est vrai.

Mais c'est tellement magique d'être amoureux.


Destati
Homme de 27 ans
Mulhouse

Salut Brenan, je comprends ce que tu peux ressentir. J'utilise également le terme de moitié, ça a une signification très forte pour moi aussi.

Malgré ça, je peux également te recommander comme mon voisin du dessus de ne pas en faire un objectif de survie. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons. De mon point de vue (qui rejoint à nouveau celui d'Hypentropie, il faut être bien avec soi-même pour être bien avec les autres. S'occuper de soi en fait partie. La réelle clé du bonheur est en nous. Ce n'est qu'ensuite que l'on peut agrandir et partager ce bonheur avec quelqu'un pour avoir un plus grand. Cela ne signifie pas qu'il faut être égoïste ou égocentrique, mais qu'avant d'être bien avec quelqu'un, il faut être bien avec soi-même.

Ne sois pas défaitiste. =) Courage et fais-toi confiance. Les choses se font parfois avec + d'instinct que l'on peut croire.


Romangel
Homme de 33 ans
Var

J'ai souvent eu ce sentiment aussi et il m'habite encore parfois.

Pourtant, il ne faudrait. Y croire ça reste la meilleure option pour tomber dessus.

Il ne faut pas penser que l'on mérite de finir seul. Personne n'est fait pour ça! L'homme est u animal politique, il a besoin des autres.

Si tu as ce sentiment, c'est que tu es sélectif dans tes rencontres, moi aussi je le suis, et indirectement ça isole.

Ou alors t'es aussi chiant que moi et personne ne peut te supporter XD


Brenan
Homme de 25 ans
Tourlaville

Vous avez probablement tous raison ! Je vais prendre du recul et penser seulement à moi. Essayer de trouver cet équilibre qui m'aidera ensuite à avancer.

Romangel je suis exactement comme toi, attachiant, mdr, et effectivement j'ai des critères définis, cependant je marche aussi au feeling donc je peux éventuellement passer outre.

En tout cas merci à tous d'avoir pris le temps de répondre, c'est très sympa !


Romangel
Homme de 33 ans
Var

de rien :-)


LORANLAO
Homme de 45 ans
Paris

4 remerciements

Récemment je discutais avec un gars qui lui aussi cherche désespérément sa moitié, il me disait ne pas pouvoir vivre avec un chauve, un crane rasé, une calvitie, un cheveux long, un qui porte des tee shirt, qui ne porte pas de slim, les plus de 5 ans que lui, les moins de 5 ans que lui, les totalement imberbe, les trop poilu, un plus grand que lui, un mieux montés que lui, un qui ne lis pas de manga, qui ne regarde pas de séries, un moins de 40 k€ par ans, un qui fait des fautes d'orthographe, un moins de bac + 4 , un qui porte une bague au pouce a l'index ou à l'auriculaire, un qui a une houppette sur la tete, un moustachu, un qui ne porte pas de barbe, un qui à des poil sur le bout des orteils, un actif ou un passif exclusif, un qui est à plus de 5 kilomètres de chez lui, un efféminé, une diva, un mono sourcil, un blond, un roux, un qui ...

J'ai trouvé ce gars bien trop exclusif.

Il est parti, j'ai rigolé, pas par moquerie mais parce que moi aussi j"avais commencé ma litanie.


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Salut Brenan et salut à tous,

Ah... La recherche de la moitié ! :) Un letimotiv' pour certains, une condition de vie pour d'autres et... un "outil" anti-solitude pour d'autres encore. Il n'y a qu'à lire mon "tableau clinique" pour voir dans lequel de ces trois cas de figure je me situe et donc à quel point je pense pouvoir comprendre ta quêt, cher Brenan.

Néanmoins, je suis d'accord avec ce qu'a dit Destati. Avec le temps, j'ai fini par ressentir qu'il y avait peut-être moins d'ironie à ne pas trouver sa moitié quand on la cherche qu'il n'y parait. Si le paradoxe de rester seul quand on se sent pourtant prêt à s'ouvrir à quelqu'un est incontestable et évident, le fait que cette route te conduise à être seul à ce moment précis de ta vie n'est peut-être pas sans but. 25 ans de vie célibataire si j'ai bien compris (tu m'as battu de trois ans ! :p), donc certaines questions demeurent.

