Rejoindre BeTolerant

Forums LGBT+
Place aux débats
Pourquoi est-ce si important pour certains ?

Pourquoi est-ce si important pour certains ?

Mayvis
Femme de 18 ans
Rezé
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

J'ai une simple question :

Pourquoi est-ce si important de faire son coming-out ? Un hétéro ne va pas dire à sa famille "je suis hétéro désolé si je vous déçois" ou un truc du genre. Alors pourquoi est-ce si important pour certains ?


Noflomeys
Femme de 22 ans
Amboise

Hey, pour te répondre simplement j'ai ressenti le besoin de le dire à mes amis et ma famille à un moment pour ne pas avoir de discussions inutiles ou de questions à propos des garçons. Avant ça ma mère m'avait même donné un paquet de préservatifs pour l'été, un des plus gros fous rires de ma vie x)

C'était il y a 3 ans, depuis quand je rencontre de nouvelles personnes ça vient simplement dans la discussion. Je n'ai pas à "annoncer" que je suis lesbienne, simplement je vais faire des commentaires sur les filles qui me plaisent, et en général les gens s'en rendent compte. Je ne ressens pas le besoin de le dire car ce n'est pas la seule chose qui me définit. A côté de ça j'adore d'autres choses, le fromage par exemple. Qui est aussi un très bon sujet de conversation en passant. Allez cheese :D Je sors...

En revanche je vois que tu postes beaucoup de choses sur ce sujet en ce moment, tu as l'air de te poser beaucoup de questions concernant la vision que tes proches pourraient avoir de toi une fois qu'ils connaîtront tes préférences. Je me suis posée les mêmes à ton âge ^^ dis-toi juste que si tes préférences ne leur plaisent pas qu'ils regardent ailleurs ! Vis pour toi et fais ce que bon te semble ! On ne choisit pas sa famille certes mais elle n'a pas à choisir pour toi non plus :)


Mayvis
Femme de 18 ans
Rezé

Tu l'as remarqué Noflomeys ? Tu es très attentive ^^

Mais oui c'est un sujet qui me trotte dans la tête depuis un semaine surtout vis à vis de mes proches xD


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Ben en fait moi il m'avait semblé important de faire mon coming out avant de ramener mon compagnon chez mes parents, histoires qu'ils soient prêts à le recevoir sans être surpris devant le fait accompli, ou encore histoire de ne pas devoir jouer un rôle genre "C'est un ami! Un ami très très proche!"

Maintenant que ceux qui sont hétéro n'aient pas a le dire je comprends, ca reste la "norme" donc c'est évident, et c'est justement parce qu'on casse l'évidence qu'il est nécessaire de dévoiler ses propres règles du jeu.

Donc voilà ils ignoraient que j'étais homo donc je leur ai dit.


Noflomeys
Femme de 22 ans
Amboise

Hum hum j'ai plutôt l'impression d'être une no life qui parcours un peu tous les sujets sans forcément y prendre part, mais là fallait que je le fasse ^^ si tu as davantage besoin d'échanger sur ta situation je suis dispo en mp.

Après pour revenir au sujet je pense qu'on est tous différents là-dessus, en fonction de notre éducation, notre environnement et nos proches. Perso, le fait de garder 1 an en moins mes préférences avant de le dire et de le vivre n'était pas inhérent à mes proches ni à mon environnement. Ils sont ouverts et dans mon milieu professionnel c'est plutôt ouvert, on est beaucoup de bi, gay, homo, pan et y'a quelques hétéros pour des soucis de représentation x)


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Après coming out bof, j'ai pas senti le besoin d'appeler ça comme ça, je me suis contenté de dire ce qui était, il ne s'est rien passé de spécial, je ne me suis pas excusé j'ai exposé un fait "Voilà j'ai un copain, oui oui vous avez bien compris je suis en couple avec un homme". Il n'y a pas eu de drame, une petite surprise oui mais ça n'a absolument rien changé dans mes rapports à mes parents. Mes amis l'ont appris en voyant des photos de moi et mon compagnon sur fb, pareil, pas d'annonce formelle mais ils ont compris, ça n'a rien changé, pas de cataclysme. Personne ne s'y attendait parce que je n'avais rien laissé transparaître jusque là alors j'ai eu des messages d'amis déçus, qui ont vécu le fait que je le leur avait pas dit avant comme un signe de manque de confiance. Mais confiance de quoi, je n'étais pas prêt avant voila tout et finalement une fois que c'était fait ben c'était fait. Même intérieurement en moi meme ça n'a rien changé du tout, pas de libération, pas d'opression rien.


