Rejoindre BeTolerant

Forums LGBTi
Forum Gay
La fidélité dans un couple gay: une utopie?

La fidélité dans un couple gay: une utopie?

PASCAL49
Homme de 50 ans
Cholet
D'après vos expériences, ne trouvez-vous pas que le "milieu gay" est encore plus plus "pourri" que celui des hétéros. C'est vraiment le marché de la chair, même les vieux beaux se cherchent des minets qui pourraient avoir l'âge de leur enfant!... C'est sûr il y a plein de tentations autour de nous, mais, à part si le couple est dit"libre", encore que je ne crois pas tellement que cela peut fonctionner, alors comment faire confiance à la personne aimée? Sur quelles bases peut se construire un couple si la peur de la trahison est toujours présente... Autant de réflexion qui trottent dans ma tête... Le vrai amour existe-t-il? Plus l'âge avance et plus j'ai des doutes... Le Prince Charmant, c'est dans le monde des Bisounours!

Akudo
Homme de 24 ans
avranche

3 remerciements
bonsoir !

j'ai seulement 24 ans, alors je ne peux pas prétendre avoir la même expérience que la tienne, mais moi je ne trouve pas, quand je regarde la vie de mes amis, pour la plupart hétéros:
un ami s'est fait récemment largué par sa copine pour un autre mec, un autre a trompé toutes ses ex, mon cousin a beaucoup souffert en amour de déceptions amoureuses, et je peux continuer encore.. à côté de ça un ami gay est super heureux avec son copain

ceci dit, je crois probable que les gays qui trainent seulement avec des gays (donc, comme on dit, qui ne sont pas "hors-milieu) auront davantage tendance à être infidèles, du fait qu'il y ait tout le temps une tentation autour d'eux.

De manière générale, je pense qu'en effet les couples durent moins longtemps, hétéro ou gays, pour plusieurs raisons:

- nous sommes de plus en plus mobiles. Là ou mes parents ont vécu toute leur vie au même endroit et ont bossé pour la même boite, moi je serai amené à changer d'entreprise et de poste, et donc probablement de lieu ou j'habite tous les 3/4 ans, et donc cela peut avoir un impact sur les relations amoureuses. cela joue un rôle sur les divorces je pense

- nous sommes dans une société de la consommation: certains voient les relations amoureuses comme un objet de consommation, donc s'ils sont plus satisfaits ils "jettent" l'autre, comme on change de marque de soda.

- aussi une différence générationnelle je pense: les gens de ma génération, et même ceux d'avant la mienne à mon humble avis ont plus tendance à être impatients, à être dans la culture de l'instant, donc dans un couple à abandonner à la moindre difficulté sans chercher à vraiment la résoudre

Bon voilà ce que j'en pense, j'ai un peu l'impression de dire des banalités mais bon ^^

PASCAL49
Homme de 50 ans
Cholet
Je pense que tout à fait raison. Notre société a évolué vers un monde "Kleenex". On prend on jette quand on n'en veut plus, ou qu'on n'en a plus besoin... Je trouve cela très triste d'en être arrivé à ce point...

Anteros38
Homme de 33 ans
VOIRON

1 remerciement
Bienvenue dans les temps modernes !

J'approuve tout ce qui a été dit précédemment, nous évoluons dans un monde kleenex et égocentré.
Et malheureusement, une grande majorité de gays semblent accentuer le trait déjà passablement épais.

Pas très fier de la tournure que prend notre monde, entre dégout et ennui.

J'avance dans la vie, réalise mes projets professionnels et personnels mais ne parviens pas à construire une relation amoureuse.
Le vrai amour, j'ai tendance à penser que c'est une utopie pour nous.

Littleswan
Femme de 28 ans
Toulouse
L'infidélité est dans tous les milieux malheureusement... C'est l'un des plus grands maux de cette société pourrie de consommation.

Archilyte
Homme de 22 ans
Lille
Malheureusement, par (mauvaise) expérience personnelle, je peut te dire que certains gays pensent qu'être infidèle, c'est vivre "avec son temps". J'ai été considéré "rétrograde" ou "étroit d'esprit" car je refusait d'être "libre" ... ou infidèle en fait.
Donc non, certains gays seront fidèles, d'autres non...
Question de moeurs, d'éducation, d'habitude? J'en sais rien.
Mais ce qui est sur, c'est qu'on ne peut pas faire d'un cas une généralité, et qu'on trouvera bien un jour chaussure à notre pied. :)

Mikko
Homme de 26 ans
Bordeaux
Citation de Littleswan
L infidélité est dans tous les milieux malheureusement... C est l un des plus grands maux de cette société pourrie de consommation.


