Rejoindre BeTolerant

Forums LGBT+
Amour et intimité
Un problème qui n'a rien de nouveau

Un problème qui n'a rien de nouveau


Anonyme
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Salut tout le monde,

Il me vient ce soir comme un besoin de m'épancher un peu sur mon vécu, d'exprimer quelque chose qui commence à me ronger, à la recherche de conseils et de votre bienveillance (parcourant régulièrement le forum, je m'inquiète pas trop là dessus :) )

Je me livre assez difficilement, vous m'excuserez si je poste anonymement.

Mon problème est au final assez banal: je n'arrive pas à oublier un ex petit ami. (C'est même chiant comme la pluie un problème pareil, je suis d'accord avec vous.)

Sauf que ça fait un an maintenant qu'on s'est quittés. Pour vous expliquer à quel point ça me mine aujourd'hui je suis obligé de vous décrire un peu notre relation. Je vais essayer de faire vite, promis.

On est restés ensemble quasiment 3 ans. Trois merveilleuses années. Sur les derniers mois on vivait ensemble car il m'avait proposé d'emménager chez lui et j'avais dit "Oui!". On était très différents, par nos vécus, nos manières de voir les choses et nos centres d'intérêt. Mais ça nous permettait d'avoir des discussions passionnantes, parfois animées mais sans jamais rentrer dans le conflit personnel. On partageait les mêmes valeurs.

On parlait de vieillir ensemble. On faisait des projets de vie ("Et si on allait vivre là, on pourrait avoir un jardin et de la place pour les animaux!"). On est partis en vacances ensemble. Il m'a permis d'assumer totalement d'être gay. Il est le premier que j'ai présenté "officiellement" à ma famille. J'ai rencontré la sienne. J'étais aussi le premier qu'il présentait. Tout était tellement naturel. Dès qu'on s'est rencontrés, tout était si simple avec lui. Je ne sais pas comment le mettre en mots de manière juste: un sentiment exaltant à l'idée de le voir, un sentiment de bien-être et de sécurité. C'était le bon, je le savais, point. J'étais fou amoureux de lui, simplement heureux à l'idée de faire ma vie avec lui, et tout en lui me laissait comprendre que c'était un sentiment partagé.

Bref, trois merveilleuses années. Et puis peu à peu, en vivant ensemble, des petits désaccords apparaissent, sous forme de petits reproches ("T'as pas vidé le lave-vaisselle.") Rien d'insurmontable. On apprend à vivre sous le même toit, faire des compromis, se faire au rythme de l'autre. Je me dis que ça va s'arranger tout seul.

Sauf que les petits désaccords deviennent de vraies engueulades au fil des jours. On n'arrive plus à se parler, à se comprendre. Le moindre désaccord finit en drame, sur des trucs aussi cons que ce qu'on mange ou le film qu'on veut regarder! On se crie dessus de plus en plus souvent. Il lui arrive de plus en plus de partir pour la nuit sans me dire où il va. (Il me dira plus tard être allé dormir dans sa voiture ou à l'hôtel pour évacuer la colère). Moi je reste chez nous sans dormir et je commence à boire des quantités déraisonnables d'alcool.

Les choses empirent encore pendant quelques semaines. Puis on décide de se séparer. Nous deux ça ne marche plus, et on est incapables de dire pourquoi. Épuisés par toutes nos engueulades, on essaye quand même de comprendre pour trouver une solution. On trouve quelques efforts à faire l'un comme l'autre. On essaye une dernière fois mais rien n'y fait, tout sonne faux désormais. Tout ce qui semblait si naturel avant, qu'on faisait sans réfléchir, devient une comédie mal jouée, des faux semblants. Le moindre "ça va?" nous rappelle à quel point on essaye à chaque instant de retrouver quelque chose qu'on a perdu.

C'est un cercle vicieux. Plus on fait des efforts l'un pour l'autre, plus c'est difficile à vivre. On finit par se séparer, d'un "commun accord". Il est plus d'accord que moi. Même s'il me dit quand même qu'il préfère qu'on arrête plutôt que de continuer à avoir mal comme ça, qu'il est dégoûté par l'incompréhension de la situation.

