Rejoindre BeTolerant

Forums LGBTi
Place aux débats
Pourquoi le coming out d’une orientation sexuelle ?

Pourquoi le coming out d’une orientation sexuelle ?

David59
Homme de 36 ans
La Bassée
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Salut à tous.

Le coming out m'énerve un peu. C’est vrai quoi, pourquoi les personnes LGBT sont les seules à faire ça ? On n’assiste jamais à un coming out d’hétéro !

On n’entend jamais dans les médias qu’un jeune a été mis à la porte de sa famille car il est hétéro ! Ou qu’un autre s’est donné la mort car son père refuse qu’il côtoie sa petite amie… on l’entend jamais ça !

Finalement, cela revient encore à accepter une norme qui a été inventée pour différencier ceux qui sont « normaux » de ceux qui ne le seraient pas.

J’ai l’impression que le coming out cloisonne les personnes et crée davantage de souffrances.

La sexualité est propre à chacun et il en existe tout un tas, alors pourquoi donc faire un coming out que les hétéros ne font jamais ?

Merci pour vos avis, j'espère qu'ils m'éclaireront.


Gwalior
Homme de 21 ans
Bayeux

Bonjour, si je peux te rassurer, tu peux ne pas appeler ça coming out, ça peut ne même pas y ressembler. La dernière fois que j'ai fait comprendre que j'aimais les hommes dans une conversation entre ami.e.s, personne ne s'est comporté comme si c'était un évènement. Ils ont sans doute estimé apprendre un détail sur ma personne, mais un détail à peine plus important que la couleur de mes yeux (à peu de choses près ). Certes, je vis dans un milieu assez tolérant, ce qui contribue sans doute à effacer cette notion de coming out, mais je pense qu'on peut aussi y faire quelque chose en considérant ça comme normal quand on en parle nous aussi. On ne dirait plus, solennellement "Je suis gay/lesbienne/trans...", mais ça serait un détail comme un autre dans une conversation. Pour prendre à nouveau un exemple personnel, des filles parlent d'un mec, j'approuve en disant qu'il est plutôt pas mal sans me sentir obligé de faire un mini coming out!


David59
Homme de 36 ans
La Bassée

Je suis relativement d'accord avec ce que tu écris et je comprends que tu es dans un milieux assez tolérant, mais, par exemple, ce genre de conversation que tu décris vers la fin, ne peut exister sur un lieu de travail.

Car dans la majorité des cas nous serions discréminés automatiquement, jugés et rejetés.

Au final, nous ne pouvons être soi-même complétement.


Mehdi797
Homme de 26 ans
Paris

Ta question me rapel le film :

Love,Simon

Apres tu es libre de vouloir le faire ou non et surtout tu dois decider de la maniere et a qui tu l'annonces


Martial69003
Homme de 57 ans
Lyon

Je rejoins l'idée première : le "coming-out" n'a pas à prendre, forcément, la forme d'une déclaration solennelle. Cependant quand, comme moi, tu dois aller voir le corps de ton compagnon mort (avant qu'il soit emporté au Portugal), il y aurait eu un sentiment de trahison chez moi, si je n'avais pas déclaré sur le papier d'absence : "Mon comapgnon est décédé. Je vias le voir à la morgue, une dernière fois".

Voilà aussi comment cela se passe : la nécessité a surmonté toutes mes habiletés à dissimuler, et je m'en trouve bien, pacifié, d'accord avec moi-même !

Un coming- out, oui, peut être ta manière vivre, tout simmplement et ton amour des hommes. Et avec qui tu vis ouvertement. En somme : l'honnêteté envers les autres, c'est d'abord reconnaître qui l'on est ; c'est une affaire de cohérence interne, me semble-t-il.

Voilà, j'espère ne pas saouler : je suis nouveau !


Martial69003
Homme de 57 ans
Lyon

Heu, j'ai laissé échapper des fautes d'orthographe, que l'on m'excuse. Merci !


