Rejoindre BeTolerant

Forums LGBTi
Amour et intimité
Hétéro.... Bah en faite peut-être pas.

Hétéro.... Bah en faite peut-être pas.

MarcheReve
Non binaire de 28 ans
Paris
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonsoir.

Je m'adresse à vous parce que j'ai le coeur un peu lourd ces derniers temps.... Bon okay, j'ai des blessures qui trainent depuis longtemps et qui viennent juste se rappeler à moi de temps en temps. Et parfois j'ai une révélation.

Je suis bigenre, mais jusqu'a il y a peu, ça me passait au-dessus de la tête. Je suis juste ce que je suis; j'en avais plus ou moins conscience au fond et je ne cachais pas vraiment mon coté masculin mais je ne cherchais pas à définir et à en parler. Je réfléchissais pas aux implications non plus, notament concernant ma vie amoureuse. Et voilà que maintenant que j'y pense et que j'y réfléchis, une idée pointe le bout de son nez.

Mes relations amoureuse et intimes ont toujours été difficiles, douloureuses et blessantes pour moi sans que j'en comprenne la raison. J'en suis venu à rejeter certaines parties de mon corps, alors qu'autrefois je me sentais parfaitement en accord avec celui-ci qui était assez androgyne pour moi. Ca m'a traumatisé, au point que certains contacts me sont devenu difficiles, source d'angoisses profondes... Que j'ai peur d'envisager quoique ce soit avec un homme alors je suis attiré par eux.

Et si la raison de tout ce bazard, de cette souffrance dans mes relations, ce mal être dans ma vie intime et amoureuse, n'était pas simplement que j'ai été aimée et été obligée d'aimer seulement en tant que femme? En tant qu'hétéro. J'aime et j'assume ma part féminine, entendons nous bien. Mais je sais que je ne peux pas fonctionner sans ma part masculine. Je me perds, et ça me bousille.

Je me pose la question. Et celle-ci en amène d'autres. Comment définir mon orientation alors? Est-ce qu'il y a quelqu'un avec qui je ne serai plus obligé de m'amputer d'une moitié de ce que je suis?

Je voudrai savoir, s'il y a des gens qui connaissent ça ou qui du moins trouve ma réfléction juste. S'il y a des personnes, des hommes qu'une bigenre dans un corps de femme, qui aime comme une femme et comme un homme, amoureusement et intimement, ne rebuteraient pas. J'ai du mal à croire que c'est possible jusqu'à maintenant. Merci pour tout.


Faith141
Homme de 43 ans
paris

Salut,

Je te cite**** "S'il y a des personnes, des hommes qu'une bigenre dans un corps de femme, qui aime comme une femme et comme un homme, amoureusement et intimement, ne rebuteraient pas."****

Je pense que oui, c'est 100 % possible.

Apres il te faudra preciser ce que tu attend de ton prince charmant et là, la discussion sera importante.


MarcheReve
Non binaire de 28 ans
Paris

prince charmant >< je préfère les beau guerrier qui me laisse tenir une épée et m'entrainer avec eux comme dans Mulan.

Déjà ne serait-ce qu'intimement, ça ferait du bien de ne plus être cantonné au féminin. Je suis pas une poupée, pas un petite plante, ni la pute ni la maman pour reprendre une célèbre expression de psychologue. J'ai besoin d'étreintes où j'ai le droit de montrer ma force, jouer la dominance (même si je sais qu'on peut être soumis en tant qu'homme, et que ça me parait très bien aussi ^^), d'être traiter aussi comme un égale.... C'est maladroitement expliqué, j'ai beaucoup de mal à exprimer (définir verbalement ce qui et féminin ou masculin pour moi c'est compliqué, pour moi c'est une sensation). Je sui un trop pudique pour exprimer d'avantage mon besoin au dela de ça.

Mais dans le comportement et le relationnel aussi, effectivement. J'ai besoin d'être respecté quelque part en tant homme aussi. Un des exemple flagrant c'est mon besoin de prouver ma force physique et morale. l'orgueil que j'en retire aussi. Le besoin qu'un homme s'exprime avec moi comme un égal, sans se censurer sous pretexte que j'ai le corps que j'ai. Et moi pareille. ne pas avoir à censurer certaine de mes attitudes, pas seulement parce qu'elle sont "pas féminine", mais juste parce que l'autre considère que je suis d'un genre différent du sien. Pouvoir aussi exprimer mon coté protecteur sans qu'on s'en vexe ("le coté grand frère"comme me disent quelques amis)

Je m'exprime très maladroitement. En même temps je commence tout juste à parler de ce genre de chose et j'ai sans doute pas encore les mots.