On se sépare donc. Pif pouf, du jour au lendemain, plus le moindre signe de vie. Ni de ma part ni de la sienne.

C'était il y a un an tout pile. Depuis un an, chaque jour... Chaque foutu jour, c'est la même douleur dans la poitrine qui me serre dès que je pense à lui bien malgré moi. Rien n'a changé en un an.

Je ne suis pas dépressif pour autant, les idées noires m'ont heureusement quitté. J'ai la chance de faire un métier qui me passionne, dans lequel j'ai plaisir à passer du temps, parfois plus que je ne devrais. Au moins ça m'occupe l'esprit.

Mais voilà, j'ai connu quelques ruptures difficiles (disons deux, trois avec celle-là). Pour les autres le temps a fait son boulot. Là c'est bien différent. Je n'avance pas. Le temps n'efface rien. J'ai essayé pourtant: discuter avec des mecs très sympas, les rencontrer autour d'un verre, j'ai même passé de bons moments. Mais je n'y arrive plus. La comparaison avec mon ex est toujours aussi forte, je suis incapable d'envisager quoi que soit avec quelqu'un d'autre.

C'est comme si cet aspect de ma vie était désormais bloqué. Et cette douleur qui refuse obstinément de s'éteindre...

Alors si vous avez quelques pistes, quelques conseils pour recommencer à avancer, pouvoir enfin passer à autre chose, être de nouveau capable d'envisager l'avenir avec quelqu'un ... Ben je prends avec plaisir :)

Puis si vous avez rien sous le coude c'est pas bien grave, je vous aime quand même :p (L'écriture procure déjà un premier apaisement à vrai dire.)

Mille mercis en tout cas si vous avez lu jusque là, c'était un poil plus long prévu! Z'êtes des gens bien!


Fuong
Homme de 41 ans
Bordeaux

Comme toujours, je ne peux répondre qu'en faisant le parallèle avec ma propre histoire. On va faire simple, c'est la même (sans le lave-vaisselle...), sauf que l'agonie est sur 5-10 ans et que la séparation est bien plus récente (et même pas consommée puisqu'il quitte l'apart dans moins d'un mois). Je me retrouve déjà dans ton message et ça me promet une tempête de merde émotionnelle quand il va réellement se barrer. Mais j'ai quand même une clef à te donner : petit à petit alors que l'horizon de mon désert affectif s'éloignait au sein de notre couple, j'ai reporté mon affection sur un nouveau collègue au fur et à mesure que je le découvrais. C'est très très probablement un cul-de-sac dans la mesure où il n'y a pas de raison pour que ce soit réciproque, c'est un autre problème, mais ça m'a appris une chose : si tu retombes amoureux, les douleurs de l'ancienne relation s'atténuent plus vite. Ces dernières semaines, je me suis surpris à zapper complètement mon ex pour n'avoir de pensées que pour ce collègue. Et tomber amoureux, je ne vous refais pas l'histoire, ça ne se contrôle pas ou seulement en augmentant la diversité des rencontres. Je te dis ce que mes amis me disent actuellement (et que je ne fais pas bien entendu), il ne faut pas rester seul à se morfondre, rentrer "en religion" ne résout rien. Tu nous dis que tu n'es déjà plus dans cette étape (je t'envie), je pense qu'il faut juste continuer, essayer plus fort, c'est juste les lois de la probabilité qui font que ça dure depuis un an.


MamGay
Femme de 43 ans
montpellier

faudrait trouver un nouvel amour, une énergie en chasse une autre ...


Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

"Alors si vous avez quelques pistes, quelques conseils pour recommencer à avancer, pouvoir enfin passer à autre chose, être de nouveau capable d'envisager l'avenir avec quelqu'un ... Ben je prends avec plaisir :)"

calinothérapie dans une ferme d'éléphants ^^

[youtube]a-Kmn24RxWI[/youtube]


Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Jette-toi à fond dans un hobby, ça va donner un méga coup de boost à ton moral.

Tu peux aussi adopter un animal dans un refuge qui te rendra au centuple l'affection que tu lui donneras.