Certaines de ces questions concernent ta condition de célibataire, bien évidemment, mais je ne suis pas sûr que tu y trouves quelque réponse que se soit à te pencher encore sur ces questions là. Tu as déjà dû retourner le chmilblic dans tous les sens pour savoir ce que tu sais aujourd'hui donc je ne crois pas utile de t'y arrêter encore. Mais d'autres questions, qui interrogent le sens que tu accordes à trouver ta moitié, sont sûrement beaucoup plus intéressantes à poser. Après, c'est le jeu de l'honnêteté avec toi-même, libre à toi d'y jouer ou non. Mais je gage que t'interroger profondément sur ce que représente à tes yeux de trouver ta moitié t'apportera sûrement de quoi mieux vivre et ton célibat et cet élan de vie.

Du coup, je te pose la question : Outre l'évidence de te sentir bien et heureux, que pourrait bien représenter pour toi de rencontrer ta moitié ? Comment cela changerait-il ta vie, hormi dans le fait que tu ne sois plus célibataire ? (Et s'il y en a pour penser que la question est idiote et vide de sens c'est qu'ils/elles n'ont peut-être pas tellement creusé la question. Cette dernière est plus que sensée.)

Voilà, le recul que je te recommande de prendre. Et tu y verras plus claire, je te l'assure. ;)

Bon courage à toi et à toutes les personnes qui traversent la même chose.


MargauxLFP
Femme de 32 ans
Calais 62100

4 remerciements

pas facile tous ça mais faut jamais abandonné


Destati
Homme de 27 ans
Mulhouse

Voilà, je pense qu'Ayinn a plus ou moins résumé ce que je voulais te dire Brenan. Le fait de se questionner et de cerner soi-même vis-à-vis de ses attentes et de ses désirs.

Courage l'ami, courage Ayinn, courage à tous !


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Ah ah ah, c'est toi, Destati, qui a très bien résumé mon point de vue ! :p Quand je lis ton commentaire, il me semble plus clair et concis que mes longues tirades. Moi, j'ai essayé de développer. :p

Merci à toi et à tous les autres également. ;)

N'hésite pas à me dire si mon bla bla est clair ou non Brenan (ou d'autres). Je vais souvent assez loin dans mes réflexions, en général, mais... ici l'intérêt n'est pas tant que je me comprenne que celui que je me fasse bien comprendre. :p


Brenan
Homme de 25 ans
Tourlaville

Ne vous inquiétez pas les enfants, je vous ai reçu 5 sur 5 ! ;)

Et j'en profite pour remercier une nouvelle fois tout le monde pour leur participation !

J'ai bien pris note et vais appliquer vos recommandations et me poser les bonnes questions :)


Destati
Homme de 27 ans
Mulhouse

Ayinn, tu as très bien développé si je puis me permettre. Qui plus est, je trouve que ton intervention contient plus de matière à la réflexion. ;)

Haut les coeurs (sans haut-le-coeur) !


GrillePain
Femme de 26 ans
Toulouse

Y'a chercher activement, ce qui doit être extremement chronophage et nourrir beaucoup de désillusions, et "flaner", c'est à dire faire des rencontres (parfois indirectement) où le fait qu'il se passe quelques chose à un moment donné est probable, mais que c'est pas le but premier des activités que tu fais.. du coup tu ne peux pas avoir l'impression d'avoir perdu ton temps lorsque tu as pleinement profité de tes activités, sorties à 2 ou plus etc, ni déçu que cette belle rencontre soit d'avantage faite pour être un(e) pote qu'une histoire d'amour (par exemple).

Sinon, ce serait un peu comme désherber un champs de trèfles un par un, en se disant "eh merde, celui là non plus il a pas 4 feuilles", et avoir l'impression de rater ta vie au lieu de farnianter dans ce joyeux champs.. et si ça se trouve, la 4ème feuille était cachée dans un trèfle en apparence "classique", juste très bien cachée pil en dessous de l'autre, mais ça tu n'aurais pas eu le temps de le voir si t'étais en "recherche active". Bref, c'est comme ça que je vois "rendre les occasions probables", à mi-chemin entre ne rien faire du tout VS ne voir ses futures rencontres que sous la question "est-ce ma moitié".