Gwalior
Homme de 21 ans
Bayeux

C'est sans doute plus délicat quand on est de générations plus anciennes, mais vous en savez sans doute bien plus que moi là dessus!

(Sinon @Martial, pour les fautes, tu peux toujours modifier ton commentaire, c'est toujours reposant de se dire qu'on a une deuxième chance!)


AposJk
Non binaire de 27 ans
Toulon

Salut,

Le coming out m'énerve un peu. C’est vrai quoi, pourquoi les personnes LGBT sont les seules à faire ça ?

Et bien, je te rejoins complètement puisque c'est pour ça que j'ai écrit sur un autre sujet :

[...] je n'ai jamais trop aimé le terme de coming-out : oui, je sais, c'est encore de mise, et ça représente beaucoup, mais pour moi ça revient à devoir passer devant les assises

Disons que je n'aime pas l'idée que je trouve trop "formelle" de "coming-out". Il y peu de partages d'information sur soi qui porte un nom spécifique, non ?

Après c'est toujours pareil, en parler, c'est une chose. Cela peut se faire très naturellement sans idée de "déclaration officielle" comme il a été dit plus tôt. Selon le milieu, une déclaration plus ou moins formelle est nécessaire. Mais c'est surtout la manière dont le perçoie la personne qui reçoit l'information qui change beaucoup de choses : si elle le prend comme une information purement indicative, comme le dit Gwalior, ou si elle le prend comme la révélation de l'année quoi...


Gwalior
Homme de 21 ans
Bayeux

Sinon il y a l'expression québécoise, "sortir du placard", qui me fait sourire car j'imagine littéralement la scène et c'est vraiment absurde!


Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Il y a eu un engouement pour les CO notamment familiaux mais aussi publics, pour des raisons de confort personnel, ou miliantes visant à promouvoir la visibilité des gays, mais aussi parce que dans les familles de culture judéo-chrétiennes - autrement dit une majorité des familles françaises - les mineurs protégés par la loi prenaient moins de risques à faire leur CO que leurs parents à prendre des mesures de rétorsion (moins mais pas aucun, sinon l'assoce Le Refuge ne serait pas débordée).

Les idées conservatrices reprenant progressivement du service en réaction aux difficultés économiques, flux migratoires, revanches géo-politiques ou religieuses, dégradation envirementalo-climatiques, etc, faire son CO c'est un peu ajouter une incertitude dans un monde déjà incertain, c'est-a-dire augmenter inutilement le niveau de risque.

A contrario il aussi aussi très humain qu'une minorité de gens tiennent une posture militante, résistante, lorsque le risque communautaire augmente. Personnellement je n'en ai pas encore atteint ce seuil, mais il existe certainement.


Paradoxe
Homme de 30 ans
valence

comming out fait à moitié, je part du principe que çà me regarde et ma famille et mon entourage n'ont pas besoin de savoir, peu militantcomming out fait à moitié, je part du principe que çà me regarde et ma famille et mon entourage n'ont pas besoin de savoir, peu militant (du moins publiquement) > Citation de


Martial69003
Homme de 57 ans
Lyon

Mais, il n'est nul besoin d'être militant ou de penser être tranparent et de s'abstenir, notre vie se charge de faire connaître ceux ou celles que nous aimons et avec qui nous couchons.

Je reviens toujours à cette idée d'une honnêteté envers soi-même : c'est là le premier coming out ; il s'ensuit le reste.

A moins d'être un homme invisible, messieurs, votre manière d'être, les regards que vous portez, vos attirances DISENT et les paroles explicites deviennent alors utiles s'il y a des attaques contre vous.

