Rejoindre BeTolerant

Forums LGBT+
Place aux débats
Les amis compte autant que la famille? qu'en pensez vous?

Les amis compte autant que la famille? qu'en pensez vous?

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Souvent on nous dit de ne pas nous approcher de certaines personnes, de les éviter. On nous dit au final qu'ils sont toxiques. Mais les vrais amis qui sont toujours là pour vous et inversement, compte-ils autant que votre famille?
Moi je répondrais par un grand OUI pour trois de mes ami(e)s ils sont devenus pour moi une deuxième famille.

FreePanda
Femme de 21 ans
lyon

1 remerciement
Pour moi, mes amis sont la famille que j'ai choisi, donc un grand OUI aussi !

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Nous sommes d'accord ;)
J'aime ma famille mais mes meilleurs amis me connaissent largement mieux!

LeksanAden
Homme de 24 ans
Paris

10 remerciements
Modérateur
Nous choisissons nos amis, mais pas notre famille.
La famille peut être plus importante, comme les amis peuvent l'être ; ça dépend de chacun du vécu des affinités...
Pour moi c'est une question compliqué, je ne serais même pas quoi répondre.

Ouragan01
Homme de 53 ans
chatillon sur chalaronne
Un grand OUI les amis mais les vrais amis ceux sur qui l'on peut compter il y en a peu mais c'est hyper important.La famille c'est aussi important mais pas de la meme façon je dirais que la famille à un peu tendance à nous juger un peu trop vite..ceci n'est que mon avis.
En ce qui me concerne je suis un solitaire....mais j'ai de vrais amis..

Spelunca
Femme de 35 ans
LYON
Je suis assez d'accord avec les deux dernières réponses. Les deux sont importants.

Les relations amicales résultent d'une construction réalisée au cours de sa vie d'adulte. Elles s'intègrent donc mieux dans notre réalité puisqu'on les a choisies par affinités.

La famille constitue un héritage de notre enfance et reste constitutif de notre personnalité. Elle représente nos origines. Ce qui pour moi est également structurant.

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ça des personnes car des personnes peuvent se sentir très proches de leur famille plus que de leurs amis et vice versa.
On choisit nos amis mais on ne choisit pas sa famille.

Ils représentent tous une facette de nous, de notre équilibre, de notre bien-être ^^

Tout dépend de la bienveillance, de l'amour que l'on échange avec eux.

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je suis d'accord avec tout ce que vous dîtes, bien sûr, mais dans certains cas, même nos ami(e)s peuvent devenir toxique pour nous, mais la famille peut le devenir aussi. Nous pouvons nous séparer de nos ami(e)s car ils nous empêche d'avancer mais la famille? c'est impossible! surtout dans certains cas^^
Mon meilleur amis à 24 ans. il venait enfin de se mettre en appartement seul mais sa mère à finalement repris le dessus et est venue s'installer chez lui. Alors oui, il aime sa mère, mais cependant, elle lui impose sa vie. Et il ne pourra jamais avancer s'il ne lui parle pas^^
Ce qu'il a fait bien entendu. mais pas moyens pour sa mère de comprendre..

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
"Nous pouvons nous séparer de nos ami(e)s car ils nous empêche d'avancer mais la famille? c'est impossible! surtout dans certains cas^^"

On ne sait pas ce que vivent les gens.
Certaines familles ne sont pas si soudées que celle de ton ami.
Certaines personnes ont dû s'éloigner de leur famille pour mieux avancer en tant qu'individu.

Ça dépend des gens.

Spelunca
Femme de 35 ans
LYON
Mon avis est que de toute manière du moment qu'une relation est toxique il faut s'en séparer aussi douloureux que ce soit.

Et je pense que cela est plus difficile a faire lorsqu'il s'agit de la famille que des amis, notamment des parents. Parce que d'un côté des amis, on sait que l'on en retrouvera.
Mais les liens familiaux demeurent uniques. Mais je reste convaincue qu'il faut s'en détacher s'ils sont toxiques même si c'est dur.
C'est là que le fait d'avoir des amis peut aider à avoir la force de le faire.