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Ah ah, merci Destati. :) Bon, ben si le résultat apporte une pierre à l'édifice, j'en suis ravi. :p

Je suis assez d'accord avec ce qu'a dit GrillePain également. En ce qui me concerne, je n'ai longtemps été inspiré que par l'idée de rencontrer ma "flamme jumelle", pour celles et ceux qui connaissent le "principe". J'ai donc été sous le dictat d'une certaine forme d'Espérance, à considérer que l'Autre me permettrait aussi de me révéler entièrement dans l'amour que l'on aurait à partager, et que sans cet autre je ne me sentirais jamais être que la moitié de moi-même, que l'ombre de moi-même. Aussi, j'ai oscillé longtemps entre recherche à la limite de l'obsession et faux lâcher-prise dans lequel je passais quand même le plus clair de mon temps à me questionner sur la probabilité qu'une rencontre soit de l'ordre de celle que je voulais connaitre, avec tojours cette question "Est-ce ma moitié ?"

Et j'aurai mis du temps à considérer que rencontrer une telle personne n'était pas seulement pour rencontrer l'amour, donc, mais aussi pour répondre à un problème existentiel personnel (d'où mon invitation à réfléchir sur les différentes raisons qui te poussent à être dans une telle frénésie de recherche et un tel désespoir parfois de ne pas trouver ta moitié, Brenan).

J'ai lancé un sujet qui traite de l'Inspiration que l'on peut avoir dans la vie, sur Betolerant, et vu comme j'ai longtemps été inspiré, aujourd'hui ça devenait impératif pour moi de faire de mouvement de recul en arrière pour mieux comprendre comment ma passion s'est finalement retournée contre moi, en me privant peut-être parfois de belles rencontres et de belles amitiés, puisqu'elles n'étaient pas cette relation que je recherchais et sur laquelle j'avais fixé toute mon attention, ce qui est une autre façon de dire "avoir l'impression de rater ma vie au lieu de farnianter dans ce joyeux champs". J'aime d'ailleurs beaucoup ta métaphore, GrillePain. :) Elle reprend le symbole de la quête d'une personne très particulière et "unique", le trèfle à quatre feuille, qui est "noyée" dans un champ d'autres trèfles auxquels on se rend aveugle et que l'on néglige de par notre obsession. Et cela semble impliquer que pour reconnaitre le trèfle à quatre feuille, objet de notre grand désir, il faut savoir s'en détourner un temps, accepter de renoncer à cette quête de la flamme jumelle/la moitié, pour retrouver la vue sur la valeur des autres trèfles et ainsi avoir la chance de changer de paradigme, pour nous permettre enfin de découvrir parmi eux, le fameux trèfle à quatre feuilles. Ça revient en fin de compte à accepter de s'aimer soi-même, pour ensuite réapprendre à aimer les autres pour ce qu'ils et elles sont. C'est là tout le paradox de la vie : Pour avoir une chose, il faut accepter d'y renoncer pour un temps, en un sens. C'est ce que semble indiquer et la métaphore de GrillePain et également mon expérience personnelle ainsi que les points de vue de Destati et de Hypentropie. Et c'est également le sujet traité dans ce post que j'ai lancé sur l'Inspiration/le manque d'Inspiration dans la vie.

Pas facile, du coup. Mais c'est pour cela que si tu parviens à reconnaitre, à comprendre et à accepter les autres "objectifs" cachés dans l'idée que tu te fais de cette personne et de votre amour, tu pourras peut-être t'apporter à toi-même une part de ce dont tu as besoin (l'amour de soi) pour mieux être préparé à en faire sa rencontre après. Tu rayonneras nécessairement différemment si tu te trouves libéré du joug de ta passion et j'ose croire que ça fera une différence et dans ta vie et dans tes rencontres. :) Mais une chose est sûre : aussi grande soit notre ambition au bonheur, quand elle nous aveugle, nous ne savons plus où regarder pour le trouver. Alors... fermons les yeux un instant au lieu de scruter désespérément l'horizon. :)

Merci une fois encore à toi, Brenan, pour t'être ouvert dans ce sujet et ainsi nous avoir permis de nous confronter ensemble à cette problématique que rencontrent beaucoup de gens. Et merci à tous les autres pour votre présence et vos avis. Ça m'aide aussi beaucoup personnellement ! :)


Destati
Homme de 27 ans
Mulhouse

Je t'en prie Ayinn !