A ce qu'il me semble ! :)


Martial69003
Homme de 57 ans
Lyon

Citation de Gwalior #279549

Ben, pas forcément ! Je crois avoir davantage jouer à cache-cache avec moi que je n'ai eu affaire à des homophobes féroces, sauf lors du mariage pour tous, où le mépris était à son comble, le mariage homosexual devenant équivalent aux plus répugnantes représentations, comme la zoophilie. Un brave dame m'avait dit : "Tant qu'à faire, je vais me marier avec mon chien !"


Paradoxe
Homme de 30 ans
valence

je pense que cette convesrsassion va vite me faire virer...

franchement en 2018 parler encore de coming out.... je trouve ca tellement ridicule.


Kriffo
Homme de 22 ans
Villeurbanne

Salut tout le monde !

Alors personnellement je pense que le(s) coming-out est (sont) propre(s) à chacun. Certains pensent que ça ne les concerne qu'eux alors que d'autres se sentent de l'avouer à leurs proches, à leur collègues et pour certains même au monde. Pour ceux qui font leur CO auprès des autres, il y en a qui le font naturellement sans forcément avoir peur, pour d'autres il leur faut du temps, de la réflexion et du courage.

Etant une personne assez timide, peureuse, réfléchissant un peu trop, assez pessimiste et légèrement parano, avant de faire mon CO auprès de certains de mes amis, j'ai longtemps pesé le pour et le contre, je ne l'ai toujours pas fait auprès de mes parents par peur du rejet et pareil pour certains de mes amis. Il y a longtemps que je sais que je suis gay et que je l'ai accepté mais assumer complètement non. Ainsi pour moi, faire son CO, c'est faire un pas en avant vers l'acceptation de soi mais aussi un geste pour montrer que tu as confiance en l'autre ou alors que tu te fiches de ce que l'autre pense XD


Rem0933
Homme de 19 ans
Bordeaux

Salut à tous !

C'est la première fois que j'écris sur ce forum, et ce sujet m'a donné envie de m'exprimer.

Pour moi, le coming out, quand il prend la forme d'une déclaration solennelle devant un proche, a un côté un peu dérangeant. C'est un peu comme si on passait aux aveux, comme si on devait reconnaître un crime qu'on a commis ou une maladie incurable et contagieuse qui nous touche. Comme si on était anormal et, surtout, qu'on le devenait au moment même où les mots "je suis homosexuel" sont prononcés. Au fond, ce n'est pas le fait de le dire qui fait peur, c'est la réaction qui s'ensuit qu'on appréhende.

Mais d'un autre côté, je pense que dire qu'on est homosexuel est nécessaire, au moins à ceux en qui on a confiance. Dans ma situation, ça m'a permis de me libérer d'un poids, je pouvais enfin parler en toute sérénité, sans avoir peur de commettre de "gaffe". Ca m'a permis d'avancer, de m'accepter un peu plus aussi, car ça n'a pas été facile pour moi de m'accepter et encore moins de le dire à d'autres personnes. Mais en le faisant, je me suis enfin permis de voir les sentiments que je pouvais avoir pour un garçon. Donc je pense que finalement, le coming out peut avoir un effet libérateur sur soi-même et d'être un peu plus naturel avec certaines personnes, d'être moins dans le contrôle, de souffler et de vivre.


David59
Homme de 36 ans
La Bassée

Dans l'ensemble, je suis assez d'accord avec tout ce qui a été écrit, mais je reste perplexe sur le fait qu'une seule "catégorie" de personnes le font.

Comme je le disais dans mon post, aucun hétéros ne fait son coming out. Et c'est justement cette différence qui me pose problème.

Car cette action (le coming out), à mon sens, favorise par moments et dans certains milieux conservateurs, notre mise à l'écart et nous désigne comme "différents". (Avec toutes les conséquences qui en découlent...)

Je suis aussi conscient qu'il n'y a aucune obligation à le faire.

Peut-être suis-je un peu idéaliste finalement ? Effectivement, si nous étions dans un monde normal, sans discriminations, nous n'aurions aucun besoin de faire ça.

La sexualité homo serait naturellement acceptée comme faisant partie intégrante du fonctionnement général.

