Rejoindre BeTolerant

Forums LGBTi
Place aux débats
La violence n'est pas une solution

La violence n'est pas une solution

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

C'est l'affirmation que j'ai entendu hier soir.

Pour raconter l'histoire depuis le début, hier soir j'étais avec un pote de longue date sur Paris histoire de boire quelques verres et discuter (Paris côté qui craint un peu). On décide de rentrer vers minuit de notre soirée pour pouvoir profiter des derniers métro et là on tombe sur deux mecs bien trop jeune pour traîner dans ce genre de quartier à cet heure là, ils sont face à 3 mecs qui bien sûr décide de leur taxé leurs portefeuilles et portable (Quand on est arrivé ils venaient juste de finir leur petit racket) Mon pote et moi on intervient, et on dit clairement de rendre ce qui leurs ont pris, ils refusent et nous menace donc on rispote et on reprends de force les objets. Les 3 se barrent après cette pris quelques tartes, et on rend les objets, les 2 nous remercient on discute un peu et l'un des jeunes me dit "Mais vous savez la violence n'est pas une solution elle ne résous rien, je suis totalement contre toute forme de violence".

Je suis pas un fan de la violence je l'évite dès que je peux, surtout qu'elle m'a attiré des problèmes par le passé. Mais si la violence n'étais pas la solution alors c'était laquelle ? La discussion était perdu d'avance bien qu'on est tenté.
Je reste persuader que dans certains cas la violence à son utilité, combien de femmes se sont fais agressé dans les transports sans que personne ne réagissent ? Il y a des moments où il est préférable de cogner sur un mec que de le laisser faire.

Je sais très bien que la violence n'est pas la solution à tout et qu'on doit l'éviter mais il est de mon avis très dommageable qu'elle soit complètement écarté (Bien que se soit louable)


Bastien95
Homme de 21 ans
Saint Gratien

Je suis d'accord avec ton postulat.

Mais la violence est très complexe, qu'importe la forme qu'elle prend.

Très complexe, et très dangereuse. Une tarte mal calée, une chute mal anticipé au mauvais endroit, un adversaire armé sans que tu le saches...


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Je suis totalement d'accord avec toi.

C'est pourquoi il ne faut l'utiliser que dans des situations très rare, et dans un cadre de protection de soi même ou d'une autre personne.

Et oui le danger le plus evident c'est l'adversaire armé et je comprends sue cela freine énormément de personnes.


Ivysaur
Homme de 25 ans
Nancy

L'expression "la violence n'est pas une solution" est peut-être un peu excessive. On a dire que son sens varie entre "la violence n'est jamais la meilleure solution (sauf en cas d'extrême urgence)" et "si tu réagis violemment, tu ne vaux pas mieux que ton agresseur".

Dans la situation que tu décris, je pense qu'il vous aurait été possible d'appeler la police et de tenir la jambe aux agresseurs le temps qu'elle arrive.


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Malheureusement les agresseurs n'étaient pas du genre à attendre bien gentiment, c'est une solution qui aurait été préférable mais généralement si tu essayes de les retenir ils attaquent. Ils savent très bien qu'ils doivent pas traîner dans le coin (Et encore quelques fois ils peuvent vu que la police n'accorde quasiment pas d'importance à ce genre de choses)


Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

"ils refusent et nous menace donc on rispote et on reprends de force les objets" " la violence je l'évite dès que je peux, surtout qu'elle m'a attiré des problèmes par le passé"

Tu as sans doute remarqué que les policiers sont surarmés, ne travaillent jamais seuls et interviennent rarement à deux. Or vous étiez deux et sans défense. Par ailleurs ce style d'intervention amateur se solde souvent par un égorgement au couteau, ou blessure au ventre, rapidement mortels avant l'intervention des secours ou qui laissent de lourdes séquelles. Enfin si les agresseurs vous loupent et que vous ne les loupez pas, par exemple en leur écrasant le nez ou les testicules, la justice ne vous loupera pas. Encore pire si vous avez failli les tuer, handicaper ou tuer pour de bon. La seule chose à ne jamais oublier dans tous les cas est de prévenir les secours et/ou la police au plus vite, sinon vous serez poursuivi pour non assistance à personne en danger.

