Rejoindre BeTolerant

Forums LGBT+
Amour et intimité
Une femme peut-elle avoir le sida en ayant uniquement des rapports homosexuels ?

Une femme peut-elle avoir le sida en ayant uniquement des rapports homosexuels ?

Supernina
Femme de 22 ans
Lille
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Salut tout le monde !
Bha voilà tout est dans le titre. Y a pas longtemps j'ai commencé à me poser la question de la possibilité d'une transmission du sida entre deux femmes.
Donc voilà si vous avez des infos à ce sujet. J'ai regardé un peu ce qui se disait sur internet mais je voulais aussi avoir l'avis des gens de ce site.
Merci d'avance !

Bougy
Femme de 19 ans
Val D'Oise

3 remerciements
Alors j’ai entendu des amies me parler du fait que la langue peut transporter toute sorte de maladies, bactéries....
Puis aussi une amie avait decouvert que sa copine l’avait trompée car elle a attrapé une MST. La maladie a été transmise via la langue. La langue de sa copine avait été en contacte avec l’une d’entre elles voilà tout.

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
si tu as une plaie ouverte langue ou muqueuse, et que ta partenaire à une mst, il est possible que tu l'attrape !!!!

Gargantua
Homme de 52 ans
Bordeaux

3 remerciements
Bonjour,

Je t'invite à consulter le site ou à poser ta question :
SIDA info services
- téléphone
- tchat direct
- questions fréquentes

Bien à toi.

Xavier

Desiles91
Femme de 40 ans
Villemoisson sur orge
Bonsoir,
Il y a des années de ça déjà quand j'ai compris que j'aimais les femmes je me suis demandée comment me protéger, j'ai contacté sida info service.a l'époque j'ai eu quelqu'un qui m'a indiqué que toutes les femmes lesbiennes séropositives avaient essentiellement été contaminées lors d'échanges de sex toys ou au cours de relation hétéros donc femmes bisexuelles.A l'époque ils n'avaient pas connaissance de transmission de la maladie entre femmes avec un cunnilingus. Alors ça me semble être du bon sens de ne pas avoir de rapport oraux avec une partenaire qui se sait contaminer avec une partie dans la bouche... L'idéal serait d'en discuter si tu as peur. D'ailleurs même si tu n'as pas peur, on ne joue pas avec sa santé. L'époque c'est il y a 17 ans.???? que le temps passe vite!!

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'avais vu des statistiques là dessus et honnêtement toutes les pratiques sont à risque concernant une chiée de maladies. Le cunnilingus, est safe pour le VIH, mas pas pour l’herpès, chlamydia, hépatite B et autres trucs rigollots.

Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Les filles entre elles sont en moyenne bien moins exposées que les gars entre eux car la muqueuse vaginale est moins fragile que la muqueuse anale, elles ont sans doute moins fréquemment des partenaires différentes, et leur population est en moyenne moins infectée que les gars (quoique certaines filles ou gars hétéro ou bi "afro" soient parmi les populations à risque). Les vecteurs de transmission sont les liquides sexuels et le sang, les récepteurs les muqueuses, les plaies, les injections non stériles, etc).

Bref personnellement je serais lesbienne, en moyenne je ne serais pas trop inquiet en France mais serais plus vigilent dans les cas s'écartant de la moyenne.

Attention aussi au vocabulaire, en France si on est dépisté positif au VIH avant que des symptômes de Sida ne fassent évoquer l'infection, on est traité de façon à généralement ne jamais atteindre le stade Sida.