Nous serions alors ~ réellement~ à égalité avec les hétéros.

C'est cette égalité qui me manque.


Kriffo
Homme de 22 ans
Villeurbanne

D'après moi, c'est juste que la majorité des gens sont hétéros et qu'au niveau des cultures, l'homosexualité a été (et a toujours selon les endroits et les personnes) mal vue. Et donc il faut simplement du temps avant que l'homosexualité soit vu au même niveau que l'hétérosexualité. De même qu'il y a eu et qu'il existe encore des inégalités et de la discrimination contre les femmes et contre les gens de couleurs, on ne peut pas demander à ce que ce problème soit réglé dans l'immédiat même si c'est injuste. Il faudra se battre pour faire entendre notre voix, montrer aux autres que c'est normal.

Et puis pour avoir fait un CO auprès de mes amis, j'ai l'impression qu'auprès d'une population non négligeable, l'homosexualité n'est pas quelque chose d'extraordinaire que ce soit en bien ou en mal. Quand on fait son CO, je pense que beaucoup de gens s'attendent à une réaction, qu'elle soit bien ou mal alors que parfois on obtient un simple "okay" ou quelque chose dans ce style, ce qui montre que pour beaucoup de personnes, l'homosexualité est "normale" ou en tout cas, il n'y a pas de quoi en faire tout un plat.


Paradoxe
Homme de 30 ans
valence

D'après moi, c'est juste que la majorité des gens sont hétéros et qu'au niveau des cultures, l'homosexualité a été (et a toujours selon les endroits et les personnes) mal vue

je suis assez d'accord avec l'idée, je viens d'un côté campagnard et très honnêtement ca reste un milieux relativement fermé moralement... avouer que t'es Homos,etc, et on arrete la chasse aux sanglier pour passer a la chasse aux pd. J'ai tres mal vécu mes années de petit campagnard.

Par contre, arriver en ville, quelle bonheur que l'indifférence totale (surtout dans les grandes villes), bon je dis ca mais y a toujours un ou 2 cons dans l'histoire et inversement, des gens très bien a la campagne.... Bref tout ça pour direr que je penses aussi que le milieu dans lequel tu baigne favorise l'envie ou non de parler de ta "sexualité".

au boulot c'est pareil, comme on aime a me le rappeler, j'ai choisit un millieu de femme, mon equipe est composée que de femmes..... la première question quand t'arrive "t'es PD ?" (oui j'exagère un petit peu, mais on en est pas loin). Je devrais pas avoir honte de ce que je suis pourtant la seul réponse qui m'est venu "pourquoi tu dis ça ?!" aujourd'hui encore, le doute plane (bon en plus je suis pan, ca facilite pas non plus les choses, je crois qu'on est encore plus mal vu que de pures homos/lesb )

Après la ou j me suis un peu agacé dans un ancien poste c'est que, ca me fou en rogne qu'en 2018 on soit obligé de parler de CO alors que ca devrait être naturel et pas un evenement a annoncé a tout le monde. (cela dis je penses aussi que ca peu être plus important pour le sujet, que pour les personnes qui l'entoure)

Il faudra se battre pour faire entendre notre voix, montrer aux autres que c'est normal.

c'est déja le cas avec la gaypride (oui puisque avec les années ca a un peu dévié de la marche originale)


AposJk
Non binaire de 27 ans
Toulon

je viens d'un côté campagnard et très honnêtement ca reste un milieux relativement fermé moralement... avouer que t'es Homos,etc, et on arrete la chasse aux sanglier pour passer a la chasse aux pd.

Pardon mais alors comme j'ai ri et pour cause : j'ai bien connu ce que tu as vécu ! Partir pour les études après c'était vraiment la délivrance !! J'ai complètement eu les images en tête, même si comme tu dis tout le monde n'est pas ouvert en ville et pas fermé à la campagne !



Rejoindre BeTolerant