[b]Lindos a écrit[/b][quote]calinothérapie dans une ferme d'éléphants ^^[/quote] J'suis pas déprimée mais je prends quand même !


Hope94
Homme de 21 ans
Charenton

Peut être que ce qui te fait si mal (par rapport à tes autres ruptures), c'est le fait que t'es rêvé de tout un futur avec cette personne,et que du coup c'est tout une vie que t'as l'impression d'avoir perdue.

Peut être aussi que le fait de ne pas comprendre pourquoi ça à arretté de fonctionner entre vous t'empêches d'avancer, tu te dis peut être "si seulement on avait essayé plus longtemps, ça aurrait fini de marcher". Le "what if..." c'est un moyen de se faire du mal.

En tout cas je te trouve très courageux de venir en parler sur le forum (même annonyment), admettre qu'on souffre, ça demande déjà de la force, je ne suis pas sur que je pourrais faire pareille.

[b]DeTreville à écrit:[/b] [quote]Tu peux aussi adopter un animal dans un refuge qui te rendra au centuple l affection que tu lui donneras.[/quote]

Je suis d'accord avec DeTreville! la relation que tu peux avoir avec un animal de companie peut t'apporter 100 fois plus que les rapports avec d'autres êtres humains.


Skyquiver
Homme de 30 ans
Près de Nice

9 remerciements

Je pense qu'il faut passer à autre chose en réalisant, comme tu l'as écrit toi même, que vous aviez des désaccords multiples et visiblement révélateurs d'une rupture plus profonde, ou d'une certaine lassitude. C'est parfois douloureux de repenser à une personne qu'on aimait vraiment mais avec le temps ça s'estompe un peu.

Certains d'entre nous n'ont pas même encore trouvé quelqu'un avec qui partager une véritable relation amoureuse réciproque et honnête, sans pour autant le mériter plus ou moins qu'un autre. Prends le donc plutôt comme une chance et une leçon pour l'avenir, le problème étant qu'on sait de plus en plus avec le temps et les expériences ce qu'on aime et ce qu'on recherche chez l'autre et qu'on ne peut devenir que plus difficile et sélectif j'imagine, mais le jeu en vaut la chandelle si tu trouves quelqu'un d'autre qui te correspond pour vivre une belle idylle.

On en bave tous et on serre les dents, et qui ne rêverait pas de trouver sa princesse ou son prince charmant, mais cela existe-t-il seulement ?

Essaye de renouer avec ce que tu es et ce qui te plaît à travers des hobbies, des passions, et des projets à accomplir qui te tiennent personnellement à cœur, ou de simples sorties (cinéma, plage, etc...) avec des collègues ou des amis, ou même à travers un sport.

Il n'y pas de remède miracle, tu le sais bien. Il faut avant tout savoir se faire plaisir, car ne sommes-nous pas avant tout des sempiternels chasseurs de trésors quotidiennement en quête d'un bon livre, d'un bon film, d'un bon jeu, d'un bon repas, d'un beau voyage, d'une belle soirée ou même de nouvelles idées ?

Garde espoir !



Anonyme

Merci pour vos réponses :)

[b]Citation de Fuong[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12069/un-probleme-qui-n-a-rien-de-nouveau#273765] si tu retombes amoureux, les douleurs de l ancienne relation s atténuent plus vite. .[/quote]

[b]Citation de MamGay[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12069/un-probleme-qui-n-a-rien-de-nouveau#273773] faudrait trouver un nouvel amour, une énergie en chasse une autre ...[/quote]

[b]Citation de Skyquiver[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12069/un-probleme-qui-n-a-rien-de-nouveau#273794] mais le jeu en vaut la chandelle si tu trouves quelqu un d autre qui te correspond pour vivre une belle idylle.[/quote]

Je suis bien d'accord, et j'en ai même envie dans l'absolu. C'est pas pour rien que je suis inscrit sur Beto ;)

J'ai fait mon deuil de cette relation, j'ai arrêté avec les "Et si ..." qui ne mènent à rien. Je suis simplement désorienté et déstabilisé par le temps qui passe d'un côté, et des sentiments qui ne s'estompent pas de l'autre. J'ai rencontré des mecs depuis, que j'ai trouvés très sympas, drôles, mignons... Mais ce n'est pas allé plus loin que la rencontre parce-que très vite mes souvenirs s'imposent à moi et à partir de là plus rien n'est possible. Vraiment je le ressens comme un vrai blocage, et je n'arrive pas à en trouver la clef.