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
C'est une question très difficile. Les enfants ont une dette de vie envers leurs parents. Au minimum. C'est très facile de faire culpabiliser ses enfants et de les pousser à faire des choses qui ne sont pas dans leur intérêt par loyauté. Les relations familiales sont déséquilibrées et injustes (et ce, qu'elles soient bénéfiques ou non).

J'ai toujours placé l'amitié au dessus de la famille et du couple. Je prends en considération le fait qu'on peut avoir un lien d'amitié avec un parent ou un partenaire amoureux, et qu'il faut aussi définir de quelle amitié on parle - j'ai noté que les gens utilisent le mot "ami" à tort et à travers : un ami ce n'est pas quelqu'un dont on apprécie la compagnie ou qui a des points communs avec soi-même. Certaines relations peuvent passer pour de l'amitié tant que rien de vient les troubler, et quand survient un orage et que l'autre trahit, le sentiment de déception est au delà de toute description.

Cricri66
Homme de 34 ans
Toulouse
Sans l'amitié, on n'a aucun repère et sans repère , on se sent seule . L'amour en amitié est toujours infini , l'amour en couple pourrait un jour s'arrêter .

Mehdi797
Homme de 26 ans
Paris
Citation de Cricri66
Sans l amitié, on n a aucun repère et sans repère , on se sent seule . L amour en amitié est toujours infini , l amour en couple pourrait un jour s arrêter .


l'amour en amitie peut s'arreter aussi et s'arretera un jour ... ici rien n'est infini ...

Apres la question se pose aussi en amour, ton copain ( ou copine) ou tes amis ...
ton copin( ou la copine ) tu vis avec ... enfin normalement c'est prevu apres tout depend de la vision du couple que la personne a ...

Cricri66
Homme de 34 ans
Toulouse
Citation de Mehdi797
Citation de Cricri66
Sans l amitié, on n a aucun repère et sans repère , on se sent seule . L amour en amitié est toujours infini , l amour en couple pourrait un jour s arrêter .


l amour en amitie peut s arreter aussi et s arretera un jour ... ici rien n est infini ...

Apres la question se pose aussi en amour, ton copain ( ou copine) ou tes amis ...
ton copin( ou la copine ) tu vis avec ... enfin normalement c est prevu apres tout depend de la vision du couple que la personne a ...


Je suis d'accord, rien n'est éternel ni acquis .

Jade59
Femme de 52 ans
Gravelines
pour ma pars , les amis me connaissent mieux que ma famille et prennent plus le temps de nous connaitre et de nous comprendre contairement a la famille qui parfois s attendent a ce qu on agisse comme eux et pas comme on veut agir, les amis nous acceptent comme on est et la famille s attend a ce que l on soit comme ils sont.

Cricri66
Homme de 34 ans
Toulouse
Citation de Jade59
pour ma pars , les amis me connaissent mieux que ma famille et prennent plus le temps de nous connaitre et de nous comprendre contairement a la famille qui parfois s attendent a ce qu on agisse comme eux et pas comme on veut agir, les amis nous acceptent comme on est et la famille s attend a ce que l on soit comme ils sont.


Je me reconnais dans ceux que vous dites .

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ah, effectivement, je dois dire que c'est bien senti !

Jade59
Femme de 52 ans
Gravelines
oui c est bien dommage la famille est cencee pourtant soutenir a mon avis et non pas juger .on dois aimer les gens comme ils sont et pas vouloir qu ils soient comme des" repliques" de soit meme . le monde serait vraiment triste si tout le monde etait pareil pensait pareil .au contraire parfois les differences sont enrichissantes

Cricri66
Homme de 34 ans
Toulouse
Citation de Jade59
oui c est bien dommage la famille est cencee pourtant soutenir a mon avis et non pas juger .on dois aimer les gens comme ils sont et pas vouloir qu ils soient comme des repliques de soit meme . le monde serait vraiment triste si tout le monde etait pareil pensait pareil .au contraire parfois les differences sont enrichissantes


Je suis comme vous , je cherche à m'enrichir à apprendre des différences pour en faire une force plus tard .