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Et maintenant j'en joue volontier, choquant le petit monde qui se la joue politiquement correct en ma présence, notamment au taff, en lachant un petit "Oh con! C'est pas un truc de PD ça!"

Ou alors quand un me raconte les derniers caprices de sa femme je le tue d'un "Ah les femmes... quand j's'rai grand j's'rai PD tiens!"


Evoli
Femme de 25 ans
Bordeaux

Eh bien effectivement tout le monde n'a pas la même vision du "coming out", et c'est pourquoi ce topic trouve très bien sa place dans la section "Débats".

Pour ma part, je suis de ton avis Mayvis. Ca fait très longtemps que je me suis fait la réflexion que l'institution du "coming out" me révoltait. On doit se justifier. Annoncer la couleur de la "terrible situation". Comme tu le dis, une personne hétéro ne va pas avoir à réunir ses proches pour leur annoncer la nouvelle... Et si c'est agaçant que la société en général s'attende à ce que les membres d'une minorité se justifient, c'est aussi aux personnes visées de ne pas systématiquement jouer le jeu du coming out. Sinon les gens penseront toujours que si on est issu d'une minorité non visible, il faut forcément l'ANNONCER. Je ne suis pas de cet avis : selon moi, c'est aussi aux autres personnes d'anticiper l'idée que l'individu en face d'elles ne fait peut-être pas partie de la majorité !

En revanche, et ça a été annoncé plus haut, il est vrai que dans certains milieux, notamment familiaux, le coming out s'avère nécessaire car l'entourage est véritablement fermé à l'idée d'une orientation sexuelle minoritaire. Dans ce cas-là je comprends. Mais dans les autres cas, tout le monde est responsable finalement. Afin de se faire accepter, mieux vaut -lorsque c'est possible- tout simplement être soi-même (et donc par exemple faire des commentaires sur une personne qui passe, parler de son/sa conjoint(e) naturellement, etc.) plutôt que de nous mettre nous-mêmes dans une catégorie à part ^^


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Oui le débat est bien!

Moi ce qui me dérange c'est le terme de "coming out" en fait.

Parce que ça rend la chose bien singulière, on a l'impression que c'est une étape ou quoi alors que si on va par là j'ai dû faire une cinquantaine de "coming out" en fait.

"Ah t'es marié t'as 2 enfants? Ah toi t'es divorcé? Ben moi j'ai un compagnon", voilà je ne porte pas de pancarte, et là en l'occurence en l'état actuel je répond simplement que je suis célibataire. Je n'ai pas à dire spécialement que j'suis homo ou quoi, je dis ce qui est point.

Quand je suis en couple jvais pas m'amuser à m'inventer une vie, raconter mon week end en mettant tout au féminin quand je parle de mon copain, carrément pas, jsais pas mentir en plus, je me sentirais trop mal a l'aise.

Je suis pas homo revendicatif, si j'ai un compagnon ben j'estime être en droit de mener ma vie alors au même titre que les autres racontent leur vie avec leur femme, leurs gosses et leur chien ben moi j'raconte ma vie avec ceux qui la composent.

En fait au fond les gens se marginalisent eux-même, ils se font un monde alors qu'on peut être homo et passer le même week end que le commun des mortels chez la belle mere ou quoi...

Quand on dit les choses naturellement ca passe crème, les gens comprennent en entendant qu'on emploi le genre masculin quand on parle de la personne qui partage notre vie et basta!


Evoli
Femme de 25 ans
Bordeaux

Voilà, exactement :)


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

En plus mon ex était médium alors là j'étais le marginal du marginal

La question que je craignais le plus et à laquelle je n'échappais que rarement c'était "et il fait quoi dans la vie ton copain? - Il est médium" alors là j'avais droit a des yeux ronds "Médium?!!! -Oui voyant, contact avec les défunts, tout ce qui touche à l'ésoterisme quoi"...