N'exagérons pas, les tromperies et l'adultère ne datent pas du XXIème siècle.

Anteros38
Homme de 33 ans
VOIRON

1 remerciement
Elion a écrit : "C'est plutôt un préjugé de penser que les homos ne peuvent pas être fidèles car beaucoup de couples hétéros ne sont pas fidèles non plus. "

Elion, l'infidélité des gays n'est pas un préjugé mais une réalité.
Comme toujours, tout le monde n'est pas à mettre dans le même panier, les gays fidèles existent, mais ils sont tellement rares...

J'ai des amis hétéros, des amis gays, un peu d'expérience accumulée au fils des années et je persiste et signe, l'infidélité est érigée comme une norme par une majorité de gays.

Je connais des gays fidèles tout comme des hétéros infidèles mais la proportion de ces derniers n'a rien à voir avec celle des gays infidèles.

Arrêtons avec la vision bisounours du monde gay.
Si tout était si rose, je ne serais pas sur les sites de rencontres depuis de trop longues années.

Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonsoir, Je rejoins le rang des sceptiques... Akudo à très bien expliqué le contexte sociétal qui ne favorise pas du tout la fidélité dans les couples de tous horizons. Je prolongerai son point de vue, en rajoutant que les valeurs morales fortes deviennent rares. De plus en plus de gens, ont une moralité "flexible" sans meme le realiser ou les deranger. Comprendre souvent : "je peux tromper ou séduire mais pas mon partenaire parce que ce n'est pas convenable". A partir de là...

Ongena
Homme de 37 ans
Mons

1 remerciement
Bonjour !

Je voudrais ajouter mon petit son de cloche.
Ayant vécu une relation de 5 ans (avec maison, chien et tout le bazar) qui s'est terminée pour des raisons autres que sexuelles, je peux dire que la fidélité existe.
J'ai eu d'autres relations plus courtes, de quelques mois, et à chaque fois, dans la fidélité.

Je suis maintenant célibataire depuis 3 mois et donc de retour sur les sites de rencontre. Je vois de quoi vous parlez : c'est un grand marché au bétail. Mais en 2 semaines, j'ai rencontré plusieurs hommes dans le même état d'esprit que moi. Et que vous.

La question, c'est plutôt de savoir pourquoi on est attiré par les infidèles alors que des fidèles, il y en a un peu partout, sur ce site-ci comme ailleurs.
Une partie de la réponse, pour moi, est que l'homme (gay ou hétéro) cherche d'abord un physique. Après seulement, il s'intéresse à la personnalité, aux affinités, à la vision du couple, etc. Il me semble que c'est prendre les choses à l'envers.
En trouvant des hommes qui recherchent la même chose que moi (relation durable, fidélité, construire une vie à 2), je fais déjà un tri et j'évite de devoir supporter les "agressions" des autres mâles en rut. Il vient alors le temps de faire connaissance et de voir si, physiquement, il se passe quelque chose ou pas.
C'est comme ça que j'ai rencontré ma plus belle histoire d'amour. Je suis certain que sur photo, j'aurais dit non. Mais je ne l'avais pas vu en photo. Alors on a discuté. Et on avait beaucoup d'affinités. On s'est rencontrés. Et en effet, physiquement, ce n'était pas mon genre. Mais il y avait quelque chose. Et finalement, on est restés 5 ans ensemble et c'était une belle histoire pour moi.

Je suis d'accord qu'il y a beaucoup d'infidélité dans le milieu gay, bien sûr. Mais si ce n'est pas ce qu'on recherche, il vaut mieux se tourner vers ceux qui sont fidèles. Et oui, je trouve que ça se voit. Même si bien sûr, on peut se tromper (dans les 2 sens du terme). Il y a toujours un petit risque à prendre quand on fait confiance à quelqu'un.

Bonne recherche à tous. Si vous voyez trop de négatif, tournez-vous vers le positif.

Adri815
Homme de 17 ans
Hyères

Pour ma part je suis un "minet" comme tu dit et oui bcp de personne âgé cherche des jeunes pour baiser et ça me dégoute rien que d'y penser !

Mais je ne suis pas d'accord sur un truc ! Il n'y a pas que des infidélité je n'ai jamais trompé mon copain j'ai tjrs été srx et moi ce qui m'attire ce n'est pas le sexe c la tendresse , les câlin et les bisous !!!