[b]Citation de Skyquiver[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12069/un-probleme-qui-n-a-rien-de-nouveau#273794] le problème étant qu on sait de plus en plus avec le temps et les expériences ce qu on aime et ce qu on recherche chez l autre et qu on ne peut devenir que plus difficile et sélectif j imagine[/quote]

Il doit sûrement y avoir de ça :)

[b]Citation de Lindos[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12069/un-probleme-qui-n-a-rien-de-nouveau#273775] calinothérapie dans une ferme d éléphants ^^[/quote]

Ha ha ha! Je prends la calinothérapie! (Avec un éléphant je doute un peu, m'enfin ^^) Mais l'idée d'un petit animal pourquoi pas!


Fuong
Homme de 41 ans
Bordeaux

[quote]J'ai rencontré des mecs depuis, que j'ai trouvés très sympas, drôles, mignons... Mais ce n'est pas allé plus loin que la rencontre parce-que très vite mes souvenirs s'imposent à moi et à partir de là plus rien n'est possible. Vraiment je le ressens comme un vrai blocage, et je n'arrive pas à en trouver la clef[/quote]

Je pense qu'il faut que tu gardes en tête que tu es pourri par ton ancienne expérience. Il faut le prendre de l'ordre de l'interférence, pas nécessairement, dans un premier temps, comme une sagesse acquise, une compétence "construire une relation" à exploiter sur ton "CV de l'amûûûr". Quand on a acquis des mauvais gestes, des mauvais réflexes (ici, c'est de l'ordre du sentiment, pas du savoir-faire, on se comprend), il faut déconstruire pour reconstruire.

Concrètement, je pense qu'il faut considérer l'autre partenaire comme une personne responsable du point de vue de ses sentiments, "qui sait ce qu'il veut" comme on dit sur les profils. Et, lui accordant ça, il faut se laisser porter. T'es en rééducation, quelqu'un vient marcher avec toi sur une portion de chemin, en connaissance de cause (je pense qu'il faut le dire que tu sors d'une relation, même si ça fait un an, moins je le mets carrément sur le profil, ça me permet d'écrémer tout ceux qui n'auraient pas la patience, qui ne comprendraient pas certaines réticences, sur-réactions ou moments d'apathie). Du coup, tu vois où le mec t'emmène, tu suis son rythme. Y aura du laché prise, des réticences à étouffer, un trop plein d'enthousiasme, etc. puis quand il aura suffisamment fait le chemin en tête, tu sauras probablement si tu veux continuer l'histoire.


Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Difficile de te répondre sans connaitre son âge et le tien, mais il semble apparaitre dans ta description qu'il avait une autorité et des habitudes plus affirmées que les tiennes, que tu as dérangé dès que tu as habité chez lui. Il est possible sinon probable que tu aies été peu résiliant, sinon vous ne vous seriez pas engueulé. Mais pour tout dire, si tu es toujours aussi attaché à lui j'ai quelques doutes que cela soit encore son cas... Il était sans doute très séduisant avec plein de qualités qui te plaisaient sinon tu n'aurais pas été amoureux de lui, mais peut-être que si tu prenais un peu de recul il n'était peut-être pas globalement aussi parfait que ton souvenir de lui, qui te rend "incapable d'envisager quoi que soit avec quelqu'un d'autre".

Reste qu'après une rupture le mieux semble d'en faire tant bien que mal une fondation en gardant les meilleurs souvenirs, cela ne servirait à rien de noircir une personne qu'on avait de bonnes raisons d'aimer. Mais l'amour rend souvent aveugle, et cela peut valoir la peine de prendre du recul en admettant nos défauts et ceux de nos ex. Et dans ta description il n'est pas tout rose...