Faith141
Homme de 43 ans
paris

Merci, des précisions, et non tu t'exprimes très bien.


Faith141
Homme de 43 ans
paris

Avec un peu d'humour. Ta description ressemble a Xena la guerriere ????


Faith141
Homme de 43 ans
paris

????


Faith141
Homme de 43 ans
paris

Y a pas de point d'interrogation, c'est un emoij qui bug


GrillePain
Femme de 25 ans
Toulouse

Salut ! Effectivement dès que l'on sort de la binarité homme/femme, les termes homo et hétéro deviennent vite obsolètes vu qu'au lieu de dire directement "j'aime tel ou tel genre", on dit "j'aime le même genre que le mien ou l'autre genre que le mien", donc les définitions sont beaucoup trop liées au genre qu'on est.. au lieu de porter sur ce qu'on aime.

Après y'a d'autres termes moins utilisés qui font exactement l'inverse, c'est "androsexuel/gynosexuel" pour dire qu'on aime plutôt la masculinité ou plutôt la féminité (ou du moins ce qu'on perçoit comme tel, vu que c'est entièrement subjectif).. sans avoir à faire référence à ce qu'on est de son côté, donc j'trouve ça assez cool. Bon, j'utilise jamais ces termes, mais le fait qu'ils existent permet d'avoir un point de vue un peu plus clair et direct lorsqu'on se pose la question, sans que ce soit parasité par "mais du coup si j'aime ça alors que je suis ça, c'est pas logique que..insérer aussi pensées limitantes sur ce qu'est un-e vrai-e hétéro/homo/bi etc".

Ensuite je comprends le malaise à devoir "aimer comme une femme" lorsqu'on est attiré par des hommes.. va savoir pourquoi, je m'imaginerais plus naturellement être attirée par les hommes si j'étais moi-même un homme (bien que la part d'orientation sexuelle ne s'invente pas, le fait de "se sentir à sa place" compte aussi énormément j'ai l'impression, chose qui pour des raisons sûrement complexes et personnelles me parait plus "évident" dans un schéma homo que hétéro).

Je pense qu'il y'a beaucoup d'auto-censure et de peur du jugement.. car à défaut d'être "hétéro" parce que ce terme est obsolète dans ton cas, tu n'en es pas moins "androsexuelle" ^^ et bien que beaucoup d'hommes hétéros non initiés feraient l'amalgame entre pratiques sexuelles (être aimé "comme un homme", par une femme, ou personne non-binaire) et orientation, si déjà tu leurs plais sans jouer un rôle (donc qu'ils ne sont pas exclusivement attirés par la féminité) et que tu arrives à jauger un peu avant d'aller plus loin, ça me parait quand même très faisable !


MarcheReve
Non binaire de 28 ans
Paris

Faith> Il y a un peu de ça. Quand j'étais du genre à demander pourquoi les princesses ne collaient pas une tarte à la méchante sorcière, ou pourquoi elles ne sauvaient pas le prince pour une fois. Et l'humour il en faut toujours un peu ^^

GrillePain> Androsexuelle ^^ ça me plait de savoir qu'il y a un mot pour ça. J'espère qu'un jour il rentrera un peu plus dans le vocabulaire commun, parce que ce qui est nommé est connu et fini par être reconnu plus largement. En attendant c'est pas facile de devoir s'expliquer, car même si je reste moi même, j'ai l'impression souvent que les gens ne voient mon coté masculin que comme un masque face aux autre, un genre que je me donne ou je ne sais quoi. On me prends rarement au sérieux. En plus je suis une personne relativement timide, et reservé... J'assume mais en te lisant j'ai l'impression qu'il va falloir que je m'impose d'avantage pour ce que je suis sur ce terrain. Tu m'as donné à réfléchir.

Merci à vous deux.


Lunik
Femme de 27 ans
Bruxelles

Très intéressant :) Je viens de découvrir aussi les termes "androsexuelle" et "gynosexuelle" ^^



Rejoindre BeTolerant