Ce sujet m'intéresse beaucoup. Je suis également d'accord avec GrillePain : à trop vouloir se concentrer à chercher la relation amoureuse, à trop vouloir que ça se passe selon une manière qu'on s'est mis en tête, on a tendance à oublier que les choses se font parfois beaucoup plus naturellement que ça avec une personne dont on ne s'attendait pas forcément. Et à trop vouloir à nouveau l'Amour, on en oublie son dérivé. L'amitié.

Ayinn, GrillePain, je pense comme vous : lâcher prise et adopter un autre regard. Ça m'aide également beaucoup ce que vous me dîtes. Merci !


Romangel
Homme de 33 ans
Var

Je pense comme vous.

IL ne faut pas chercher mais attendre que ça nous tombe dessus.

Mais pour avoir la bosse, il faut se créer des occasions de rencontre ^_^


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Tu as raison Romangel, il faut se creer des occasions de rencontre, ne pas attendre d'etre momifié pour rencontrer l'amour!!!!

Bon apres la vie, le hasard, la chance nous donnent un coup de pouce aussi, ...

Mes plus belles rencontres et qui ont duré, sont arrivées malgré moi, quand je n'étais pas au top du glamour, style ni maquillée, ni bien habillée, style" j'en ai marre de vivre quoi" bref pas en mode seduction du tout et surtout envie de me cacher dans un trou tellement la honte de mon look..comme quoi

Apres je ne suis pas quelqu'un qui m'attache donc je ne suis peut etre pas un bon exemple, mais j'ai des sentiments amoureux qui se transforment ensuite en super forte amitié et vice verça...


Romangel
Homme de 33 ans
Var

Moi c'est l'inverse, je m'attache trop tôt...

Coeur de guimauve!

Du coup, je sais que je prends facilement des risques car en m'attenchant tôt, je me voila parfois la face!


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Être capable de s'attacher, à mon sens, témoigne d'une belle générosité de cœur si je puis dire. Et tout le monde n'est pas dans cet élan du cœur justement. Je ne dis pas pour autant que celles et ceux qui ne s'attachent pas facilement n'ont pas des choses à offrir, entre les personnes qui se connaissent encore mal et les personnes qui mettent simplement du temps à s'attacher, pour de mutliples raisons, je crois qu'il n'y en a vraiment que très peu qui ne s'attachent vraiment pas, et encore ! En théorie !

Donc, ce qui change c'est la vitesse avec laquelle on s'attache et comme dans tout domaine, je trouve qu'il y a un certain équilibre dans les choses. Certaines personnes, comme moi, souffrent ou ont souffert d'une forme plus ou moins aiguë de dépendance affective et leur potentiel d'attachement est tout simplement énorme. Mais, en ce qui me concerne, ça m'a conduit aussi à me sacrifier beaucoup en considérant qu'on ne m'aimerait jamais si je n'agissait pas ainsi. Sans compter bien d'autres comportements que je qualifierai de "déviants d'un amour propre sain" dans le sens où je me négligeai complètement pour favoriser l'autre. On ne peut pas dire que ça soit vraiment sain même si ça peut paraitre "beau" l'espace d'un instant. Je peux vous garantir que le rôle de sauveur ou de sacrifié, peu de gens l'apprécient vraiment, ce qui ne les empêchent pourtant nullement d'en abuser au détriment du "sacrifié".

Et, à l'opposé, il y a les personnes qui se sont fermées à toute idée de bonheur ou d'amour partagé. La violence de certaines de leurs expériences passées, ou la répétition de celles-ci les ont parfois tellement minées, que ces personnes vivent une sorte de conflit intérieur, une part d'elles continuant d'espérer voir poindre quelque chose sans jamais se l'avouer ou l'assumer, et une autre part adoptant un rôle indépendant, froid et/ou distant de toute affection, pouvant même aller jusqu'à se constuire une sorte de réalité alternative basée sur le déni de leurs propres sentiments, incluant des formes de psychoses dans certains cas. Cette construction d'une réalité alternative leur permettant d'échapper au(x) problème(s) sous-jaccent(s). ... Mon ancienne compagne est exactement dans cette dynamique actuellement... Et vu le recul que j'ai dû prendre pour comprendre et "accetper" la situation, je pense savoir de quoi je parle. Bien évidemment,, la palette des comportements "extrêmes" est large, et je ne parle là que des deux cas de figure les plus extrêmes que j'ai connus personnellement. Mais.... dans tous les cas, il apparait qu'il existe bien deux aspects nettement opposés avec des conséquences relationnelles et personnelles toutes aussi opposées et souvent auto-destructrice et/ou anti-créatrices...