Jade59
Femme de 52 ans
Gravelines
oui on apprend a connaitre et pourquoi pas voir les choses différement que de la façon dont on les percevait

Cricri66
Homme de 34 ans
Toulouse
Citation de Jade59
oui on apprend a connaitre et pourquoi pas voir les choses différement que de la façon dont on les percevait

Entièrement de votre avis :)

Jade59
Femme de 52 ans
Gravelines
:)

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Jade59
oui c est bien dommage la famille est cencee pourtant soutenir a mon avis et non pas juger .on dois aimer les gens comme ils sont et pas vouloir qu ils soient comme des repliques de soit meme . le monde serait vraiment triste si tout le monde etait pareil pensait pareil .au contraire parfois les differences sont enrichissantes


C'est clair ^^

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Jade59
oui c est bien dommage la famille est cencee pourtant soutenir a mon avis et non pas juger .on dois aimer les gens comme ils sont et pas vouloir qu ils soient comme des repliques de soit meme . le monde serait vraiment triste si tout le monde etait pareil pensait pareil .au contraire parfois les differences sont enrichissantes


C'est clair ^^

Clenake
Femme de 40 ans
Tours

3 remerciements
Bonsoir à tous :)

Certes on choisit ses amis, les vrais, ceux qu'on compte sur les doigts d'une seule main, mais la famille...
J'ai pas eu une enfance facile et par la suite des relations compliquées avec ma famille ( d'ailleurs je ne parle pratiquement pas à mon père ), mais la famille... c'est vrai ils nous jugent, ils sont souvent maladroits, la plupart du temps ne savent rien de notre vie de tous les jours, mais ils savent qui nous sommes vraiment au fond de nous.
Parce qu'ils nous ont vu grandir, parce qu'ils ont grandi avec nous, parce qu'ils ont forgé notre personnalité...
Ces liens là sont totalement indestructibles même quand on a plus de contact avec eux, parce que ca nous poursuit toute notre vie quoi qu'on fasse... Ca nous modèle et ca fait notre force de caractère.
Et au fond, je crois que même si elle nous fait souvent du mal, on l'aime quand même la famille...
Si c'était pas le cas, on aurai pas tellement besoin de sa reconnaissance.
En tous cas, personnellement, même si j'ai souvent souffert à cause d'eux, je donnerai tout pour mes parents et que personne ne fasse du mal à mon frère ou à ma soeur ou à leur propre
famille !
Je les aime et je les aimerai toujours malgré la douleur, malgré certaines rancunes, malgré aussi les bons moments.

Les amis, c'est complètement différent. Oui on les choisit, oui on se confie à eux et encore oui ils nous connaissent parfois mieux que nous même, oui ils nous soutiennent, mais ils resteront toujours extérieurs à notre histoire, ou en tous cas ne peuvent pas en faire complètement parti même si on leur dit tout.
Ils n'auront jamais cette histoire commune avec nous, semblable peut être mais pas commune.

Et faut pas rêver, tout le monde nous juge ! La famille comme les amis !
La différence c'est que suivant le cas de chacun, ce sera soit la famille, soit les amis qui nous feront part de leur jugement, qui seront honnête avec nous et qui nous permettront d'avancer.

Alors pour moi, y a pas photo, ce sera toujours la famille même s'ils deviennent cons et ne le méritent pas.
Et je ne vous dis pas ce que je serai capable de faire pour mes propres enfants... !