Dans ces conditions il est évident que pour les victimes et les témoins la violence est dangereuse, que ce soit par risque physique ou juridique, qui sont pour eux des risques sociaux difficiles à assumer. Par contre les agresseurs ont une approche différente, ils assument ces risques sociaux, généralement parce que le contexte dans lequel il vivent leur font penser qu'ils n'ont rien à perdre, voire tout à gagner en parasitant la société.

"deux mecs bien trop jeune pour traîner dans ce genre de quartier à cet heure là" "2 nous remercient on discute un peu et l'un des jeunes me dit "Mais vous savez la violence n'est pas une solution elle ne résous rien, je suis totalement contre toute forme de violence"

Ils n'ont pas raison de se mettre en danger tard le soir dans des quartiers à risque (à Paris c'est a peu près partout à risque), mais si leurs parents ont des moyens et s'ils veulent survivre en bonne santé ils ont raison d'éviter toute forme de violence lorsqu'ils sont agressés, par exemple en donnant ce qu'il leur est demandé. Sauf à avoir appris des arts martiaux leur permettant d’immobiliser des agresseurs ou éviter des coups, et encore face à un couteau ou une arme on ne pèse pas lourd...

En fait cela dépend des endroits et de l'heure, il y a des pays où il est conseillé de se défendre et de défendre les personnes agressées, d'autres pays où ça ne l'est pas, d'autres encore où il est totalement déconseillé de pénétrer car la population prend le parti des agresseurs contre les victimes (pas en France, quoique dans certains quartiers, mais en tout cas dans certains quartiers de certains pays quelque soit l'heure). D'autres endroits qu'une police en civil et armée surveille, généralement une police touristique, sont entièrement safe.

Après il y a le fait de se promener avec des objets de valeur ou pas. En général il est conseillé de ne pas emporter d'objets de valeurs, visibles ou supposés portés. Mais vaut tout de même mieux avoir quelque chose à donner pour calmer les agresseurs, sans porter des objets provoquant leur frustration. Dans certains pays il faut à tout prix éviter de porter des bagues difficiles à retirer, ils vous couperaient le doigt. Attention aussi aux valeurs dans les poches que les voleurs seraient tentés de couper à la lame de rasoir, tous ne sont pas adroits...

Bref je ne crois pas qu'il faille s'en tenir à des principes, tout dépend du contexte, et dans leur contexte ces jeunes étaient apparemment correctement informés.


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Ta réponse est très intéressante merci pour ta participation

Alors pour le coup on est intervenus parce qu'on est conscient du danger, j'ai déjà eu affaire à un mec qui sort un couteau, et j'ai appris a repérer les gens qui sont réellement dangereux, là c'était plus des cons qui voulaient montrer leurs force. Crois moi j'ai déjà éviter des conflits parce que je sentais que le ou les mecs en faces de moi pouvaient être dangereux et donc mener aux genres de situation que tu décris.

Ton explication sur les risques sociaux est intéressante, et je comprends quelques fois la non réaction des témoins. Mais je trouve qu'elle est parfois préjudiciable, de plus malheureusement la police n'arrive souvent pas assez vite.

Et je ne blâme absolument pas ces deux jeunes même si c'était debile de leurs parts de se balader la nuit dans ce genre de quartier. Surtout s'ils ne savent pas se défendre, bien que je pense que pour une question de sécurité tout le monde devrait savoir un minimum

Dans ce cas là s'ils savent pas se défendre il faut donner sans discuter (Bien que cela n'évite pas toujours la violence, aujourd'hui la violence "gratuite" est très présente) Mais mon interrogation se porte plus sur la non violence total dans un cadre général, je ne comprends pas vraiment cette façon de penser qui bannis toute forme de violence dans toutes situation.


Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Je comprends et apprécie ton approche.

J’ai omis de préciser que selon notre âge et notre expérience en tant que témoin et l’âge et vulnérabilité des gens agressés, on a pas la même perception de l’acceptabilité du risque. Tu as été sensible à leur jeunesse et inexpérience, ce que je trouve mature. En tant qu’adultes on sait que dans certains cas particulièrement injustes ou ignobles pour lesquels on se sent en mesure d’intervenir sans risquer de mourir sur le champs, il serait inconvenant de ne pas le faire même en restant dans la jurisprudence de la loi.

Reste que pour les plus jeunes, ce sera toujours moins grave de remplacer leur smartphone que de les enterrer ou qu’ils restent handicapés à vie. Et même pour les témoins intervenants : j’ai en tête l’exemple de deux étudiants brillants que leurs parents avaient éduqué pour être altruistes, après avoir porté assistance à des jeunes agressés l’un a été tué, et l’autre (le jeune Marin de Lyon) eu la crane fracassé et lutte actuellement pour retrouver un peu d’autonomie.

Mais il y a des pays où porter physiquement assistance est plus habituel, soit par sens du devoir comme aux US, soit parce que c’est de la responsabilité des hommes de protéger les femmes et les jeunes. Dans le dernier cas tous les hommes présents interviennent et cognent, il y a même des pays où l’agresseur risque d’y laisser sa vie. Mais si ce ne sont pas les témoins c’est la police qui cogne, et je pense la plupart du temps les deux mdr. Noter que cela a existé chez nous, je pense avant mai 68, la police utilisait des annuaires papier très lourds pour ne pas trop laisser de traces de coups.

Concernant la violence en général puisque c’est ta question, habituellement un haut niveau de violence entraîne, ou finit par entraîner, un haut niveau de violence. Un très haut niveau de violence calme les victimes, mais finit à la longue par entraîner une révolution violente. Et un très très haut niveau de violence entraine une sidération, où vivre et se reproduire n’est plus viable, à part pour les militaires. C'est un espèce de suicide collectif, notamment lors de guerres civiles. Heureusement il y a toujours des pays amis ou ennemis compatissants qui interviennent pour délivrer les victimes, soit en bombardant, soit en armant, soit en envahissant, il existe des tas d’options qui font encore plus de victimes.

A l’inverse la non violence a souvent permis de vaincre la violence et ceux qui la pratiquaient, mais à la condition impérative d’être suffisamment nombreux car ça fait du dégât, des martyrs. Par exemple les adultes tibétains adeptes de la non violence n’ont aucune chance de l’emporter face aux chinois trop riches et trop nombreux. Et les plus jeunes tibétains maintenant peu formés à la non violence non plus, ils se font écraser en se révoltant.

Mais il y a des cas qui ont fonctionné, par exemple les hindous qui ont fait plier les colons britanniques, ou les chrétiens qui ont fait plier les romains, ou les sudafricains blacks qui ont fait plier les blancs. En général les générations suivantes redeviennent violentes car tous les humains se ressemblent quand ils pensent être les plus forts.

Je suppose que ta question concerne plutôt Paris et la France, et elle a inévitablement une dimension politique. Mais je ne pense pas que sur ce topic tu fasses de la politique. Si un jour l’ultra droite ou l’extrême droite prenait le pouvoir en France, et après que la hiérarchie des services de l’état eut été modifiée, ce serait intéressant de voir les topics et les réponses (ou absences de réponses) sur la violence, qui seraient inévitablement très différents de celui-ci. J’ai coutume de dire que ces questions sont très géographiquement et temporellement dépendantes, et qu’elle suivent des modes ^^


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Je vois, tes exemples sur la non violence qui triomphe sont très bien choisit et font réfléchir.