La seule vraie différence entre les deux extrêmes, je dirais, tient donc dans ce que l'un se met à disposition de l'autre et donne, tandis que l'autre non. Ou moins. Mais aucune de ces deux situations n'est ni enviable ni souhaitable en matière d'amour. Le fait de s'aimer d'abord permet justement de comprendre que l'on peut parfois tomber dans des formes "dérives" d'attachement à l'autre (et j'en aurais de belles à vous raconter en la matière) et de corriger la part excessives de la chose.

Maintenant, tout le monde n'aime pas avec la même force, malgré tout. À ce niveau-là, nous ne naissons pas tous égaux. La générosité de cœur change d'une personne à l'autre...


GrillePain
Femme de 26 ans
Toulouse

Je suis d'accord avec ta conclusion, la nature et l'intensité des sentiments varient d'une personnes et l'autre, et d'ailleurs je ne pense pas que ce soit "plus gentil" d'aimer plus intensément ou "plus égoïste" pour l'inverse.

Je fais vraiment une difference entre les sentiments/émotions ressenties (qui sont propres à chacun et impossible à comparer, vu qu'on ne peut voir qu'à travers son propre prisme de la réalité.. en gros ça ne regarde que soi-même de juger de la qualité de ce qu'on ressent pour l'autre), et les actions, la façon de se comporter, d'être démonstratif ou pas, et là je pense qu'on peut parler de générosité.

Et je suis d'accord également sur le fait que l'hyper-indépendance peut être tout aussi destructrice que l'hyper-dépendance, quelques part les deux se rejoignent dans l'idée de vouloir tout contrôler, bien que basé sur des peurs differentes. Au final l'hyper-indépendance reste une forme de dépendance à.. sa liberté. Quand tu te met à élaborer des stratégies pour garder le plus d'espace possible, que c'est d'avantage motivé par une peur qu'une envie, c'est plus vraiment de la liberté. Exactement comme la dépendance "classique".


Veluma
Femme de 44 ans
Grenoble, Isère, France

9 remerciements

Citation de Romangel #281371

Oui si tu es en mode recherche tu va avoir un certain comprtement, pas forcement attractif. Alors que si tu es en mode je suis bien dans ma peau et advienne que pourra alors.... le destin s'occupe du reste :)

Apres est ce une bonne chose ou une mauvaise chose, il n'y a que l'avenir qui peux te le dire ;)

En tois cas ne perds pas espoir, car il y a surement un (ou plusieurs) hommes fait pour toi sur cette grande planète. <


GrillePain
Femme de 26 ans
Toulouse

"En tois cas ne perds pas espoir, car il y a surement un (ou plusieurs) hommes fait pour toi sur cette grande planète."

Voir même des dizaines de milliers (dilué dans 7 milliards c'est pas si énorme que ça non plus), sinon tu imagines :o


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

"Quand tu te met à élaborer des stratégies pour garder le plus d'espace possible, que c'est d'avantage motivé par une peur qu'une envie, c'est plus vraiment de la liberté. Exactement comme la dépendance "classique"."

Exactement ! :) C'est du moins, exactement ce que je pense. Mais de toute façon "contrôle" et "relation" ne vont pas ensemble. Le pricnipe d'une realtion, quelle qu'elle soit, c'est de pouvoir faire naître quelque chose de bénéfique d'un échange par la mise en commun naturelle, spontanée et volontaire de ce que l'on porte en soi. Si tu "t'arrimes" à une personne pour tout autre chose, ce n'est pas une realtion de cet ordre. C'est un sauvetage. Et quand ce n'est pas conscient et conssenti, c'est forcément au détriment de l'un voire des deux.



Rejoindre BeTolerant