Fuong
Homme de 41 ans
Bordeaux

Moi je suis resté 15 ans avec mon ex et je ne l'ai jamais trompé... Pourtant, on fréquentait le milieu plus ou moins régulièrement pendant une petite dizaine d'années, on avait des amis gays dont certains avaient avoué être attirés par l'un ou par l'autre de nous deux. Non, je n'ai jamais eu envie de le tromper même quand on s'engueulait, même quand la passion puis l'affection s'est unilatéralement éteinte.

Je pense que les LGBT sont des gens normaux avec les mêmes limites, les mêmes aspirations que les hétéros. Le Milieu, les applications type Grindr, ce sont des systèmes qui formattent les usagers qui adaptent leur comportement en conséquence mais dans le fond, ils sont comme les autres. J'en discute avec mes amis gays, mes amis hétéros et j'ai le même écho. Plus surprenant de prime abord mais dans la même ligne, j'ai le même écho sur mes discussions sur les sites de cul (pas de rencontre, de cul) : après la branlette, si la discussion prend racine, on découvre des mecs normaux aux attentes normales, avec leurs blessures, leurs envies (des mecs comme moi en somme...).

Faut pas être superficiel et essayer de casser ce vernis qui est parfois très solide.


Fuong
Homme de 41 ans
Bordeaux

@Adri815 : Pour ma part je suis un "minet" comme tu dit et oui bcp de personne âgé cherche des jeunes pour baiser et ça me dégoute rien que d'y penser !

Faut pas mettre tous les vieux dans le même panier... J'en discutais justement en MP (sur la différence d'âge puisque je suis de ceux qui ont des réticences envers les mecs du même âge ou plus agés que moi) : ce que les "daddies" recherchent chez les "minets" , c'est l'énergie, la fraicheur avec laquelle les jeunes affrontent encore la vie, de manière frontale et entière (même quand ils dépriment, ils le font sans nuance) alors que les vieux grigous ont appris à relativiser, à prendre des trajectoires plus optimisées, à prendre le temps dans une crique isolée pendant que la tempête de la vie gronde... Il arrive que des minets recherchent ça. Tant mieux (pour refaire American Beauty :D ?). Ce n'est pas ton cas, tant mieux aussi, faut de tout pour faire un monde. Mais s'il faut arrêter de considérer les jeunes systématiquement comme des chattes en chaleur, ça vaut aussi dans l'autre sens, plus vieux ne veut pas systématiquement dire pervers libidineux (ou du moins pas différemment des jeunes... Un peu de tolérance :D).


Lindos
Homme de 35 ans
Lyon

41 remerciements

Fuong,

"ce que les "daddies" recherchent chez les "minets" , c'est l'énergie, la fraicheur avec laquelle les jeunes affrontent encore la vie, de manière frontale et entière (même quand ils dépriment, ils le font sans nuance) alors que les vieux grigous ont appris à relativiser, à prendre des trajectoires plus optimisées, à prendre le temps dans une crique isolée pendant que la tempête de la vie gronde... Il arrive que des minets recherchent ça."

Le problème de fond c'est que ces attributs de jeunesse ne sont pas éternels, peuvent rendre les plus jeunes "jetables", et les plus vieux des frustrés permanents. Certes l'insconstance est souvent aussi un attribut de jeunesse, mais elle dans l'ordre des choses. La maturité des plus vieux doit être aussi de savoir vieillir.

Ce n'est pas pour autant qu'il devrait avoir une stratification physique des générations, c'est la tendence actuelle qui n'est bonne ni pour les jeunes ni pour les vieux chacuns ayant à apporter aux autres, et qui prend même un orientation paranoiaque. Mais un respect sexuel minimal serait de bon alloi en cas de forte différence d'age, notamment en présence de mineur puisque c'est un mineur qui a posté. Pour le reste la stabilité est habituellement un attribut de l'age, et peut être recherché par un plus jeune.

Ce débat ne se limite pas aux différences d'âges, les relations hommes-femmes sont un débat comparable. Avec d'ailleurs les mêmes réponses excessives qui brouillent la visiblité de ce qui est spécifique à chacun, qu'il peut apporter à l'autre.

Les relations humaines se comportent comme un balancier, quand il part trop d'un coté, il repart trop de l'autre ^^


Romangel
Homme de 32 ans
Draguignan

Ouuuuh! Un sujet qui me chatouille!

Je dois être un bisounours ou un retrograde dans ce monde de consommation humaine pour satisfaire un ego.