Ton intervention sur se sujet est très appréciable, et même si je pense toujours que quelques fois une tarte peu faire la différence.

Je suis plus à même de comprendre les personnes avec une approche pacifiste du moins s'ils ont la même approche que toi sur le sujet.

Encore merci pour ta vision des choses ! Elle m'a apportée une bonne réflection sur le sujet.


Organ
Homme de 19 ans
Montpellier

2 remerciements

Je rejoins ton avis , la violence n'est pas le meilleur moyen de regler un probleme , cependant , elle est parfois le seul et unique moyen , dans ce cas la , il ne faut pas hesiter. Certains te diront , commet le jeune , qu'il ne faut jamais en user , car elle n'est pas la solution , mais pour le coup , sans elle il n'aurai jamais recuperer ses affaires , de plus , elle permet au moins d'avoir le sentiment de satisfaction d'avoir fait payer a l'agresseur.


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Merci, sa fait plaisir de voir que des gens pensent comme moi, sa montre que je ne suis pas accro à la violence qui cherche les problèmes. Pour moi c'était naturel d'intervenir.

Je te remercie de ton intervention.


NinaLaLoca
Femme de 19 ans
Paris

C'était très courageux de ta part Uthano. C'est vrai que la violence ne résout rien mais parfois, cela est nécessaire. La seule chose à faire est de prendre du recul et se demander s'il est nécessaire d'en venir aux mains. Le choix de la violence ne devrait être qu'en dernier recours


Minos
Homme de 21 ans
Paris

1 remerciement

@Uthano, je n'ai lu que ton post pour le moment et je tenais d'abord à te félicité pour avoir réagis... La plus part des personnes ce serait contenté de regarder et d'en faire leurs conversation après l'acte fini.

Effectivement tu as utilisé la violence... Mais pour répondre celons moi à ta question pour moi, si elle est capable de faire le mal, elle peut aussi bien faire le bien... C'est un peu cucu à dire mais vrai... Certaines fois la violence peut celons moi résoudre les choses. Reste à savoir ceux qui sont près à l'utilisé

De base, je suis non violent. J'ai ni le physique ni le mental pour la violence. Mais plusieurs fois dans ma vie il est arrivé à des personnes de l'utilisé pour me protégé face à des connards. Aujourd'hui je suis plus fort, je ne me bats pas, mais je sais réagir, m’interposer pour éviter les coups entre deux personnes. Mais concrètement, mes agissement aurait servit à rien face à la situation que tu décris... et la Police n'aurait pas été utile. Pour moi tu as fais le bon choix en soit.


MamGay
Femme de 43 ans
montpellier

Uthano, je te félicite pour ta solidarité. Si j'avais été un homme, je pense que j'aurais distribué quelques tartes aussi pour ne laisser la place aux intimidants...avec ce genre d'individus, difficile d'être "peace" car cela n'a aucun effet, mais une tarte remet en place. et le côté : "c'est bien, c'est pas bien..." bof, bof. on agit avec ce qu'il y en face, sans se mettre en danger mais au moins, ne pas tout laisser passer.


Pinson
Femme de 34 ans
Bruxelles

"Si j'avais été un homme" ?!

Si j'avais été plus grande et forte, si j'avais été super-musclée, si j'avais eu le courage, si j'avais pris des cours de karaté, si j'avais osé, si j'avais su viser direct dans les parties, si je n'avais pas eu peur pour moi, si j'avais pensé pouvoir avoir le dessus, si ...

Mais si j'avais été un homme ?! Rah.