Du coup voilà j'avais plus de justifications a apporter sur ce point, entre ceux que ça fascine, ceux qui n'y croient pas une seconde etc...


Romangel
Homme de 32 ans
Vénus

Il est vrai que c'est révoltant de devoir s'expliquer car nous ne sommes pas dans la "norme" judéo-chrétienne issue des siècles passés où la religion ( ou secte) a pris la main sur la liberté de croyances...

Je suis assez stressé à l'idée d'en parler à ma famille... surtout ma mère et ses théories sur l'homosexualité o_O

Mais j'aimerai tellement faire comme toi Theudric, remarque peut-être que ça prouve que je ne m'assume pas et que le regard des autres me fait peur. A croire que je n'aurais pas l'envie de quitter cette norme dont j'espère me rapprocher... Je me sens normal pourtant mais devoir l'expliquer ou me justifier m'effraie et m'énerve déjà.


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Hello,

en survolant les différentes réponses, je lis comme j'ai pu l'observer, qu'il y a plusieurs manières de concevoir le coming out : du plus officiel au plus doux et progressif.

Après, voilà, on est quand même dans une société où la norme reste l'hétérosexualité, et où chacun s'attend à ce qu'on soit hétéro. Le coming out a cette fonction de dire "c'est bon, je suis adulte, j'affirme ma différence, si vous êtes pas content c'est pareil", en gros.

Pour certaine personne, leur milieu familial et/ou amical est tellement habitué à les penser hétéros qu'il faut bien en passer par là. C'est aussi une manière de vérifier la tolérance des proches et de savoir si le lien est solide.

Pour certaines personnes, c'est un beau souvenir, ils en retirent une fierté.

Je lis que c'est scandaleux à notre époque de devoir faire un coming out , alors que les hétéros n'ont pas à en faire. Pas faux. Sauf que la fierté qu'une personne retire de son coming out, ce n'est pas "je suis fier d'être gay, lesbienne, bi, pan etc", c'est plutôt la fierté de dire "je ne suis pas hétéro et j'ai eu le courage de m'affirmer dans ma différence, de supporter les critiques, les regards, les insultes, les stigmatisations de tout genre, pour devenir moi même et vivre comme je l'entends." C'est le principe de la gay pride. " Gay Pride" c'est pas la fierté d'être homo, c'est bien celle de marcher au grand jour dans une société qui nous regarde trop souvent avec dégoût voire haine. Alors de moins en moins, mais quand j'entends qu'il devrait y avoir des "Hétéro Pride", je me dis qu'il y a encore du boulot.


Mayvis
Femme de 18 ans
Rezé

Heureuse que mon sujet vous fasse autant parler

Déjà, j'ai toujours détesté le mot "norme" (et tous les mots qui s'en rapproche "normal", "normalité" ect), parce que s'il y a une "norme", alors il y a de "l'hors-norme", or on n'est pas hors-norme on est nous.

Alors devoir anoncer que nous ne sommes pas dans la "norme" (pour reprendre le terme) au niveaux relation amoureuse/sexuelle est, je trouve, vachement dégradant pour une personne.

Ca ne devrait pas être à nous d'anoncer la couleur pour ce genre de relation, mais ca devrait être admis que nous puissions aimer et être qui nous le souhaitons tant que cela fait notre bonheur. Comme je l'ai dit un hétéro ne va dire qu'il est hétéro, alors ça ne devrait pas être notre cas aussi. Ca ne devrait pas être si important pour certains, voire un "passage obligé".

Mais après, c'est peut-être moi qui suis trop tolérante et ouverte d'esprit.


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

ah mais je suis d'accord, qu'il y ait une norme c'est injuste. sauf que on est pas en majorité, et cette remise en question prend du temps


Romangel
Homme de 32 ans
Vénus

Tout à fait, il faut laisser du temps.