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je ne suis pas tout à fait d'accord, car tu peux avoir un ami d'enfance ;) Du coup l'argumentation tombe par terre s'il s'agit de différencier famille et amis. Ceci dit, on parle d'un cas particulier d'amitié, et on peut dire en général que ces amis font "partie de la famille", dans un sens étendu - là je raccroche un peu plus avec ce que tu dis.

Après, j'ai un avis un peu différent que vous sur l'amitié : d'après moi, on ne choisit pas ses amis. On choisit les gens que l'on veut garder proche de soi, mais on ne choisit pas qui se révèlera être ou non un ami, et ça fait toute la différence. C'est un lien unique qui se crée et qui ne dit pas son nom tout de suite : on ne se rend compte que tardivement que "mince, lui/elle c'est un(e) vrai(e) ami(e)". Et ce sentiment de quiétude que l'on éprouve à ce moment là, je trouve qu'il n'a pas de prix et qu'il ressemble beaucoup à ce qu'on peut ressentir quand on se sent au milieu des siens.

Clenake
Femme de 40 ans
Tours

3 remerciements
Je ne suis pas non plus d'accord avec toi Lampadaire, sur l'ami d'enfance !
Enfin si mais seulement dans le cas ou le comportement de la famille ne change pas en présence de l'ami d'enfance et qu'effectivement il est du coup intégrer à la famille et sait ce qui se passe dans l'intimité.

J'aime beaucoup ta vision de l'amitié et tu l'as bien mieux exprimé que moi :)

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ah, je vois ce que tu veux dire par le comportement de la famille. Là ça dépend des cas, quand c'est vraiment un ami "d'enfance", souvent vous aurez dormi chez l'un ou chez l'autre régulièrement et il se sera intégré petit à petit. Ceci dit, je ne vois pas forcément la famille comme un troupeau : on n'a pas tous des familles réunies, parfois elles sont éclatées en sous-groupes familiaux (qui ne se font pas forcément la gueule, ils sont juste dans leur coin), et tu peux très bien avoir un groupe familial d'une personne (dans le sens où tu n'as pas de famille proche en commun avec lui, pas forcément qu'il est rigoureusement seul). Du coup l'ami d'enfance pour moi peut s'apparenter à un sous-groupe familial éclaté.

Clenake
Femme de 40 ans
Tours

3 remerciements
Je parlais de mon ressenti perso par rapport à la famille, que je ne vois jamais en dehors des repas de famille d'ailleurs, je peux pas dire qu'on soit très proche, mais on a des liens très forts qui font que je sais et qu'ils savent qu'on est là pour les autres si besoin.

Du coup, ton concept de sous-groupe familial incluant les vrais amis, je le comprends très bien et c'est exactement comme ca que je vois les choses aussi.

Faut croire que je suis plus douée pour parler de la famille que des amis !!

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pour ma part les vrais ami(e)s peuvent en effet faire parti de notre famille, parfois on n'arrive a dire plus de choses a nos vrai ami(e)s qu'à notre propre famille. Les ami(e)s peuvent nous dire ceux qu'ils pense d'un sujet, nous aidé lorsque on n'en n'a besoin au même titre que dans certaine famille il ne sont peut être pas de la famille de sang mais ils font parti d'une seconde famille de cœur.

AntoineXD
Homme de 38 ans
CREIL
Entièrement d'accord avec ce qui vient d'être dit plus haut, je partage donc la même analyse... On peut parfois dire + de choses à nos vrais amis plutôt qu'à notre propre famille et je dirai même que nos vrais amis peuvent par moment mieux nous aider pour s'affirmer dans la société...