Je me démoralise parfois de me dire que jamais je trouverai un homme qui saura évoluer avec moi sans draguer tout ce qui passe et s'envoyer quinze mecs par mois, pour être bien avec moi.

Enfin, les hétéros sont pareils... peut être un peu moins. Les femmes ont ce côté psychologique qui leur permet d'être plus fidèles, peut être, que les hommes qui fonctionnent beaucoup plus mécaniquement.


Someya
Femme de 27 ans
Le Lavandou

Un monde kleenex, disent certains , on prend, on jette quand on a plus besoin okay ....

Mais alors, pourquoi existe-t-il toujours autant de personne cherchant l'amour, de relation sérieuses et durables ! Je ne comprend pas cette contradiction entre les faits et les envies que je vois s'afficher partout !

Pourquoi autant de gens souhaitait construire une véritable relation ne trouvent pour autant pas la chaussure à leur pied ?! Sommes nous devenue trop exigent ?


Romangel
Homme de 32 ans
Draguignan

@Someya : Tout à fait d'accord avec toi. Nous sommes devenus trop exigeants. Moi le premier et l'âge avançant n'aide en rien ^_^


Pluton86
Homme de 31 ans
Lyon

Je me demande ce qui nous pousse à rechercher voire exiger la fidélité... et là cette réflexion concerne aussi bien les homos que les hétéros.

L'amitié non exclusive est admissible et même banale dans notre culture. Il est parfaitement correct d'avoir un "meilleur ami" , des amis moins importants et de simples connaissances.

Si on remplace le mot "ami" par "amoureux" alors cette dernière phrase paraît soudain scandaleuse... Pourquoi ça ne marche pas de la même manière pour les relations amoureuses ? Après tout, il y a également des sentiments dans une relation amicale. Je suppose donc que ça vient de notre modèle familial... on ne fonde pas une famille avec des amis. La fidélité au sein d'un couple avec enfants semble être garante d'une stabilité, et pour aller plus loin, il semble nécessaire d'être ""monogame"" pour être un bon parent (voilà pourquoi le parent infidèle a généralement moins de droits que l'autre lors d'un divorce, en particulier si c'est le père). Y a comme un amalgame entre l'exclusivité amoureuse et la capacité à bien jouer son rôle auprès de l'enfant. Personnellement ça m'a toujours paru bancal comme raisonnement (de la part des juges dans ces affaires)... Et les homos ont envie de reproduire ce modèle dominant alors qu'il est beaucoup plus difficile pour eux d'avoir des enfants dans des conditions "normales".

Je dis bien "ont envie de reproduire", car comme cela a été dit, la réalité est loin d'être rose. Même avec de bonnes intentions au départ, un amour sincère, et une honnêteté certaine, le temps finit par venir à bout de cette règle imposée de l'extérieur. Si tant de gens galèrent à ce niveau, ne serait-il pas temps de reconsidérer ces principes potentiellement inadaptés à notre nature, notre psychologie au lieu de jeter l'opprobre sur les coupables ? On passe son temps à souffrir comme des cons, d'un côté comme de l'autre (le trompé souffre évidemment, mais celui qui va voir ailleurs, sauf exception, n'est pas vraiment fier de lui et culpabilise). Encore heureux qu'on n'applique pas ces principes drastiques à l'amitié, sinon on aurait pas fini de souffrir (quoique, la jalousie amicale existe aussi ^^).

Pourquoi l'amour charnel devrait-il être exclusif à un seul partenaire ? Est-ce une réelle preuve d'amour ? J'ai plutôt le sentiment que celui qui exige la fidélité parfaite n'est pas dans l'amour mais la peur. Peur d'être quitté, peur que l'être aimé en préfère un(e) autre, etc. Parfois ça s'apparente même à de la jalousie (et on sait bien que le problème du jaloux excessif vient de lui même, pas des autres). Vous me direz que celui qui va voir ailleurs a parfois des problèmes de peur également. Il a envie de se sentir exister, de nourrir son égo... et ça je le conteste pas, mais il faut étudier toutes les facettes de ce problème.

Je ne suis pas en train de faire l'apologie du mensonge et de la trahison, je remets juste en question ce concept de fidélité amoureuse. Je suis peut-être parti un peu loin dans mes interprétations, mais si on creuse, le lien avec la famille me paraît clair.

Après, ce n'est pas parce que je dis cela que je cautionne la consommation en mode "kleenex", cela n'a rien à voir... je reprends encore une fois l'exemple de l'amitié, on peut apprécier rencontrer de nouvelles personnes et les respecter sans les voir comme des bouche-trou pour passer le temps.