À part ça, moi, même si "j'avais eu les couilles", je serais (peut-être) intervenue mais juste par la parole. Et si l'on m'avait agressée, je me serais (peut-être) défendue. Mais en fait, non, j'ai pas "les couilles" et si le fait d'être un homme m'avait donné la possibilité d'agir avec violence, et de le faire, de devenir moi-même agresseur, je suis contente de ne pas en être... En fait, je serais restée en retrait, je pense. J'aurais appelé les flics, probablement. Et puis, j'aurais attendu avec les jeunes rackettés en attendant leur arrivée. Point. Et ça n'aurait rien changé pour les racketteurs, c'est possible... Parce que la plainte n'aurait rien donné, parce que les flics savent pas gérer ça, parce que parce que ... Ils auraient commis leur vol et se seraient taillés, tranquilles. Et ils auraient recommencé un autre jour avec d'autres gens. Possible. Mais là, avec une réplique violente à leur propre violence, à part qu'ils ont perdu leur maigre butin du jour, et se sont pris un gnon ou deux, bah, ça les empêchera pas non plus de recommencer. Au final, c'est prendre des risques pour rien, faire passer le message faux que la contre-attaque est plus efficace que la justice, et le simple fait qu'un des jeunes dise "la violence, ça ne résout rien", ça prouve déjà que l'intervention a été contre-productive parce que lui se sera senti mal à l'aise par la tournure qu'ont pris les évènements.

Violence dans le danger, violence contre seul moyen de défense, ok. Contre-attaque... pas ok.


Organ
Homme de 19 ans
Montpellier

2 remerciements

C'est bien gentil ce que tu dis , c'est utopiste mais avec une reaction comme la tienne la seule chsoe que tu vas entrainer c'est une confirmation pour l'agresseur que tu as peur de lui , que tu le crains , ca va le conforter dans l'idée qu'il peut recommencer vu que tu le crains et que tu ne te defendras pas :)


Pinson
Femme de 34 ans
Bruxelles

Ouaips, tout à fait :) ! Je vis dans un monde de Bisounours, je m'en cache pas, je suis bien plus heureuse en étant "trop utopiste" ! :D !

Et en soi... Je le crains et je ne me défendrai pas. S'il le sait, il sera peut-être moins agressif :p ...


Organ
Homme de 19 ans
Montpellier

2 remerciements

La finalité sera la meme , qu'il soit agressif ou non tu finiras sans ton portable/sac etc ^^ Et il recommencera vu que tu es une proie "facile" qui ne se defend pas ^^


Organ
Homme de 19 ans
Montpellier

2 remerciements

C'est dommage de se mettre dans une position de victime comme ca , ca n'engendra que plus de violence encore


Pinson
Femme de 34 ans
Bruxelles

Oh non, tu exagères... Le fait de ne pas me défendre par la violence ne veut pas dire que je vais le laisser faire sans mot dire. Ni que je me positionne en victime. Ça veut juste dire que je préfère finir sans portable que sans vie ou tuméfiée. C'est mon choix. Je n'ai pas peur dans la rue, je me promène sans peine dans toutes sortes de quartiers, mais je ne cherche pas les ennuis et ne me montre pas violente. Tu vois, ne pas répondre par la violence n'est pas forcément synonyme de se victimiser... Déjà, tout dépend de ton attitude de départ. Je n'ai jamais été agressée, et je suis convaincue que c'est parce que je n'ai jamais laissé croire à qui que ce soit que j'avais peur de lui. Un pote se renfrognait dès qu'il croisait des groupes de "rebeu", ou changeait de côté dans la rue. Résultat : il s'est fait agresser plusieurs fois. Tu peux agir préventivement, éviter les ennuis par une attitude de base ouverte et non craintive, qui montre que t'es forte et pas une victime. Le gars dont je te parle, il était plus grand que moi, pesait le double et aurait fait peur à n'importe qui. Mais lui se posait en victime et était par conséquent considéré comme tel par les gens aux mauvaises intentions. Mais si un jour, je me trouve face à un dingue et que je sens qu'il pourrait être dangereux, alors je laisse faire. Et j'ai pas honte de ça. Et je ne suis pas une "proie facile".



Rejoindre BeTolerant