Jade59
Femme de 52 ans
Gravelines
entierement de ton avie Rechlove

Tabasko
Femme de 29 ans
Bruxelles
Pour ma part, la question est compliquée. Probablement parce que je suis d'un naturel à donner ma confiance par "palier" lorsque l'on rentre dans ma "sphère". Un peu comme des cercles concentriques et on évoluerait vers le coeur ou l'extérieur en fonction de comment progresse la relation. La famille, en tant que groupe, ne se trouve pas du tout au centre, chez moi, mais le groupe "amis" non plus : c'est du cas par cas... Un.e ou plusieurs ami.e.s peut/peuvent être beaucoup plus "central.e.s" qu'un membre de la famille (ou tous les membres de la famille)... ! Ça va beaucoup dépendre des relations, des périodes de vie. Mais de façon générale, comme d'autres ont pu le dire, j'aurai tendance à avancer que l'on est connecté à la famille par un lien de sang auquel on ne consent pas. Dès lors, une fois la barrière psychologique de l'appartenance immuable dépassée (de gré (parce qu'on veut s'en défaire) ou de force (parce qu'on est abandonné, par exemple)), on constate qu'en vrai, cette union là, elle ne tient pas à grand-chose. Mais un lien consenti ne signifie pas que l'on sera à l'abri de déception grave... Du coup, l'amitié n'est pas un lien plus solide : c'est juste qu'elle est plus viable car on la choisi en fonction de qui on est, de qui l'autre est, de quelle compatibilité il y a. On ne peut pas faire ça avec ses parents.

Par conséquent, tout est fragile.

Certain.e.s disparaitront du champ en passant de cercles extérieurs en cercles extérieurs, d'autres intègreront la sphère puis seront rapidement amené.e.s à la quitter, d'autres encore rentreront dans la sphère, progresseront vers le centre et passeront des années à cette place. Voire toute la vie...

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ah, cette vision là me plaît bien.

Je pense qu'elle est difficile à intégrer quand on n'a pas de contrexemple de relation "éternelle". Quand on n'a pas été abandonné ou quitté par des gens très proches, on peut avoir envie de taper du poing et d'aboyer que, si, c'est pour toujours, que la famille / l'amitié (en fonction du vécu), c'est plus fort que tout.

Spelunca
Femme de 35 ans
LYON
J'ai moi de même également du mal à concevoir que rien n'est immuable ni éternel, à commencer par les relations.

Mais la réalité est là. C'est vraiment au cas par cas selon l'évolution des gens et les circonstances de la vie.
J'étais proche de mes frères et sœurs étant enfant. Puis chacun a fait sa vie pendant 15-20 ans et on ne s'est quasiment pas côtoyés parce que l'on avait des visions et des vies trop différentes. Et puis nos vies ont évolué et actuellement on se rapproche de nouveau.
Pareil en amitié. Le fait de partager des expériences, du vécu est fondamental pour entretenir une relation. Mais lorsque on déménage, change de travail, ou d'activité ce qui nous amène à moins voir les personnes les liens se distendent souvent. Et puis on rencontre d'autres personnes.

Cette instabilité est source de renouveau mais en même temps un peu effrayante car quelque part tout et tout le monde est interchangeable.
La seule entrave à cette réalité est le lien parent-enfants. En théorie l'amour parental est immuable et éternel. Mais cela ne suffit pas pour affirmer à l'échelle d'une vie que la famille est plus importante que les amis. Ce qui me fait adhérer à la vision que cette question relève vraiment du cas par cas.

Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Normalement la famille est un espace de solidarité, c'est sur elle sur qui on devrait pouvoir compter en cas de coup dur. Et comme dit Lampadaire, on ne peut pas avoir le même regard sur des parents qui vous ont nourri et protégé pendant 18 à 25 ans ou plus parfois, et qui vont devoir être protégés en fin de vie parfois presque aussi longtemps.

Ce qui lie la famille c'est l'attachement, habituellement naturel chez la mère, habituellement culturel chez le père, et imposé par la société jusqu'à la majorité de l'enfant. Rien n'impose aux parents d'aimer leurs enfants à part les religions, et les enfants leurs parents ou beaux-parents.