Cela pose la question de la fréquence de dépistage.
Pour les gars gays qui sortent beaucoup la recommandation est passée à un dépistage trimestriel, avant elle était annuelle pour les gays (et ne devrait jamais dépasser cette périodicité annuelle).
En tout état de cause pour ne pas atteindre un stade symptomatique de (pré)sida il faudrait se tenir largement au dessous de 5 ans, par exemple 3 ans maxi.
Mais comme des filles peuvent être bi et sortir avec des gars bi, on retomberait sur une fréquence annelle.
De plus les centres de dépistage dépistent systématiquement tout lorsqu'ils recherchent des IST.
Dans ces conditions personnellement je resterais conservateur même si le risque est en moyenne bien moindre pour les lesbiennes...
Mais je ne suis pas une fille ^^

Moox49
Femme de 25 ans
Angers
Bonjour tout le monde :)


De ce que j'ai vu en cours il y a 4 ans, voila ce qui était dit :

à ce jour il n'y a eu qu'un seul cas au monde recensé de transmission du VIH pendant un rapport entre femmes.

C'était dans la situation suivante : une femme séropositive qui ne prenait pas de traitement ayant un rapport brutal avec partage d'objet sans protection avec sa compagne.

En gros, tous les facteurs réunis pour une transmission...

Il faut savoir que les risques sont ultras minimes entre deux femmes homosexuelles de transmettre le VIH, de plus, si votre compagne à le VIH mais est sous traitement en charge virale indétectable, le virus n'est pas transmissible non plus :)

Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Moox49,
"si votre compagne à le VIH mais est sous traitement en charge virale indétectable, le virus n'est pas transmissible non plus"

Chez les gars, indétectable dans le sang depuis plusieurs mois avec une marge de sécurité de 6 mois, et sous réserve qu'on connait et ait confiance en la personne. Chez les gars cela fait beaucoup de si...
Chez les filles il y a des bi, qui de plus parfois pratiquent (pour des raisons culturelles) la sodomie avec des hommes à risque.
Après c'est clair que ce style de risques très faibles sont difficiles à quantifier.

Je viens de retrouver les dernières recommandations 2017 de la Haute Autorité de Santé en matière de dépistage VIH, Réévaluation de la stratégie de dépistage de l’infection à VIH en France (mars2017) :
pour la population générale au moins une fois au cours de la vie avec attention particulière pour les hommes, moins dépistés que les femmes, ainsi que dans des circonstances ou périodes de la vie particulières telles que diagnostic d’une IST, d’une hépatite B ou C, viol, grossesse, signes évocateurs de primo-infection, projet de grossesse, prescription d’une contraception ou IVG, incarcération, diagnostic de tuberculose.

On voit que les femmes sont tout de même ciblées par des dépistages.

Pour les personnes à plus haut risque notamment les gays et bi :
- tous les 3 mois chez les HSH (hommes ayant des rapport sexuels avec des hommes);
- tous les ans chez les UDI (utilisateurs de drogues par injection);
- tous les ans chez les personnes originaires de zones de forte prévalence, notamment d’Afrique sub-saharienne et des Caraïbes.

Personnellement je pense qu'une fois par an quand on est un couple HSH stable avec quelqu'un de fiable c'est déjà pas si mal, mais c'est mon opinion.

Desiles54
Femme de 42 ans
Audun-le-Roman

33 remerciements
Il est important de se faire dépister, homme ou femmes!! Et il n'y a pas que le VIH , on peut attraper beaucoup d'autres joyeuserie.

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je tiens à ajouter que papillomavirus et chlamidya sont en cause dans le cancer du col de l'utérus. Il ne faut vraiment pas penser qu'au VIH.

Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Je ploussoie l'idée de stratégie globale de lutte contre les IST.
Elle est plus facile à comprendre chez les lesbiennes car le risque de VIH reste faible en moyenne.
Dans les populations à risque de VIH tels que les gays, la priorité à la lutte contre le VIH conduit à des stratégies plus binaires même si elles ne le sont pas en théorie. Et tous les germes en profitent pour prospérer, y compris le VIH.

Benew
Non binaire de 53 ans
saint denis

Citation de Supernina #269859

un reponse possible: https://www.youtube.com/watch?v=mj-eillrPJc



Rejoindre BeTolerant