Regard l'évolution de la place de la femme dans la société. Dans l'antiquité, elle vallait autant que du mobilier. Au Moyen-Âge et aux temps modernes, elle était une génitrice boniche garante de la généalogie des hommes. A l'époque contemporaine, elle commence à devenir l'égal de l'homme et il reste encore du chemin à parcourir....

Donc il faut laisser du temps, peut être que dans deux siècles, tout ce que l'on trouve injuste, sera inclus dans la norme ;-)

Il y a encore quelques années, être homosexuel était un délit.


Mayvis
Femme de 18 ans
Rezé

Je suis bien d'accord : il faut laisser au temps le temps.


Romangel
Homme de 32 ans
Vénus

En fait, ton sujet me fait beaucoup réfléchir. Sur l'Homme et la société actuelle qui est le résultat des actions de nos anciens.

La différence fait peur. C'est beaucoup plus confortable de suivre un chemin tracé par des gens qui nous disent "Tu fais bien...".

Nous sommes tous en proie aux doutes et on s'interroge tous sur nos actions. Faisons-nous bien ?

Dans l'idée le bien ne représente pas le Paradis mais c'est le concept d'être une belle personne, quelqu'un de positif, rayonnant.

Alors quand un groupe de gens t'accueillent, te guident; tu calques tes actions sur les leurs et tu te sens accepté. Ce que beaucoup d'entre nous, humains, souhaitons. De fait, nos civilisations passées ont empêché les gens de penser librement et aujourd'hui encore, cette norme permet juste à des gens de se sentir bien alors que se sont des alcooliques, des addicts au jeux ou au sexe, etc..... Ils ont juste répondu à la convention millénaire : épouse le sexe opposé et fait des enfants.

Ils ont donc ce sentiment d'être dans le vrai et par conséquent, nous font ressentir que l'on est dans le faux. Ce qui n'est pas le cas. C'est empirique... et l'homme qui se croit dans le vrai se sent fort par rapport à celui qu'il croit dans le faux, d'où l'homophobie et les actes de violences.

Il y a quelques temps, des gens étaient brûlés car ils étaient roux ou sage-femme...

L'ignorance et la manipulation sont le poison de notre affirmation. Mais cette même ignorance et cette même manipulation rapportent de l'argent à ceux qui les propagent.... ce n'est donc pas demain que ces gens vont arrêter de professer leurs conneries de normes car ils veulent garder le monopole et des rentrées d'argent régulières.

Malgré tout, et pour emprunter à ceux qui nous rejettent, David a vaincu Goliath. Donc on y arrivera ;-) peut-être pas de notre vivant mais nos actions permettront aux futurs nous d'être eux sans justificatif ;)


MamGay
Femme de 43 ans
montpellier

le "coming out" en soi n'est rien mais cela pète le fantasme/l'idéal de l'enfant "imaginaire" qu'il voit en toi et c'est cela qui est difficile à affronter...A mon avis.


Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Je pense que ces dernières années le CO été largement militant pour les adultes, et perçu comme une nécessité par les plus jeunes qui se sont motivés et entraidés sur internet.

Toutefois il existe aussi le point de vue que le CO n'est pas une obligation, soit par peur de complications voire de représailles, soit considérant comme toi qu'à un niveau suffisant de reconnaissance des LGBT+ il n'y a plus nécessité de se singulariser.

En l'absence de CO, la famille, les proches voire la société finissent par avoir des doutes, et la seule chose qui compte est leur capacité à tolérer cette différence dans la sphère privée. Respectivement dans la sphère publique en cas de CO.

Actuellement tout existe même en France, selon les lieux, milieux sociaux, et religions ou cultures.

La protection stricte des mineurs leurs permet de s'opposer à une position trop stricte de leurs parents.

Et le niveau d'études permet une indépendance des adultes par rapport à leur famille et la société.

Cette tendance était plutot favorable ces dernières années.

Mais la loi protège mal les adultes, et surtout la politique est versatile à long terme, aucune tendance est gravée dans le marbre.

Au total la posture de ne pas faire trop largement son CO public est une posture défendable. Mais la posture inverse l'est aussi par son caractère militant qui en conquérant l'espace public sécurise l'espace privé.

En cas de doute cela peut être tiré à pile ou face ^^



Rejoindre BeTolerant