Mais habituellement solidarité et attachement s'accompagnent d'affection, les parents disent aimer leurs enfants, et enfants leurs parents.
Chez les enfants la période de l'adolescence - qui peut se prolonger très tardivement malgré l'age théorique de la majorité - entraine souvent des oppositions parents-enfants, puis l'indépendance des enfants une impression de rupture. Ce sont des étapes quasiment nécessaires qui n'impactent habituellement pas à long terme l'attachement et l'affection familiaux.

Bon après chacun a sa personnalité, les concurrences à l'intérieur de la fratrie peuvent laisser des traces tenaces, toutes les cultures n'ont pas les mêmes traditions, et toutes les familles pas la même culture familiale.

Tout ce pavé pour dire que si on ne choisit pas sa famille et si c'est elle qui nous choisi, les liens de solidarité, d'attachement et d'affections sont habituellement dans le pack. Et on doit naturellement la réciprocité.
Donc habituellement la famille compte.



Est-ce que les amis peuvent compter plus que la famille ?

Par définition les amis sont aimants, et on partage d'autant plus facilement de l'affection avec eux qu'on a souvent que ça a partager. Dès que des histoires de grosses sommes d'argent s'en mêlent cela devient vite aussi compliqué qu'une famille, l'obligation morale en moins.

En outres les amitiés sont sensibles à l'usure : les amitiés d'enfance sont rarement celles d'adolescence, qui sont rarement celles des années d'étudiants, lesquelles peuvent avoir du mal à résister à celles de jeune adulte, qui ont elles une meilleure chance de longévité. Les amis vivent sur un siège éjectable ^^

Enfin les copains sont les pires ennemis des amis, et réciproquement.
Il n'est pas rare qu'un copain casse vos amis ou vous demande de choisir en eux et lui.
Il n'est pas plus rare que vos amis cassent votre copain. Comme ils ne couchent pas ils voient les inconvénients du copain sans voir les avantages ^^


Bref il n'y a aucune raison de se priver de famille, amis, et copain. Faut juste parvenir à faire cohabiter tout ce beau monde, y compris en rendant si nécessaire ces relations étanches entre elles. Et quand on est gay ça peut être encore plus contraignant mdr

Tabasko
Femme de 29 ans
Bruxelles
Les expériences de vie vont effectivement beaucoup jouer sur la manière dont on va percevoir les relations et leur importance. C'était difficile pour moi aussi, un temps, d'imaginer que certaines relations ne seraient pas éternelles... je crois que l'on grandit biberonné par cet idéal d'éternité relationnelle. Comme des chatons qui rêvent de rester avec leur fratrie jusqu'à la fin de la vie et de partager ensemble milles aventures en se reconnaissant toujours. Comme le prince et la princesse qui ils vécurent heureux [jusqu'à ce que la mort les sépare] et eurent beaucoup d'enfants (et qu'on a tous adapté à notre sauce, en tant que non-hétéro, parce qu'on s'y reconnaissait pas tout à fait :)). Mais, avec le temps, ça m'est devenu plus facile de concevoir la fragilité des liens. Et aujourd'hui, je suis beaucoup plus sereine... Les liens se font et se défont, la vie est une succession de rencontres, on change et tous ne changent pas comme nous, ils changent et on ne change pas comme eux, parfois oui mais parfois non et cet idéal d'éternité demeure mais je crois qu'il est plus beau encore lorsqu'on n'y est pas agrippé, lorsqu'on ne suffoque pas sans lui.
Est-ce que c'est effrayant de se dire que l'on est tous interchangeable ? On ne l'est pas tout à fait : chacun a son propre bagage et apporte des choses à sa manière, ça marquera plus ou moins notre mémoire selon les cas. Mais quoi qu'il en soit, il faut avoir une certaine humilité : ce n'est pas grave si l'on n'est pas indispensable. Puisque tout est mouvant et qu'il se pourrait bien que demain, ce soit nous qui décidions de nous en aller.

La clé, finalement, c'est d'être capable de légèreté, d'humilité (pas forcément face à l'autre mais face au monde) et en même temps de stabilité...


Rejoindre BeTolerant