Mais c'est vrai que "chat échaudé craint l'eau froide" et que ce n'est pas facile de se laisser de nouveau aller à rêver.



Anonyme

[b]Citation de Fuong[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12069/un-probleme-qui-n-a-rien-de-nouveau#273816]T es en rééducation, quelqu un vient marcher avec toi sur une portion de chemin, en connaissance de cause (je pense qu il faut le dire que tu sors d une relation, même si ça fait un an, moins je le mets carrément sur le profil, ça me permet d écrémer tout ceux qui n auraient pas la patience, qui ne comprendraient pas certaines réticences, sur-réactions ou moments d apathie)[/quote]

Je comprends ce que tu veux dire. C'est sûrement une manière d'aborder les choses. Quand je rencontre quelqu'un, quitte à faire table rase du passé autant le faire complètement. Être une page blanche prête à écrire la suite. Je n'aime pas me présenter avec toutes les casseroles et les blessures accumulées au fil des expériences. Si une histoire se construit avec cette nouvelle personne on aura bien le temps de parler du passé sereinement.

[b]Citation de Lindos[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12069/un-probleme-qui-n-a-rien-de-nouveau#273833] Difficile de te répondre sans connaitre son âge et le tien[/quote]

J'ai 29 ans, on s'est rencontrés à 25. Lui et moi on a le même âge.

[b]Citation de Lindos[/b][quote cite=https://betolerant.fr/forum/12069/un-probleme-qui-n-a-rien-de-nouveau#273833] il semble apparaitre dans ta description qu il avait une autorité et des habitudes plus affirmées que les tiennes, que tu as dérangé dès que tu as habité chez lui. Il est possible sinon probable que tu aies été peu résiliant, sinon vous ne vous seriez pas engueulé. Mais pour tout dire, si tu es toujours aussi attaché à lui j ai quelques doutes que cela soit encore son cas...[/quote]

Tu as sûrement vu très juste. Et c'est ça qui m'est resté d'autant plus incompréhensible que c'est lui qui a proposé qu'on vive ensemble. Pour la résilience je ne sais pas. Peut-être qu'il attendait plus de ma part. Moi je garde le sentiment d'avoir fait beaucoup d'efforts pour lui, à tel point que sur la fin je me suis demandé s'il n'était pas en train de me demander de changer qui j'étais.

Je ne dirai pas que je suis encore attaché à lui (et je suis certain, connaissant son caractère, que lui ne l'est plus du tout). Comme j'ai dit j'ai fait le deuil de cette relation (il y a quand même du positif :p). C'est plutôt que je souffre de la comparaison, qui est d'autant plus cruelle que, alors que ça c'est si bien passé, ça ait pu aussi mal finir. Je n'en retire rien de très optimiste.

[b]Citation de Lindos[/b]Mais c est vrai que chat échaudé craint l eau froide et que ce n est pas facile de se laisser de nouveau aller à rêver.[/quote]

Voilà voilà ^^


Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

"Pour la résilience je ne sais pas. Peut-être qu'il attendait plus de ma part. Moi je garde le sentiment d'avoir fait beaucoup d'efforts pour lui, à tel point que sur la fin je me suis demandé s'il n'était pas en train de me demander de changer qui j'étais."

Je cherchais à mieux comprendre. La seule méthode que je connaisse pour surmonter ce qu'on ne peut pas changer en soi et en l'autre après avoir fait tous les efforts possibles, c'est le partage des tâches de façon à ce que chacun fasse ce qu'il sait faire le mieux. Par exemple il aurait du finir par admettre qu'il devait être le gérant du vidage du lave-vaisselle ^^ Plus fondamentalement il aurait du admettre qu'il ne pouvait pas t'avoir à porté de la main chez lui et ne pas supporter en partie ta façon d'être. Le plus difficile est de déterminer ce qui est acceptable ou pas. Pas assez de résilience est souvent voué à l'échec, mais trop c'est se faire envahir et risquer de finir soit par se rebeller, soit par se faire digérer et manipuler. Après t'avoir lu j'ai maintenant un peu le sentiment que tu étais au bout du bout de ce que tu pouvais accepter.



Rejoindre BeTolerant