J'ai conscience que mon message peut choquer. Malgré les apparences, je suis assez neutre sur la question, je ne suis pas pro-infidélité, mais vu que seuls les pro-fidélité se sont exprimés, j'ai voulu parler de "l'autre côté". Et tout ça, c'est une analyse intellectuelle : même si je partais dans une relation de couple libre, peut-être en viendrais je à souffrir et ressentir de la jalousie...


Whitewoolf
Non binaire de 46 ans
ROCHEFORT

Bonjour, je viens de lire le topic, et au vu de mes expériences personnelles je crois fortement qu'hétéros, homos, hommes et femmes sont dans le même bateau à ce sujet, peut-être est-ce juste plus visible chez les gays mais des mecs ou des nanas qui vous mentent juste pour "tirer un coup" j'en rencontre très régulièrement, et très souvent ceux qui exigent la fidélité dans le couple sont ceux qui succomberont le plus facilement à la tentation, pour ma part j'ai toujours était trompée par celles qui me demandaient d'arrêter mon côté "volage"...

Pour ma part, je ne suis pas sûre que de définir une relation libre soit une porte ouverte à la surconsommation, en tout cas c'est toujours plus franc et ce n'est pas parce que la porte est ouverte qu'on a envie de la franchir... Le problème est avant tout humain je pense et ne dépend aucunement de ton sexe ou de ton orientation sexuelle.

Et effectivement l'infidélité n'est pas moderne, il n'y a qu'à étudier un peu l'histoire pour s'en apercevoir...

A priori je préfère avoir un/e partenaire qui m'exprime son désir d'aller voir ailleurs, au moins cela permet le dialogue et démontre son respect pour votre union. Mais même dans ce contexte, il y a des personnes qui ne peuvent s'empêcher de mentir...


Fuong
Homme de 41 ans
Bordeaux

Pluton86, un truc me gène dans tes arguments, c'est notre supposée nature différente qui entraine des conséquences différentes et donc éventuellement une "stratégie" différente. J'ai pas les sources sous la main mais il me semble qu'il y avait une étude qui avait montré que chez les couples hétéro, le mariage et le fait d'avoir un enfant ne prolongeait pas la période de désir et d'amour pour le conjoint. C'était parfois une stratégie pour recoller mais tout à fait vaine dans la moyenne. Du coup, l'aspect familial reproductif du couple ne serait qu'un ciment artificiel ou plutôt inefficace qui rendrait cet aspect finalement indépendant de la durabilité d'un couple.

Moi ce qui me manque dans ton argumentation, c'est la notion d'investissement et de disponibilité. Si on raisonne polyamour ou un truc dans ce genre, on commence à penser trio et à se dire que c'est probablement faisable mais pour creuser le truc, il faut pousser le modèle dans ses limites. Passons à 100 par exemple, soyons bourrin et irréaliste (quoique, c'est une relation ouverte comme on peut en retrouver ici et là). Il y a un moment où il y a assymétrie : où l'un (A) voudrait être avec l'autre (B) mais l'autre n'est pas disponible parce qu'il est avec quelqu'un d'autre (C, D, E, etc.). Situation qui génère potentiellement une gamme de sentiments qui peut aller du dépit passager à la frustration chronique. Si B tient à A, il faut réduire ce genre de situation en réduisant les interactions avec les autres amants. A pourrait être moins exigeant et moins attendre de B, etc. Quand on creuse, on se rend compte qu'une sorte de contrat se dessine. Contrat implicite mais avec quand même des clauses réelles en terme d'investissement l'un envers les autres. Ca implique de bien se connaitre soi-même, de bien connaitre tous les tenants de ce contrat pour ne frustrer/léser personne. Et personnellement, je ne suis pas certain que tous les relations polygames se fassent sous ces termes là et qu'à un moment, la méconnaissance des désirs des autres partenaires (qui peuvent changer) ne mène à une dissymétrie chronique et délétère.

La monogamie, c'est un contrat déjà suffisamment compliqué à mettre en place mais c'est celui qui offre le meilleur "rendement" en terme d'investissement et de disponibilité l'un envers l'autre. A mon avis, l'erreur de la monogamie, c'est de penser qu'elle est éternelle parce qu'on pense que les gens ne changent pas. Personnellement, je trouve que c'est plus qualitatif d'avoir une séquence de relations exclusives.



Rejoindre BeTolerant